skip to Main Content
Menu

Chapitre 171 – Le Ziqian

Traducteur en Français : Arpakshaad
Editrice & Checkeuse : Miss X

Chapitre 171 - Le Ziqian

Professeur Le était un homme normal, dans la moyenne en termes de beauté. Il se dégageait de lui un air académique qui était appuyé par une paire de lunettes à montures dorées posée haut sur son nez. Il avait ce genre d’air qui semblait en permanence absorbé dans ses pensées. Et qu’entrer dans son petit monde allait être une corvée.

En entendant les mots de Wu Junyi, il fit un signe de tête, presqu’imperceptible, mais ne dit rien.

« Qu’en pensez-vous, Professeur Le ? Lesquels de nos élèves devraient participer à la compétition ? L’Université de Lir vient de changer la date, et nous n’avons subitement plus le temps de nous préparer. » Se plaignit Wu Junyi.

Le Ziqian secoua la tête. « Il n’y a pas matière à s’inquiéter sur l’échange académique. Ce n’est pas en ayant peur qu’on résout un problème. En plus, nos Élèves Nationaux sont exceptionnels. En ce qui me concerne, Zhou Qianlin de la classe de Professeur Tan serait un bon choix. Ensuite on a Yang Zimo et Jie Guangsheng de ma classe. Ces trois-là suffiront. »

« Très bien. » Wu Junyi n’avait pas l’intention de débattre sur le sujet, qu’il clôt rapidement. Et indépendamment de son opinion, Le Ziqian était définitivement une autorité en la matière.

Tan Lingyun était assise à côté de l’intellectuel. Son regard était fixé sur lui quand il parlait, son visage calme. Mais il y avait quelque chose dans son regard, une étincelle difficile à identifier.

ζ

Si quelqu’un devait regarder l’UNE du dessus, il ne verrait qu’une marée mouvante de bleu. Elle semblait hermétiquement fermée et complètement imperméable.

De nombreux policiers et personnels de sécurité bloquaient les entrées. Si vous n’étiez ni élève, ni professeur, vous n’entriez pas, point.

Une heure de l’après-midi finit par arriver. Les divers membres des médias eurent le droit d’entrer, mais seulement après avoir été rigoureusement fouillés. C’était un processus obligatoire pour tout le monde, même les élèves.

L’auditorium de l’UNE était le plus grand de l’Alliance, capable de contenir plus de dix mille personnes. Et si besoin, il pouvait en contenir trois fois plus.

Pour l’instant, il était vide. La zone était encore bloquée par les gardes qui empêchaient les élèves et les médias d’entrer. Il y avait, cependant, une exception.

Un jeune homme aux cheveux roux était assis confortablement en plein milieu du premier rang. Malgré le chaos dehors, il était assis en tailleur comme si de rien était. Ses yeux étaient fixés sur l’estrade devant lui.

« A-Jue, pourquoi t’es pas encore là ? A-Li t’avait pas dit d’arriver en avance ? On t’a déjà réservé une place. Après, ça va tellement être le bordel que tu vas te faire écraser. » Brailla paresseusement Chu Cheng dans son communicateur, souriant diaboliquement aux futurs difficultés de son ami.

« A la porte, » répondit Lan Jue.

Il y était en effet, montrant une carte dorée aux gardes qui lui bloquaient le passage. Quand ils la virent, ils le laissèrent passer en s’inclinant profondément, empreints de respect.

A l’instant où il entra, les yeux de Lan Jue s’illuminèrent. Il n’avait jamais vraiment mis les pieds dans l’auditorium avant (plus une sorte d’arène en fait) mais il ne s’était absolument pas attendu à ça.

D’un seul coup d’œil, il était capable de confirmer que l’arène pouvait contenir un nombre impressionnant de personnes. Elle était large et grande, avec des murs de cinquante mètres de haut de chaque côté. Chacun d’eux était recouvert de haut en bas de ne-m’oublie-pas fraîchement cueillis. Le plafond brillait de mille lumières cristallines. Elles avaient la forme de faune marine : poissons, crustacés, coquillages, étoiles de mer et oursins. Tout ce qui pouvait représenter la mer était présent d’une façon ou d’une autre. Et le clou du spectacle était une baleine géante en cristal de trente mètres. La question n’était pas tant de savoir comment ils avaient été faits, mais comment ils faisaient pour tenir, suspendus comme cela dans les airs !

L’intérieur de l’auditorium était encore peu éclairé, mais la douce lumière venait de plusieurs angles à la fois. Et en se réfléchissant sur les murs, elle prenait une teinte bleutée, avant de tomber sur les cristaux et repartir dans tous les sens. Cela donnait l’impression que vous étiez sous l’eau, avec les réflexions de soleil dansant sur le sol marin.

Les formes de cristal étaient suspendues à une douzaine de mètres du plafond, et en regardant, Lan Jue estimait qu’il devait y en avoir au moins dix mille. C’était évidemment la baleine qui arrêta Lan Jue. Si elle venait à tomber, il y aurait des morts.

Un épais rideau était posé sur l’estrade, en cachant le contenu. Chaque siège qu’il croisa supportait une unique fleur bleue, et une copie des Sons de la Nature de Poséidon.

Chaque album était un trésor pour une personne lambda. Les sorties de Poséidon étaient toujours accompagnées d’un prix élevé, la dernière sortie tournait à une centaine de NED. Cet album coûterait plus cher, à tous les coups. Plus de dix mille sièges, ce qui voulait dire plus de dix mille albums. C’était un énorme profit qui partait d’un coup.

Lan Jue secoua la tête d’étonnement en marchant. Il finit par arriver devant et s’assit à côté de Chu Cheng.

« Je suis prof ici, » se plaignit Lan Jue. « Si on me voyait assis à côté de toi, ça pourrait mal tourner. Je vais rester un moment, puis je reculerai. »

Chu Cheng ricana face aux craintes de son ami. « Tu crois qu’il va y avoir de la place au fond ? Reste là, crois-moi. Je suis déjà allé à un concert de Hua Li avant, et à l’instant où il va démarrer, personne ne va réussir à rester concentré. Personne ne fera attention à toi, je te le promets. En plus, Hua Li a déjà pensé à tes potentiels problèmes, et a mis les grands de l’école à côté. On va avoir les VIP internationaux et l’équipe de Poséidon autour de nous, personne ne te reconnaîtra. »

« Soit, » concéda Lan Jue. « Je dois avouer, Gobi Entertainment sait organiser ce genre de trucs. Mais la quantité d’argent qu’ils ont dû y mettre a dû être incroyable. Et c’est sans compter le reste de la décoration de l’école ! »

Chu Cheng répondit gaiement. « Ce n’est que la surface. La somme d’argent qu’ils ont donnée à l’école rien que pour pouvoir faire le concert ici te ferait froncer les sourcils. Tu crois que tous ces coincés de l’éducation auraient laissé une star prendre leur école d’assaut pour un concert dans le cas contraire, et encore moins y assister ? Mais au final, tu sais, c’est bon pour l’université. Pas juste à cause de Hua Li et de l’influence de Gobi, mais aussi parce que c’est un concert caritatif. »

Lan Jue secoua la tête de dépit. « Ce mec ! On dirait qu’être une superstar ne vaut vraiment ni l’effort ni les difficultés. Et de devoir se cacher à chaque fois que tu veux sortir… on dirait que Hua Li en a marre. »

Chu Cheng se mit à rire. « Qu’est-ce qu’il y peut ? Il a ça dans le sang, c’est son héritage. S’il veut s’en débarrasser, il va devoir trouver une femme et enfanter la prochaine victime. Un fils, et après il va devoir attendre qu’il ait l’âge approprié. Ce n’est qu’alors qu’il aura un semblant de chance à une vie normale. La réputation de la lignée des Poséidons est un pur produit de génération. Quand tu y penses, c’est comme si elle avait une vie propre, c’est assez impressionnant. »

Lan Jue changea le sujet en regardant à l’autre bout de l’auditorium. « Quand le concert sera fini, je vous propose de passer la nuit chez moi. Il faut qu’on s’entraîne. »

Chu Cheng hocha sa tête rousse. « Ce truc de DreamNet. La nouvelle est déjà sortie. Le premier résultat de n’importe quel moteur de recherche sur internet c’est le combat des Dieux en équipe. Le deuxième c’est les Divins Monarques et ce ‘challenger mystérieux’ qu’on va affronter. Et les dix suivants concernent différents aspects du truc. Il n’y a aucune chance qu’on perde. »

« Ngh. » Lan Jue acquiesça d’un mouvement de tête.

Beep, beep, beep ! Le communicateur de Lan Jue attira son attention.

Lan Jue décrocha, et à l’autre bout, la voix fluette de Jin Yan lui dit : « Bonjour Professeur Lan. Où êtes-vous ? Le concert de Poséidon va bientôt commencer, on fait la queue. Vous devriez vous dépêcher ! On vous garde une place. »

Lan Jue pointa un doigt à Chu Cheng comme pour dire ‘je te l’avais dit’. « Je serai bientôt là, merci. »

Le jeune professeur d’étiquette raccrocha et se leva. « C’était quoi cette histoire de pas de place derrière ? C’est plus sûr là-bas de toute façon. Je préfère rester discret. »

Chu Cheng secoua la tête, dépité. « Et le siège ici ? On ne peut pas avoir une place vide ici en plein milieu. »

Lan Jue grogna. « Tu me disais justement que ça allait être bondé. Laisse-moi un instant et je te trouverai quelqu’un pour remplir ton siège, d’accord ? »

Il n’attendit pas la réponse de Chu Cheng, se dirigeant vers la sortie. Il commençait à connaître la vie à l’université. Et à l’apprécier. Ca ne valait pas le coup de briser sa couverture juste pour un concert. En effet, ça serait mieux de rester avec les autres professeurs.

Lan Jue évita l’entrée principale, choisissant à la place une sortie sur le côté. Mais, malgré sa tentative de subterfuge, il fut accueilli dehors par une foule si grande qu’il faillit crier de surprise. C’était un véritable océan d’humains, mais heureusement, les gardes faisaient un excellent travail et maitrisaient la situation.

Lan Jue rappela Jin Yan pour confirmer leur position, puis se mit en route.

Il tourna un coin, pour se retrouver face à la vague d’élèves qui se dirigeaient vers l’arène. Il sauta rapidement sur le côté, mais ce faisant, se retrouva directement dans le chemin de quelqu’un d’autre. Sa tentative de discrétion le fit rentrer directement dedans.

Il eut l’impression de se prendre un camion. Il faillit laisser ses réflexes prendre le dessus et utiliser sa Discipline pour prendre le dessus et le garder debout. Heureusement, il se rappela d’où il était. Malheureusement, cela voulait dire se laisser pousser sur le côté et tomber.

Une main l’attrapa par le col et le maintint debout.

« Attention. » La voix était horriblement familière.

Lan Jue faillit s’effondrer rien qu’en comprenant. C’est pas possible, se lamenta-t-il intérieurement.

Il se retourna lentement. Et devant lui se trouvait la seule personne qu’il avait le moins envie de voir au monde.

« Toi ? » Les yeux de Tan Lingyun étaient froids et durs quand ils tombèrent sur Lan Jue. Le mépris était tellement épais dans son regard qu’il avait l’impression qu’il allait le couper.

Lan Jue sourit, mais le résultat fut plus peiné qu’autre chose. « Quand n’est-ce pas moi ? Bonjour, Professeur Tan. Je suis vraiment désolé de vous être rentré dedans. Vous allez bien ? »

Tan Lingyun baissa la tête pour regarder ses pieds. Lan Jue suivit son regard pour voir l’enveloppe avec l’invitation pour le concert par terre. Il se baissa rapidement pour la ramasser.

Chaque tiquet venait dans une grande enveloppe. Il rit bêtement en la lui rendant, puis partit rapidement.

« Qui était-ce ? » Demanda Le Ziqian à côté de Tan Lingyun. Ils étaient venus ensemble après la réunion. Il était l’un des seuls professeurs qui n’évitait pas Tan Lingyung autant que possible.

« Un professeur. Electifs, je crois. Un gâchis. Il a failli nous faire tuer sur Taihua. »

Le Ziqian rit doucement. « Petite Yun, tu ne devrais pas être aussi froide. De ce que je vois il n’est pas si mal ! Poli et courtois. Tu sais que plus tu vieillis, plus ça va te poser des problèmes. C’est une phase qui devrait être révolue. »

Tan Lingyung répondit, visiblement mécontente. « Ziqian, si t’as envie de me faire la morale, je peux tout aussi bien rentrer. Si j’ai envie de me marier, ce sera ma décision. Les hommes n’ont rien de bien à offrir. »

Le Ziqian se frotta le nez, agacé et exaspéré. Il remonta ses lunettes sur son nez, et sourit amèrement. « Tu ne devrais pas te fermer autant de portes. Tu peux déjà le voir à l’école : les élèves et les professeurs se cachent quand tu passes. »

Tan Lingyung rit. « C’est bien, ça m’évite de devoir gérer ces cons. Les femmes devraient toujours pouvoir se protéger. Maintenant, allons nous mettre en ligne. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top