skip to Main Content
Menu

Chapitre 94 – Le Super Soldat de l’Alliance de l’Est


Source : Version anglaise

Traduit par : Arpakshaad
Checké par : Miss X


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 94


Elle comprit enfin. Elle savait enfin pourquoi le nom lui semblait aussi familier. Enfin, elle sut pourquoi elle avait été aussi curieuse à propos de l’homme en noir.

Au dos de l’étoile à cinq branches en métal se trouvait une colonne de mots. Elle était gravée, et peinte avec une couche spéciale qui la faisait briller d’une lueur métallique.

« Lan Qing, Commandant en Chef, Commandement Militaire Planétaire d’An Lun. » C’était une simple série de mots, mais elle prit An Liu par surprise.

Elle connaissait An Lun. Le nom de cet endroit et de cet homme ensemble, elle savait précisément qui était l’homme devant elle.

An Lun était une planète qui se trouvait dans la région frontalière des territoires célestes de l’Est. C’était la planète la plus proche de l’Alliance du Nord, et elle débordait presque de diverses gemmes de pouvoir. C’était un endroit d’une importance stratégique majeure en terme de ressources, et une scène militaire. C’était un champ sans fin d’exploitations minières et de casernes militaires.

C’était une terre de légendes, légendes impliquant surtout Lan Qing.

Ses origines étaient un mystère. Il était apparu pour la première fois sur les registres en tant que simple soldat d’infanterie, mettant le pied sur An Lun en tant que pilote de mécha de base.

Une des plus grandes légendes était à propos de ce simple soldat, qui avait gravé son nom avec rien que le mécha standard que lui avait fourni l’armée.

Sous le couvert de nettoyer une infestation de pirates, l’Alliance du Nord avait envoyé une équipe de pilotes d’élites à An Lun. L’opération clandestine avait pour but de saboter l’exploitation minière et militaire. C’était le troisième jour de Lan Qing dans l’armée.

L’objectif principal des infiltrés était simple ; détruire la plus grande mine de gemmes de pouvoir de la planète.

L’Alliance du Nord engagea les pirates dans l’espace aérien planétaire d’An Lun, attaquant sans sommation pour offrir un couvert à leur unité de mécha. Le conflit attira la majorité des défenses d’An Lun en orbite en soutien.

Cinq cent experts en pilotage de méchas, avec la pointe de la technologie de camouflage. Tel était l’escadron qui attaquait tandis que leur support attirait l’attention sur le ciel au-dessus. Il ne leur fallut pas beaucoup de temps pour atteindre leur cible. La mine, de son côté, n’avait qu’une centaine de fantassins de base en gardes. Lan Qing était l’un d’eux.

Lors de la première vague d’attaques, les défenseurs de l’Est avaient perdu plus de la moitié des leurs face aux envahisseurs. C’était une défaite cuisante qui avait mis la garnison en déroute. La mine semblait perdue.

Malgré leur victoire, les Nordiques découvrirent qu’un certain nombre des leurs manquaient. Les soldats de l’Est, essayant de fuir, virent l’un des leurs tenir bon.

Ce que Lan Qing avait alors dit à ses camarades fut à jamais gravé dans la culture de l’Est : « Mettez-vous en sécurité. Je couvre votre retraite. » Ces huit simples mots le catapultèrent de simple soldat à héros.

Contre cinq cent des meilleurs que pouvait sortir le Nord. C’était une mission suicide. Plus que cela, leur objectif était le sabotage. Ce n’était pas une bataille décisive.

En effet, tout le monde supposait que Lan Qing se sacrifiait pour que ses camarades puissent s’enfuir. Ce qu’ils ne savaient pas, c’était que Lan Qing allait faire un miracle.

Tout d’abord, sa maîtrise du mécha lui permit de dérouter l’attaque surprise. Il utilisa ensuite les systèmes de défense internes de la mine pour les tenir en respect.

Les pertes continuèrent d’augmenter chez les attaquants. Finalement, ils passèrent la ligne de défense de la mine, mais leur nombre avait été réduit à trois cent. Plus d’une centaine avait été perdue aux mains de Lan Qing.

Les Nordiques étaient indignés et enragés, mais quand même, ils étaient à deux doigts de compléter leur mission. Cependant, l’audace de Lan Qing n’était pas épuisée. Il avait encore un plan.

La mine qu’ils avaient choisi d’attaquer était actuellement utilisée pour du stockage. Les gemmes entreposées étaient une partie intégrante des méchas de l’époque. Ils leur donnaient leurs capacités motrices.

Alors que ses ennemis se préparaient à un dernier assaut, Lan Qing disposa une quantité de gemmes ensembles. Il attendit patiemment que la compagnie fonce dans les mines. Puis il fit exploser les pierres.

L’explosion qui suivit suffit à désintégrer la moitié de la mine et une centaine de méchas.

À ce moment-là, les Nordiques avaient souffert de grandes pertes. Cependant, avec la mine en ruines, ils considérèrent leur objectif atteint. Ce qu’ils ne pouvaient pas savoir, c’était que Lan Qing avait fait exploser la partie avant de la mine – une zone qui avait été épuisée depuis longtemps. Les veines les plus riches reposaient à l’intérieur, protégées du rayon d’explosion.

Les attaquants se préparèrent à partir, mais Lan Qing n’était toujours pas satisfait. Alors qu’ils battaient en retraite, Lan Qing était comme un spectre sur leurs talons. Comme l’ange de la mort, il les prit un par un dans leur fuite, avec rien que son armure standard.

Il allait et venait sans plus de substance qu’une ombre. Il frappait avec la force d’un ouragan. Encore aujourd’hui personne ne comprenait comment il pouvait connaître si bien le terrain après seulement trois jours. Mais c’était simple, il utilisait tous les outils à sa disposition, chaque once de connaissance ou de compétence.

Alors que le nombre d’ennemis chuta à près de cinquante, le moral des Nordiques s’effondra. Ils ne pouvaient pas faire face à cet incroyable assaut. Tout ce qu’ils voulaient, c’était fuir. Toute leur énergie se focalisa sur la course.

Lan Qing était trop fatigué pour poursuivre. À lui tout seul, il avait retourné ce qui aurait dû être un massacre. Là, fatigué et abattu, il reçut un message : le reste des forces ennemies avait été nettoyées. Les réserves de la mine s’étaient regroupées, retournant au combat aux côtés de leur camarade. Même deux Maîtres-pilotes qui étaient venus en renfort avaient été abattus.

Lan Qing s’était fait un nom. En ce court instant, il était devenu un héros de l’Est. Sa légende ne fit que grandir quand il refusa les médailles, choisissant à la place, de les faire honorer ses camarades.

Même ses camarades de gardes pensaient qu’il était fou. Le genre de psychopathes prêt à faire face à cinq cent soldats ennemis. Mais, un psychopathe triomphant. Un héros.

Alors que le conflit entre le Nord et l’Est se poursuivait, Lan Qing prouva continuellement ses talents militaires. Il ne prit pas beaucoup de temps aux officiers de l’Est de comprendre qu’il n’était pas seulement un génie sur le champ de bataille, mais qu’il surpassait de loin ses paires en terme de stratégie et de commandement. Ce sont des compétences qui l’amenèrent à la victoire à chaque bataille à laquelle il participa.

Il avait dix-huit ans à l’époque.

Durant les dix années qui suivirent, il resta sur An Lun, sur le front des conflits de l’Est. Son intelligence et sa force amenèrent la victoire sur les quelques deux cents batailles auxquelles il prit part. Pas une seule fois il ne fut vaincu. Ses médailles, accolades et éloges l’amenèrent à être le plus jeune Amiral de Front de l’histoire de l’Alliance de l’Est. On lui confia aussi la totalité du commandement militaire des forces d’An Lun, et en ce temps-là, le Nord n’avait pas réussi à y poser un seul pied, ou à gagner de victoire conséquente. C’était un poste généralement réservé pour le personnel de haut rang de l’armée.

Il avait encore à atteindre les sommets des rangs militaires, mais il n’y avait pas une âme vivante dans l’Est qui n’était pas prête à s’incliner devant le Supersoldat d’An Lun. Les Nordiques le connaissaient sous le nom du Spectre de la Mort. Il était généralement accepté que l’Est était la plus faible des Trois Alliances, mais Lan Qing s’assurait qu’ils gardent le contrôle de ce territoire si convoité.

Bien sûr, la gloire amenait son lot de défis. Dans le monde souterrain criminel, il restait dans le top dix des cibles d’assassinat, une liste qui changeait excessivement sauf pour son nom. Voilà à quel point il était important pour l’Est.

C’était la personne qui se tenait devant An Liu. Un héros, supersoldat, et commandant de la compagnie la plus féroce de l’Alliance de l’Est.

Skyfire Avenue était détachée des politiques du monde extérieur, mais cela n’empêcha pas la complexion habituellement glacée d’An Liu de fondre devant ce Gardien de l’Est des histoires.

Elle prit une profonde inspiration et calma ses nerfs. « Je dois vérifier votre identité, » dit An Liu, choisissant de ne pas utiliser d’honorifique.

« Très bien. » Les réponses concises de Lan Qing étaient devenues familières.

L’esprit d’An Liu était un fouillis chaotique. Cette légende était-elle vraiment le frère du Maître des Joyaux ? Et il était là pour le retrouver. Elle décida que sa présence devait rester un secret, les autres ne devaient pas savoir qu’il était présent sur l’Avenue.

« Attendez ici un instant, » ordonna-t-elle. « Je serai bientôt de retour. » Après avoir parlé, elle disparut le long de la rue.

Lan Qing marcha doucement vers la Joaillerie de Zeus une nouvelle fois. Il posa une main sur la foudre gravée sur la porte. Il resta là pendant quelques instants, puis laissa retomber sa main.

Le retour d’An Liu fut rapide comme promis. Cette fois, elle avait amené quelqu’un avec elle.

« Vous ne devriez pas être là, » le ton impérieux de l’homme commença.

Lan Qing se raidit au son de la voix, et se retourna pour la rencontrer.

Le Maître des Vins se tenait à côté d’An Liu, une lumière dure désapprobatrice dans les yeux.

« Vous êtes … ? » S’enquit Lan Quing.

« Je suis le Vice-Président du Conseil de Direction de Skyfire Avenue. Vous pouvez m’appeler le Maître des Vins. »

« Alors mes salutations, Maître des Vins. Je suis là pour parler avec Lan Jue. »

« Vous dites qu’il est votre petit frère ? » Le ton du Maître des Vins était suspicieux et interrogateur.

« Mm, » Lan Qing confirma d’un hochement de tête.

Les yeux du Maître des Vins se plissèrent. « Venez avec moi, » dit-il, se dirigeant immédiatement vers un ascenseur.

La procession se déplaça pour sortir du Sous-Sol ; le Maître des Vins devant, Lan Qing derrière, et An Liu fermant la marche.

An Liu regardait le dos de Lan Qing en marchant. Elle ne savait pas si c’était de la panique ou de la confusion qui faisait battre son cœur, mais quoique ce soit, c’était quelque chose qu’elle n’avait pas sentie pendant des années. Mais c’était là, aussi soudain et perturbant qu’un éclair.

Le commandant militaire était grand, droit, presque royal dans sa posture et dans sa manière de bouger. Rien dans ses mouvements ne semblait forcé ou faux. C’était une posture qui disait qu’il était prêt à faire face à n’importe quoi. Elle était convaincue que cet homme était bien le Lan Qing dont elle avait entendu parler.

Un souvenir lui chatouilla la mémoire, le fait que ses prouesses militaires étaient couplées avec un Talent accompli. Dans le monde des Adeptes, il avait été appelé Prométhée. Le Dieu de la Sagesse. Un des quatre autres titrés après un dieu de la mythologie grecque, qui ensemble étaient appelés les Divins Monarques. Des Adeptes qui poussaient la frontière pour devenir des Parangons.

En sortant de l’ascenseur, c’était comme si le Maître des Vins et An Liu avaient oublié, ou simplement mis de côté, leurs règles. Lan Qing parcourait l’Avenue du dessus sans obstruction, et ils prirent le chemin de la Cave Gotique.

« Asseyez-vous. » Dit le Maître des Vins sans cérémonie en indiquant une chaise située à un côté d’une simple table.

« Un Francisco. Dragon Noir, si je ne m’abuse. » Lan Qing passa son regard sur les chaises et la table.

Le Maître des Vins eut un sourire narquois. « Je suis heureux de savoir que vous ne savez pas que vous battre, Prométhée. »


<< Précédent <<    >> Suivant >>

Cet article comporte 3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top