skip to Main Content
Menu

Chapitre 159 – L’Esprit d’Hadès

Traducteur en Français : Arpakshaad
Editrice & Checkeuse : Miss X

Chapitre 159 - L'Esprit d'Hadès

Lan Jue sortit du brasier sans une égratignure. La fournaise brûlait furieusement autour de lui, se reflétant sur son corps cristallin, mais ne laissant aucune marque. Sa présence bleue et électrique se reflétait dans les yeux de tous ceux qui regardaient.

« Hein ? » Hua Li, qui regardait la bataille sur le côté, se posait autant de questions que son paresseux homologue. Même de là où il était, Hua Li devait se protéger du baptême du feu en émettant une forte lumière bleue. Elle l’isolait de l’intense chaleur.

Il faisait de très bonnes observations, et il savait que Chu Cheng n’avait pas tout donné. Mais pourtant, que Lan Jue soit capable de le soutenir sans broncher était impressionnant, même selon ses standards.

La relation entre Chu Cheng et Lan Jue avait changé. D’abord, ils n’étaient pas vraiment restés en contact ces trois dernières années, et Chu Cheng n’était pas au courant de tout ce qui était arrivé au Maître des Joyaux. Hua Li, lui, se souvenait de leur combat il n’y avait pas si longtemps. Lan Jue n’avait pas été capable d’utiliser beaucoup de sa Discipline, mais Hua Li pouvait quand même sentir les ondes de pouvoir de Lan Jue. Et comparés à maintenant, aux puissants éclairs, ils étaient très différents. C’était comme si la Discipline de foudre de son ami était devenue plus ‘douce’. Qu’est-ce que cela pouvait dire ?

La silhouette de Chu Cheng apparut des profondeurs des flammes, flagrante et inquiétante contre la lumière enflammée. Il était dans le dos de Lan Jue, et il tendit la mais vers lui sans hésitation. Sa paume devint rouge, puis dorée, comme un petit soleil cherchant à dévorer son ennemi.

Lan Jue ne bougea pas.

Poof ! Les Amazones eurent le souffle coupé de voir la main de Chu Cheng disparaître dans le corps de Lan Jue.

Chu Cheng aussi était surpris, et il sentit la puissance explosive de la foudre s’agglutiner au-dessus de sa main. Rapidement, et sans prévenir, son corps se mit à convulser. La lumière rouge-dorée autour de lui faiblit et se dissipa.

Un tour !

Chu Cheng réagit automatiquement en se défendant. Les yeux du jeune homme brillèrent d’énergie dorée, suite à quoi, une ombre grise inquiétante apparut dans son dos. Elle libéra sa main d’un grand coup.

En un éclair, Lan Jue courut en arrière, en plein dans la poitrine de Chu Cheng. Il devint le centre d’une couronne aveuglante alors que des éclairs explosaient dans tous les sens.

Bien sûr, Chu Cheng ne se laissa pas faire, il n’était pas un Monarque pour rien. Il se roula en boule et entra en éruption, les flammes l’englobant dans une grande boule de feu. L’ombre cauchemardesque derrière lui plongea dans le brasier, se fondant dedans et leur donnant une couleur rouge profonde. D’un crépitement, Chu Cheng s’extirpa du champ de foudre.

Lan Jue avait disparu en un éclair. Quelques instants plus tard, il réapparut la main levée. Il appela, et d’un grand coup de tonnerre, un foudre apparut dans sa main. Il se tendit et la lança !

La lance d’éclair se lança à la poursuite de Chu Cheng qui était encore entouré des sombres flammes affamées. Le temps que le foudre le rattrape, les flammes étaient devenues grises. Quand l’attaque trouva sa cible, il ne se passa rien. Ni explosion, ni force. L’éclair disparut comme s’il n’avait jamais existé.

La boule de feu tomba et disparut, révélant Chu Cheng une nouvelle fois. Ses cheveux étaient hérissés, et sa main droite tremblait légèrement.

Lan Jue regardait, impassible. Sa forme cristalline émettait encore de la lumière bleue.

« Ton électromorphisme s’est amélioré, » remarqua Chu Cheng.

Lan Jue hocha de la tête. « Tout récemment. En fait, tu fais office de cobaye. De mon point du vue, c’est assez efficace. »

Chu Cheng semblait irrité. « Depuis quand es-tu aussi calculateur ? T’as pris des cours chez A-Li ? »

Hua Li intervint de l’autre bout du ring. « Tu veux que je m’y mettes ? »

« Attends, » soupira Chu Cheng. « Regarde-moi me défouler un peu sur lui, on verra après. Fais attention, maintenant, A-Jue, il est temps d’être un peu plus sérieux ! » Il fit un pas menaçant en avant.

Chu Cheng était déjà grand, mais il se mit à devenir encore plus grand. En un clin d’œil, il s’étira sur trois mètres de haut.

Ses cheveux rouges passèrent du rouge au gris-cendre. Le sourire moqueur sur son visage se transforma en un masque glacial, avec une grande trace de sang sur son front. L’aura qu’il dégageait était étouffante.

Il était couvert de longues robes noires, qui brillaient de broderies argentées. Sa peau bronzée devint pâle comme un fantôme. Ses terrifiants yeux gris fixèrent Lan Jue alors que les flammes mourraient peu à peu.

Le Maître des Joyaux regarda, sans bouger, sauf pour ses yeux qui se plissèrent face à l’art interdit. Des autres spectateurs, ce fut Mika qui réagit le plus : elle poussa même un cri de surprise.

« Hadès… Monarque des Bas-fonds, c’est… C’est vraiment Hadès ! »

Ke’er lança un certain regard à son amie. « C’est quoi ton problème, Mika ? Tu veux dire que tu ne savais pas ? Le boss et ses trois compagnons étaient connus comme les Quatre Divins Monarques. Le Dieu de la Sagesse, Prométhée, le Seigneur des Bas-Fonds, Hadès, le Roi des Dieux, Zeus, et le Seigneur des Mers, Poséidon. Chu Cheng est le deuxième, le Seigneur des Bas-Fonds. Bien sûr que c’est Hadès ! »

Ke’er essayait d’apprendre des choses à son amie, mais Mika semblait perdue dans ses pensées. « Non… J’ai toujours pensé que c’était un titre, une sorte d’honorifique. Mais c’est, c’est le vrai. Comme mon père, il a une Discipline purement maléfique. Il n’a juste pas encore cultivé ses pouvoirs au sommet. Ses pouvoirs des abysses sont tellement puissants… Si mon père devait jamais découvrir ses vrais pouvoirs, il ne fait aucun doute qu’il enverrait quelqu’un l’assassiner. Il le ferait tuer, et ses pouvoirs absorbés. S’il réussissait, il deviendrait plus puissant que n’importe quel Parangon. Il deviendrait vraiment le maître de l’univers ! »

Mika connaissait beaucoup de choses sur le côté sombre de la galaxie, et les pouvoirs des abysses. Cela faisait partie d’elle, depuis qu’elle était petite, au point où elle n’était pas sûre que les fantômes et les démons soient introuvables dans l’univers. Ce dont elle était certaine, cependant, était que même si les démons faisaient partie du monde dans lequel elle vivait, ils étaient ses ennemis.

Le Prince des Démons, Satan, et le Seigneur des Bas-Fonds, Hadès. Chacun cherchait à dévorer l’autre.

On racontait souvent, autre fois, que Hadès était plus fort que Satan. Mais, que pour diverses raisons, à l’avènement du nouvel âge, Hadès fut incapable de trouver sa véritable personne. Satan persévéra, devenant petit à petit plus fort jusqu’à être à force égale.

On ne racontait plus souvent cette histoire depuis la migration stellaire. Peut-être que ces êtres mythiques n’existaient pas, n’avaient jamais existé. Mais, d’une certaine manière, si, au travers de ces puissants Adeptes. Le Prince et le Seigneur, maître de leurs sombres Disciplines, héritées par le sang ou d’autres méthodes.

Satan, l’un des Dix Parangons, et sa Tour Noire scrutaient les étoiles à la recherche de ceux qui possédaient les pouvoirs d’Hadès. Mika n’avait jamais cru qu’elle rencontrerait le vrai Hadès. Mais là était-il, Seigneur des Bas-Fonds, Hadès, en chair et en os.

Lan Jue ne resta pas immobile durant le processus. Lui aussi, fit un pas en avant. Immédiatement, les changements habituels le prirent : ses yeux devinrent dorés, le tonnerre résonna, et une aura impériale de commandement l’entoura.

Une cape dorée apparut, fixée à ses épaules. D’innombrables éclairs tournaient autour de lui, réels un instants et laissant un halo d’énergie chargé autour de lui. Ses cheveux devinrent dorés, mimant son regard royal.

« Ascension. A-Jue ne te dépense pas trop. » Les mots de Chu Cheng serpentèrent à travers ses pâles lèvres.

Lan Jue lui répondit, irrité. « Tu t’attendais à quoi ? Tu appelles l’Esprit d’Hadès, ma réaction doit être l’Ascension. Et puis quoi, t’es en train de me dire que t’as déjà maîtrisé ton art interdit ? »

« Plus ou moins. Ramènes-toi alors, voyons si tu peux soutenir mes flammes abyssales ! » Hadès leva une main vers Zeus en parlant. Un lac gris apparut sous les pieds de Zeus.

Zeus disparut en un éclair, réapparaissant à quelques mètres. Ses habits dorés avaient de légères traces de brûlures.

Le Seigneur des Bas-fonds fit un autre mouvement de la main gauche. Soudain, il tenait la poignée d’une lame dans la main, noire comme de l’encre. La lame opaque et brillante était grise, et avec un petit mouvement du poignet, l’acier s’étira.

« Trop longtemps, et aucun de nous deux ne pourra le supporter. Trop de dégâts à notre qi vital. Laissons un coup décider le vainqueur : un seul coup, et celui qui est encore debout aura gagné. Qu’est-ce que t’en penses ? »

Zeus hocha de la tête. Il fit un mouvement de la main très semblable à son homologue noir. Avec un flash, il tenait un foudre1 dans la main.

Cependant, avant que le clash décisif ne puisse avoir lieu, un tremblement de terre parcourut l’arène. En en cherchant la source, ils découvrirent tous deux des veines serpentant sur les murs.

« Vous êtes vraiment incapables de faciliter la vie des gens autour de vous. » Leur parvint la voix défaitiste du Maître des Vins. En un clin d’œil, ils se retrouvèrent dans un monde de lumière argentée changeant.

Zeus et Hadès se regardèrent, sans un mot, d’un commun accord, ils se débarrassèrent de leurs armes. Leurs imposantes auras se rétractèrent et leurs Disciplines diminuèrent jusqu’à ce qu’ils redeviennent normaux.

Le monde se déforma, et la Maître des Vins apparut devant eux.

« On dirait que vous avez prévu de détruire ma zone d’entraînement. Est-ce que vous vous attendez à ce qu’une arène interspatiale puisse soutenir des pouvoirs protogéniques ? Si vous voulez absolument vous entraîner, vous allez devoir vous battre avec moi aussi. Sinon, trouvez-vous un endroit à détruire avec vos petits jeux. »

Chu Cheng avait un air d’idiot. « J’ai oublié, j’ai oublié. Pardon, Cosmagus. »

Un autre flash, et le Maître des Vins disparut sans laisser de trace. Sa voix resta. « Si je revois ça, je vous supprime vos privilèges d’entraînement. »

« C’est de ta faute » marmonna Chu Cheng, « Avec tes histoires d’Ascension. » Il fusilla Lan Jue du regard pour l’avoir mis dans le pétrin.

« Tu t’en fiches vraiment de perdre la face, n’est-ce pas ? » Rétorqua Lan Jue. « TU crois que je l’aurais utilisée si tu n’avais pas invoqué l’Esprit d’Hadès ? »

« Je ne l’ai utilisé que parce que tu m’y as obligé ! »

« Comment j’ai fait ça ? »

« Ouais ! Forcé, comme un esclave ! »

« … »

« Arrêtez de dire de la merde. » Leur cria Hua Li de l’autre bout de l’arène. « Vous vous battez ou quoi ? »

« Ouais on se bat ! » Lui répondirent ensemble Lan Jue et Chu Cheng.

La réponse solennelle de Hua Li leur parvint. « Très bien. Et rappelez-vous, pas de protogénie. »

Lan Jue joignit les mains, puis, sourit aux deux. « Vous deux. »

Hua Li cligna des yeux. « A-Jue, j’ai dû mal comprendre. Même les gens qui cherchent à se faire tabasser ne sont pas aussi directes. »

Lan Jue leur renvoya un sourire narquois. « Je n’ai jamais dit que je me battrais seul. Mesdemoiselles, il est temps de voir comment votre cultivation s’est améliorée. »

Mika, Lin Guoguo, Xiuxiu et Ke’er répondirent : « Oui, boss ! »

Chu Cheng les regarda, hésitant. « C’est… C’est pas juste. Je ne peux pas porter la main sur une femme, encore moins quatre. Je suis beaucoup trop fan de l’espèce féminine, tu vois. »

Les mots de Hua Li étaient pleins de mépris. « Laisse tomber. Je ne crois pas que t’aies jamais refusé de porter la main sur une femme. »

Chu Cheng étouffa un rire. « C’est différent. Ce sont des mains douces. » Affirma-t-il.

« Assez, garde ça dans ton pantalon. Zeus et ses Amazones vont pas être facile à gérer. Ne me retiens pas. »

Chu Cheng lui grimaça. « Qui retient qui ? »

« Toi ! »

  1. NdTFR : le foudre est mythologiquement l’arme de Zeus, c’est un éclair en forme de lance. Et comme la version anglaise utilise tout le temps la périphrase et qu’on a un magnifique terme en français, je vais l’utiliser dorénavant. Faites donc bien la différence entre ‘la’ foudre que j’utilise pour parler de sa Discipline, et de ‘le’ foudre qui fait référence à son arme
Cet article comporte 5 commentaires
    1. En effet, il y a dû y avoir des corrections automatiques je sais pas où. Je vais changer ça tout de suite. ‘le’ foudre c’est l’arme mythologique de Zeus, donc quand c’est au masculin c’est une arme, quand c’est au féminin c’est un éclair. Les genre sont remis correctement dans le chap maintenant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top