skip to Main Content
Menu

SOTR-Chapitre 44

Chapitre précédent                                                                                                                                                                                 Chapitre Suivant

Source : Version anglaise

Traduit et édité par : daotranslator


Chapitre 44 : Prend ce que tu veux 


 

« Eh? Une jeune fille qui écoute réellement les instructions? » La personnalité de langue de vipère de Jiang Chen se révéla dès qu’il vît la princesse Gouyu. « On dirait que tu as accepté de me croire. Je peux dire que ton état est bien meilleur qu’il y a quelques jours. À ce rythme, tu atteindras les onze méridiens de qi dans ce mois. Félicitations d’avance. »

Le ton de Jiang Chen était normal, comme si arriver à onze méridiens de qi était aussi normal que de manger et dormir et pas besoin de faire un grand cirque dessus.

Princesse Gouyu était au départ pleine d’attente, elle attendait que Jiang Chen la complimente avec quelques mots. Cela aurait était bien même si les mots étaient d’usage courant ou des compliments génériques – des choses sur son extraordinaire potentiel ou d’être un génie rare du dao martial.

Mais, elle découvrît tragiquement que cet homme ne semblait même pas savoir que les femmes avaient besoins d’être complimentées.

Voyant que la princesse Gouyu le regarder avec de grands yeux, Jiang Chen sourît avec lassitude. « Alors dis-moi, pourquoi as-tu besoin de moi? Les derniers jours m’ont vraiment épuisé. S’il n’y a rien d’autre, je vais rentrer à la maison et dormir. »

Princesse Gouyu était à la fois furieuse et amusée par son comportement.

« Jiang Chen, en regardant la façon dont tu te comportes maintenant, est-ce que ton père va bien? »

Jiang Chen cligna de l’œil. « Pourquoi, tu veux quelque chose de mal lui arriver? »

« Bien sûr que non, » les lèvres de jade de la princesse Gouyu se déplacèrent rapidement quant elle semblait être un peu mise en colère. «Suis-je vraiment si néfaste selon ton cœur? »

« Ok d’accord. Nous sommes tous sur le même bateau. Je dois patienter et coexister avec tes bons et mauvais cotés, non? C’est vrai, tu venais chez-moi tous les jours, qui y a-t-il de si urgent? »

Princesse Gouyu ne savait vraiment pas comment se comporter avec cet homme et ne pouvait que répondre honnêtement, « Bien sûr, que j’avais une raison quand je suis venu te trouver. Suis-moi. »

« Où? Tu ne vas pas essayer de piller des tombes? N’est ce pas ? » Un regard méfiant était apparu sur le visage de Jiang Chen.

« Va t’essuyer les fesses! Pour qui me prends-tu? » Princess Gouyu presque directement gifla son visage.

« Hmm, tu es si féroce et tu ressemble à un garçon manqué … aimes-tu les femmes? »

Princesse Gouyu était complètement abattue. Si les regards pouvaient tuer, Jiang Chen aurait absolument était tué au moins dix fois en ce moment.

Il suivît la princesse Gouyu le long du chemin. Ils arrivèrent devant un grand entrepôt entouré de gardes lourdement armés de tous les côtés.

Ils s’étaient tous inclinés en voyant la princesse Gouyu.

« Jiang Chen, suis moi à l’intérieur. »

Jiang Chen donnait encore du respect à la princesse Gouyu en face des autres en acceptant de marcher docilement à l’intérieur. Il y avait effectivement un grand trésor.

De l’or, de l’argent et d’autres trésors à l’intérieur. Ils étaient entreposés en forme de petite montagne. Toutes sortes de trésors étranges et précieux étaient empilés sur des étagères des deux côtés.

« A qui penses-tu qu’ils appartiennent?» Demanda la princesse Gouyu.

« Ce n’est pas du n’importe quoi? Je ne suis pas aveugle. » Répondît Jiang Chen.

« Ils ont tous été saisis dans la maison de Du Ruhai. On les a scellé ici, personne n’a le droit d’y toucher »

« Ah? Ce chien d’officiel était si avide? »Jiang Chen commença à le maudire bruyamment quand il  entendît que c’était le butin de Du Ruhai. « Donc ça paye aussi bien d’être un officiel dans la capitale? Je dois vraiment envisager de déménager à la capitale et de devenir un officiel. Quelle est l’intérêt d’être un duc? Faire des guerres tous les jours, verser du sang et de la sueur et être supprimé à la fin. Comme c’est agréable d’être un officiel. Un fonctionnaire sans importance et si minuscule comme Du Ruhai pouvait accumuler tant de richesses! Je dis, quel est ton but de m’amener ici? Est-tu entrain d’essayez de me corrompre? Si tel est le cas, je n’ai qu’une seule phrase – tu as gagné, dépêche-toi et déplace toutes ces choses à ma maison. »

Princesse Gouyu était tellement amusée par son comportement sérieux  qu’elle sourît involontairement.

Elle découvrît soudainement que c’était très relaxant d’être en compagnie de ce genre de tête brulée. Ce jeune homme était toujours prêt à faire un sale tour à chaque fois qu’il trouvait une occasion de le faire. Son optimisme d’une personne ouverte d’esprit imprégnait toujours son attitude d’apparente timidité.

« Jiang Chen, mon frère m’a chargé de te laisser prendre un article de ton choix parmi ce qui est entreposé ici. »

« Vous avez vraiment décidé de me corrompre? » Jiang Chen n’avait vraiment pas pensé que la princesse Gouyu l’avait amené ici pour cette raison.

« Tu ne veux vraiment pas tout cela?» Les yeux de la princesse Gouyu s’élargirent.

«Si je voulais cet or et cet argent, je ne le prendrais pas de la bouche d’officiels corrompus. Mais je peux envisager de les dépenser pour vous. » Déclara Jiang Chen avec un rire joyeux.  « Si je me souviens bien, il y a eu de successives inondations au cours des dernières années sur le territoire du duché de Jinshan. Les gens ont connu des temps difficiles. Neuf maisons sur dix sont désertes. Si ces biens volés pouvaient être utilisés pour soulager leur souffrance, ça pourrait encore être considéré comme de la charité. La seule chose inconnue, c’est que le maître de ta maison soit prêt à le faire? »

« Es-tu … es-tu sérieux ? » Princess Gouyu n’avait jamais pensé que ce genre de mots pouvait venir de la bouche de Jiang Chen. Cela lui avait permis d’avoir une meilleure compréhension de Jiang Chen.

Jiang Chen parlait avec un air grave, « Penses-tu que je plaisante avec la vie de millions de victimes d’une catastrophe naturelle? »

Princesse Gouyu avait des vertiges par cette forte justice qu’inspirait Jiang Chen qui lui coupait le souffle. Finalement, ses yeux de phénix se contractèrent, « Très bien, je vais prendre la décision au nom de mon frère. Si je me souviens bien, le duché de Jinshan et le vôtre sont de vieux amis? »

« Secourir les victimes est un acte de bienveillance. Il redorera d’avantage le blason de votre famille royale. Qu’est-ce que cela à avoir avec la relation entre nos deux familles? »

La réfutation de Jiang Chen rendit la princesse Gouyu à voir le rouge. Elle sentît aussi que ses paroles avaient manqué de pertinence et méritaient des réprimandes.

Après un moment de maladresse, la princesse Gouyu avait finalement trouvé un sujet. « Jiang Chen, ce Du Ruhai était un collectionneur passionné d’armes divines. Ces armes sortent de l’ordinaire, pourquoi ne pas choisir un ou deux? »

« Oh? Je ne vais sûrement pas être poli ici. » Jiang Chen n’avait pas décliné la proposition et se dirigea vers l’étagère rempli d’armes.

C’était un peu exagéré d’appeler ces simples armes des armes divines.

Jiang Chen balaya de son regard tout le lot. La plupart de ces articles étaient des morceaux de ferraille à ses yeux. Il y avait quelques éléments qui méritaient à peine un regard.

Le regard de Jiang Chen s’arrêta sur un sabre qui était d’un mètre de long. Ce sabre était caché dans son étui comme un dragon caché dans un abîme. Il était peu visible de l’extérieur et n’avait pas la moindre trace de lueur.

Mais les milliers d’années de souvenirs de Jiang Chen durant sa vie passée lui avaient permis de percevoir un certain potentiel, une puissance indomptable qui était caché derrière cet extérieur ordinaire.

C’était une sorte de réserve qui ne voulait pas se révéler dans un environnement aussi banal et mondain.

C’était une arrogance qui refusait de se vautrée dans un bourbier remplis d’armes ordinaires.

« C’est celle-là! »

Jiang Chen choisît ce sabre à son premier coup d’œil. Ce sabre resterait subtil et dormant quand il faut garder un profil bas. Lorsque son tranchant était nécessaire, il laisserait tout à fait, sans vergogne, apparaitre cette brillance incomparable!

Ce fut la personnalité de Jiang Chen et également la personnalité de ce sabre.

Qui se ressemble s’assemble !

Princesse Gouyu était légèrement surprise de voir Jiang Chen ignorer ces épées pointues qui envoyaient des rayons brillants de lumière. Au lieu de tout cela, il choisît un sabre avec un extérieur tout à fait ordinaire.

« Jiang Chen, ceci est un morceau d’or de cristal en fine couche, c’est un matériau exceptionnel pour l’artisanat des armes. Pourquoi ne pas le choisir? » Princess Gouyu ne pouvait s’en empêcher et de faire une recommandation.

Si Jiang Chen choisissait seulement un sabre, la princesse Gouyu estimerait que cette récompense serait vraiment insignifiante en comparaison de l’aide que Jiang Chen lui avait donné.

« Oh? Je pensais que je ne pouvais choisir qu’un article. Je vais alors choisir celui la aussi. Mais j’ai ce sabre, donc temporairement, je n’ai pas besoin d’autres armes. »Jiang Chen fit une pause et tout à coup pensa à quelque chose, ses mots prenant un virage. « Les épreuves du dragon caché sont sur le point de commencer, donc je dois faire quelques préparatifs. Tes réseaux de connaissance sont vastes dans la capitale, pas vrai? Aide-moi à forger des poignards volants à partir de cette matière. »

« Forger des poignards volants? » Princess Gouyu estima que ce matériel exceptionnel devait être utilisé pour fabriquer des armes divines. Il semblait un peu dommage de l’utiliser pour fabriquer des armes légères telles que ces poignards.

« Oui, à en juger par la quantité, forge un ensemble de neuf poignards volants. » Jiang Chen ne se souciait pas du tout à propos du gaspillage. Pour être en mesure de devenir la propriété de Jiang Chen, cela pourrait être considéré comme la bonne fortune pour l’or de Cristal en couche.

Voyant que Jiang Chen était si résolu, la princesse Gouyu ne pouvait pas naturellement aller contre la sa volonté pour ce morceau d’or de cristal. Elle hocha de la tête «Je vais essayer de les préparer dans les prochains jours. »

« Mm. Être si aimable et agréable est plus sympathique, n’est-ce pas? » Jiang Chen avait un ton comme celui qui faisait la leçon à une petite fille.

Princesse Gouyu manquait à présent la force de répondre à Jiang Chen et roula des yeux. Elle pensa tout à coup quelque chose. « Ah oui, Jiang Chen, le jardin de la pilule royale fera une exposition de pilules le jour d’après-demain. Cela fait parti des nouvelles que j’ai reçues. Ce jardin de la pilule royale possède de grandes ambitions et le manoir de la guérison est dans sa ligne de mire. Ta famille possède un partenariat avec le manoir de la guérison, faites en sorte d’être sur vos gardes. »

« Heh heh, j’ai aussi eu vent de cette nouvelle. Cela devrait être intéressant. » Jiang Chen lança un sourire inoffensif et innocent comme si il ne savait rien en la matière.

Il étendît négligemment ses mains. «Je retourne sur mon chemin, s’il n’y a rien d’autre. »

Princesse Gouyu était très en colère de voir Jiang Chen ne se souciant de rien du tout. Mais ses pensées firent soudainement un tilt, cet homme n’était-il pas toujours comme ça?

La dernière fois au manoir du Dragon Montant, n’était-il pas aussi complètement indifférent?

Et quel était le résultat? Bai Zhanyun avait été puni en un combat, Il était devenu docile et obéissant envers Jiang Chen, comme si c’était une personne complètement différente.

« Serait-ce que ce gamin ne se soit pas montré pendant quelques jours parce qu’il préparait secrètement un plan? » Plus elle interagissait avec Jiang Chen, plus la princesse Gouyu comprenait son style de jeu.

Lorsque ce gamin montrât un sourire inoffensif et innocent, peut-être qu’il avait déjà préparé un coup.

Compte tenu de ces réflexions, la princesse Gouyu ne pouvait s’empêcher de ressentir une certaine hâte, même si elle sentît que Jiang Chen n’avait pas un grand espoir de gagner contre le jardin de la pilule royale.

Mais souvent, ce Jiang Chen faisait des actions étonnantes et choquantes – qui sait ? quel nouveau tour nous ferait-il cette fois-ci?

Voyant que le dos de Jiang Chen était sur le point de disparaître, la princesse Gouyu se rappela brusquement de quelque chose. « Ah oui, Jiang Chen, la situation dans la capitale est complexe. Durant cette periode, commandant Tiandu a décidé de détacher ses meilleurs hommes pour votre manoir des Jiang Han et qui répondront à vos commandes. Cela vous évitera d’avoir une pénurie de gens quand vous en aurez besoin ».

« Qu’ils viennent demain. » Jiang Chen fît négligemment un signe de sa main,  comme avoir profité de quelqu’un mais encore prétendre le contraire. «Je veux dire – ne m’envoie pas des vieux bâtons en bois, je rejetterais la marchandise si elle n’est pas bonne. »

Princesse Gouyu voulait vraiment arracher sa chaussure et battre ce morveux avec. Elle avait été gentille avec lui. Elle lui avait même envoyé des hommes et offert des cadeaux. Comment ose-t-il ne pas dire une seule bonne chose en retour ? En plus il choisît?

« Vaurien, ce gamin est un vaurien. » Une trace d’un sourire se dessina légèrement sur la bouche de la princesse Gouyu quand elle le gronda doucement avec ces quelques mots.

Princesse Gouyu ne pouvait pas vraiment se résoudre à haïr Jiang Chen quand elle pensait aux changements qui lui étaient survenus durant ces derniers jours.

Parce que l’incantation qui détend le qi que Jiang Chen lui avait donné était tout simplement efficace. Ajoutez à cela, l’aide de la prescription des ingrédients spirituelles, en quelques jours, la princesse Gouyu pouvait sentir que ses démons intérieurs s’étaient dissipés et son problème résolu avec une vitesse qui pouvait être constaté à l’œil humain.

Le qi au sein de son corps avait également changé lentement, de sa sauvagerie originelle en un état qui pouvait être contrôlé et manipulé avec facilité, par rapport à précédemment.

Toute sa confiance, sa fierté et sa foi qui étaient perdues, avaient été récupérées maintenant.

 

La chose la plus importante quand elle fît tout cela, c’était le sens familier du dao martial qui était aussi réapparu naturellement.

Onze méridiens de qi …

Un fort sentiment de désir imprégnait les yeux de la princesse Gouyu -des yeux qui étaient aussi brillants que les étoiles.

 


Cet article comporte 19 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top