skip to Main Content
Menu

SOTR-Chapitre 18

Chapitre précédent                                                                                                                                                                                 Chapitre Suivant

Source : Version anglaise

Traduit et édité par : daotranslator


Chapitre 18 : Le dilemme de la princesse Gouyu


 

Apres un moment de déprime, Jiang Chen inquiet demanda, « Ta tante n’est pas du genre rancunière ? Pas vrai ? »

« Hehe, Elle m’apprécie vraiment. Si elle est rancunière, Zhiruo ne le sait pas ! Frère Jiang Chen, n’ayez pas peur, Je vais lui parler en votre nom quand j’aurais le temps. »

« Hmpf, peu importe qui implore en ton nom, Jiang Chen! Héritier du Jiang Han, classé dernier dans les examens  et n’a encore passer aucun des trois examens fondamentaux »

Par la montagne artificielle, la princesse Guoyu avait réapparu à l’insu de tout le monde. Elle était vêtue d’une  robe jaune fine et légère.

Il y avait des traces d’un sourire froid sur son visage, « Jiang Chen, tu possèdes un peu de courage en mettant les pieds ici. »

On dit qu’un cochon mort n’a pas peur de l’eau bouillante. Puisque les choses étaient arrivées à ce point, Jiang Chen ne pouvait que voir ces choses jusqu’à la fin. « Pourquoi, tu veux te venger? »

« Me venger ? » un petit sourire glacial s’était inscrit sur les lèvres de Gouyu. « Tu n’es même pas digne que je prenne ma revanche sur toi. Souci toi plutôt des examens finaux si tu es capable de les passer. »

Certes, en tant que principal organisateur, la princesse Gouyu ne voulait pas se rabaisser et harceler quelqu’un qui ne pouvait même pas passer un seul des examens fondamentaux.

Heh heh, quelle femme idiote, Tu me sous-estimes trop. Jiang Chen savait ce que Gouyu pensait de lui, Il était équivalent à un ignorant et un incompétent.

Il allait dire quelque chose quand un fort bruit de pas se fit entendre de l’extérieur. C’était les pierres du yang couchant qui étaient délivrées.

Jiang Chen fît signe à princesse Gouyu puis s’écria, « Quel est ton nom, Gouyu n’est ce pas ? Princesse Zhiruo prétend que tu l’apprécies vraiment. Je ne demande que cela. As-tu une certaine autorité dans le harem impérial ? »

« Pourquoi ? » répliqua froidement Gouyu.

« Si tu possèdes une certaine autorité, démolis toutes les constructions dans un rayon de 100 pied des quartiers de la princesse Zhiruo. Démolis les montagnes et assèche les étendues d’eaux. »

« Recrute aussi le meilleur artisan pour qu’il taille la plus large des pierres de yang couchant en lit. Laisse la princesse Zhiruo dormir sur ce lit. Et toute nue de préférence. »

Jiang Chen ne se souciât pas du tout de la ligne noire qui se traçait sur le joli front de la princesse Gouyu et continua de parler.

« Faite disposer le reste des huit pierres de yang couchant selon le schéma dessiné sur mon papier. Je reviendrai avec plus de tâches la prochaine fois. »

« Princesse Zhiruo, j’ai commandé ces sachets pour toi. J’ai divisé l’herbe solaire du dragon en neuf morceaux et les ai mis dans neuf sachets. Garde un sachet sur toi tout le temps et place les autres dans les endroits que tu visites souvent. Bien que cette herbe soit de la camelote, cela suffira pour le moment. Le qi de yang qu’elle produira va nourrir tes méridiens »

« De plus, ceci est une esquisse du ‘diagramme de l’esprit du soleil’ et l’incantation qui va avec. Médite et contemple avec ton cœur dessus. Cela aidera ton corps à produire un qi de yang. »

« C’est un traitement temporaire, on a besoin de stabiliser ta condition d’abord. Rappelle-toi, fais ce que je te demande. Surtout ne t’entraine plus ou tu aggraveras ton cas et atteindras le point de non retour. »

Les conseils de Jiang Chen semblaient venir d’un maitre. Son attitude et son comportement étonnèrent même la princesse Gouyu qui garda le silence pendant un moment.

Il ne donna pas l’occasion à Gouyu de s’exprimer quand il finît de parler. Il dépoussiéra ses manches et commença à se vanter.

Gouyu avait regagné ses sens au moment ou Jiang Chen allait partir. « Jiang Chen, tu es une personne qui n’est même capable de passer les trois examens fondamentaux. Pourquoi doit-on te croire sur parole ? »

Le regard de Jiang Chen était froid quand il s’arrêta de bouger, mais il ne s’était pas retourné. « Si tu aimes vraiment ta nièce, tu feras ce que je dis. Si tu la veux mourir, continue alors à t’entrainer avec elle comme tu le faisais plus tôt. »

Il fallait dire que Jiang Chen avait le potentiel d’un expert en bluff. Ses mots imposants accompagnés d’une attitude sereine et sure, étaient assez pour causer la prééminente princesse Gouyu, cette personne qui avait le destin de tous les nobles entre ses mains à travers les épreuves du dragon caché, d’être momentanément à court de mots.

C’était seulement quand il s’éclipsa que Gouyu s’était remise de son état, « quel insolent ! Il va me rendre folle ! »

Eastern Zhiruo rît « Tata, Frère Jiang Chen est actuellement très gentil. Ecoute, ce jour des rituelles de culte celestes… »

Quand Eastern Zhiruo avait fini de raconter ce qui s’était passé ces derniers jours, le visage de la princesse Gouyu était passé par différentes expressions.

« Qui l’aurait cru que tant de choses se sont passées dans  la capitale durant mon voyage ? Qui n’a même pas duré un mois ! »L’expression de Gouyu était compliquée après avoir su que Jiang Chen était revenu d’entre les morts après qu’il était lynché  et qu’il avait reçu un message de l’au-delà durant ce malheur.

Princesse Gouyu était née dans une famille royale et avait l’un des standard de vie le plus élevé de la  capitale. Ses ambitions et sa vision du monde ne s’étaient jamais arrêtées sur un simple royaume.

Ainsi, elle dédia sa vie à l’entrainement et se mît un but dans la tête d’explorer le monde, un monde plus excitant, à travers le chemin du dao martial.

C’était parce qu’elle regardait toujours plus loin, qu’elle connaissait un peu plus que la moyenne des gens le domaine des messages de l’au-delà. Si une personne ordinaire hésitait entre le scepticisme et la croyance, alors elle, elle croyait environ 70% après avoir écoutée Zhiruo.

«Il est impossible pour un jeune adolescent de fabriquer un tel mensonge dans le feu de l’action. Surtout que Zhiruo et sa mère étaient nés sous une éclipse solaire. Ce genre de secret royal n’a jamais été divulgué. Constitution de Yin? »

Les sentiments de la princesse Gouyu étaient mélangés, Eastern Zhiruo était sa nièce préférée et elle l’avait vu grandir.

Elle avait toujours insisté que Eastern Zhiruo était faible et frêle. Par conséquent, elle avait insisté que la petite princesse devait s’entrainer. Même si elle  n’atteignait aucun résultat, fortifier son corps était tout de même une bonne chose, non ?

Mais la rude leçon de Jiang Chen avait un peu vacillée ses années de convictions.

« Avais-je vraiment tort ? Tout ce que je faisais pour Zhiruo ne l’aidait pas, en réalité cela nuisait à sa santé ? »

« Message de l’au-delà ? Dois-je croire à ce genre de truc ? »

Princesse Gouyu était en plein dilemme. Elle voulait naturellement aider Zhiruo, mais si elle continuait à insister de dire que Jiang Chen était un charlatan, ne faisait-elle pas du tort à Eastern Zhiruo ?

A ce moment là, l’eunuque Xia Ting guidait un groupe de personne à coté.

« Princesse, devons-nous démolir cette endroit ? Votre serviteur demande votre royal avis. »

Princesse Gouyu scruta les environs, quelques traces d’appréhension étaient visibles dans ses beaux yeux. Elle regarda Eastern Zhiruo et remarqua les yeux ardents de la jeune fille. Il était évident qu’elle faisait confiance à Jiang Chen.

« Démolissez-le ! »

Gouyu avait du mal à croire qu’elle avait prononcé ces mots. Pourquoi démolir ? Pourquoi devrait-elle écouter ce sal gamin ? Était-elle vraiment tombée dans sa supercherie ?

Non, non je dois penser à Zhiruo. Si ça la rend heureuse, on démolira alors cet endroit ! La fiere Princesse Gouyu se trouva rapidement un prétexte.

Quand il quitta le Harem impérial, Jiang Chen rendît visite à Eastern Lu une seconde fois. Il était le roi de toute une nation après tous, certaines courtoisies devaient être respectées. Jiang Chen était une personne intelligente et ne voulait pas fournir n’importe quel fourrage au moulin à potins.

Eastern Lu était satisfait du rapport de Jiang Chen. « Jiang Chen, je peux constater que tu es bien meilleur que tous les autres médecins royaux. »

« Votre majesté, il y a une surabondance de qi de yin dans le harem impérial. Cet endroit n’est pas recommandé pour quelqu’un qui possède la même constitution que la princesse. Les actions de votre sujet ne sont que de simples moyens pour contrer le qi du yin. Pour que la princesse soit capable de vivre normalement, elle a besoin de déménager du harem impérial et de vivre dans un endroit qui rassemble du qi de yang. »

« Mm, ta suggestion a été noté, elle est d’une grande importance et a besoin qu’on délibère dessus. » C’était une action qui était en contradiction évidente avec la tradition royale. Même Eastern Lu ne pouvait pas accepter cela facilement.

« Cela dit, votre sujet requiert de quitter les lieux. Je reviendrais au palais pour renouveler mon diagnostique chaque mois et voir l’évolution de l’état de santé de la princesse. S’il n y a pas d’accidents, sa condition sera stabilisée. Si on veut qu’elle dépasse nos espérances, cela dépendra du karma de la princesse. »

Il y avait plusieurs choses que Jiang Chen n’avait pas expliquées en détail tel que ‘diagramme de l’esprit du soleil’ qui était le coup de chance de la princesse. C’était quelque chose que l’empereur céleste avait préparé spécialement pour Jiang Chen durant sa vie antérieur.

Jiang Chen ne possédait pas l’habilité de reproduire le diagramme de l’esprit du soleil, mais il n’avait pas de problème pour simuler une version simplifiée ».

Si Eastern Zhiruo méditait quotidiennement dessus, au cours du temps, l’effet du seul diagramme lui suffirait pour vivre normalement.

Jiang Chen ne révélerait jamais cela. Jouant de cette main prés de son cœur pour prévenir que le roi ne puisse bruler les ponts.

Ecarter quelqu’un quand il ne servirait plus à rien ; Jiang Chen était né dans une famille royale dans sa vie antérieur, comment ne pouvait-il pas le savoir ?

Quand il quitta le palais, il ne se dirigea pas vers les endroits ou il avait l’habitude de boire et de fréquenter les catins, il n’avait même pas cherché après ses amis. Il décida plutôt de retourner directement au manoir.

Ses meilleurs amis avaient été tous puni par leurs pères à cause du chahut qu’ils avaient causé au manoir des Jiang Han quelques jours plus tôt, d’autant plus que les examens de fin de mois approchaient rapidement.

Un sentiment d’urgence avait rempli le cœur de tous les ducs. La seconde moitié de l’année annonçait l’arrivée des examens finaux des épreuves du dragon caché. La performance de leurs fils, à ce stade était la clé pour déterminer s’ils pouvaient garder leurs positions durant les vingt prochaines années.

Ceux qui étaient sures que leurs postes seraient conservés avaient encore à se soucier si leur classement changerait.

Dans l’ensemble, la dure concurrence des épreuves du dragon caché rendît tous les ducs à être sur leurs gardes.

Par contre, le bastion des Jiang Han possédait une atmosphère plus relaxe.

Jiang Feng, le duc de Jiang Han, n’avait aucune attente. Il s’était déjà mis dans la tête qu’il allait déposer son armure et retourner aux champs.

Pour le Jiang Chen actuel, un simple duché d’un royaume n’était rien du tout à ses yeux.

Il décida de participer aux épreuves pour que le monde extérieur ne voit pas que la famille des Jiang soit une famille de poltrons qui n’avaient même le courage de se montrer aux épreuves.

La rude compétition entre les jeunes ducs était déjà déclarée, Jiang Chen n’avait pas le choix que de suivre la rivière.

Sinon, éviter le premier combat après sa réincarnation ferait tache dans sa conscience et affectera surement ses progrès dans le futur.

Le sujet de commérage de ces jours-ci dans le manoir des Jiang Han était nul autre que Jiang Chen. Ce fut parce que les domestiques avaient fait la découverte surprenante que le jeune duc était resté à la maison pendant cinq jours complets.

C’était quelque chose qui défiait l’imagination, il fallait savoir que le jeune duc avait des fourmilles dans les jambes. Il ne pouvait même pas rester plus de dix heures à la maison, alors là cinq jours.

Même Jiang Feng était étonné et marmonnait, « qu’est ce que ce gamin manigance ? Ce n’est pas son style ? »

La philosophie de l’éducation de Jiang Feng de son fils se résumait en cinq mots ‘faire ce qu’il veut’.

Le principal concerné de ces rumeurs, Jiang Chen, ne répondit à aucune réaction de son entourage. Il n’avait pas gaspillé un seul moment durant les cinq derniers jours.

Entrainement, renforcement des méridiens, fortification du corps — tous des préparatifs pour purifier un cinquième acupoint.

Lire pour comprendre et assimiler le maximum de ce monde en parcourant divers volumes— durant ces derniers jours, on pouvait résumer la vie de Jiang Chen à ces deux choses.

A l’aube du sixième jour, Ses quatre méridiens de qi étaient pleins de vitalité tel l’aube et pleins de vigueur tel que le soleil levant.


Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top