skip to Main Content
Menu

Chapitre 71 – Zeus-1


Source : Version anglaise

Traduit par : Arpakshaad
Checké par : Ptit Lu


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 71


La section publique de l’enceinte des Vaisseaux de la Planète Skyfire était séparée en plusieurs secteurs. Ils comprenaient la zone habituelle d’embarquement, les vaisseaux longue distance, et les hangars VIP.

Seuls les hangars VIP avaient des entrepôts et aires d’embarquement individuels, mais ça se reflétait sur le prix – qu’il fallait payer mensuellement. De plus, il fallait engager son propre système de sécurité.

Lan Jue et ses beautés parquèrent le p12 à côté du hangar VIP, une des raisons pour lesquelles les gardes ne les avaient pas trop dérangés à propos de la limitation de vitesse.

La couleur standard du vaisseau avait été recouverte d’un bleu saphir rutilant, seule la porte en alliage avait gardé sa finition argentée d’origine. Au-dessus de la porte se trouvait une sorte de sculpture ; un éclair bleu profond qui montrait la voie. Il était enregistré spécifiquement à la Joaillerie de Zeus, pour transporter des biens particulièrement rares.

Lan Jue déambula dans le hangar dans son coupe-vent kaki, suivi de ses filles en file indienne. Il marchait paresseusement, s’arrêtant pour s’appuyer contre un mur métallique et fourrer ses mains dans les poches de son coupe-vent. Il sortit un cigare d’une poche intérieure et le mit dans sa bouche, le laissant éteint.

Plusieurs robots bleu foncé de toutes sortes s’affairaient autour dans le hangar, s’occupant de différentes tâches. On ne pouvait voir aucun travailleur humain. Tout semblait être fait par des machines.

Ce qu’il se passait dans ces hangars était privé, et il souhaitait que cela reste ainsi. En conséquence, aucun être humain ne possédait les qualifications nécessaires requises. L’intérieur du hangar était donc un monde d’argent et de bleu, avec le flash occasionnel d’une étincelle. Les efforts et résultats d’une force au travail mécanisée.

Trois vaisseaux étaient arrimés à l’intérieur, tous de taille similaire. Les carrosseries étaient toutes identiques – toutes d’un lumineux bleu saphir – sans emblème extérieur, marque ou numéro.

Les vaisseaux faisaient soixante-dix mètres de long et cinquante de large. Les ailes, fines et aérodynamiques, s’étendaient jusqu’à la coque. Cinq moteurs dormaient ; deux à chaque aile, et un énorme à la queue. C’était, tout simplement, une œuvre d’art.

Xiuxiu se fraya un chemin à l’une des plateformes argentées et appuya sur un bouton. Pour toute réponse, un écran et un clavier apparurent. De longs doigts fins, comme des tiges de fleurs, volèrent au-dessus des touches. Le son du martèlement des touches flotta à travers le hangar, et des flots de données s’écoulèrent sur l’écran de contrôle comme une cascade.

« Système d’Alimentation de Zeus-1 en ligne. Système d’armement en ligne. Intégrité de la coque : 100 %. Statut de combat, approuvé, et paré pour embarquement. Boss, c’est quand vous voulez. »

Lan Jue regarda la carrure puissante et profilée du vaisseau, ne faisant aucun effort pour cacher la fierté dans ses yeux. Il hocha la tête, et doucement, sa voix annonça. « Allons-y ! »

Les doigts de Xiuxiu tapèrent au clavier, et les robots les plus proches se mirent en action. Ils se retirèrent de la zone, alors qu’une rampe d’accès descendit doucement. Les robots travailleurs se tinrent diligemment en rangs de chaque côté, alors que l’intérieur du vaisseau se réveillait.

Zeus-1 fut baigné de lumière. Son reflet saphir reluisait de la tête aux pieds. Il ressemblait à un grand oiseau se secouant hors de son sommeil.

Les autres n’attendirent pas Lan Jue, qui restait appuyé contre un mur, son cigare à la bouche. Mika, Ke’er et Guoguo prirent chacune le chemin du vaisseau. Xiuxiu en finit avec l’ordinateur et rejoignit Lan Jue alors qu’il se dirigeait vers la rampe.

Les moteurs de Zeus-1 se mirent en route, ronronnant aux flux d’air qui y entraient. Le souffle des réacteurs fit tourbillonner l’air dans tout le hangar. Le coupe-vent de Lan Jue se mit à battre contre le vent.

Xiuxiu pouvait voir le côté de son employeur de là où elle était. Il y avait de la mélancolie dans ses yeux, et ses cheveux étaient en bataille. Cependant, il avait pris garde à ne pas apparaître trop négligé. Le col de son coupe-vent était remonté pour cacher son cou, mais il semblait plus être là pour cacher quelque chose de plus profond.

Xiuxiu serra les lèvres, mais ne dit rien. Elle s’avança à hauteur de Lan Jue et entra avec lui.

Le pont s’étendait sur trois cents mètres carrés, et le monde extérieur était visible au travers des vitres bleu clair à l’avant. Les quatre beautés prirent leur place, alors que Lan Jue s’assit dans le grand fauteuil de capitaine derrière elles. Le cigare accroché aux lèvres, Lan Jue baissa les yeux pour regarder les accoudoirs. Il y avait toujours du regret au fond de ses yeux.

Il n’avait pas fait voler Zeus-1 depuis un long moment. D’habitude, c’étaient juste les filles, et même là elles s’occupaient surtout du magasin.

Il se sentait étrangement détaché de ce lieu maintenant. Il se retourna pour regarder le siège à côté de lui, vide.

« Hera… » C’était un nom qu’il prononçait souvent, mais qui ne manquait jamais de faire remonter un flash de tristesse dans ses yeux.

Mais l’instant d’après, ce n’était pas Héra qui traversait son esprit, mais quelqu’un qui lui ressemblait beaucoup. Ce sourire malicieux à fossettes restait dans sa mémoire.

« Fluctuations d’énergies normales, portes du hangar ouvertes, » dit Lin Guoguo au travers de son casque.

« Piste libre, on a le go de la tour, » suivit Ke’er.

« Systèmes de puissance, de défense, mécanique et d’armement check, tout est au vert. Prêt à partir, » rapporta Xiuxiu.

Mika hocha. « Zeus-1 prêt et en attente. Allumez-la ! »

Un grondement monta du démarrage des moteurs, et les lumières de la cabine s’éclaircirent alors que la coque trembla du mouvement.

Lan Jue retira le cigare de sa bouche et le plaça dans la poche de sa veste. « Sortez-nous. Destination, les Champs d’Étoiles Brisées. »

Zeus-1 sortit doucement du hangar tel un spectre saphir. Il vira à gauche sur la piste.

Une pâle lumière bleue émanait des quatre réacteurs rugissant sur les ailes du vaisseau. Un instant plus tard, les feux intenses s’échappèrent et Zeus-1 poussa un rugissement. Ils s’élancèrent en avant, les moteurs laissant des volutes de vapeur et de feu derrière eux.

Trois cents mètres plus loin, Zeus-1 s’éleva du sol tel un grand et majestueux oiseau bleu. Le moteur arrière principal prit vie, et un instant plus tard, ils avaient passé le mur du son. Ils disparurent dans le ciel.

Quelque part de l’autre côté de la bande, un gardien regardait, bouche ouverte, la traînée de condensation laissée par le vaisseau. « Wow, ça c’est de la vitesse. C’était le vaisseau de qui ? »

« Je pense qu’il appartient à la joaillerie. »

« Il y a de l’argent dans le bijou. »

« Ouais, petit veinard ! »

« Ils allaient vraiment trop vite n’empêche. T’as pu voir le modèle ? »

« Non, trop flou. Il allait vraiment vite. »

 

<< Précédent <<    >> Suivant >>

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top