skip to Main Content
Menu

SOTR-Chapitre 17

Chapitre précédent                                                                                                                                                                                 Chapitre Suivant

Source : Version anglaise

Traduit et édité par : daotranslator


Chapitre 17 : Princesse ! Je te donnerais toujours des leçons


 

« D’où vient ce pervers ? Comment ose-t-il se comporter de telles sortes dans le harem impérial ? » La femme sexy était déjà de mauvaise humeur quand elle fut surprise par la vue de cet étranger. N’était-t-il pas la cible idéale sur qui elle pouvait déchainer sa frustration puisqu’il avait eu le culot de secouer sa tête en mordillant ses lèvres ?

Jiang Chen fronça des sourcils et se tourna pour demander à Xia Ting, « qui est cette idiote de femme ? »

C’était comme-ci on avait coupé la langue à Xia Tong quand il entendît ces mots. Il était d’une expression étonnée avec un sourire ironique, aucun mot n’avait pu sortir de sa bouche, il était incapable de répondre à ce moment là.

« Toi le pervers, oui, qui est ce que tu  traites d’idiote de femme ? »

« Qui est ce à part vous ? » Jiang Chen était enragé qu’on le traite déjà deux fois de pervers. « Si je me rappelle bien, j’ai donné l’ordre à la princesse Zhiruo d’arrêter les entrainements ! »

« Et je voudrais connaitre, qui a décidé de nommer cet idiot au coté de la princesse ? »

« Si je dois répondre en continu à ce genre de question stupide, je demanderais alors qu’on aille chercher un autre expert pour diagnostiquer la princesse !

Et, toi idiote de femme, ne garde plus ton épée sur le cou de la princesse à chaque fois que tu en as envie. L’esprit tremble quand le cœur palpite et du qi sera perdu quand l’esprit tremble. Le qi de vie de la princesse était déjà faible, te plains-tu parce qu’elle ne meurt pas assez rapidement ?

La chose la plus idiote de tout, est que cette épée en bois que tu utilises est faite d’un mystérieux bois de nuage. Le bois possède un caractère de yin et va enclencher le yin dans le corps de la princesse. Etes-vous tous des idiots dans ce vaste palais ? »

La femme était en train de s’enflammer quand Jiang Chen la stoppa net par son sermon. Elle était aussi un peu surprise quand il reconnu le mystérieux bois de nuage en un clin d’œil.

Quant à Eastern Zhiruo, elle courut en riant avec un air de timidité d’une jeune fille. Elle tira la manche de Jiang Chen, « tout va bien Jiang Chen, tante Gouyu vient juste d’arriver d’une aventure à l’extérieur. Elle ne connaissait rien à propos des problèmes de Zhiruo, s’il te plait pardonne là »

« Attend une seconde ! » la femme nommée Gouyu retrouva ses sens. « Zhiruo donne moi une explication dans la seconde. Qui veut un … un pardon de ce fichu gamin ? Ou ai-je tort ? Et qui est ce gamin ? Comment peut-il accéder au harem impérial ? »

« Et tu n’admets pas que tu sois une idiote. Tu penses que je cherche à entrer dans les harems impériaux ?»

« Gamin, si tu me traites d’idiote encore une fois, je vais te frapper si fort que tu ne pourras ni manger ou même te relever ! »

« psht ! Une menace ? Venant de gens comme toi ? Tu peux te la garder. » Jiang Chen était méprisant.

A coté, l’eunuque Xia Ting voulait trouver un moment pour pouvoir se glisser furtivement, Il découvrît que les choses n’étaient pas ce qu’il avait imaginé. Il ne voulait pas se trouver au milieu de la pagaille par inadvertance.

Il ramena la personne ici, c’était hors de son control si les choses dégénéraient en chamaillerie entre poulets volants et chiens sautants.

Pauvre Eastern Zhiruo qui devait éteindre le feu des deux cotés.

Jiang Chen la saisie, « Viens avec moi, montre moi  tes quartiers. »

Ces mots enragèrent complètement Gouyu. Elle agita son épée de bois puis le gronda, « Pervers ! Tu penses vraiment que je ne vais pas te découper en morceau ? »

« Tu es une femme cinglée, tu t’es vraiment levée du mauvais pied ce matin. Je suis venu diagnostiquer la princesse Zhiruo par bonté de cœur et tu me crées des problèmes, pas une fois mais plusieurs fois. Tu crois que… »

« Je crois quoi ? » Gouyu rît froidement.

« Oublions cela, les bons hommes ne se battent jamais avec les femmes. Princesse Zhiruo est-elle ton maitre du dao martial ? Vire la le plus rapidement possible. Tu ne dépasseras pas tes 16 ans avec elle à tes cotés. »

La peau claire du visage de Gouyu s’était assombrit en un instant. Elle concentra sa voix puis cria, « Gamin, ose le dire encore une fois ! »

A la vue de son expression, Eastern Zhiruo sût que Gouyu était enragée. Elle répliqua précipitamment « Ok tata, arrêtez tous les deux de parler. Ecouter l’explication de Zhiruo. C’est jiang Chen, père l’a employé en tant que mon médecin royal. Tata, ne sous estime pas Jiang Chen ! Il est vraiment formidable, il pouvait dire que je n’étais pas vraiment malade, mais que je suis née avec une  constitution de yin et que je ne pouvais m’entrainer. Les arts martiaux vont augmenter la charge sur mes méridiens et épuiser mon qi de vie. »

« Médecin royal ? Ce gamin ? » Le scepticisme était gravé sur le fier visage de Gouyu.

« Tata, son nom est Jiang Chen ce n’est pas ‘ce gamin’ » répondît Eastern Zhiruo joyeusement. «  Frère Jiang Chen, c’est ma tante, la sœur de mon père. Appelle-là princesse Gouyu et pas l’idiote ou la femme cinglée. Ça ne sonne pas bien ! »

« Tante ? » Jiang Chen était surpris. Il ne s’attendait pas à cela. Il pensait que cette violente femme était son professeur d’arts martiaux ou quelque chose du genre.

Mais elle devait apprendre la leçon, et encore plus, s’il s’agissait de la tante de Zhiruo. « Tante ? Y’aurait-il dans ce monde une seule tante qui traiterait sa nièce de cette manière ? Sais-tu que tout ce que tu as fait était de la pousser vers son trépas ? Etre princesse ne te donne pas le droit d’être aussi bête »

La rage et l’aura meurtrière remplirent les yeux de la princesse Gouyu, pendant que ses belles mains agrippèrent inconsciemment le manche de son épée.

Leurs yeux s’étaient croisés, le regard de Jiang Chen était ouvert, calme et pur. Son cœur était désintéressé et englobait le monde. Il  n’avait pas peur du regard meurtrier qu’émettait la princesse Gouyu.

« Gamin, je m’en fou de qui tu es. Tu m’as traité d’idiote cinq fois et d’une femme cinglée une fois. Rappelle-toi bien que les femmes sont très rancunières. »

« Jiang Chen pas vrai ? Jeune duc n’est ce pas » Un sourire étrange se dessina soudainement sur les lèvres de Gouyu, comme-ci elle avait mis la main sur quelque chose à propos de Jiang Chen.

Jiang Chen haussa des épaules. « J’ai peur de tout sauf des menaces de femmes. Ok, je pars diagnostiquer la princesse maintenant. Tu n’es pas la bien venue. »

« Je ne suis pas la bien venue ? Qui est ce qui parle ? » Gouyu était de plus en plus contrariée. « Ici, c’est ma maison, tu comprends ? »

« Quoi ? Tu veux dire que tu n’es même pas encore mariée ? S’il te plait, quel âge as-tu ? Même ta nièce va se trouver quelqu’un, et tu as les nerfs d’appeler ça ta maison ? Tu détestes le mariage à ce point ? Est-ce si amusant d’être une femme laissé pour compte ? »

Si ce n’était pas pour Eastern Zhiruo, Gouyu aurait définitivement coupé Jiang Chen en un coup et aurait jeté son corps aux chiens.

Son regard féroce illustrait ce qu’elle pensait à ce moment.

« Ok gamin. Mes félicitations. Tu as gagné le droit que je me souvienne de toi. Je vais aller me changer. Si je trouve que le diagnostique de Zhiruo est un faux prétexte, tu auras une horrible mort. »

Jiang Chen d’un air dérisoire. « Vite, allez vas-t-en ! Rappelle-toi de fermer les fenêtres quand tu te changes pour éviter d’effrayer les gens. Même si tu ne parviens pas à effrayer les gens, il reste toujours mauvais de faire peur aux petites gens.

« D’accord frère Jiang Chen, tata est déjà partie ! Arrête avec tes insultes. Tata est une bonne personne, il y a eu un mal entendu entre vous deux simplement »

Un charmant sourire s’était tracé sur le beau visage d’Eastern Zhiruo, projetant un air d’innocence. Ce sourire avait apaisé Jiang Chen. Il avait été vraiment enragé par cette femme au point de perdre la boule.

Il n’avait pas fait trop attention aux gestes de Gouyu. Ce qu’il avait énervé c’était qu’elle le traitait de pervers des qu’elle commençait à ouvrir la bouche.

« Moi, Jiang Chen, j’étais insulté par une bimbo sans cervelle ! Sigh ! »

Jiang Chen arriva aux quartiers d’Eastern Zhiruo avec elle, puis passa quelque temps à analyser les alentours.

« Frère Jiang Chen, qu’est ce que tu penses de ma chambre ? Elle est jolie, pas vrai ? »

Jiang Chen sourît légèrement. «  C’est passable, mais c’est extrêmement inappropriée pour vous de vivre ici. Que ce soit en terme d’environnement ou de design- ils te poussent tous vers le chemin de la mort. »

Eastern Zhiruo commença à s’ébouriffer. « Frère Jiang Chen, ne me fais pas peur. »

« Le harem impérial est une grande enceinte du palais, c’est une place remplie d’un fort qi de yin. Le design du jardin du harem impérial est calme, sans concentration d’un fort qi de yang, facilitant l’attraction  du yin. Si tu n’avais pas pratiqué le dao martial depuis ta naissance et si tu n’avais pas vécu ici, ton espérance de vie serait celle d’une personne ordinaire. Tu n’as pas eu de chance d’être née dans une famille royale. »

« Ah ? Frère Jiang Chen, tu me fais peur. Zhiruo va-t-elle mourir avant ses 16 ans »

«  Si tu ne m’as pas rencontré, tu ne dépasserais pas cette année »

Jiang Chen n’était pas alarmiste. Cet environnement était une concentration de yin. Comment un corps avec une constitution de yin ne pourrait-il pas s’aggraver dans ces conditions?

Ignorant le regard apeuré d’Eastern Zhiruo, Jiang Chen Fît un tour. Il leva sa tête ; escalada les murs, et visita les étages supérieurs.

Il retourna au prés de Zhiruo puis lui demanda « Si je devais démolir le harem impérial puis refaire son design, est ce que ton père le roi accepterait-il ? »

« Frère Jiang Chen, Tu…tu plaisantes ? Il y a trois mille personne vivantes au harem impérial, pas seulement Zhiruo. »

« Alors ma proposition ne passera pas ? »

« Non, non »  Eastern Zhiruo écarta ses délicates mains « Zhiruo ne peut bouleverser la vie quotidienne de tout le harem juste pour elle. »

Quelle fille à plaindre et à respecter. Elle faisait face à sa mort, mais pensait toujours à ses proches. La définition même d’une vie royale à sacrifier!

« Tu dois alors déménager, le plutôt c’est le mieux. Plus longtemps tu resteras ici, plus rapidement tu t’approcheras de la mort »

« Impossible. Zhiruo est une princesse et ne peut quitter le harem impérial avant son mariage. » La voix d’Eastern Zhiruo était aussi basse que le son d’un moustique, comme un enfant qui avait commis une bêtise. Elle gardait la tête basse et n’osait pas regarder Jiang Chen.

C’était comme si tout était de sa faute.

« Qui est le plus important, ces vulgaires règles ou ta propre vie ? » Jiang Chen était un peu perdu.

« Frère Jiang Chen, n y a-t-il pas d’autres moyens? Ma vie et les règles sont tout les deux importants. Mais Zhiruo a peur qu’enfreindre les règles rendra son entourage mecontent. »

« Qui ? Qui osera être mecontent ? demande à ton père de l’exécuter » L’attitude majestueuse de Jiang Chen était évidente.

« Pfft… » Eastern Zhiruo était amusé par le sérieux de Jiang Chen. « Frère Jiang Chen, tu aimes faire des plaisanteries ! C’est amusant d’être à tes cotés ! »

La jeune fille mis ses bras autour de celui de Jiang Chen puis répliqua gentiment, « Je sais que frère Jiang Chen trouvera une meilleur solution. »

Le doux parfum de la jeune fille titillait tranquillement les narines de Jiang Chen, lui faisant sentir dans les profondeurs de son cœur que c’était bon d’être jeune.

Il rît, « j’ai quelques idées, mais tu ne pourras plus t’entrainer. Ai, cette idiote de femme, tu disais que c’est ta tante ? »

« Hehe, tu es encore en train d’insulter ma tata » Eastern Zhiruo cligna de ses yeux qui étaient plein de vie. « Frère Jiang Chen, Zhiruo va te révéler un secret. Tu n’auras plus le droit de l’insulter. »

« Pourquoi pas ? C’est une idiote  et je ne peux lui donner de leçon ? Je l’insulte pour qu’elle devienne plus intelligente. Mes intentions sont pures et sincères. »

« Hehe, mais ma tata est une princesse, elle est aussi l’organisateur numéro 1 des épreuves du dragon caché. N’as-tu pas besoin d’y participer ? »

« Comment ? » Jiang Chen sursauta en entendant ces mots. « Pourquoi tu ne me la pas dit plus tôt ? »

« Parce que vous ne m’avez pas donné la chance plus tôt » Eastern Zhiruo était un peu affligée.

Jiang Chen était déprimé. Il venait juste d’offusquer Du Rhai qui était seulement second aux commandes. Mais cette princesse Gouyu était le principal organisateur !

Les épreuves du dragon caché…

Jiang Chen pouvait voir les obstacles qui se mettraient sur son chemin. L’organisateur principal et son bras droit le détestaient tous les deux. Comment serait-il possible que la vie devienne plus facile durant les épreuves du dragon caché ?

 


Cet article comporte 2 commentaires
  1. Décidément, il n’a vraiment pas de chance ! Se mettre a dos les deux plus grands organisateurs des épreuves du dragon caché …. Le pauvre, je me demande bien comment il va s’en sortir

    Bonne continuation et merci pour le chapitre ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top