skip to Main Content
Menu

SOTR-Chapitre 51

Chapitre précédent                                                                                                                                                                                 Chapitre Suivant

Source : Version anglaise

Traduit et édité par : daotranslator


Chapitre 51 : Les poignards volants


 

Au cours des  jours suivants, Jiang Chen consacra tout son temps à l’entrainement dans le manoir des Jiang Han, il consolida ses résultats après avoir atteint les sept méridiens de qi. Il ne serait jamais trop prudent durant le renforcement de ses méridiens.

Par rapport à ses pairs, Jiang Chen donna beaucoup plus d’importance au renforcement de ses méridiens. C’est seulement en les renforçant à un niveau irréprochable qu’il pourrait se permettre d’attaquer le prochain niveau en toute sécurité.

Alors que son niveau continuait d’augmenter, la difficulté grandissait sensiblement aussi. Les risques qu’il rencontrerait seraient aussi plus dangereux.

S’il était avide d’avancer rapidement, c’était très probable que son impatience ne lui apporterait pas le succès.

Avec l’aide de sept méridiens de qi, Jiang Chen avait franchi quelques paliers dans les deux techniques d’arts martiaux.

Il y avait sept formes au total pour la « coupure des vastes océans », il avait déjà pu pratiquer avec succès les deux premières.

La première forme « la déchirure des vagues » et la seconde forme « le brise vague » se superposaient  les unes sur les autres au fur et à mesure qu’il avançait, chaque forme étant plus forte que la dernière. Non seulement Jiang Chen avait pratiqué ces deux formes à la grande perfection, il avait également pu lier les deux formes, doublant ainsi leur puissance.

En termes de mystères, « le poing infini » était plusieurs fois supérieur à la  » coupure des vastes océans ».

La  » coupure des vastes océans » était une technique d’épée, consacrant une attention particulière à la domination pressente avec volonté indomptable. Partout où la lame passait, tous devaient se prosterner que se soit un ami ou un ennemi.

 » Le poing infini » d’autre part, englobait les théories du ciel et de la terre, fusionnant le chemin de la vie et de la destruction de toutes les créatures vivantes sous les cieux. D’un cycle de floraison et de flétrissement, dans les neuf cycles de floraison et de flétrissement, il y avait les mystères de neuf cycles de réincarnation qui se cachaient dedans.

Avec chaque compréhension réussie des mystères de chaque cycle de la réincarnation, la puissance du « poing infini » doublerait.

Il fallait avouer, le « poing infini » était pratiquement adapté pour Jiang Chen. Le cercle de la vie contenue dans le « poing infini » était précisément la voie de la destruction et de la croissance englobés par la roue de la vie et de la mort.

Jiang Chen s’était réincarné d’un fils de l’empereur céleste en un simple fils d’un duc, subissant littéralement la roue de la vie et de la mort.

Par conséquent, la compréhension de Jiang Chen envers le « le poing infini » était en réalité plus profonde et plus étendue que la coupure des vastes océans.

Si on disait que Jiang Chen s’était entrainé jusqu’à présent à la  » coupures des vastes océans » au niveau de la grande  perfection, on aurait alors à dire qu’il s’était entrainé au « poing infini » au niveau   légendaire. Cependant, il y avait neuf niveaux de mystères dans le cycle de vie du « poing infini ».

Jiang Chen n’avait actuellement saisi que seulement trois niveaux.

« Ce poing infini est si conforme à la trajectoire de ma destinée, que j’ai compris les mystères de trois cycles de floraison et de flétrissement en seulement quelques jours. Avec assez de temps, ce poing infini est sûr de devenir une technique d’arts martiaux tyranniques que je pourrais utiliser pour vaincre mes ennemis. Si je peux m’entrainer au septième ou au huitième niveau, alors même si je m’arrête à sept méridiens de qi, je serais probablement en mesure de lutter contre les véritables maîtres de qi. Si je suis en mesure de comprendre les mystères de neuf cycles de floraison et de flétrissement, il ne serait alors pas impossible que je sois en mesure de résister à ces légendaires praticiens du dao spirituel! »

Jiang Chen avait une certaine attache au « poing infini ». C’était comme s’il avait confié l’esprit de sa réincarnation à cette technique d’arts martiaux.

Jiang Chen n’avait pas mis le pied dehors ce jour-là, il s’entrainait dans la cour d’entrainement quand Jiang Zheng vint précipitamment annoncer l’arrivée de la princesse Gouyu.

Princesse Gouyu avait gardé un profil assez bas durant cette période, faisant apparemment ses derniers préparatifs pour atteindre les onze méridiens de qi. Sa venue signifiait probablement que tout était prêt.

« On dirait que je dois te féliciter à l’avance. » Jiang Chen  découvrît que l’esprit de la princesse Gouyu planait quand il la vît et qu’elle dégageait un sentiment inexplicable de joie de la brise du printemps(1).

Princesse Gouyu était évidemment de très bonne humeur. « Jiang Chen, je suis venu spécialement pour te remercier. Oh j’oubliais, voici ce qui a été préparé pour toi. »

Princesse Gouyu avait personnellement sorti deux boîtes de sa suite.

Les boîtes avaient été ouvertes. Un ensemble d’armure légère était dans la première.

Les neuf poignards volants étaient dans la deuxième, fabriqué à partir de l’or en cristal de ce jour-là. Ce cristal était un cristal presque transparent pour commencer, il était maintenant aussi mince et transparent que les ailes de cigale après avoir été forgé en poignard. Lorsque la lumière du soleil le touchait, c’était comme un glaçon dans l’eau qui fondait dans le néant, devenant qu’un avec le vide.

Princesse Gouyu les remis à l’œil de Jiang Chen pour les évaluer. Qui aurait pu penser que le or en cristal aurait ce genre d’effet quand il était forgé en poignards?

« Jiang Chen, cette armure légère est faite à partir de fibres de soie venant des territoire barbare des  régions occidentales. Elle contient la peau des grandes baleines des fonds marin et peut résister à un coup de maître ordinaire  du qi! »

Il fallait dire qu’il y avait beaucoup de sincérité dans la gratitude de la princesse Gouyu. Cette armure légère avait même un peu surpris Jiang Chen.

« Ce n’est pas mal, je l’accepte. » sourit Jiang Chen, il était de très bonne humeur.

Princesse Gouyu poussa un soupir facile. Elle avait peur que Jiang Chen se pavane pendant un certain temps. Cela lui aurait fait sentir qu’elle subissait un revers. Voyant Jiang Chen accepter joyeusement, la princesse Gouyu était encore plus heureuse que si elle avait elle-même reçu un trésor.

« Jiang Chen, il ne reste que moins de quinze jours avant le début des examens finaux des épreuves du dragon caché. Ceci est la dernière épreuve de force, comment sont tes préparatifs? » Princess Gouyu ne pouvait pas résister à l’envie d’assumer l’attitude de l’organisateur des épreuves du dragon caché.

« Heh heh, quelles sont tes attentes ? » demanda Jiang Chen avec un sourire malicieux.

«Veux-tu que je parle franchement? »

«As-tu l’habitude de mentir? » rétorqua Jiang Chen.

« Très bien Jiang Chen, que ce soit moi ou la petite Zhiruo, nous espérons toutes les deux te voir montrer tes capacités durant les épreuves du dragon caché! »

« Montrer mes capacités? C’est trop vague, soit plus précise. »

Princesse Gouyu s’arrêta un moment puis une lumière brilla à travers ses yeux de phénix. « Si tu peux vaincre tous tes adversaires et te saisir du championnat des épreuves, nous serons toutes les deux heureuses pour toi. »

« Juste heureuses pour moi? N y a-t-il aucune récompense? »Jiang Chen rît de bon cœur.

« Oui! » Princess Gouyu n’avait pas mâché ses mots. « Si tu peux vaincre tous tes adversaires, tu peux avoir n’importe quelle récompense que tu veux! »

« N’importe quelle récompense que je veux? » Jiang Chen ratissa tout le corps de la princesse Gouyu de haut en bas d’un regard mal saint et regarda présomptueusement toute les rondeurs de son corps.

« Qu’est-ce que tu regardes? » Princess Gouyu était une praticienne du dao martial et ne croyait pas à la timidité absurde d’une jeune fille. Elle bomba sa poitrine et dit: «Si tu peux supprimer long Juxue cette fois-ci, tu peux avoir tous les fantasmes lubriques que tu rêves de moi. Même si tu veux me prendre moi et la petite Zhiruo, ce ne serait pas hors de question non plus! »

Princesse Gouyu éclata elle-même de rire après ces mots. Son sourire était tout à fait vrai, très rayonnante et tout à fait sans prétention.

« Vous prendre toutes les deux? » Jiang Chen découvrît qu’il avait sous-estimé la férocité audacieuse de la princesse Gouyu, bien qu’il sache que la princesse Gouyu n’était pas tout à fait sérieuse.

Cependant, même si on savait que cela était une blague, la seule pensée à ce genre de scène était assez pour faire battre à la chamade le cœur d’une personne ordinaire.

« En effet, nous prendre toutes les deux! » Princess Gouyu hocha la tête très affirmative. « Dans le monde du dao martial, les fort sont vénérés. Si vraiment tu possèdes ce genre de capacité, alors tu t’élèveras dans le ciel en un seul mouvement, tôt ou tard. Ce jour là, toutes les femmes du royaume feront la queue pour que tu fasses ton choix, pas seulement nous toutes les deux. Quelle que soit la fille que tu choisisses, elle serait absolument prête à apporter ses sœurs en tant que sa dot! »

Adorer le fort, s’accrocher aux forts, c’étaient les règles qui s’appliquaient dans n’importe quel monde.

« Cela veut dire que tu veux vraiment que je sois le champion des épreuves du Dragon caché? »

« Si c’était un mois auparavant, je n’aurais pas même pensé que quelqu’un pourrait empêcher long Juxue d’être la championne. Mais maintenant, si je dois trouver l’espoir en quelqu’un, je l’espère que se soit toi  et tu es le seul à qui je peux penser. »

Princesse Gouyu était très honnête. «Je ne veux pas que long Juxue soit la championne. »

«En raison de la lutte entre la famille royale et le duc du Dragon montant? » Il y avait une ombre d’un sourire sur le visage de Jiang Chen.

« Oui! » Princess Gouyu serra les dents et ne le nia pas.

« Tu es prête à t’offrir pour le bien de la famille royale – au profit du clan de la famille Eastern» Le ton de Jiang Chen était froid.

« Jiang Chen, es-tu en train de me rabaisser?» L’expression de la princesse Gouyu changea, son cœur se sentît soudainement triste et désolé. C’était une personne fière et ne pouvait même pas épargner un regard envers ses soupirants. Comment pouvait-elle s’offrir à quelqu’un dans un but lucratif?

Jiang Chen, ah Jiang Chen. Tu ne sais pas que moi, Gouyu, je me comporte de cette façon afin de t’encourager et te donner une impulsion supplémentaire?

« Très bien, je vais aussi te répondre franchement. Je vais utiliser tout mon pouvoir afin de bloquer  long Juxue pour les abominations et les sales coups que le duc du dragon Montant a commis contre ma famille Jiang! »

Le ton de Jiang Chen était également imprégné d’un sentiment de confiance qui ne montrait aucun doute.

Jiang Chen ressenti un sentiment d’urgence venant des épreuves du Dragon cachés après que la  Princesse Gouyu soit parti.

Jiang Chen décida de faire un tour au manoir de la guérison avant que les épreuves ne commencent. Il voulait faire des préparatifs encore plus complets pour les épreuves qui étaient sur le point de commencer.

Pendant ce temps, le manoir de la guérison était très occupé avec les affaires. Les clients visitant le manoir de guérison ne faisaient qu’aller et venir du matin jusqu’au soir, presque aplatissant le seuil de la porte du manoir.

« Responsable Qiao, félicitations. » Jiang Chen dît immédiatement à Qiao Baishi qui rayonnait de bonheur après son entrée.

«Ah, mai …. Jeune duc. » Qiao Baishi avait presque lâché les deux mots de« maître honoré ». Si ce n’était pas sa rapide réaction, il aurait probablement fait.

« Jeune duc, notre invité d’honneur. S’il vous plaît par ici, par ici. » Qiao Baishi était naturellement ravi de voir Jiang Chen.

Il était occupé avec les affaires durant cette période et n’avait pas eu le temps de visiter ou de payer ses respects à son maître honoré. Il était également inquiet que son maître honoré pouvait être en colère.

Ce n’était pas une question de Jiang Chen s’inquiétant que Qiao Baishi ne voulant plus l’écouter, mais plutôt le contraire et de le laisser Qioa Baishi dans le froid.

Pour Qiao Baishi, bien que l’activité du manoir de la guérison fût très importante, comparé à la reconnaissance de Jiang Chen comme son maître … la première était juste quelque chose de mineure.

Qiao Baishi avait accordé une grande importance à son statut de successeur au manoir de la guérison par le passé. Depuis, sa vision du monde et ses pensées avaient beaucoup changé après avoir reconnu Jiang Chen comme son maître.

Si on disait que Qiao Baishi avait le plus grand égard concernant son statu de successeur du manoir de la guérison précédemment. Actuellement cela semblait un peu trivial. Cela n’apparaissait plus comme une grande chose s’il n’était plus le successeur du manoir.

S’il était capable de suivre son maître et de poursuivre le savoir, gagnant une grande aptitude, il aurait alors un niveau à l’avenir qui serait plus élevé à celui du successeur du manoir de la guérison par dix, ou même au centuple. Pourquoi aurait-il à s’inquiéter de perdre ses capacités?

Les simples trois formules de pilule de son maître honoré avaient suffi pour bouleverser les marchés de la pilule des seize pays voisins, sans parler d’autres choses.

Ces jours-ci, il y avait eu un flux constant de clients passant des commandes au manoir de la guérison.

Les commandes que le manoir avait reçues étaient déjà en ligne d’attente d’approvisionnement pour l’année prochaine. Même ainsi, les gens qui faisaient toujours les commandes avaient un étonnant plaisir,  ils se moquaient du délai d’attente.

Le manoir de la guérison ne voulait pas accepter de dépôts, mais leurs clients ne voulait pas prendre un non pour une réponse, Ils avaient insisté pour des paiements anticipés.

Ce type de commerce provoqua tous les associés du manoir de la guérison de se sentir libre d’esprit et heureux. Cela n’était plus du buisines, mais plutôt l’ouverture d’une mine d’or et avoir de l’argent qui coule rien qu’en restant assis là!

Quant à l’homme qui avait personnellement créé cette scène, les événements de ces jours-ci avaient poussé Qiao Baishi à réfléchir un peu. Il avait réalisé que sa vision du monde précédente était encore trop étroite.

Il avait également pris conscience que quoi que son maître honoré, Jiang Chen, allait lui apporter, changerait vraiment son destin.

 

 

  1. proverbe chinois indiquant la joie de quelqu’un après avoir connu la tutelle d’un maître sage

 

 

 


Cet article comporte 15 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top