skip to Main Content
Menu

SOTR-Chapitre 3

Chapitre précédent                                                                                                                                                                                 Chapitre Suivant

Source : Version anglaise

Traduit et édité par : daotranslator
Edité par : MissX et Mr.crisis


Chapitre 3 : Abattez-le !!


Le manoir du duc s’anima brusquement.

Le roi Eastern Lu était venu en personne avec une délégation de nobles. Cette délégation comprenait des ducs et des officiels. Leur nombre ne dépassait pas les huit personnes. Ce qui était étonnant, c’est que le roi avait ramené sa fille malade, Eastern Zhiruo.

Ces ducs et officiels étaient tous de parfaits acteurs. Chaque personne apparaissait triste comme si Jiang Chen faisait partie de leur famille.

Jiang Feng était resté calme, il était parti pour les accueillir. Si c’est la comédie qu’ils voulaient, c’est la comédie qu’ils auraient.

Quand Eastern Zhiruo alluma son bâtonnet d’encens, elle murmura « Grand frère Jiang Chen, on est arrivé à cette situation à cause d’une Zhiruo inutile. Je te demanderai pardon s’il y a un autre monde dans l’au-delà. Tu seras libre de me frapper, de me crier dessus ou quoi que tu veuilles. Mon père organisa ces rites pour prier pour moi, donc ta mort est la faute de Zhiruo. J’espère que les cieux comprendront et blâmeront Zhiruo seulement ».

La petite fille parlait avec une lenteur exaspérante, elle était constamment à bout de souffle, mais sincère. Les nobles qui jouaient la comédie se sentirent tout petits après le discours qu’avait prononcé la petite fille.

Même Xuan la boulette trouva que c’était difficile de haïr la princesse. Mais il détestait vraiment la famille royale.

« Princesse Zhiruo, le gars est déjà mort, il n’y a aucun sens à dire tout cela. Si tu te sens si coupable, alors épouse-le. Il n’était pas qualifié d’être ton mari vivant, mais mort !! Heh ! Oh oui, mon frère Chen adorait les filles enveloppées. En termes de corps, il… »

Personne ne pouvait arrêter Xuan la boulette une fois qu’il commença à parler. Ses mots ont mis le feu à Eastern Lu. « Sois maudit boulette de viande ». Pendant ce temps-là, les nobles faisaient leur maximum pour se retenir de rire.

Jiang Chen était confortablement allongé dans son cercueil. Il entendit Xuan la boulette commençant à perdre le contrôle de la situation. Comment une personne pouvait-elle rester allongée quand ce genre de chose était en train de se passer ? Il se leva subitement en faisant la grimace « sale boulette de viande, tu ne peux me laisser mourir en paix ? »

À l’exception de son père, tout le monde était sidéré.

Xuan la boulette était fou de joie, « Frère Chen, tu prétendais seulement ta mort ? »
« Prétendais ? Mon c**, jouer les morts est extrêmement fatigant, pourquoi ne te mettrais-tu pas à ma place ? »

Le visage du roi s’apaisa quand il vit Jiang Chen se lever. Un noble à côté de lui proclama « Jiang Chen, comment oses-tu tromper ton roi et commettre une trahison ! Toi et ton clan devez tous être exécutés ».

Un roi n’est jamais à court de ce genre de lèche-bottes.

Jiang Chen se leva du cercueil puis demanda calmement à Eastern Lu « Votre Majesté, Jiang Chen a été chanceux de ne pas mourir, avez-vous l’intention de me battre à mort encore une fois ou voulez-vous pardonner les crimes involontaires de votre sujet ? »

Eastern Lu était le roi d’une nation, mais son cœur oublia de battre à l’instant où Jiang Chen se leva de son cercueil. Il avait l’air mystérieux et possédait une certaine qualité qui rendait le roi vigilant.

« Je suis le roi de toute une nation ! Pourquoi dois-je te répondre ? Tu seras épargné puisque tu as été chanceux de survivre ».

Eastern Lu voulait vraiment le battre à mort, mais la raison l’empêcha de le faire. Il se devait d’avoir un comportement de bon roi.

S’il intentait n’importe quelle action contre Jiang Chen, ses sujets penseront que ses actes ne sont pas dignes d’un roi, sans parler du risque de rébellion du duc de Jiang Han.

« Votre Majesté, ce rat sournois jouait le mort et vous a trompé, cette action nécessite une sentence exemplaire ! Je plaide pour que Sa Majesté juge sévèrement ce sale rat ». C’était le lèche-bottes encore.

« Qu’est ce que cela veut dire, duc de Tianshui ? Sa Majesté a décidé de ne plus poursuivre l’affaire. Qu’est-ce que tu cherches à accomplir en montant sur tes grands chevaux. » S’écria Jiang Feng.

Il n’y avait pas une entente totale entre les 108 ducs du royaume d’Eastern. Les ducs de Tianshui et de Jiang Han étaient connus pour leurs rivalités.

Le duc de Tianshui répliqua froidement « Jiang Feng, n’est-il pas bizarre que votre fils soit de retour d’entre les morts ? Je suspecte que vous êtes complices dans la tromperie de Sa Majesté. Je plaide pour que Sa Majesté ouvre une enquête sur les Jiang père et fils. Si je dis la vérité, alors toute la famille devrait être exécutée ».

Jiang Chen sentit que son père allait perdre patience. Et remarqua le regard mutuel entre Eastern Lu et sa fille. « Votre Majesté, il serait simple d’exécuter toute la famille Jiang, mais difficile de sauver la vie de la princesse ».

Eastern Lu répondit « Que veux-tu insinuer, Jiang Chen ? »

« Rien du tout, c’est juste que lorsque j’étais battu à mort, il m’a semblé entendre une voix divine me murmurant à l’oreille. Les paroles de cette voix avaient une relation avec la maladie de la princesse. J’ai trouvé la volonté de vivre et de revenir d’entre les morts pour guérir la princesse. Si Sa Majesté juge que je devrais mourir qu’il en soit ainsi ».

Jiang Chen était malin, il savait quoi dire pour attiser l’appétit des gens. Les mots qu’il avait prononcés avaient touché le point faible du roi.

En tant que roi, Eastern Lu était tyrannique et paranoïaque. Mais en tant que père, Zhiruo était la prunelle de ses yeux.

Après tout, cette voix divine est survenue pendant le rite. Le rite que le roi avait organisé pour guérir la maladie de sa fille. Une maladie que ni cure ni médicament ne pouvaient soigner.

« Jiang Chen est-ce vrai ce que tu racontes ? » bien qu’Eastern Lu soit un roi, il sentit un peu d’appréhension à ce moment-la. Après tout, il a ordonné qu’on batte à mort ce jeune homme.

« Comment un sujet oserait-il mentir à Sa Majesté ? » répondit Jiang Chen.

« Bien entendu, toute requête, toute richesse et tout pouvoir te seront accordés si tu parviens à guérir ma fille »

Maintenant c’est le tour de Jiang Feng d’être nerveux. Il avait peur que son fils soit en train de se jouer du roi. Si c’était vraiment le cas, ils seraient dans de beaux draps.

« Chen’er, tes connaissances en médecine sont limitées. Des médecins éminents de notre royaume ont échoué à la guérir ».

« Calmez-vous père, bien que ce ne soit pas ma profession j’ai foi en la voix que j’ai entendue »
Eastern Lu répliqua rapidement « oui, oui, Jiang Chen tu es libre de parler. Tu seras pardonné même si ça ne marche pas, dans le cas contraire tu seras récompensé avec tous les honneurs ».

Honneurs ? Ce n’était pas important au regard de Jiang Chen. Il comprit la situation mieux que quiconque. Il savait qu’être humble apporterait protection et sécurité. Par contre, courir après les honneurs, apporterait la jalousie des autres ducs.

« Votre sujet est un criminel et n’ose pas demander les honneurs. Néanmoins, pour accomplir ma tâche sans peur de représailles, j’ai besoin que Sa Majesté pardonne mes crimes ».

Les alliés de Jiang Feng étaient étonnés de la manière dont Jiang Chen s’en était sorti avec le roi. Il gérait mieux les choses que son père.

Pardonner à Jiang Chen était chose facile pour le roi. Il lui suffisait que de prononcer un mot.

« D’accord, tous tes crimes sont pardonnés. Tu restes toujours l’héritier du duc de Jiang Han avec tous ses titres et accomplissements. Si n’importe quelle personne ramène cette histoire encore, elle aura affaire à la famille royale ».

Les paroles du roi étaient magnanimes. Il n’avait pas seulement pardonné les crimes de Jiang Chen il avait aussi interdit à quiconque de reparler de cette histoire.

Un sourire se traça sur le visage de Jiang Chen puis révéla une vérité choquante « Actuellement, la princesse n’est pas malade »

Ces mots foudroyèrent tous le monde. Est-ce que Jiang Chen voulait mourir ? Il a osé dire que la princesse n’était pas malade après tout ce tralala ? Pourquoi serait-elle dans cet état si elle n’était pas malade ?

Eastern Lu voulait écraser la tête de Jiang Chen. Mais en tant que roi il devait garder son calme et laisser le jeune homme terminer ce qu’il avait à dire.

Le duc de Tianshui ne pouvait plus se contenir, « Jiang Chen, arrête de te jouer du roi, tu es en train de chercher la mort »

Jiang Chen répliqua calmement « Votre Majesté, j’ai déjà mentionné que j’ai reçu l’orientation divine sur la maladie de la princesse. Quelqu’un pourrait mettre la voix en colère s’il continue à s’agiter ce cette manière ».

Dans d’autres circonstances, le roi aurait pensé que Jiang Chen faisait n’importe quoi. Mais il ne pouvait se permettre de ne pas le croire pour deux raisons. Premièrement, c’était la vie de sa fille qui était en jeu. Deuxièmement, cet enfant s’était fait battre à mort. Il connaissait la capacité de ses hommes à torturer à mort les gens. Il ne pouvait pas croire que sa survie ne soit pas l’œuvre d’une intervention divine.
Eastern Lu n’avait pas d’autre choix que de croire en Jiang Chen et commanda « Duc de Tianshui, vous pouvez disposer »

« Votre Majesté ce sale rat ne fait que… » Répondit précipitamment le duc de Tianshui, mais à ce moment.

« Dégage !! » le roi était furieux.

Le duc de Tianshui recula docilement, il n’avait pas le courage de tenir tête au roi.

« Votre Majesté, la voix divine est en colère, elle ne parlera pas tant que cette stupide personne ne se sera pas giflée trois fois. Mais le duc de Tianshui est un duc puissant, ne serait-il pas difficile pour lui de le faire en public ? »

« Sans oublier votre grâce, comment peut-elle commander un duc de se gifler ? À votre place, duc de Tianshui, pour montrer ma loyauté au royaume je n’hésiterai pas à me gifler une trentaine de fois. »

Les nobles venus avec le roi étaient d’avis partagés au sujet de Jiang Chen. Bien sûr, ce n’étaient pas eux qui devaient se gifler, ils faisaient juste partie de l’audience. Les gens autour du duc de Tianshui gardèrent un certain espace le mettant en évidence.

Le duc de Tianshui réalisa désespérément que personne n’allait prendre sa défense, c’était comme si on l’avait mis en quarantaine.


Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top