skip to Main Content
Menu

SOTR-Chapitre 43

Chapitre précédent                                                                                                                                                                                 Chapitre Suivant

Source : Version anglaise

Traduit et édité par : daotranslator


Chapitre 43 : Trois types de pilules médicinales


 

Le plan devait être mis en action immédiatement. Jiang Chen s’était entêté à ce que le raffineur des pilules soit Qiao Baishi lui-même.

Parce que jusqu’à présent, Jiang Chen ne comprenait pas beaucoup le manoir de la guérison. Il ne faisait confiance qu’à Qiao Baishi. Relativement parlant, Qiao Baishi était un homme intelligent d’une certaine morale et loyauté.

Par conséquent, quand il s’agissait du cœur des opérations de raffinage, Jiang Chen était seulement prêt à laisser Qiao Baishi participer et à aucun autre raffineur de pilules du manoir de la guérison.

Qiao Baishi souhaitait vivement un tel développement.

Même si Jiang Chen n’avait rien dit de quoi que ce soit, Qiao Baishi ne laisserait pas cette occasion pour quelqu’un d’autre. Même si Jiang Chen ne voulait pas lui donner les points essentiels.

Cependant, si lui, Qiao Baishi, était impliqué, alors cela signifiait qu’il contrôlerait le droit à la parole  dans le manoir.

Ce fut sans doute une grande aide pour Qiao Baishi afin de mieux contrôler le manoir dans les jours à venir.

Tant que lui et Jiang Chen avait cette coopération, comment quelqu’un d’autre au sein du manoir serait en mesure de renverser son statut de successeur?

Dans ce cas la, il serait parfaitement justifié pour le Seigneur maitre de le cultiver à l’avenir et de lui passer le pouvoir de décider à sa place.

Après tout, s’opposer à Qiao Baishi équivaudrait à couper la compétence de base du manoir de la guérison.

Qiao Baishi était extrêmement reconnaissant. Il sentait qu’il avait pris une décision extraordinairement sage ce jour-là. S’il n’y avait pas le fait qu’il avait vendu cette Herbe solaire du dragon à Jiang Chen contre toute attente, la situation actuelle dans la capitale serait probablement complètement différente. Lui, Qiao Baishi, serait encore entrain de peiner loin du manoir avec sa queue coincée entre ses jambes.

Et maintenant, s’il pouvait exécuter avec succès toutes ces choses et en finir avec leur concurrent du jardin de la pilule royale en un seul coup, alors sa force, son  charisme et sa capacité de leadership, monteraient spontanément en flèche.

De cette façon, sa position dans le manoir de la guérison serait stable sans aucun doute et il recevrait d’innombrables appuis.

Après tout, tout le monde voulait voir un Seigneur maitre qui pourrait apporter des revenus et de l’honneur au manoir de la guérison.

Supprimer totalement le jardin de la pilule royale serait un exploit étonnant que le Seigneur maitre Song Tianxing avait lutté pour mais jamais accomplie!

Trois jours plus tard, la pilule du Karma céleste était produite avec succès. Le feu avait craché huit pilules complètes. Trois d’entre elles  étaient de rang supérieur, quatre du milieu et une de rang inférieure.

Lorsque Qiao Baishi sentît la concentration des pouvoirs médicinaux de la « pilule du Karma céleste », ses yeux se remplirent de larmes à la vue de cet extérieur sans faille qui semblait avoir été formé par la nature elle-même et l’odeur qui était assez forte pour faire bouillir le sang et le faire jaillir.

Il avait finalement cru en l’existence de la pilule du Karma céleste, après tout.

Il avait supporté trop de pression ces derniers jours. Pendant que les jours passaient et la pilule du Karma céleste n’apparaissait pas, un certain scepticisme et des voix de doute avaient également retenti à l’intérieur du manoir de la guérison. Ils soupçonnaient qu’ils avaient été dupés par Jiang Chen.

Et maintenant que la pilule du Karma céleste qui avait tant captivé les cœurs était enfin devant Qiao Baishi, comment ne pouvait-il pas séché les larmes de son visage?

Un raffineur de pilule sent son accomplissement au moment où les feux s’éteignent pour révéler la pilule fini.

Qiao Baishi ne faisait pas exception, l’importance accordée à cette pilule du Karma céleste était trop grande et trop stressante!

C’était comme si on avait enlevé à Qiao Baishi  toutes les charges écrasantes de ses épaules à ce moment.

La pilule de remplissage du qi était également produite après deux jours. Lorsque Qiao Baishi demanda après le nom de cette pilule, Jiang Chen cacha son nom d’origine et l’appela la « la pilule des vastes Océans ».

Au cours des deux derniers jours, Jiang Chen apporta quelques modifications à la recette du médicament calmant les esprits et le nomma « la poudre de Bouddha ».

Cette poudre de Bouddha n’avait pas besoin d’être raffiné. Elle n’avait besoin que de certains ingrédients spirituels à être broyés  et de les soumettre à une ou deux autres étapes de conditionnement, avant de la vendre.

L’absence d’une étape de raffinage signifiait l’absence de perte en la matière et la possibilité de contourner l’étape coûteuse de raffinage. Ce qui naturellement réduirait les coûts à un dixième du cout par rapport à la pilule médicinale qui est en vente.

Après tout, huit à neuf pilules sur dix seraient perdues durant le processus de raffinage. Sur une quantité d’ingrédients suffisante pour produire une centaine de pilules, seulement dix ou vingt pilules seraient en mesure d’être raffinées avec succès à la fin.

Un raffineur hautement qualifié pourrait raffiner vingt ou trente pilules, mais ce n’était pas une garantie que ce serait toujours le cas.

Qiao Baishi avait à peine dormi au cours de ces six derniers jours mais il était encore plein de vigueur. Il avait la vitalité des dragons et la férocité des tigres. On le croirait s’il nous disait qu’il n’était pas fatigué, même s’il s’engagé dans des combats acharnés pendant deux mois.

En effet, la passion professionnelle de Qiao Baishi s’était tout à fait immergée dans ce travail.

Le choc que Jiang Chen lui avait apporté durant ces six derniers jours était tout simplement trop fort. Bien qu’il fût le seul responsable du raffinage de la pilule, Jiang Chen était dans le contrôle des opérations critiques de recette.

Qiao Baishi n’avait rien à redire sur cela, ce fut aussi ce qui était écrit dans le contrat. Il serait irréaliste de demander à Jiang Chen de lui révéler tous les détails concernant les opérations critiques de la création de la pilule.

Un rêve, de six jours fructueux avaient passés.

Contemplant les bouteilles de pilules empilées devant lui, Qiao Baishi avait encore un sentiment d’être dans un rêve. Le sentiment d’accomplissement et de satisfaction  en tant que raffineur de pilule qu’il avait reçu au cours des six derniers jours était quelque chose qu’il n’avait encore jamais ressentit dans  sa vie jusqu’à maintenant.

Et ce fut tout cela grâce au jeune homme devant de lui.

A ce moment, un sentiment de contempler une grande montagne s’était éveillé dans Qiao Baishi alors qu’il regardait Jiang Chen.

« Troisième responsable, j’ai fait tout ce que je devais faire. Le reste appartient aux opérations du manoir de la guérison. Je serai très déçu si nous seront incapables de vaincre complètement le jardin de la pilule royale. »

Qiao Baishi tapota sa poitrine. « Jeune duc Jiang, je n’ouvre jamais ma bouche pour rien. Juste regardez et appréciez le spectacle que je prépare,  Avec l’aide de cette pilule divine et la base des réseaux de mon manoir et ses moyens de distribution, si nous sommes incapables de vaincre complètement le jardin de la pilule royale, nous seront alors vraiment indigne de notre réputation. »

Jiang Chen était satisfait de la déclaration de Qiao Baishi et sourît légèrement. « Autrement dit, le manoir ne manquera pas l’exposition des pilules médicinales qui aura lieu dans le marché trois jours à partir de maintenant? »

« Haha, c’est sûr que nous ne le manquerions pas. Le jardin de la pilule royale agit avec un tel haut profil, si notre manoir ne donne aucune réponse, ne serait-il pas faillir à notre réputation de numéro un en  médecine spirituelle du royaume? »Qiao Baishi était de très bonne humeur.

«Rappelle-toi de me notifier pour aller voir le spectacle. Je ne voudrais vraiment pas le manquer. »

« Jeune duc Jiang est naturellement le premier invité estimé que nous inviterons.» Sourît Qiao Baishi.

« Ah oui, rappelle-toi d’envoyer une invitation à la princesse Gouyu le moment venu. Il y a une part de la poudre de Bouddha réservée à la princesse Gouyu. » Jiang Chen le rappela.

« Oh? Princesse Gouyu possède aussi une part? »Qiao Baishi bugga momentanément puis immédiatement sourît. « Nous devons alors préparer un cadeau de gratitude pour la princesse Gouyu. »

Jiang Chen rit de bon cœur et pensa, «cette femme Gouyu ne veut probablement pas d’argent … Mais étant donné que le manoir de la guérison veut lui offrir un cadeau, il est probable qu’ils seraient trop gênés de donner quoi que ce soit en dessous de un ou deux millions de taels d’argent. »

Après avoir passé six jours complets dans le manoir de la guérison, quand il retourna au manoir des Jiang, son père Jiang Feng était toujours dans la chambre secrète. Jiang Chen savait que l’entrainement sous  porte scellée de son père pourrait durer cette fois entre un mois à quatre mois.

Avec les tendances martiales dao-coholique de son père, il ne sortirait probablement pas avant qu’il n’atteigne les dix méridiens de qi.

Peut-être, le jour où son père ouvrirait ses portes, serait le jour quand le premier maître de qi verrait le jour dans le manoir des Jiang Han!

Depuis que Jiang Chen donna ses ordres avant d’aller au manoir de la guérison, tout était encore relativement calme. Il n’y avait pas de panique juste parce que Jiang Chen n’avait pas paru pendant une période de temps.

« Jiang Fu, qu’est-il arrivé à l’extérieur pendant ce temps? »

Jiang Fu était debout respectueusement devant Jiang Chen. Quand il faisait face au jeune duc, Jiang Fu avait retiré ses intentions négligentes et méprisantes qu’il avait tenues dans le passé.

Il fallait reconnaitre que la performance de Jiang Chen au cours de cette cruciale période avait conquis les serviteurs de la maison du duc.

« Jeune duc, tout était plus ou moins calme durant ces derniers jours. Les rumeurs se sont propagées dans le monde extérieur que le duc était empoisonné, mais aucun grand mouvement n’a été fait. Il y a aussi une rumeur qui est la plus populaire dans le monde extérieur en ce moment, que le duc a … a déjà été victime, mais que nous ne l’avons pas annoncé en raison de certaines pressions … »

Jiang Fu parlait avec des arrêts quand il discutait de cela. Après tout, les serviteurs n’étaient pas trop sûrs si le duc de Jiang Han était en effet encore en vie.

«Il n’y a pas besoin de prêter attention à ces rumeurs. » Jiang Chen était naturellement le plus au courant sur la situation actuelle de son père.

« N’y a-t-il personne qui est venu me trouver au cours de ces derniers jours? » Jiang Chen posa une autre question.

« Oui, le duc de Jinshan et le duc de Hubing sont venus avec leurs deux jeunes ducs. »

Le duché de Jinshan était la maison de Xuan la boulette et le duché Hubing était la maison de Hubing Yue. L’amitié avec ces duchés était longue depuis plusieurs générations, c’était tout à fait normal pour eux de le rendre visite en entendant ce qui était arrivé à Jiang Feng.

« Y’a-t-il eu d’autres personnes? »

« Oui, la princesse Gouyu est également venue.» Le ton de Jiang Fu tourna un peu au bizarre quand il  parla de cela. « Et, la princesse Gouyu est venu tous les jours, elle vous a laissé un message. »

« Quel message? Pourquoi vous parlez de façon hésitante ? Parlez franchement. »

Jiang Fu dît avec un sourire maladroit « la princesse Gouyu a dit :dés que le jeune duc revient, qu’il se dirige directement au palais pour la voir. Elle semblait avoir dit que la princesse Zhiruo vous manque. »

Jiang Chen rît involontairement. « Cette jeune fille, si je te manque alors dites simplement que je te manque, pourquoi utiliser cette fille Zhiruo comme une excuse? On dirait que tu n’es pas une jeune fille à la peau mince. »

Jiang Fu était abasourdi. Il avait la bouche bée devant Jiang Chen. Les deux princesses royales étaient devenues «une jeune fille» et «une fille» dans la bouche du jeune duc.

Le jeune duc de son manoir n’était vraiment pas disposé à laisser passer les choses jusqu’à ce qu’il prononce des mots qui étonneraient tous le monde.

« Très bien, alors je dois aller jouer au palais. Oncle Ying, je crains que vous deviez m’accompagner. » Compte tenu de la façon dont les choses se tenaient dans la capitale, Jiang Chen n’osait pas être négligent.

« Oui. » En tant que leader de la garde de la famille Jiang, la protection de son maître était le devoir de Jiang Ying. Il se réprimandait en permanence de ne pas avoir bien protégé le duc précédemment et n’avait pas trouvé une chance de se racheter. Maintenant qu’il prenait les ordres du jeune duc, il devait être naturellement résolu à les mener à bien. Même s’il devait sacrifier sa vie, il devait assurer la sécurité du jeune duc.

Princesse Gouyu était en effet passée au manoir des Jiang Han tous les jours. Ses sentiments étaient assez compliqués. Elle ne savait pas si Jiang Chen essayait délibérément de l’éviter ou tout simplement ne voulait pas la voir du tout. Ou parce que  Jiang Chen porte une rancune contre la famille royale à cause de ce qui était arrivé à Jiang Feng?

Princesse Gouyu avait toujours été une solitaire et poursuivait le dao martial, elle prêtait très rarement attention aux sentiments des autres.

Mais d’une certaine manière, ce jeune paresseux – cette langue de vipère – lui avait laissé une trace profonde sur sa conscience, comme une marque.

Même si elle évitait délibérément de penser à lui, sa paresse et son expression qui semble sourire sans vraiment l’être en même temps, flottait à l’avant-garde de son esprit quand il était tard dans la nuit et qu’il n’y avait personne.

Lorsque quelqu’un était venu annoncer que le jeune duc Jiang était venu au palais, la princesse Gouyu brusquement bondi sur ses pieds, mais semblait sentir immédiatement que sa réaction était un peu exagérée.

Elle prît un moment pour se calmer, puis sortît.

Jiang Chen était debout à côté des fausses montagnes à l’extérieur des chambres de Gouyu, en regardant les eaux ruisseler sur la montagne artificielle. Il s’était en fait perdu dans la contemplation pendant ce moment.

 


Cet article comporte 19 commentaires
    1. en effet je l’ai fait exprès, c’est la capacité de mener un groupe. c’est un mot qui est utilisé actuellement dans le domaine du management.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top