skip to Main Content
Menu

SOTR-Chapitre 10

Chapitre précédent                                                                                                                                                                                 Chapitre Suivant

Source : Version anglaise

Traduit et édité par : daotranslator


Chapitre 10 : Purification du quatrième méridien


 

L’ancien Jiang Chen commença son entrainement à l’âge de six ans. Apres huit ans d‘entrainement c’est-à-dire à l’âge de quinze ans, Jiang Chen n’a pu purifier que 3 méridiens du qi.

Cela serait un exploit pour un enfant d’une famille ordinaire de purifier 3 méridiens. Par contre, pour le fils d’un duc né avec une cuillère en or à la bouche, avec un excellent potentiel et des ressources abondantes, c’était un échec cuisant.

« Pour être honnête, le duc de Jiang Han gâte trop son fils, il prend toujours partie avec son fils qu’il soit coupable ou innocent » soupira Jiang Chen.

« Douze niveau de qi. heh, si je me souviens correctement, c’est un type d’entrainement basique, il est considéré comme une avancée mineur dans le chemin du dao martial. C’est le niveau d’existence le plus bas parmi tous les types d’entrainements.  Dans ma vie antérieure, je gérais la bibliothèque de Tianglang et j’avais une connaissance approfondie dans tous les domaines. Maintenant que je me suis réincarné, comment puis-je suivre un type d’entrainement aussi exécrable ? »

Bien qu’il pensât de cette manière, la réalité des choses était toute autre. Malgré toutes les connaissances et théories, il ne pouvait que suivre ce chemin avec les conditions d’un tel corps dont il disposait.

Avec le corps actuel, il pouvait s’entrainer jour et nuit et n’aboutir à rien du tout s’il commençait à pratiquer plusieurs grandes méthodes.

Jiang Chen était déprimé. C’était comme si on s’asseyait à une table pleine de nourritures, de délicatesses et qu’on avait droit seulement aux miettes.

Mais il n’avait pas à abandonner pour si peu.

« Le chemin du progrès est le même pour tous. Plusieurs génies se sont faits remarqués parmi des gens ordinaires et ont atteint les cimes des légendes. Ils ont tous commencé d’abord par cette même méthode du dao martial ? Je vais observer d’abord les coutumes de cet endroit puis améliorer leurs méthodes basiques d’entrainement. »

Jiang Chen était très confiant

En pensant notamment à ce point, son corps commençait à frémir de gaité.

« haha, je réfléchie trop. A peine arriver en ce monde que je cherche à transgresser ses méthodes d’entrainement. Bien que je ne puisse pratiquer les grandes méthodes, je peux tout de même accélérer mes progrès et rattraper mon retard »

Jiang Chen était plein d’idée concernant les méthodes d’entrainement pour son corps surtout dans le domaine du qi et des entrainements basiques.

« Quel idiot, pas étonnant que son qi soit si faible. Comment est-t-il supposé améliorer son qi  de cette manière »

« La manière dont il fait circuler son qi est totalement incorrecte. Cette méthode de respiration n’a aucun sens »

« Est ce qu’il a fournit ne serait-ce qu’une once d’effort à l’entrainement ? Comment peut-il se tromper de cette manière ? Quel drôle de personnage !»

« Quelle ironie. On doit purifier douze points d’acuponctures. Mais les praticiens de ce monde n’ont aucune méthode pour chercher ces points d’acuponcture. Ils gaspillent beaucoup de temps à l’exploration »

Jiang Chen avait découvert certaines difficultés en faisant circuler son qi.

Les choses devenaient plus difficiles à chaque fois qu’on purifiait un point d’acuponcture. La chance avait son mot à dire lors des essais de purifications. Aussi la répartition des points d’acuponcture était différente d’un corps à un autre. On ne pouvait même pas trouver une certaine logique à leurs répartitions. En plus, ce monde ne possédait aucune méthode pour localiser ses points d’acuponctures.

Jiang Chen identifia plusieurs méthodes de localisation des points d’acuponctures en cherchant par hasard dans sa mémoire. Ce qu’il ne savait pas, c’était que si ces méthodes venaient à se propager, cela causerait un bouleversement, non, un séisme dans ce monde.

« Il apparait que je me sois réincarné dans des circonstances vraiment médiocres. Au point que je me trouve à l’échelle la plus basse » Jiang Chen commençait à comprendre un peu mieux les circonstances de sa vie actuelle. Elle était vraiment pauvre en méthodes d’entrainement.

« Le royaume d’Eastern manquait vraiment en ressources et méthodes d’entrainement. Est-ce qu’ils sont forts dans d’autres disciplines ? »Jiang Chen n’avait aucune intention ni le droit de sous-estimer le royaume d’Eastern. Bien qu’il fût une encyclopédie ambulante, avec son niveau de qi actuel, n’importe quel praticien du qi dans la capitale pouvait lui flanquer la raclée de sa vie.

Jiang Chen corrigea et améliora tous les problèmes qu’il avait rencontrés précédemment. Il pressa ses trois méridiens et commença à faire circuler le qi des trois méridiens dans son corps.

Au début, à cause de son inexpérience, Jiang Chen trouva le control du qi un peu difficile.

Il commença à se familiariser et à devenir plus adepte après quelques cycles. Même le control était devenu sans effort.

Au début, les mouvements du qi étaient très lents comme un ver se déplaçant sous terre. Apres quelques heures, les mouvements étaient devenus de plus en plus rapides. Subitement, le qi des trois méridiens fonça vers une partie de son corps.

C’était comme trois rivières torrentielles inondant les plaines et démolissant les barrages.

Une sensation de confort qui avait presque faillit faire crier Jiang Chen inonda son corps. Le sang se rua précipitamment à son cerveau.

Son corps tout entier se sentit très confortable au point qu’il voulait prendre son envole.

Cette sensation créât un courant d’aire chaud qui s’écoula vers un méridien comme une douce pluie printanière, créant ainsi un nouveau chemin dans son corps.

C’était la purification du quatrième point d’acuponcture.

Quatre méridiens du qi !

Pour commencer, le corps possédait un bon potentiel, Jiang Chen avait fait le tour sur les points faibles des méthodes d’entrainement de l’ancien propriétaire, il les avait ensuite corrigées et améliorées. Les résultats étaient instantanés.

Le pathétique au trois méridiens de qi avait immédiatement gravit  l’étape des quatre méridiens. A présent Jiang Chen fait partie des rangs du qi intermédiaires.

« Qui l’aurait cru que l’entrainement procurerait une telle sensation !» Cette sensation d’avoir accomplit avec succès la purification du quatrième méridien le rendit très heureux et fière.

Ce n’était pas facile pour lui, c’était le fils de l’empereur céleste, privé d’entrainement il avait dû attendre la venue du cataclysme pour obtenir le droit à l’entrainement après s’être réincarné.

Le Jiang Chen de maintenant était devenu comme l’ogre des anciens temps : affamé et avide d’entrainement.

Une fois qu’il avait stabilisé son quatrième méridien, il décida de choisir la méthode de « résonnance des acupoints » puis localisa facilement le cinquième méridien avec cette dernière.

Jiang Chen savait que localiser le cinquième point d’acuponcture était une chose facile mais le purifier  et atteindre le niveau cinq était une chose différente.

Le qi ne serait pas pur si les fondations n’étaient pas solides. Il venait à peine de purifier le quatrième méridien mais il ne l’avait pas encore bien formé. Le méridien n’aurait aucune chance de supporter un puissant impact. Tout s’effondrerait comme un château de carte s’il était trop impatient de progresser et cela endommagerait ses méridiens.

La prochaine étape consistait à forger les quatre méridiens qu’il contrôlait déjà et d’en faire un usage approprié.

Concernant les méthodes pour forger les méridiens, il possédait plusieurs approches. Que se soit par entrainement ou par prise de pilules médicinales, il lui serait facile de progresser à un rythme dix à cent fois plus élevés que la normale.

C’était un avantage, un avantage qu’aucun génie ne pouvait égaler.

Génie ?

Dans ce monde, quel génie pouvait être meilleur ou égaler le fils de l’empereur céleste ?

« Il apparait que la méthode de résonance des acupoints localise vraiment les points d’acuponcture. J’avais peur que pour certaines raisons  cette méthode serait inefficace. Finalement tous les chemins du dao martial mènent au même résultat, malgré les différentes philosophies. »

Jiang Chen était satisfait par cette méthode de localisation. Cela allait lui permettre de devancer tous les autres génies de sa génération.

Apres tout, les génies de ce monde avaient besoin de méditer, explorer et réfléchir pour trouver un point d’acuponcture et purifier un méridien.

Par contre, Jiang Chen pouvait directement localiser les points d’acuponctures par une méthode n’appartenant pas à ce monde. Ce qui voulait dire qu’il allait gagner beaucoup de temps par rapport aux autres.

« Effectivement, les insuffisances des méthodes d’entrainement pourraient vraiment limiter les  progrès des praticiens d’une région » se lamentât Jiang Chen.

Les génies n’étaient pas séparés par classe mais plutôt par leur potentiel.

Combien de temps pouvait être gagné par les ressources et le savoir adéquat ? Combiens de chemins sinueux pouvaient être évités ? Jiang Chen était très confiant concernant les progrès dans le chemin des arts martiaux.

C’était déjà la nuit quand Jiang Chen était sorti de sa chambre. Il était resté cloitré dedans pendant plus de dix heures. Cela serait sans doute le sujet de tous les ragots dans le manoir du duc de Jiang Han. L’ancien Jiang Chen ne dépassait pas les quatre heures d’entrainements.

« Eh ? Jiang Zheng que faites-vous ici ? »

Jiang Chen était surpris de voir Jiang Zheng assis prés de sa porte.

« Jeune duc, bonne nouvelle ! » Jiang Zheng était excité de partager la nouvelle. Il était resté toute l’après-midi jusqu’au soir en train d’attendre la sortie de son jeune maitre.

« Ne sois pas aussi survolté, ce n’est qu’une chose banale » répliqua Jiang Chen.

« Jeune maitre, tout à marcher selon vos plans. Dans un premier lieu les gens du manoir de la guérison étaient arrogants, puis respectueux. A la fin ils me mangeaient dans la main »répondît Jiang Zheng tout excité.

« Jiang Zheng, parlons de cela plus tard. Qu’est ce qu’il en est des ingrédients que je t’ai demandé ?»

« Les voila ! »

‘Parlons de cela plus tard !’, des choses si grandes paraissaient si banales aux yeux du jeune duc. Le respect de Jiang Zheng ne faisait que grandir envers son maitre.

« Va voir les serviteurs pour me chercher des récipients en bois, ramène en plus de l’eau claire dans cette chambre secrète » ordonna Jiang Chen.

« Vos désirs sont des ordres ». Jiang Zheng exécuta les ordres en moins d’une heure.

« Jiang Zheng, pourquoi ne pas allez te reposer à la maison. Reviens ici et attend mes ordres tôt demain matin. Tu me donneras aussi le rapport sur la formule de la pilule »

La pilule du karma céleste n’était qu’un moyen immédiat pour résoudre le problème économique dont le jeune duc faisait face. Il n’avait aucun intérêt sur l’impact économique.

Avec ces ingrédients, les choses deviendraient plus faciles pour Jiang Chen. Cela lui permettrait de se rétablir plus rapidement du lynchage qu’il avait subit.

Ces herbes spirituelles étaient les ingrédients de bases de la pilule du karma céleste. Bien qu’il soit incapable de raffiner cette pilule avec ses fondations actuelles, avec une technique de mélange des ingrédients, il serait capable de reproduire 30 à 40 pourcent de son effet curatif.

Cette nuit, Jiang Chen consomma la pilule et circula le flux de ses quatre méridiens de qi dans son corps pour réparer ses dommages internes.

Une nuit s’était écoulée.

 

 


Cet article comporte 2 commentaires
  1. Merci pour le chapitre ! Et bonne continuation dans la traduction de ce bon L.N 😉

    J’attends la suite avec impatience ^^

    Ps : pour la fréquence de parution, as tu une idée de la date de publication ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top