skip to Main Content
Menu

Chapitre 165 – Déesse, Amie

Traducteur en Français : Arpakshaad
Editrice & Checkeuse : Miss X

Chapitre 165 - Déesse, Amie

Directeur Shi ne négligeait pas ses devoirs d’hôtes, hochant de la tête en entrant dans le campus. Les rangées d’élèves et de professeurs qui étaient arrivés de Lir avec lui le suivirent.

« Hein ? » Les yeux d’un élève brillèrent d’envie en regardant Zhou Qianlin.

Étonnamment, même si tout le monde portait le même uniforme, Zhou Qianlin sortait toujours du lot. Elle était au centre de l’attention.

« Eh mec regarde, la fille là, franchement pas mal ! » Murmura un élève maigre à un autre plus grand.

Le deuxième élève faisait plus de deux mètres de haut avec de cheveux châtains. Il avait un visage solide et fort, et une peau bronzée. Il était l’incarnation de la bonne santé. Il suivit le regard du maigre, et trouva tout de suite le sujet en question.

Son regard était perçant, à tel point que Qianlin fut immédiatement au courant de son attention. Elle regarda inconsciemment dans sa direction.

Ce n’était pas le plus bel homme qui soit, ce grand élève, mais il avait quelque chose d’héroïque : une mâchoire forte, des traits durs, stoïques, avec une paire d’yeux noirs et perçants qui semblaient capables de voir à l’intérieur d’elle.

Ces yeux brillaient d’intérêt en se baladant sur son attirante silhouette. Il ne fit aucun effort pour cacher ses intentions, mais, au contraire, sortit du rang pour se diriger droit sur elle.

Qianlin se figea sur place, essayant de décider si elle devait fuir ou rester. Elle se détendit quand une voix familière résonna dans sa tête.

« Tout va bien. Je suis là. »

Comme d’habitude, plus d’une paire d’yeux étaient tournés vers Qianlin. Un nombre non nul d’élèves garçons de son école essayèrent d’ailleurs d’empêcher le grand étranger de s’approcher de diverses manières. C’était leur Déesse, et ils essayaient de la ‘défendre’ même s’il n’y avait que les élèves les plus vieux qui connaissaient l’étendue de la rivalité entre les deux écoles.

« Hors de mon chemin ! » Grogna l’homme au mur de garçons qui s’était soudainement dressé devant lui. L’aura de sa Discipline s’alluma, répandant des vagues d’intimidation. C’était une sensation étrange, presque comme une présence. Les étudiants de l’UNE furent repoussés sur les côtés. Le pouvoir se dissipa avant d’atteindre Qianlin. Pour les autres spectateurs, c’était comme si les garçons s’étaient contentés d’obéir, sortant de son chemin.

Malgré le chemin libre devant lui, le grand élève n’avança pas plus. Il resta planté là, à regarder Qianlin. Quand il ouvrit la bouche, sa voix était orgueilleuse : « Hé salut beauté, je m’appelle Xiao Han. T’es certainement assez belle pour être ma copine. »

Les élèves autour explosèrent en indignations en tout genre. Et un certain nombre s’approcha, visiblement vindicatifs.

La voix de Xiao Han était forte, assez forte pour que Wu Junyi et Directeur Shi l’entendent malgré le fait qu’ils soient déjà sur le campus.

Tous deux s’arrêtèrent quand ils l’entendirent.

Qianlin, cependant, ne semblait pas affectée. Elle était tranquille, calme, et aussi belle que d’habitude.

« Les petits garçons ne m’intéressent pas. » Sa voix douce et mélodieuse était mordante. Son refus clair, elle se dirigea vers les portes.

« Eh, vous l’avez entendu les petits garçons. Vous pouvez tous rentrer chez vos mères maintenant. »

« Retourne chez toi sur Lir ! »

« Notre déesse a du caractère ! Vive notre déesse ! »

Le visage de Xiao Han s’assombrit. À nouveau, son aura se diffusa, encore plus oppressante qu’avant.

À ce moment-là, la voix de Directeur Shi arrêta l’escalade de la situation. « Très bien Xiao Han. Garde ton énergie pour la compétition. »

Xiao Han se figea quand il entendit la voix derrière lui. Sa Discipline disparut soudainement. Il se retourna sans un mot et réintégra le groupe d’étrangers. Sa sortie était marquée d’un chœur d’injures et de remarques de la part des élèves de l’UNE restés derrière.

« Les jeunes d’aujourd’hui, ils n’ont aucun sens des responsabilités sociales, n’est-ce pas Directeur Wu ? » Directeur Shi secoua la tête, riant tranquillement de la scène. « Ils débordent d’énergie, c’est les hormones qui parlent. On n’était pas si différents quand on était plus jeunes, hein ? Héhé. »

La réponse de Directeur Wu était mesurée et calme. « Hmm, les hormones. On dirait plutôt un troupeau de bêtes. Votre université n’est-elle pas censée être réservée aux pilotes de méchas ? »

« Tu- ! » Directeur Shi laissa échapper sa façade joviale, mais il retrouva ses esprits aussi vite qu’il les avait perdus. « On dirait que vous êtes passionnés par l’enseignement des jeunes ! J’ai hâte de voir leurs prouesses pendant la compétition. »

« Oh, vous verrez bien, ne vous en faîtes pas, » répondit Directeur Wu.

Lan Jue suivit le groupe d’élèves qui entrait sur le campus. Il luttait désespérément pour garder Zhou Qianlin en vue.

Il était désagréablement surpris de la voir dans cette situation. Chaque homme qui la regardait était comme un démon, avec une étrange folie dans les yeux. Et pourtant, aucun n’osait s’approcher à moins de deux mètres d’elle. C’était comme s’ils étaient un groupe d’aspirants chevaliers blancs qui protégeaient leur reine en se déplaçant comme une seule unité disparate dans l’école.

Quel endroit, cette Université de Lir ! Ils étaient tellement agressifs. La relation entre les deux grandes enseignes de l’enseignement était pour le moins intéressante.

Lan Jue s’assura que Qianlin soit en sécurité avant de se diriger vers le bâtiment des électifs. Comme toujours, tous les regards se tournèrent vers lui quand il entra.

Il s’arrêta au milieu d’applaudissements, presque terrorisé.

« Que, qu’est-ce qu’il se passe ? »

Jin Yan se leva et s’approcha, un petit sourire illuminant son mignon petit visage. « Nous sommes heureux de vous revoir sain et sauf parmi nous, Professeur Lan. On a tous eu très peur cette fois. »

Lan Jue le balaya d’un petit rire. « N’est-ce pas ? Revenir vivant tient du miracle ! Et vous allez bien, aussi, Professeur Jin ? »

Elle secoua la tête, et c’est alors qu’il remarqua que les coins de ses yeux étaient rouges. Elle luttait contre l’envie de le serrer dans ses bras. « Ça va, c’est juste que vivre tout ça, y survivre, ça vous rappelle vraiment à quel point la vie est un trésor. »

« Tout à fait ! Et nous faisons partie de la même famille ici, amis et collègues dans l’épreuve. N’est-ce pas Professeur Lan ? » Wang Hongyuan parla à voix haute en s’approchant de derrière Jin Yan. Il posa avec grand fracas une main sur l’épaule de Lan Jue. Même si la salutation semblait amicale, l’expression était plus forte qu’elle le laissait transparaître.

Lan Jue garda son calme, lançant un regard au professeur de danse. « C’est bon de voir que vous êtes aussi revenu vivant, Professeur Wang. »

Leurs regards se croisèrent. Chacun voyait la prudence et la mise en garde dans les yeux de l’autre.

Jin Yan poussa un petit rire gêné. « Très bien, Professeur Wang. Professeur Lan vient de rentrer, laissez-le se reposer un peu avant de l’attaquer. »

« En fait, je dois m’entretenir de quelque chose avec Professeur Lan, n’est-ce pas Professeur ? » Dit Wang Hongyuan en souriant aimablement. « Ca ne vous dérange pas, si on parle quelques minutes dans le couloir ? »

« Aucun problème ! » Lan Jue savait de quoi il s’agissait, et s’il n’avait pas été devancé par le professeur de danse, il aurait fini par aller le chercher lui-même.

Les deux hommes sortirent du bureau sous le regard suspicieux de Jin Yan. Ils sourirent tranquillement jusqu’à arriver à une fenêtre isolée plus bas dans le couloir. Alors, Wang Hongyuan donna un coup de poing à Lan Jue.

Le professeur d’étiquette ne bougea pas, déviant la main sans effort sur le côté.

« Imbécile, » cracha l’homme fin. « À quoi tu pensais ? Je n’en reviens sérieusement pas que tu en sois sorti en un seul morceau. » Siffla Wang Hongyuan en chuchotant.

La réponse de Lan Jue avait la même agitation. « Pas étonnant que tu veuille que je revienne. Tu ne sais même pas ce qui s’est passé après que tu sois parti. »

Wang Hongyuan poursuivit, toujours à voix basse. « Et comment es-tu devenu aussi fort aussi soudainement ? T’as pris quoi ? »

Lan Jue lui lança un sourire amer. « Ça ne sert à rien de continuer de demander. Tout ce que tu dois savoir c’est que j’ai failli mourir de ce fiasco. Le fait que j’en sois sorti vivant relève vraiment du miracle. Par contre, j’ai besoin que tu gardes secret le fait que je sois un Adepte et un pilote de mécha. »

Wang Hongyuan confirma d’un signe de tête. « Cela va sans dire. Assures-toi juste de garder mon secret aussi ! »

La réponse de Lan Jue trahissait sa propre incertitude. « Je suis curieux, d’ailleurs. Après tout, tu nous as révélé ton secret sur Taihua. Personne ne t’a demandé quoi que ce soit en rentrant ? »

Ce fut au tour de Wang Hongyuan de sourire amèrement. « Bien sûr qu’ils m’ont posé des questions en rentrant, mais pour le meilleur ou pour le pire, je suis resté derrière pour sauver des gens. Mais ils ne savent pas que je suis un pilote. Donc on a fini par trouver un arrangement. Du moment que je garde ma Discipline cachée, je peux continuer à enseigner la danse. Il y avait d’autres conditions, mais en gros, ça se résume à ça : du moment que je suis les règles de l’université, tout va bien. Sinon, je dégage. »

Lan Jue lui sourit. « Quelle humanité ! Si l’école savait que tu étais ce puissant héros aux nouvelles, ils n’oseraient rien faire. »

Wang Hoyuang rétorqua sur un ton sarcastique. « Assez. Tu sais que je suis encore célibataire : je vais avoir besoin de me fiancer rapidement, et cette présentatrice avait l’air assez mignonne. Tu devrais y penser, en fait. Moi je ne peux pas, puisque ça tuerait la mienne. »

Les yeux de Lan Jue s’écarquillèrent. « Tu parles de Jin Yan ? Depuis quand est-ce que vous êtes ensemble ? »

La posture de Wang Hongyaun se redressa, plein de fierté. « Tu ne le savais pas, hein ? C’est dans le besoin qu’on reconnaît ses vrais amis dit le dicton, hein ? En fait, je l’ai invitée au restaurant hier. Du coup, notre relation n’a jamais été aussi bonne. J’ai juste besoin que tu sois un peu absent quelques temps, et il n’y aura pas de problèmes. Oh, et puis, tu peux partir maintenant. »

« Partir ? » Lan Jue le regarda, confus et agacé. « J’ai un cours à préparer ! Il y a cours demain. »

« On vient d’avoir la nouvelle, » continua Wang Hongyuan. « À cause du concert, tous les cours électifs ont été annulés pour les trois prochains jours. Le concert a lieu après-demain. Tu crois vraiment que qui que ce soit aura envie de venir à ton cours sous ces conditions ? »

Intérieurement, Lan Jue maudit Hua Li pour son intervention. « Je vais pas me plaindre pour une journée en moins. Qui n’apprécie pas un peu de détente. Très bien, j’y vais. Bonne chance ! »

Sur ce, Lan Jue commença à descendre le couloir pour partir. Il avait beaucoup de choses à faire ces derniers temps. L’une d’elle, et non des moindres, était la préparation pour la compétition dans DreamNet. À part pour les implications pour l’humanité, son souci le plus proche était l’honneur des Quatre Divins Monarques : une réputation mise en jeu. Il devait s’assurer de rentrer et de s’entraîner au combat de mécha.

« Professeur Lan ! » L’appela Wang Hongyuan.

Lan Jue s’arrêta et se retourna. « Qu’est-ce qu’il y a ? »

Les lèvres du professeur de danse se tournèrent en un sourire. Sa voix était claire, mais semblait lui chuchoter directement à l’oreille. « Vous faîtes partie de Skyfire Avenue, n’est-ce pas ? Vous recrutez encore ? »

Lan Jue haussa paresseusement les épaules. « Qu’ils le soient encore ou pas, je n’en ai aucune idée. Je peux vous présenter aux bonnes personnes, par contre. Eh, oui, et après, appelle-moi juste par mon nom. T’as oublié ce que je t’ai dit sur Taihua ? Si on s’en sort vivant, on sera amis. »

Wang Hongyuan rit aimablement. « Sors de là. Reste loin de ma dame, compris ? »

Lan Jue partit en faisant un signe de la main.

Wang Hongyuan resta sur place, regardant Lan Jue partir.

J’ai un ami, hein, pensa-t-il.

C’est pas mal comme sensation.

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top