skip to Main Content
Menu

SOTR-Chapitre 50

Chapitre précédent                                                                                                                                                                                 Chapitre Suivant

Source : Version anglaise

Traduit et édité par : daotranslator


Chapitre 50 : Qiao Baishi reconnait son maître


 

Qiao Baishi était troublé et se leva précipitamment. « Jeune duc, quelqu’un du manoir de la guérison vous a-t-il offensé? Je vais immédiatement y-retourner et enquêter. Celui qui a offensé le jeune duc, je le jeterai immédiatement à la rue! »

Jiang Chen étendit ses mains puis sourît: «Ne sois pas si agité, ce n’est juste que des paroles. J’ai demandé à ce que tu viennes aujourd’hui parce que je tiens à te dire quelques mots.»

« Baishi écoute avec dévouement et respect à toutes les instructions que le jeune duc te donnera. » Qiao Baishi s’était fait tout petit devant Jiang Chen. Il savait, mieux que quiconque, que la gloire et l’honneur du manoir de la guérison qui lui appartenait aujourd’hui, étaient un cadeau de Jiang Chen.

C’était aussi ce que Jiang Chen avait dit: Ce qu’il pouvait donner au manoir de la guérison aujourd’hui, il pourrait le reprendre dix fois demain.

Jiang Chen hocha la tête. «Je vais parler franchement. Je n’ai pas le temps de visiter le manoir de la guérison, une fois, deux fois, ou même trois fois par mois. J’ai besoin d’un homme de confiance, un homme de main ou en d’autres termes, un disciple qui écoute ce que je dis. »

Les pensées de Qiao Baishi galopaient de partout. Comment pouvait-il être un idiot s’il occupait un poste de responsable? Il comprît naturellement le sens derrière les mots de Jiang Chen.

Ce fut un désir de Qiao Baishi pour prouver sa loyauté et annoncer son allégeance!

« Troisième responsable, tu es un homme intelligent. Je vais seulement dire cela: S’il arrive qu’un jour où quelqu’un qui est cent fois plus grand que toi, s’agenouille devant moi et lèche mes orteils, je ne pourrais même pas l’accepter comme disciple. Ce que je peux te donner est dix fois, cent fois au-delà des limites de ton imagination! »

La respiration de Qiao Baishi se précipita. Comment ne pouvait-il pas le croire? Jiang Chen avait changé tout le paysage du marché des pilules spirituelles dans le Royaume d’ Eastern avec seulement trois formules de pilules aléatoires.

Avec assez de temps, les pilules du manoir de la guérison  feraient leur chemin vers les seize pays voisins et sans doute des profits faramineux les attendraient.

Et tout cela avait été accordé par Jiang Chen.

Quand ses pensées arrivèrent à ce point, comment Qiao Baishi pourrait-il hésiter? Ses deux genoux tombèrent immédiatement sur le sol, «maître émérite, Baishi se prosterne en guise de salutation. Baishi est prêt à passer sa vie à suivre son maître et apprendre le vaste dao de l’alchimie. »

Après ses paroles, il se prosterna aussi respectueusement que possible et rempli pleinement les politesses pour devenir officiellement un disciple.

Jiang Chen ne s’était pas mis sur ses airs et accepta pleinement le rituel de Qiao Baishi.

« Baishi, il arrivera  un jour où tu découvriras que tu as pris une décision sage et brillante aujourd’hui. Si tu as hésité qu’un instant à ce moment, tu aurais perdu ma confiance. L’aide que je t’ai rendu se serait aussi arrêtée aujourd’hui. »

Qiao Baishi était extrêmement craintif.

«Puisque tu m’as reconnu en tant que maître, je vais donc te passer les secrets de base des trois formules de pilule. De cette façon, je ne serai plus obligé de visiter votre manoir de la guerison chaque mois. »

Quoi?

Qiao Baishi était complètement abasourdie. Il n’avait pas pensé à ce que ces magnifiques avantages  lui soient accordés juste après avoir reconnu son maître. Il allait recevoir directement les techniques de base de ces trois types de formule de la pilule!

Ce fut un espoir insolite qu’il n’osait même pas rêver!

« Ne sois pas étonné. Ces trois formules de pilule sont à tes yeux une source de fortune incroyable. Cependant, à mes yeux, elles ne sont aux mieux que de vulgaires formules sans valeurs. »

Jiang Chen ne se ventait pas. Avec ses connaissances du dao de l’alchimie durant sa vie antérieur, ces formules de pilules étaient des marchandises si ordinaire qu’on les vendait normalement dans les rues, elles étaient ordinaires au-delà de la croyance.

Ces mots n’étaient pas dans le but de se vanter, mais de faire descendre Qiao Baishi d’un cran et empêcher la fierté démesurée de lui monter à la tête après avoir reçu les secrets de base de ces trois formules.

Qiao Baishi était encore plus craintif. «Maître, votre disciple a peur de ne pas maîtriser ces trois formules de pilule. Au manoir de la guérison … »

« Puisque c’est moi qui te passe les formules, alors je n’ai pas peur que tu sois incapable de les maîtriser. Rappelle-toi,  tu es différent d’avant. Tu m’as en tant que soutien. Si quelqu’un ose se soulevait  contre toi dans le monde de la médecine spirituelle, tu auras alors le droit de le pulvériser en poussière. Si tu es incapable de le faire, tu n’auras aucune qualification d’être mon disciple.

Tu dois être tout à fait conscient que si je suis prêt à prendre des disciples, la ligne de ceux qui voudraient prier à genoux pour être mes disciples s’étirera de mon territoire de Jiang Han jusqu’à la capitale. »

Qiao Baishi dît précipitamment «Votre disciple vous croit. Maître possède des ressources merveilleuses et doit être la réincarnation d’un grand et ancien maître de l’alchimie. Comment votre disciple ne peut-il pas croire? Être en mesure d’attirer l’attention favorable de mon maître est le résultat du karma de mes centaines d’années d’entrainements ».

Jiang Chen rit légèrement. Réincarnation d’un grand ancien maître de l’alchimie? Qiao Baishi l’avait deviné assez audacieusement! Mais il était trop conservateur même avec une telle supposition audacieuse!

Bien sûr, Jiang Chen ne révélerait pas ses propres secrets et ne sourît que mystérieusement. «Grand et ancien maitre en alchimie? Baishi, si tu as de la bonne fortune, plus tu me suivras, plus tu en apprendras davantage à quel point les cieux sont hauts et à quel point le monde est vaste. »

Pour Qiao Baichi, cette nuit était destinée à être une nuit blanche.

Ce soir là, il avait pris une décision qui allait changer la trajectoire de sa vie.

Jiang Chen ne portait aucun soupçon envers son peuple et divulgua entièrement les mystères et les secrets des trois formules de pilules à Qiao Baishi. Ce dernier était devenu encore plus engagé envers Jiang Chen.

Après avoir terminé avec Qiao Baishi, Jiang Chen était entré dans la chambre d’entrainement secrète des Jiang Han et continua son entrainement.

Bien que Jiang Chen fût très occupé pendant ce temps, il n’avait jamais négligé ses devoirs du soir à l’entrainement.

Après ces quelques jours d’entrainements familiers, il était pleinement plongé dans la méthode du « Secret des Neuf Océans du Rire ». Avec l’aide de cette puissante méthode, ses  vagues immenses de qi s’étaient améliorées à une vitesse merveilleuse.

Ses six méridiens de qi étaient comme six tigres affamés –  affamés du prochaine acupoint. Ils le démangeaient pour passer à l’action et voulaient se battre avec le septième méridien de qi.

« Qui aurait pensé que la puissance du » Secret des Neuf Océans du Rire « serait beaucoup plus grande que je ne l’avais imaginé. Je pensais qu’accéder à sept méridiens de qi ne serait pas facile. Pourtant, le « Secret des Neuf Océans du Rire » a permis d’augmenter considérablement la qualité  de mes vagues immenses de qi. Avec une telle méthode suprême, atteindre les sept méridiens de qi pourrait être achevé sans aucun effort supplémentaire ou une  nécessité d’un entrainement supplémentaire.»

Jiang Chen avait découvert qu’il avait sous-estimé la qualité du « Secret des Neuf Rire du Océans ». Durant les jours qu’il avait pratiqué le secret des Neuf Océans du Rire, ses vagues immenses de qi s’étaient sensiblement améliorées.

« Très bien, puisque ces vagues immenses de qi ont tellement faim, il apparait que je n’ai plus besoin de patienter dans le domaine intermédiaire du qi. Tentons le coup! »

Jiang Chen était un homme d’action et manipula immédiatement ses six méridiens de qi. Ses six courants concentrés de vagues immenses de qi étaient comme six rivières qui convergeaient vers les grandes mers.

C’était plus facile que ce que Jiang Chen avait imaginé. Lorsque les six loups affamés de vagues immenses de qi s’étaient précipités vers le septième acupoint, un courant chaud encercla l’acupoint.

Le qi jaillissait comme de l’électricité en une attaque imparable à ce moment, purifiant instantanément le septième méridien sans un soupçon d’hésitation ou le moindre sentiment d’obstacle.

« Hoo! »

Jiang Chen expira lentement une bouffée d’air trouble. Qui aurait cru qu’atteindre les sept méridiens de qi  était plus facile qu’on ne l’aurait imaginé.

« Il semble que ce n’est pas les praticiens de ce monde qui possèdent un faible potentiel, mais qu’ils manquent plutôt de méthodes d’entrainement décentes. Avec ce Jiang Chen comme exemple, s’il avait pris le temps de s’entrainer sérieusement, il aurait pu atteindre au minimum six méridiens de qi. Même sept méridiens de qi ne seraient pas farfelus! »

Jiang Chen savait qu’il avait facilement franchi et atteint le domaine avancé du qi en partie grâce au  potentiel de ce corps qui était assez bon, mais la raison principale était la méthode d’entrainement avancée.

Si on regardait à travers tout le Royaume d’Eastern, il serait impossible de trouver une autre méthode supérieure au « Secret des Neuf Océans du Rire ».

Même la méthode de fondation de la famille royale « le qi Améthyste oriental » pâlissait, et de loin, par rapport au « Secret des Neuf Océans Rire ».

La percée dans le domaine du qi augmenta considérablement la confiance de Jiang Chen.

Avec l’aide de ses vagues immenses de qi, Jiang Chen commença à combiner son entrainement avec les techniques d’arts martiaux. Avec son qi actuel, Jiang Chen n’avait pas choisi des techniques qui étaient trop profondes.

L’ensemble des techniques de la « coupures des vastes océans » était la version améliorée du « brise lame ».

Et l’ensemble des techniques du « poing infini » était la version améliorée du « poing divin de mers ».

Le propriétaire initial du corps de Jiang Chen avait déjà pratiqué le « Brise Lame » et le « Poing divin des mers ». Mais on le comptait parmi les gens qui venaient juste de mettre le pied dans la salle d’entrainement  et n’avaient pas entièrement obtenu le corps des techniques.

Par conséquent, Jiang Chen était essentiellement  parti depuis le début, maintenant qu’il pratiquait  ces deux versions améliorées des techniques d’arts martiaux.

Il y avait sept formes au total de la «coupure des vastes océans ». Une fois que les sept formes avaient toutes été bien assimilés avec succès, la forme d’épée serait comme les courants du vaste océan, et exposerait pleinement les vraies couleurs d’un héros.

Il était dit qu’une fois les sept formes auraient été pratiquées avec succès et bien assimilés à travers une étude approfondie du sujet, que celui qui était dans le domaine du qi aurait une chance de se battre avec un praticien ordinaire du dao spirituel.

Le domaine du qi étant en mesure de contrer le légendaire dao spirituel … on pouvait voir de ces rumeurs quelle grande technique était la « la coupure des Vaste Océan ».

Dans la cour d’entrainement du manoir des Jiang Han, Jiang Chen utilisa sa main comme une lame sous le clair de lune. Ses pas étaient comme marcher sur le dos des vagues. Chaque mouvement englobait le concept de flots rugissants.

Il fallait dire, qu’équipé avec les souvenirs de sa vie passée, Jiang Chen possédait une compréhension extrêmement profonde des techniques d’arts martiaux.

A ce moment, sa paume était devenue une lame, c’était vraiment  comme s’il possédait une lame dans sa main à chaque pas qu’il faisait. Les concepts qui s’étaient accumulé les unes sur les autres, faisaient remplir tout son corps avec une lumière brillante.

« Première forme de la « coupure des vastes océans »- la déchirure de la Vague ! »

Jiang Chen avança et son bras descendit vers le bas. C’était une coupe propre et soigné sans fioritures, aucuns mouvements parasites. Simple et rapide, attaquant la cible principal!

Le qi était comme le gel qui rempli l’air avec une lumière froide.

Accompagné par un sens métallique fort, le qi coulait droit où la main-lame pointa et atterrit sur une sur en pierre.

Après on entendît le son d’une pierre se fracassant, la pierre se brisa nettement au centre. Les deux parties étaient aussi lisses et brillantes comme un miroir – comme si un couteau avait coupé à travers du tofu (N.T : ou du beurre si vous voulez).

Ce fut comme si une véritable lame l’avait coupé avec ce mouvement.

L’intérêt de Jiang Chen avait été grandement piqué au vif quand il joua à plusieurs reprises de ses pieds. Son bras continuait à descendre vers le bas, comme des vagues superposées.

Klang, klang …

Jiang Chen coupa neuf fois en un seul coup.

Neuf courants purs de qi coulaient à travers lui, les lignes de pierre se brisèrent successivement au milieu, à la suite d’un rythme. Les côtés de chaque pierre brisée étaient aussi nets que des miroirs.

«La coupure des Vaste océan, c’est vraiment quelque chose! » Jiang Chen était revenu sur ses pas et regarda la rangée de pierre parfaitement divisés. Il était très satisfait en regardant la surface des pierres brisées.

« Une telle puissance dans la première forme, et cela n’est encore que la première forme. Si je devais couper sept fois en un coup, il est peu probable qu’il y ait beaucoup de gens du domaine avancé du qi qui pourraient prendre mes sept attaques.»

Jiang Chen était très satisfait en regardant l’incroyable pouvoir destructeur apporté par la première forme de la coupure des Vastes océans.

« Une méthode améliorée accompagnée par des techniques d’arts martiaux améliorés. Dans un tel petit royaume, on pourrait certainement avoir le droit de regarder ses pairs avec mépris! »

« Les examens finaux des épreuves du Dragon caché sont sur le point d’arriver. Les jours faciles et confortables dans la capitale vont partir sans laisser de trace. » Jiang Chen percevait très calmement qu’avec le début des examens finaux des épreuves du Dragon cachés, de grands bouleversements seraient sûr de se produire dans la vue d’ensemble de la capitale.

Les conditions d’une tempête s’était déjà formé, Jiang Chen n’osait plus se relâcher pendant le moindre moment!

 

 


Cet article comporte 19 commentaires
  1. Merci pour le chapitre !
    Il a enfin atteint le domaine avancé du Qi :3
    La tempête sur la capital va bientôt déferlée 🙂
    Vivement la suite 😉

  2. attention cher lecteurs nous entrons dans une zone de turbulence, veuillez s’il vous plait rester calme, notre expert du qi avancé Jiang Chen s’occupe actuellement de ses futurs turbulence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top