skip to Main Content
Menu

Chapitre 86 – Le Duel


Source : Version anglaise

Traduit par : Arpakshaad
Checké par : Miss X


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 86


Lan Jue flottait en silence, suspendu dans les airs. Sans un mot, il fixait la figure suspendue elle aussi devant lui – Michel, l’Ange de la Guerre à Douze Ailes.

« Donne-nous le démon et vous pourrez vivre. » Michel s’adressa calmement son adversaire. Des flammes rouges-dorées brûlaient dans ses yeux, et il lévitait comme un demi-dieu au-dessus des masses.

L’expression de Lan Jue était plate et insensible. « De mon point de vue, on dirait qu’un seul d’entre nous pourra encore respirer à la fin de la journée. Vu que c’est le cas, finissons-en comme des gentilshommes – avec un défi de gentilshommes. »

Le pouls de Michel s’accéléra. Il savait qu’il avait l’avantage, et savait que l’homme qui lui faisait face lui était inférieur en Talent de quelques degrés. Cependant, malgré tous ces faits, il sentait aussi quelque chose d’inexplicable, quelque chose de non défini qui lui inspirait une peur grandissante.

« Tu es sûr que c’est ce que tu veux, Zeus ? » Demanda Michel de sa voix grondante.

Lan Jue hocha en guise de réponse.

Les oreilles de Michel se dressèrent, comme si elles avaient entendu quelque chose. Son expression se modifia subtilement. « Très bien. J’accepte ton défi. Mais ça ne doit pas forcément se terminer par la mort. Je souhaite que la concession arrête le combat ; si tu réussis, tu pourras partir sans encombre, mais si tu perds, le démon reste avec nous et tu pourras partir. »

Lin Guoguo et Ke’er regardèrent toutes deux émerveillées. Les conditions de Michel étaient étonnamment généreuses.

Lan Jue eut un sourire de compréhension. « On dirait qu’Uriel n’a pas réussi à contenir Xiuxiu, n’est-ce pas ? Hypocrite. »

Les yeux flamboyants de Michel le fusillèrent du regard. « Fais ton choix, Zeus. »

« Je ne suis pas d’accord, » vint la réponse. « Je suis maître de ma destinée. Je serais ton adversaire, Michel. » À travers le chaos, sa tête était restée baissée, ses pouvoirs contenus, mais maintenant, Mika leva son regard perçant vers l’ange.

« Mika ! » Siffla Lan Jue.

« Boss, je suis désolée. Je ne peux plus te laisser être responsable à ma place. Tu as déjà sacrifié et souffert beaucoup trop pour moi. Je n’ai aucune manière de te repayer. Au départ, j’avais prévu de te suivre pour toujours, mais je ne ramène que des problèmes. Tu ne m’appartiens pas, je ne peux pas continuer à être aussi orgueilleuse. Si quelque chose devait t’arriver à cause de moi… J’en subirais la peine jusqu’à la fin de mes jours. » De scintillantes larmes, reflétant la lumière rouge de ses yeux, coulèrent le long de ses joues.

Lan Jue secoua doucement la tête. « Je n’ai pas pu la protéger ce jour là, et j’ai perdu la personne la plus importante de ma vie. Si j’échoue à te protéger aujourd’hui, et que je vis pour m’en souvenir, ce sera un sort pire que la mort. Tu dis que tu auras de la peine, le souhaites-tu pour moi ? »

« Non, non non ! Ce n’est pas ce que je voulais dire, boss ! » Mika secoua la tête vigoureusement, éparpillant les scintillantes larmes un peu partout. Le monde devant ses yeux se flouta de l’eau qui s’y amassait.

Lan Jue vint à côté d’elle et la prit dans ses bras.

« Tout va bien Mika. Reste calme. » Il caressa doucement ses cheveux rouge feu, et avant qu’elle ne comprenne ce qui se passait, ses doigts brossèrent le col autour de son cou.

Lan Jue se retourna, passant la forme inanimée de Mika à Lin Guoguo.

La Marée Psychique ne dit rien. Elle s’avança pour lui prendre son amie. Ke’er s’avança pour prendre le bras de Lan Jue.

« Rappelle-toi boss, ta vie n’est pas importante que pour toi. Ce qui lui arrive nous affecte tous. Si quelque chose devait se passer, ça ne ruinera pas que la vie de Mika. Zeus et ses Amazones vivent ensemble et meurent ensemble. »

Un pang parcourut le cœur de Lan Jue et, de la chaleur au cœur, il ébouriffa sa tête de cheveux bleus. Il se retourna une fois de plus, fixant son regard sur Michel.

« Allons, Michel. Il est temps de choisir les conditions de victoire. Si je gagne, je ne te tuerai pas. Mais si tu gagnes, tu ferais mieux de t’assurer de terminer le travail. »

Lan Jue leva sa main droite vers les cieux, qui à leur tour devinrent noirs et oppressants. De nombreux fils d’éclairs serpentèrent au-dessus de leurs têtes dans un ciel sans nuages.

Les yeux de Michel se durcirent résolument. Lui aussi leva la main droite, et un pilier de flammes prit vie dans sa main. Une grande épée de lumière et de feu apparut des profondeurs du feu.

C’est alors que deux autres figures se manifestèrent ; Gabriel, le Messager de la Mort, et l’Ange du Soin Raphaël.

Gabriel était encore pâle, faible, mais les ailes dans son dos étaient réparées.

Les Archanges du Château Pontifical partageaient une connexion spéciale, qui leur permettait de savoir intrinsèquement ce que les autres rencontraient. Même s’ils venaient tout juste de revenir dans la bataille, ils savaient exactement ce qui allait se passer. Ils s’arrêtèrent à une petite distance, silencieux et attentifs.

D’un mouvement de la main de Lan Jue, cela commença. De grandes colonnes d’éclairs s’écrasèrent depuis les cieux vers la position de Michel.

Pas une seconde plus tard, il y eut une éruption de flammes autour du corps de Michel. Les feux saints grandirent comme un soleil, et les éclairs qu’ils rencontrèrent se dissipèrent sans danger. Pas un seul éclair n’atteignit sa cible.

La voix de Michel gronda à travers le tonnerre. « Tu devrais savoir que ça n’a aucun effet sur moi, Zeus. Ces pouvoirs que je commande – pouvoirs d’un maître de la cultivation du neuvième rang du neuvième niveau – je peux les maintenir pour au moins une demi-heure. Tu as déjà épuisé tes énergies, et ne peux plus appeler ton Ascension. Tu n’as aucune chance. »

« Un gros paquet de n’importe quoi, » lui cracha Lan Jue. Il disparut, pour apparaître juste devant l’ange. Sa main fouetta, et à l’intérieur se trouvait un fouet d’électricité. Le tonnerre se leva alors que le fouet serpentait vers son adversaire.

L’épée divine de Michel – une arme simple sans ornements – vint à sa rencontre.

Lan Jue sentit immédiatement quelque chose d’indescriptible. La lame semblait l’attirer vers lui ; pas seulement ses pouvoirs, mais c’était comme si son âme luttait pour ne pas être attirée vers les profondeurs de l’épée.

Un chœur de sermons saints emplit ses oreilles. La pénombre gagna sa vision.

Sourd et aveugle, son fouet ne trouva pas sa cible. Cependant, avec le plus petit mouvement de sa main gauche, le fouet se sépara en une multitude d’éclairs grésillants qui coururent jusqu’à lui.

Un crissement assourdissant déchira l’air. Michel lutta pour rester en place alors qu’un vide menaçait de l’aspirer. Lan Jue avait, à ce moment, disparu de son champ de vision. Michel l’Adventus avait perdu sa prise.

De grands coups de tonnerre roulèrent devant l’ange, alors que derrière lui apparut la figure azure. Une main énorme se précipita sur lui, se tendant avec des doigts déchirants vers les douze ailes dorées.

<< Précédent <<    >> Suivant >>

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top