skip to Main Content
Menu

SOTR-Chapitre 4

Chapitre précédent                                                                                                                                                                                 Chapitre Suivant

Source : Version anglaise

Traduit et édité par : daotranslator
Edité par : MissX 


Chapitre 4 : Gifle-toi!!


La plupart des nobles présents étaient venus accompagner le duc de Tianshu pour attiser la flamme. Ils étaient venus pour assister à la descente aux enfers de la famille Jiang.

Mais à ce moment-là, qui oserait parler ?

Si quelqu’un montrait sa solidarité avec le duc de Tianshui, cela voudrait dire qu’ils défiaient leur roi, et qu’ils étaient contre le rétablissement de la princesse.

C’est à ce moment-là que Xuan la boulette comprît la situation. C’était une personne qui aimait faire du chahut et il répliqua immédiatement « Duc de Tianshui, tu te vantes toujours de tes accomplissements et de ta position privilégiée de numéro 2. C’est le moment de prouver ta loyauté. »

« Duc de Tianshui, tu n’arrêtais pas de parler à propos de l’exécution de la famille des Jiangs. Actuellement aucune demande du genre n’a été faite à ton encontre. Et tout de même, tu hésites à te gifler trois fois ?»

Jiang Chen ne voulait en aucun cas rater cette occasion de donner un autre coup à un ennemi déjà à genoux. « Il apparait que le soi-disant numéro 1 de l’intégrité et de la loyauté soit juste une plaisanterie »

Le duc de Tianshui était venu en premier lieu pour se réjouir des malheurs des Jiangs. Mais qui aurait cru un tel retournement de situation ?

Le duc de Tianshui était expérimenté dans ce genre de discussion politique, il répondît sereinement « Je n’hésiterai jamais à exécuter un ordre de sa majesté même s’il s’agissait de ma vie. Sans mentionner de simples gifles. Si ça peut apporter un bénéfice au royaume et apaiser sa majesté j’en serai ravi. Chen’er, je peux facilement me gifler mais si tu nous joues un tour, que ferons-nous de toi ? »

Eastern Lu était consterné par ces mots « Sois maudit duc de Tianshui, si tu es aussi loyal et patriotique que tu le prétends alors gifle-toi trois fois. Suis-je obligé de te l’ordonner et paraitre comme un roi tyrannique ? »

Le roi était furieux. Le duc de Tianshui était un expert en expressions faciales, il avait bien étudié toutes les émotions du roi. Il savait que le roi était à deux doigts d’exploser. Il se gifla sans préavis huit fois.

Chaque gifle résonnait comme une cymbale. Il savait que plus il frapperait fort plus ça apaiserait la colère du roi. À présent, son visage ressemblait à un cochon rose.

Tous les yeux se concentrèrent une fois de plus sur Jiang Chen après ce festival de gifles. « On t’a demandé de te gifler 3 fois seulement, quelle est la signification de ces 8 gifles ? Besoin de te rebeller ? Ou tu es seulement déloyal à sa majesté ? Oublions cela, tu seras pardonné cette fois-ci »

Bien que Jiang Chen avait mentionné qu’il ne le poursuivrait plus en la matière, cela ne voulait pas dire que les alliés du duc de Tianshui étaient à l’abri. Ils ne pouvaient que rester les bras croisés et regarder le duc se gifler. Après ça, ils ne pouvaient plus se contenir. A présent, ils pouvaient le soutenir ? Ces gifles n’étaient pas en vain ? Pas vrai ?

Un allié du duc s’écria « Jiang Chen, pour combien de temps tu vas continuer ta mise en scène ? Le duc de Tianshui s’est déjà giflé. La liste de tes crimes va se rallonger si tu ne nous offre pas une explication rationnelle »

« Effectivement, si on n’a pas une explication rationnelle, ça sera considéré comme une trahison envers le roi et ses nobles. Toute la famille des Jiangs sera exécutée dans ce cas-ci »

On aurait dit que ces gens étaient tous taillés de la même pierre, ils voulaient tous éradiquer le clan des Jiangs.

D’un autre coté, Jiang Chen répondit en baillant «  Votre majesté, ces gens ne peuvent s’arrêter de penser à éliminer mon clan. N’ont-ils pas peur de mettre en danger la santé de la princesse ? Est-ce qu’ils veulent que les familles de leurs clans soient exécutées au lieu de se gifler? »

Jiang Chen avança de quelques pas après son discours et se tint face aux nobles. D’un air colérique, il prononça « Pourquoi toute cette agitation, est-ce qu’il y a au moins une personne qui s’est souciée de la santé de la princesse ? »

« Cette tâche sacrée de soigner la princesse est devenue à vos yeux un prétexte pour persécuter vos ennemis politiques et oppresser les bienfaiteurs »

«  Duc de Tenshui, tu t’obstines à vouloir éliminer tout le clan des Jiangs, si je n’avais pas eu la grande fortune de survivre, comment aurais-je pu délivrer ce message concernant la maladie de la princesse à sa majesté ? Cette fameuse loyauté n’est rien de plus que de pousser ton roi au bord d’une falaise et mettre fin à la vie de la princesse »

« Vous êtes impressionnant, vous êtes puissant. Mais qui parmi vous peut s’avancer et me décrire le problème avec la princesse ? Vous n’avez pas les compétences de le faire mais vous enviez les gens qui le peuvent. D’autant plus, j’étais presque battu à mort. Vous croyez que c’était facile pour moi ? Pouvez-vous endurer cette responsabilité de me tuer ?»

« J’ai une dernière question, si on exigeait la mort de vos familles pour sauver notre princesse ? Vous, qui parlez de fidélité et de valeurs, accepteriez vous d’éradiquer vos familles pour apaiser le fardeau de sa majesté ? »

Jiang Chen prit un grand plaisir à élaborer ces questions qui fustigeaient de partout. Il utilisa cette opportunité pour cerner les nobles. Ces derniers étaient à court de mots et ne pouvaient le regarder que d’un regard ébahi. La dernière question les fit particulièrement frissonner de peur.

Ces nobles étaient venus dans un premier temps pour aider le duc de Tianshui à éradiquer le clan des Jiangs et porter un coup fatal à un ennemi déjà à genoux. Actuellement, les supporters de Tianshui n’avaient plus de courage même s’ils en cherchaient.

Si ce gamin utilisait la volonté de cette voix comme excuse pour convaincre le roi d’exécuter leurs familles. Considérant l’amour inconditionnel que sa majesté avait pour la princesse, ce serait fortement probable.

Jiang Chen n’avait qu’une seule idée en regardant les visages pâles pleins de terreur autour de lui, pourquoi ne pas jouer sur le moral de ces vieillards ? Surtout qu’ils se croyaient au top parce qu’ils détenaient pouvoir et prestige.

« Jeune duc, vous avez dit ce que vous aviez à dire, les gens en erreurs se sont punis, mais ce qui est en jeu maintenant est la maladie de la princesse »

C’est à ce moment-là qu’un groupe de nobles neutres prit la parole et calma les choses. Ces gens étaient venus pour le spectacle et ils étaient peu inquiets si les choses s’envenimaient. Mais cela n’aiderait surement pas le roi qui devenait de plus en plus anxieux.

« La maladie de la princesse ? Mais qui a dit que la princesse était malade ? N’ai-je pas mentionné précédemment que la princesse n’était pas malade »

« Votre majesté, votre humble sujet a une question. A quel moment, la princesse est-elle née ? Ne serait-ce pas un jour d’éclipse ? » Une trace de sourire sur les lèvres de Jiang Chen pouvait être aperçue.

Eastern Lu était choqué, comment pouvait-il savoir ? La société considérait les éclipses comme un mauvais présage. C’est pour cette raison qu’Eastern Lu avait toujours évité le sujet.

«  Pas seulement la princesse, mais la mère aussi. Ce phénomène se reproduit pendant neuf générations de femme. Il se produit alors un déséquilibre entre le yin et le yang. Le corps perd petit à petit le yang. Apres neuf générations, un corps de constitution de Yin seulement est né »

Quand Jiang Chen prononça « constitution de Yin », il le fit avec le cœur lourd. C’était la tourmente de sa vie. Même son père l’empereur céleste ne pouvait résoudre le problème complètement.

C’est pour cette raison qu’il ressentit un certain lien partagé quand il vit Eastern Zhiruo. Il diagnostiqua immédiatement la source du problème. C’était pour cette raison qu’il arrêta de jouer le mort et il perçu la princesse comme un moyen de résoudre l’actuelle crise que subissait le clan des Jiangs .

S’il pouvait résoudre le problème de Zhiruo, ne serait-ce pas le meilleur moyen de laver ses crimes ?

Qui aurait cru qu’Eastern Zhiruo serait née avec une constitution de yin. On trouvait une personne sur une centaine de millions avec cette pathologie. Qui aurait prévu que cette réincarnation aurait ramené Jiang Chen en contact avec une personne similaire.

Eastern Zhiruo n’avait pas les mêmes circonstances que Jiang Chen. Sans l’empereur céleste et la pilule de la lune solaire pour prolonger sa vie. Son espérance de vie aurait été très courte.

Elle avait 13 ans et tous les diagnostics indiquaient qu’elle ne dépasserait pas les 14 ans. C’est cette raison qui avait poussé Eastern Lu à organiser le rite du culte sacré.

« Une constitution de yin ? » Les nobles commencèrent à murmurer. C’était apparent que personne n’avait eu vent de ce terme auparavant. Si ce n’était pas le fait que Jiang Chen ait parlé avec une grande assurance et précision, ils l’auraient tous traité de menteur.

Il fallut beaucoup de temps pour qu’Estern Lu reprenne ses esprits. Jiang Chen était au moins correct sur un point. C’était le fait que Zhiruo et sa mère étaient nées un jour d’éclipse.

A ce moment-là, Eastern Lu cru Jiang Chen.

« Jiang Chen est-il possible de guérir de cette constitution de yin? » Eastern Lu demanda tout excité.

« Une constitution de yin n’est pas une maladie mais plutôt un handicap. Si la princesse n’a jamais pratiqué les arts martiaux ou essayé de s’entrainer à la maitrise du QI, ce ne serait pas un problème pour elle de vivre 30 à 50 ans. C’était une erreur de la forcer à s’entrainer, cela a affaibli son QI du milieu qui était déjà fragile. Sans une intervention extérieure, il serait difficile pour la princesse de dépasser les 16 ans. »

Le diagnostic était similaire à celui des docteurs de la famille royale.

Apres qu’il ait prononcé ces mots, tout le monde commença à pondérer ses paroles.

Eastern Lu demanda «  Intervention extérieure ? Cela signifierait-il qu’il y ait des méthodes pour traiter la constitution de yin ?»

« Pour commencer, ce n’est pas une maladie. Naturellement, il y a des méthodes. La première étape est d’arrêter les arts martiaux et d’arrêter les pilules qui améliorent le passage de l’énergie interne et les méridiens. Sinon dans six mois il sera trop tard »

Les mots de Jiang Chen firent trembler le roi. C’était comme s’il avait échappé de justesse à la mort. Il avait toujours pensé que Zhiruo avait un faible corps, il avait été le premier à l’encourager à  s’entrainer. Même si elle ne réussissait pas, ça ne serait pas une mauvaise chose pour son corps.

Mais qui aurait cru que l’entrainement aurait une telle incidence et que ces pilules deviendraient un tel poison ?

« Que doit-on faire après ? » Eastern Lu était devenu comme une éponge à savoir, posant ses questions avec une telle simplicité.

« Pardonnez ma franchise, mais la princesse ne sera plus jamais capable de s’entrainer. L’espérance de vie d’une constitution de yin est très courte. Le plus urgent est d’essayer de prolonger sa vie et ce processus sera long. Si sa majesté a confiance en son humble sujet, accordez-moi la surveillance de la princesse. Si sa majesté ne me croit pas, alors s’il vous plait, jetez-moi aux cachots »

« Ne parlez pas de cette manière ‘ministre’ Jiang. C’est comme si les rayons du soleil avaient percé les nuages. La vie de Zhiruo est entre vos mains. Tout ce que vous demanderez, vous sera accordez. En plus, je t’octroie ce médaillon royal gravé d’un dragon. Tu pourras alors entrer et sortir  librement du palais royal. Et tu n’auras pas l’obligation de te prosterner en présence de la famille royale »

Le roi Eastern Lu faisait vraiment ce qu’il voulait. Une seconde plutôt, il voulait la tête de Jiang Chen. La seconde d’après, il lui décernait le médaillon royal. Jiang Chen n’aura plus à se prosterner devant son roi. C’était un honneur que même les trois excellences du palais n’avaient pas.

Le duc de Tianshui voulait être avalé tout cru. Le roi ne lui avait pas fait perdre la face délibérément, mais récompenser Jiang Chen de cette manière était pire que de se gifler soi-même.

 

 


Cet article comporte 3 commentaires
  1. C’est se qu’on appelle passer du coq à l’âne, au vue de la situation de Jiang Chen ^^

    Merci pour le chapitre j’aime bien le style d’écriture 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top