skip to Main Content
Menu

SOTR-Chapitre 13

Chapitre précédent                                                                                                                                                                                 Chapitre Suivant

Source : Version anglaise

Traduit et édité par : daotranslator


Chapitre 13 : Moi, Jiang Chen, Je suis plus rancunier que vous


 

Long Juxue n’avait pas essayé de cacher sa fierté et sa supériorité d’être la fille chérie du premier duc. Son ton était indifférent et donnait  une sensation aux gens d’une confiance indiscutable.

« Parmi les 108 territoires dans le royaume, il n’existe aucun qui peut prendre ce que Long Juxue  désire. »

Jiang Chen commença à rire  «Est-ce que c’est absolue ? N’y a-t-il pas d’exception ?»

« Les exceptions sont impossibles » répondît Long Juxue « de ma vie je n’ai jamais rencontré une »

« D’accord… » Jiang Chen sourît. « Je te félicite, tu viens de rencontrer une aujourd’hui »

Le sens de supériorité de cette femme était trop fort. Elle maintenait toujours sa fière allure même quand elle demandait une faveur. Comme si c’était une grande faveur qu’elle faisait à Jiang Chen en lui parlant simplement. Comme un cygne blanc honorant un crapaud.

Ce genre d’attitude faisait rire Jiang Chen.

La fille du premier duc du royaume ? Et alors ? Même si c’était le premier duc en personne, ce genre de personne n’était même pas qualifié à porter les chaussures de Jiang Chen durant sa vie antérieur.

C’était la première fois que Long Juxue perdait la face contre un homme pendant qu’elle regardait son visage résolue.

« Jiang Chen, je me souviendrais de toi, Si je te laisserai passer les épreuves du dragon caché d’ici à la fin de l’année, je changerai mon nom à l’identique que le tien »

« Moi Bai Zhanyun, je me souviendrais de toi aussi, tu as gagné aujourd’hui, mais tu payeras cette insulte durant les épreuves du dragon caché.  Ce n’est pas une chose facile qu’un simple héritier du Jiang Han pourra supporter !»

«  Et moi du territoire du vermillon, et du Yanmen ! »

Ces gens voulaient proclamer leurs intérêts et leurs dévotions, mais leurs plans avaient été contrecarrés. Avec un cœur brulant de colère, comment ne pouvaient-ils pas prendre cet avantage de battre une proie si facile ?

Naturellement, Jiang Chen ne paya aucune attention à ce genre de menaces. Au contraire il trouvait que c’était marrant que ces jeunes gens avouaient à l’avance leurs intentions.

Avouant à l’avance ce qu’ils ont l’intention de faire. Ils me facilitent les choses pour les chercher ensuite un à un. Tigre blanc, Vermillon, Yanmen n’est ce pas ? Vous aimez garder les rancœurs, pas vrai ? Eh bien, vous allez apprendre que moi, Jiang Chen, possède plus de rancœur que vous tous réunis.

Si c’était un jour normal, le responsable n°3 ne se serait jamais impliqué dans les querelles entre jeunes ducs. Mais cette fois-ci, il n’avait pas le choix, il devait être de tout cœur du coté de Jiang Chen.

Quand Jiang Zhen était venu le chercher, il savait que s’était le seul choix à faire et de ce fait, le seul choix du manoir.

Sinon, rendre Jiang Chen mecontent signifiait la perte de la formule de la pilule du karma céleste, ce qui signifiait aussi la perte d’un marché juteux.

Quelques héritiers de ducs n’avaient pas de l’importance comparés à un tel business.

D’autant plus, ces héritiers n’avaient aucune raison de s’étaler de cette manière au manoir de la guérison. Ils avaient seulement choisit de le faire pour contrarier un soit disant faible héritier qui était Jiang Chen.

La manière dont Jiang Chen gérait la situation, le responsable s’en foutait éperdument. Ce qui l’importait réellement, c’était le contrat.

Les négociations s’étaient bien déroulées, le contrat avait été rédigé. Jiang Chen avait proposé quelques suggestions sur certains détails mineurs et avait permis à Jiang Zheng de le signer.

C’était un héritier de duc. Naturellement, il n’allait pas se réduire à faire cela.

Jiang Chen ne faisait pas totalement confiance au manoir de la guérison. Il contrôla toujours les deux parties vitales.  C’était, en aucun cas dans ses projets, de partager la formule et le procédé de fabrication.

Il devait être sous ses gardes dans le cas ou le manoir de la guérison déciderait de jouer cavalier seul une fois qu’il recevrait la formule complète et le procédé.

Le contrat fut signé facilement parce que Jiang Chen avait toujours le contrôle sur les points clés de la fabrication. Il avait été mentionné dans le contrat que Jiang Chen devait visiter le manoir une fois durant les mois pairs et deux fois durant les mois impairs.

Dans le monde des praticiens du dao, les pilules médicinales étaient précieuses. Une pilule ordinaire était vendu pour un à deux mille taels d’argent. Des pilules d’un niveau supérieur coutaient trois à cinq milles tael d’argent.

La pilule du karma céleste pourrait être vendue huit à dix mille taels d’argent à cause de sa force et ses effets. Elle devrait occuper le rang d’articles de luxe et sans doute un vaste marché.

Même si cent pilules étaient produites par mois, cela représenterait un revenu de millions de taels. C’était un marché de dizaine de millions par an avec les estimations les plus conservatives possibles.

Et si cette pilule entrait dans le marché des seize royaumes voisins, on augmenterait la production à des milliers ou dizaines de milliers par mois. La demande dépasserait toujours l’offre.

C’était très facile d’imaginer l’étendue de ce marché avec des calculs aussi simples.

C’était aussi facile de comprendre pourquoi le responsable n°3 était si désireux de plaire.

Quand le contrat fût signé, le responsable n°3 avait suggéré de diner à la grue d’automne, mais il se fut refusé poliment par Jiang Chen. Garder profil bas faisait aussi partie de l’entente entre les deux partenaires. Jiang Chen ne voulait pas que ça se réponde dans la capitale.

D’autant plus, ce n’était qu’une transaction professionnelle ; ils n’étaient pas assez proche pour partager un verre autour d’une table.

Le responsable n°3 accompagna Jiang Chen à la sortie avec deux anciens dont Elder Blue.

Elder Blue portait toujours quelques préjudices contre Jiang Chen, son expression faciale était tendue.

Jiang Chen était bien au courant de ça et sentit que la grâce et la magnanimité de cette femme étaient aussi étroites que l’estomac d’un rat ou les intestins d’une poule. Elle ferait bien de ne pas ruiner mes plans dans le future, j’ai toujours besoin d’irriter d’autre gens avec des mots sarcastiques quand la situation l’éxige.

Il réfléchit un peu puis sourît soudainement, « responsable, si on n’avait pas cette coopération, est ce que vous me vendriez l’herbe solaire du dragon tout de même ? »

« Haha, comment pouvez vous dire cela ? Le manoir adhère toujours à ses règles. » Le responsable rît de plein cœur, mais lui-même ne croyait pas à ses propres mots.

Les règles étaient de l’abstrait mais  les gens étaient vivants. Si ce n’était pas pour le buisines, l’herbe solaire du dragon n’aurait pas atterrit aux mains de Jiang Chen.

Jiang Chen rît aussi de plein cœur mais ne contredît en rien le responsable, « peut importe la raison, tout ce que je peux dire, c’est que le responsable a pris une sage décision. »

« Qu’est ce qui te fait dire cela ? » la curiosité du responsable s’éveilla.

« Tout simplement, obtenir l’herbe solaire du dragon était une mission demandé par le roi en personne. Si vous ne me l’avait pas vendu, les procès dont le manoir ferait face seraient sans fins. Haha, j’en ai trop dit. »

Jiang Chen continua de rire, monta rapidement sur son cheval et continua de rire, « Vous n’avez plus besoin de m’escorter, responsable »

Le responsable était abasourdit et plongeât profondément dans ses pensées en regardant Jiang Chen s’éloigner au galop.

« Le roi en personne ? » se murmura le responsable en pensant au médaillon royal d’hier. Il sentît que peut être Jiang Chen ne disait pas de mensonges.

«  Ce gamin se vante à propos du roi lui-même ? N’était-il pas battu par sa majesté ? » Bouda Elder Blue.

Le responsable la regarda sévèrement, « qu’en sais-tu ? Tu as failli rompre le marché aujourd’hui ! Sois plus intelligente sur la manière dont  tu te conduits dans les affaires ! Tu penses que le médaillon royal était un faux ? Tu penses que cette formule du Karma céleste nous est tombée dessus par hasard ? »

Elder Blue n’avait rien à dire. C’était vrai qu’il y’avait quelque chose de louche à propos de ce gamin.

Le responsable était toujours hanté par ce qui aurait pu se passer et donna un avertissement « peu importe la situation, rappelez-vous ceci ! Restez toujours humble devant Jiang Chen ! Ce n’est pas un simple personnage ! »

Au palais royal

Eastern Lu posa son livre sur la table puis sirota son thé.

« Tiandu, quelle nouvelle du manoir de Jiang Han »

« Votre majesté, le duc de Jiang Han est resté calme, sans faire aucun mouvement »

« Et le gamin ? »

« Le gamin ? Il semble être resté au manoir pendant toute la journée d’hier, il est parti ce matin au manoir de la guérison, il était en conflit avec certains héritiers …»

Le garde personnel du roi nommé Tiandu avait transmis un rapport détaillé sur  toute la situation qui s’était déroulée.

« Oh ? Ce gamin était sévèrement battu et il n’est non seulement pas mort mais il se pavane dans les rues aujourd’hui ? Depuis quand mes gardes sont incapables de battre une personne correctement ? » Eastern Lu sourît mais ne pensait pas ce qu’il disait. «  Tu as mentionné que le manoir de la guérison supporta Jiang Chen et ignora les autres jeune ducs d’imminents territoires ? »

« Il sembla aussi bizarre à votre serviteur, mais c’est la vérité. En plus le manoir de la guérison le garda en tant qu’invité et le diverti un moment. Il semblerait que ce gamin n’est pas si bon à rien que les rumeurs le prétendent. »

Eastern Lu réfléchît profondément puis hocha de la tête « J’espère qu’on peut lui faire confiance à propos de Zhiruo et qu’il ne nous joue  aucun tour »

« Je ne pense pas, s’il est en train de nous jouer un mauvais tour, comment oserait-il se pavaner en publique ? Trahir le roi, ce n’est pas un crime que le duc de Jiang Han peut se résoudre à commettre »

« Tiandu, rappelle toi de cela, protège le gamin coute que coute, aide le au maximum dans n’importe quelle action qu’il entreprend. Si n’importe qui est aussi aveugle pour lui créer des problèmes, punis d’abord et interroge ensuite. Je dis bien n’importe quelle personne.» Ordonna Eastern Lu.

Il était clair qu’Eastern Lu ne voulait pas que les incidents de ce matin se répètent. Il déduit que l’herbe solaire du dragon avait un lien avec la maladie de sa fille.

Quand  ça concerne la maladie de ma fille, même l’héritier de Long Teng doit s’écarter.

Jiang Chen ne retourna pas directement à la maison après avoir finit avec le manoir de la guérison. Il avait encore certaines courses à faire. Il y’avait beaucoup de choses à préparer avant de visiter le palais royal dans trois jours.

Il n’avait pas beaucoup marché avant que son instinct ne l’avertisse qu’on le suivait. C’était facile pour lui de les débusquer.

« Huh, si vous êtes aveugles, venez vers moi si vous êtes assez forts pour oser voler le roi Eastern Lu ! » Il importait peu pour Jiang Chen de créer un conflit entre monarque et sujets.

Tout le monde avait été témoin du grand show des rites du culte sacré. Si quelqu’un était assez aveugle pour dépasser la ligne et créer des problèmes, cela ne dérangerait pas Jiang Chen d’assister à un beau spectacle entre monarque et sujets.

Il serait même ravie d’y jouer à ce spectacle mais d’une manière intelligente et subtile.

Jiang Chen regretta que la sécurité publique fût bien organisée dans la capitale, une agression durant la journée ne pouvait arriver.

« Quels gens sans cervelles. L’herbe solaire du dragon est là. Venez et essayez de la prendre. Je ne risquerai pas ma vie pour le roi Eastern Lu. Je serais ravi de vous la donner si vous essayer de la prendre et de vous dénoncer quand Eastern Lu m’interrogera à ce sujet »

Jiang Chen anticipait avec impatience ce qui allait se passer pendant qu’il continuât  à marcher. Malheureusement, ceux qu’ils le poursuivaient ne s’étaient jamais montré et c’était ce qu’il le déprima un peu.

« Quelle bande de peureux ! » Jiang Chen secoua la tête et ne pensa plus à cet événement. Il dirigea son cheval vers le manoir de la turquoise ou il avait quelques courses à compléter.

 

 


Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top