skip to Main Content
Menu

SOTR-Chapitre 34

Chapitre précédent                                                                                                                                                                                 Chapitre Suivant

Source : Version anglaise

Traduit et édité par : daotranslator


Chapitre 34 : Le secret des neuf océans du rire


 

Jiang Chen sentait encore une certaine loyauté et amitié envers les deux meilleurs amis que le Jiang Chen du passé avait laissés derrière. D’ailleurs, ces deux là avaient quelque chose en commun dans leur cœur, ils étaient dignes de confiance et dévoués.

Ces qualités étaient du goût de Jiang Chen. C’était aussi la différence fondamentale entre Xuan la boulette et Hubing Yue contre Yang Zong.

Jiang Chen pouvait voir que le potentiel de Xuan la boulette était moyen et qu’il ne possédait ni la ténacité ni la férocité nécessaires qu’on devait trouver chez les praticiens.

C’était peut-être possible à court terme, mais impossible pour Xuan la boulette de maintenir cet état d’esprit de ‘’je ne m’arrêterais pas jusqu’à la mort’’ pour suivre le chemin du dao martial.

D’autre part, Hubing Yue cachait le cœur d’une grande volonté pour le dao martial sous son honnête aspect extérieur.

Jiang Chen savait à quoi s’attendre après cette analyse.

Il leva son verre, « Tous les deux, vous m’avez depuis longtemps traité, moi Jiang Chen, en tant que votre grand frère. Par conséquent, En tant que votre grand frère, je vais vous dire ces mots là aujourd’hui. Si vous me croyez, Eh bien, peu importe si le but de votre vie est de chercher la richesse  ou de poursuivre le chemin du dao martial – Je peux vous aider à les atteindre.

Cependant,  le seul point essentiel est que vous restiez mes frères – des frères immuables pour la vie. »

Jiang Chen était extrêmement sérieux quand il prononça ces paroles. Ses deux amis étaient absolument ses frères à présent, mais le temps pourrait tout changer. Il avait besoin d’une loyauté éternelle et immuable.

«Frère Chen, moi, Xuan la boulette n’a qu’une seule chose à dire. La graisse sur mon corps est toute à toi. Chaque fois que tu te lasse de manger les délices de la terre et de la mer et que tu veuilles essayer la chaire humaine, viens la prendre de mon corps. Si je ne peux pas te faire confiance, alors je ne pourrais faire confiance à personne! » Xuan la boulette n’avait même pas sourcillé.

«Frère Chen, je ne suis pas le meilleur avec les mots mais j’ai toujours senti que tu es un bon grand frère, un grand frère digne que je le suive partout. » Hubing Yue s’exprima également.

« D’accord. Nous sommes à présent frères pour la vie. » Hocha Jiang Chen de la tête. « Arrêtons-nous ici aujourd’hui. Rappelez-vous, revenez ici après les épreuves du dragon caché. Je vous donnerai une petite surprise. »

Jiang Chen avait également besoin de réfléchir sur ce qu’il fallait faire avec ces deux personnes. Il devait réfléchir aussi sur comment les aider d’une manière qui ne sortait pas du lot, mais d’une manière qui serait curieusement efficace pour eux.

Les aider d’une manière qui sortait de l’ordinaire attirerait les yeux des autres et inciterait des ennuis inutiles.

Être trop avare pourrait les conduire à être moins efficace. Ainsi, l’aide qu’il aurait à rendre serait pareille à ce qu’il n’aurait rien du tout fait.

Cela avait besoin d’être customisé sur mesure pour chacun et un peu de temps était nécessaire pour méditer sur tout cela.

On dit qu’il est difficile d’applaudir avec une seule main. Dans n’importe quel monde, on est toujours impuissant envers certaines choses quand on se fie uniquement sur le pouvoir d’une seule chose. Tôt ou tard, il serait impératif de développer d’autres techniques de combat.

Jiang Chen ne resta pas les bras croisés après le départ de ses deux meilleurs amis. Il était allé directement dans la salle secrète d’entrainement et ferma les portes pour s’entrainer.

Les six heures qu’il avait passées dans la chambre de l’aura d’épée durant la journée l’avaient aidé à mieux comprendre et gagner beaucoup de choses. Quand il était confronté à l’épée de l’aura multiplié par 32 dans la chambre, les cinq méridiens de qi dans son corps avaient été à plusieurs reprises forgés, touchés, baignés, et attaqués jusqu’à ce qu’ils se métamorphosent …

Jiang Chen avait involontairement atteint les six méridiens de qi pendant cet examen.

Ce fut aussi son plus grand gain durant cet examen.

« Je peux sentir que ma force de combat a augmenté d’au moins deux ou trois fois après avoir atteint les six méridiens de qi. » Jiang Chen avait senti des changements dans son corps. Il pouvait sentir que ses signes vitaux avaient été renforcés d’un niveau et avaient beaucoup changé par rapport au moment quand il entra la chambre – c’était comme s’il avait subi une renaissance.

« Le combat avec Yan Yiming aujourd’hui illustra quelques-uns de mes problèmes actuels. Bien que j’aie gagné, ce fut une victoire acquise grâce à la ruse. »Jiang Chen analysa ce combat et eut quelques réflexions sur les bons et les mauvais points de ce dernier.

Tout d’abord, Jiang Chen était désavantagé en termes de techniques d’arts martiaux. Le précédent Jiang Chen était extrêmement négligent lors de la pratique des techniques du dao martial de la famille. La seul technique ou il avait vraiment mis un certain effort dans la pratique était « le Qi Améthyste oriental » connue de tous et ce fut parce que les épreuves du dragon caché testeraient cette technique. Si cela n’était pas le cas, il n’aurait probablement pratiqué aucune.

Dire qu’il serait encore en mesure d’utiliser les techniques d’arts martiaux du  » Qi Amethyst oriental  » pour combattre ses ennemis depuis son arrivée dans ce monde, il fallait admettre que Jiang Chen était annonciateur de la venue d’une nouvelle génération dans le domaine des techniques d’arts martiaux.

Jiang Chen se familiarisa avec les méthodes du dao martial héritées de la famille Jiang. Son nom était la « méthode des vagues immenses ». C’était une méthode qui combinait l’entrainement au qi avec des techniques d’arts martiaux.

 » Méthode des vagues immenses  » était une méthode du dao martiale classée niveau moyen et pouvait être pratiqué jusqu’à neuf méridiens de qi. Ce fut aussi sa limite supérieure.

Les techniques d’arts martiaux d’accompagnement étaient « le Brise lame » et « le Poing divin des mers ».

Cette « Méthode des vagues immenses » était considérée comme l’un des atouts du dao martial de la famille Jiang.

« En effet, une famille très pauvre. » Jiang Chen sourit avec ironie. « Le classement Wudao de ce monde semble être divisé en cinq grandes catégories, « commune », « spirituelle », « saint », « terrestre » et « céleste ». Ces cinq grandes catégories sont ensuite divisées en quatre rangs mineurs allant de «inférieurs», «moyen», «supérieur» à «suprême». Pour résumer, une méthode du dao martial qui est de la catégorie commune et du rang de milieu est seulement une technique du niveau deux en partant du bas. Et le niveau de cette méthode est considérée comme un atout du clan !»

Jiang Chen avait à déplorer que le point de départ de sa réincarnation était en effet un peu bas.

Bien sûr, de toutes les méthodes existantes, aussi longtemps qu’une méthode puisse être classée, c’était encore quelque chose.

Un bon nombre de praticiens avaient pratiqué des méthodes ordinaires qui ne pouvaient même pas être classés.

La méthode dite de catégorie commune était en fait un classique du dao martial extrêmement précieux dans un pays comme le Royaume d’Eastern.

Ce qui causa Jiang Chen à ne pas savoir s’il devait rire ou pleurer était que l’ancien Jiang Chen avait pratiqué cette «Méthode des vagues immenses» depuis qu’il était petit. Il avait seulement à peine atteint le niveau d’accomplissement ‘’mineur’’.

« Quel niveau de paresse avait attient ce Jiang Chen pour pouvoir pratiquer la méthode prisée du clan à un tel niveau d’accomplissement? Ses pensées n’étaient  –elles  pas dirigées complètement à s’entrainer? »

En termes de technique d’entrainement, l’accomplissement mineur n’était que la première étape. Habile, la perfection, impeccable et grande perfection suivait par la suite. Il y avait même un niveau légendaire.

Accomplissement mineure signifiait qu’on ne faisait que commencer.

« La limite supérieure de la «Méthode des vagues immenses » était à neuf méridiens de qi. Pas étonnant que l’entrainement de père s’arrêta à neuf méridiens de qi. Il apparait que des restrictions dans les méthodes étaient en effet suffisantes pour qu’un génie puisse devenir un talent médiocre dans ce monde. »

La méthode familiale préférée du duc ne pouvait dépasser les neuf méridiens de qi au maximum. Encore plus, cela signifiait qu’on avait atteint les limites. On pouvait dire que c’était le tourment du praticien.

«Ne demandez pas à quelle hauteur les cieux sont, je conduis les vagues moi-même? Attend un instant … »Jiang Chen soudainement eut un sentiment de déjà-vu quand il lut la première ligne de la « Méthode des vagues immenses « . « Serait-ce que j’ai vu cette « Méthode des vagues immenses  » quelque part avant? »

Mais cela ne pourrait pas être le cas. Logiquement parlant, il serait impossible pour une méthode si inferieur telle que la « Méthode des vagues immenses » puisse entrer dans la Bibliothèque de Tianlang. Ce fut la bibliothèque de l’empereur céleste, comment pourrait-elle enregistrer une telle méthode de bas niveau?

Mais, Jiang Chen ressentit vraiment une impression de déjà vue de ces deux lignes.

Il exerça de grands efforts à la recherche à travers ses souvenirs puis tout à coup, une méthode de « Secret des Neuf Océans du Rire » refît surface dans son esprit.

Je fis un rêve à travers neuf vies et séchais les vastes océans avec un rire. Ne demandez pas à quelle hauteur les cieux sont, je conduis les vagues moi-même.

Tout à coup, de nombreux souvenirs concernant le « Secret des Neuf Océans du rire » remontèrent de la mémoire de Jiang Chen en l’espace d’un instant.

Bien que ce « Secret des Neuf Océans du Rire » ne fût pas assez suffisant attirer l’attention de ceux d’en haut, Jiang Chen se rappela de cette méthode parce qu’il avait été ému par l’histoire du praticien qui l’avait créée.

Cette personne s’était réincarnée neuf fois pour juste apercevoir la jeune fille de ses rêves. Il avait attendu jusqu’à ce que les mers aient séché et les rochers avaient pourri. Finalement, cela s’était avéré être inaccessible. Il s’était rapidement éveillé à la vérité, mais se rendit compte qu’il avait déjà manqué la loi du destin. Il avait donc déploré « demandez pas à quelle hauteur les cieux sont, je conduis les vagues moi-même. »

Bien que le « Secret des Neuf Océans du Rire » ne fût pas également suffisant pour le mettre dans la catégorie céleste, cette technique était un grand nombre de fois supérieur à la « Méthode des vagues immenses « .

Les mystères nichés à l’intérieur de cette méthode étaient au moins cent fois plus nombreux que la « méthode des vagues immenses ».

Cette  » Méthode des vagues immenses  » était évidemment originaire du « Secret des Neuf Océans du Rire ». Mais elle avait été réduite à une méthode extrêmement médiocre au moment où elle avait été adoptée par le clan de la famille Jiang.

D’une origine commune!

« En effet, le destin joue naturellement un rôle quelque part. Puisque ce « Secret des Neuf Océans du rire » est destiné pour moi, alors je vais la pratiquer. »

Jiang Chen avait déjà cherché une méthode avec beaucoup d’effort, mais n’avait jamais trouvé une appropriée pour ce corps.

Et maintenant, la méthode prisée de la famille Jiang le conduisît au « Secret des neuf océans du Rire », n’était-ce pas cela l’œuvre du destin?

Le cœur de Jiang Chen était beaucoup plus à l’aise après avoir décidé d’une méthode.

Il y avait de nombreuses techniques d’accompagnement d’arts martiaux dans le « Secret des Neuf Océans du rire », mais Jiang Chen décida de se concentrer sur les deux techniques « brise lame » et « poing divin des mers » qui étaient de la même origine, pour le moment.

Mais ces deux techniques du Wudao avaient naturellement des noms différents, respectivement « coupure des vastes océans » et « le poing infini ».

Méthode du dao Martial, technique d’arts martiaux, tous avaient été sélectionnés.

Jiang Chen était d’excellente humeur. Après tout, le « qi Amethyst orientale » était la méthode de quelqu’un d’autre. Il y’avait toujours un manque de sentiment d’appartenance quand il la pratiquait.

Jiang Chen savait qu’il avait fait le bon choix quand il commença à se familiariser avec cette méthode. Le moment quand il commença à faire circuler cette méthode dans son corps, les acupoints  et les méridiens de son corps commencèrent presque à résonner ensemble.

Chaque acupoint émît une lumière et une pulsation bien rythmée. Ses méridiens vibraient légèrement quand ils s’ouvraient et se fermaient.

«Résonance des méridiens? Résonance des Acupoints? Ceci est le plus haut degré d’approbation qu’un corps peut montrer envers une méthode! »Jiang Chen était ravi.

« En effet, la méthode familiale est la meilleur. » réfléchît soigneusement Jiang Chen. De nombreuses familles faisaient attention à leur patrimoine héréditaire quand elles venaient à s’entrainer au dao martial. De nombreux clans avaient aussi pris la décision de ne pas partager ces méthodes avec des étrangers. En réalité, ce fut une sorte de tradition et un type d’accord entre la lignée héréditaire et la méthode. (Des techniques secrètes familiales)

Seul le convenable reste le meilleur.

Jiang Chen pensait à ce point et comprît donc ce principe.

« Peut-être que mon esprit est rempli de toutes les méthodes existantes, mais elles ne sont pas encore adaptées pour le niveau actuel que je possède. En fin de compte, je ne suis qu’un simple praticien  avec six méridiens de qi. Mon état d’esprit devrait insister à acquérir des connaissances que je gagne dans cette vie durant l’entrainement plutôt que de mes expériences de la vie antérieure ».

Les expériences de sa vie antérieur pourraient lui apporter toutes sortes de bonne fortune et de lui ouvrir la route. Elles pourraient même lui permettre de prendre des raccourcis.

Mais l’entrainement devait encore compter sur le corps de cette vie pour franchir les obstacles et de se lancer le défi pour atteindre les sommets, une étape à la fois. C’était une chose qu’on ne pouvait remplacer par aucune connaissance théorique.

Il commença à faire circuler son qi, le qi des vagues immenses dans son corps. Les méridiens de Jiang Chen étaient devenus comme des dragons batifolant à leur gré sur les vagues de la haute mer.

« Le qi des vagues immenses manque encore un peu d’ardeur. Il semble que je dois forger un peu plus le qi de mon corps afin d’atteindre des résultats concret avec le qi des vagues immenses. »

Après une nuit d’intense entrainement, il était apparent que la maitrise de Jiang Chen des vagues immenses de qi était tout à fait acceptable. Cependant, il était incertain de la force de cette technique comparée au qi améthyste oriental qu’il avait pratiqué auparavant.

Toutefois, en raison de la courte période d’entrainement, Les vagues immenses de qi manquaient de férocité. Si la férocité faisait défaut, le niveau de cette méthode descendrait de  quelques crans.

« La férocité n’est pas quelque chose qu’on gagne en restant cloitré à s’entrainer. » Pensa Jiang Chen  et soupira d’insatisfaction. « On dirait qu’il est presque temps de découvrir le monde extérieur, une fois que le moment sera venu. »

 


Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top