skip to Main Content
Menu

Chapitre 158 – Echange de notes

Traducteur en Français : Arpakshaad
Editrice & Checkeuse : Miss X

Chapitre 158 - Echange de notes

Le visage de Hua Li était triste. « Je peux ne pas participer ? Ça fait deux jours que je ne fais rien que m’entraîner. À ce train là je vais mourir, je le sens. »

La posture de Lan Jue se durcit. « Arrête de te plaindre. À ton niveau, tu crois que je vais croire qu’un peu de chant et de danse vont te fatiguer ? »

Les yeux de Hua Li faillirent lui sortir des orbites. « Putain A-Jue. T’as déjà vu un de mes concerts ? »

Lan Jue balaya la provocation d’un main. « Il me suffit de te regarder. À quoi ça sert de regarder un de tes spectacles de foire ? »

Chu Cheng, à côté, rit de leur échange. « Il y a un lien entre sa prouesse physique et sa célébrité, tu sais. Il utilise sa Discipline pendant ses concerts, aussi. Il ne fait pas que chanter et bouger ses fesses. Il y a des effets spéciaux de malade. Quand il dit qu’il est fatigué, je le crois. Et au final, qui sait à quel point Mo Xiao le pousse ? »

« Lan Jue ! » Hua Li montra les dents à son ami, attrapant son nez avec ses doigts. « Je hais ton visage ! Tu n’as vraiment jamais vu un de mes concerts !? Tu ne sais pas qu’on dit que je suis le plus beau de la dynastie familiale ? Pas étonnant que tu ne sois pas intéressé. Je suis la plus grande célébrité jamais connue, et quand je danse sur cette scène, tu n’as aucune idée de ma vraie beauté et de mon vrai charme ! »

Lan Jue se contenta de rouler des yeux. « Pourquoi devrais-je être intéressé ? T’as pas un public surtout compris de jeunes filles ? »

Le poing serré de Hua Li se détendit alors qu’il prenait une pose de combat. « On règle ça, tout de suite ! »

Lan Jue se frotta le nez. « D’accord, bientôt. Tu me pinces le nez comme ça et tu demandes à te faire réduire en bouillie. »

« Sans doute, » interrompit Chu Cheng. « Quel genre d’hommes es-tu de toute façon ? A-Jue vient tout juste de se remettre de ses blessures et tu te comportes comme une brute. Si j’étais toi, A-Jue, je ne laisserais pas passer ces conneries. Tu devrais lui défoncer sa gueule juste pour le principe. Je serai l’arbitre. »

Lan Jue et Hua Li fusillèrent tous deux Chu Cheng du regard. Il se recroquevilla instantanément. « J’essaie juste d’être juste, ici, okay ! C’est quoi tout cette hostilité tout d’un coup ? »

La voix grincheuse de Hua Li gronda : « Les gens qui foutent le bordel sont les pires. A-Jue, défonçons cette merde, et on verra bien. »

Les poings de Lan Jue se serrèrent. « J’aime l’idée. Il est grand temps qu’on lui ferme sa gueule. Qu’il arrête un peu de profiter des autres. »

Chu Cheng était indigné et en colère. « C’est quoi votre problème ? Vous me prenez vraiment pour quelqu’un comme ça ? »

« Oui ! » répondirent Hua Li et Lan Jue en même temps.

« Ah, Professeur ! » Leur échange fut interrompu par un cri de surprise derrière eux. Lan Jue tourna la tête pour voir une large silhouette sautillant vers lui.

Lan Jue leva ses mains pour se protéger de l’assaut de son élève rebondissant. « Utilise tes mots, gamin, et garde tous ces mouvements pour le ring. Je te rappelle que t’es pas tout léger. »

Tang Xiao s’avança, tout excité, vers son professeur, la graisse de son visage en forme de lune tremblant à chaque mouvement. « C’est bon de vous revoir, Professeur. Mademoiselle Mika était géniale ces derniers jours, elle m’a enseigné beaucoup. Mademoiselle Lin Guoguo aussi. Avec leur aide, j’ai vraiment fait un bond en pouvoir ! »

Lan Jue ne put s’empêcher, face à la sincérité du gamin, de lui ébouriffer les cheveux. « Bien, continue comme ça. Je verrai un peu plus tard combien tu as progressé. Pour l’instant, il est l’heure d’aller à l’Arène du Faucheur. »

« Hein ? Pas besoin, Professeur, ça devrait suffire ici. On m’a dit que seuls les Adeptes de haut niveau avaient besoin d’aller à l’Arène. Les enseignements de Mademoiselle Mika sont largement suffisants, vous n’avez vraiment pas besoin de perdre du temps avec moi. »

Le gamin avait vraiment peur ! Il travaillait bien avec les deux femmes. C’était dur, mais il s’améliorait et c’était évident ; seulement parfois, il se faisait battre tellement fort qu’il n’avait presque plus envie de vivre. Ne serait-ce pas bien pire si c’était son Professeur qui tenait le bâton ? De ce qu’il comprenait, il semblait que son Professeur voulait prendre les choses en mains, littéralement. Même s’il n’avait jamais vu directement les vrais pouvoirs de Lan Jue, il pouvait deviner en considérant la puissance de Mika et Lin Guoguo. Serait-il seulement encore en vie à la fin ?

Lan Jue sourit joyeusement. « N’aie pas peur. Tu vas pouvoir te reposer aujourd’hui, tu regardes et t’apprends. »

« Oh. » Tang Xiao poussa un soupir de soulagement et ne dit rien de plus. Respectueusement, il fit un pas sur le côté pour les laisser passer. Avec autant de pouvoir autour de lui, il n’osait pas recourir à ses tendances plus compromettantes. Il tourna la tête pour regarder Jin Tao, dormant tranquillement dans le module d’alimentation. Ce mec ! Il était vraiment chanceux, de pouvoir dormir sans savoir.

Arène du Faucheur

Lan Jue s’occupa de l’installation de l’arène de combat spéciale, en utilisant l’appareil de contrôle spécial que lui avait donné le Maître des Vins.

Les Amazones et Tang Xiao s’assirent dans un endroit séparé, avec une vue panoramique sur la zone. Seuls Lan Jue, Hua Li et Chu Cheng restèrent à l’intérieur.

« On dirait que le deuxième frère1 avait raison quand il disait que tu allais mieux. T’es sûr que ça va ? » Demanda Hua Li.

Lan Jue hocha de la tête. « J’ai déjà vérifié moi-même, et je peux sincèrement dire que je n’ai jamais été en meilleure forme. Je ne comprends pas comment j’ai fini par récupérer aussi bien. En fait, vous n’auriez pas vu quelque chose d’inhabituel en arrivant l’autre jour ? »

Hua Li prit la parole. « En arrivant, on t’a trouvé endormi dans ce qui semblait être un rocher blanc creux. Je suis allé t’examiner moi-même et tu allais bien : calme et respirant. C’était comme si tu n’avais jamais été blessé. »

« Un rocher blanc ? » Lan Jue sentit un flash de… quelque chose, mais il n’arrivait pas à mettre le doigt sur ce qu’il y avait de marquant dans ce que Hua Li avait dit. Il n’arrivait pas non plus à se souvenir de la méthode utilisée par le Docteur pour le soigner ce jour-là.

« Très bien, laissons cette conversation pour plus tard. Alors, qui veut passer en premier ? » Lan Jue passa son regard de l’un à l’autre de ses amis Monarques.

Chu Cheng lui lança un regard surpris. « Quoi ? Tu comptes faire un deux contre un ? »

Lan Jue arborait un sourire narquois. « Je compte juste tirer parti d’une opportunité, c’est quoi le problème avec deux contre un ? C’était pas toi qui disait tout à l’heure que tu allais te joindre à A-Li contre moi ? A-Cheng, tu es un peu plus malin à chaque fois que je te vois. »

Chu Cheng renâcla, bombant le torse de fierté. « Tu me prends pour qui ? A-Li, laisse-moi m’occuper de ce punk. Trois ans à se tourner les pouces, je suis prêt à parier qu’il a perdu de ses réflexes. »

Hua Li haussa les épaules. « D’accord, il est à toi. » Il sauta quelques pas en arrière pour leur donner assez d’espace. Il ne sortit pas jusqu’à la plateforme d’observation, en revanche, mais resta au bord du ring.

Lan Jue et Chu Cheng se regardèrent de part et d’autre de l’arène. Petit à petit, leurs expressions respectives devinrent calmes et impassibles. Les deux se connaissaient extrêmement bien. Lan Jue avait bel et bien passé les trois dernières années à se morfondre, mais en réalité, Chu Cheng ne sous-estimait pas du tout son ami et compagnon mercenaire. Il savait aussi bien que n’importe qui que de tous les Divins Monarques, la Discipline de Lan Jue était la plus destructrice.

Lan Jue retournait le regard de son ami, immobile et inchangé. Il était calme, comme la surface d’un lac. Ils se tenaient debout en silence, se regardant, jusqu’à ce qu’ils se mettent à changer.

Un couleur rouge se mit lentement à gagner les yeux de Chu Cheng jusqu’à ce qu’ils aient l’air de charbons ardents. Une aura puissante et étouffante s’éleva en même temps, et l’air autour de lui se mit à trembler comme s’il dégageait énormément de chaleur.

Mika marmonna depuis la plateforme. « Une Discipline de Chaleur. »

Lan Jue, quant à lui, subissait ses propres changements. Des arcs électriques parcoururent son champ de vision., jusqu’à ce que ses yeux brillent d’un violet électrique. Des flashs de pouvoir brillaient derrière ses paupières. Le craquement perturbant des éclairs emplirent leurs oreilles, donnant la chaire de poule.

Soudain, ils furent tous les deux en mouvements. Il semblait y avoir un pacte tacite de ne pas utiliser leurs Disciplines pour l’instant. Des éclairs sortaient de Lan Jue vers les côtés.

La silhouette agile de Chu Cheng se propulsa en l’air, s’étirant comme un oiseau terrifiant. D’une torsion, il tomba vers Lan Jue délivrant une pluie de coups de pieds.

Lan Jue n’essaya pas de reculer, mais continua d’avancer. Il ne quitta pas le sol pour rencontrer son adversaire. Ses mains se levèrent, cependant, et poussèrent l’air vers Chu Cheng.

Bang bang, bang bang ! Le son des impacts résonna dans l’arène. À chaque fois, l’air était saturé d’étincelles de feu et d’électricité.

Chu Cheng retrouva le sol d’un gracieux salto arrière. Il porta son regard sombre sur l’autre côté du terrain et gronda alors que des flammes affamées sortaient de lui. Tout ce qui était proche de lui se retrouva illuminé par la brasier. Si l’on faisait attention, on pouvait voir des gouttes d’un fluide doré lui couler dessus.

Lan Jue ricana. « À qui essaies-tu de faire peur ? » En parlant, des éclairs se mirent à lui grimper dessus. D’un flash, il fut couvert d’une lumière bleue et cristalline.

Étonnamment, ce n’était pas que sa couleur qui changea. Il semblait même fait de cristal lui-même. Il n’y avait pas d’étincelle, ni de tonnerre, c’était comme si sa Discipline s’était contentée de se manifester.

« Hein ? » Chu Cheng ne put s’empêcher d’exprimer sa surprise. Il y avait quelque chose de différent. Jusqu’à présent, il était sûr d’être parfaitement au courant de toutes les capacités de Lan Jue.

Electromorphisme ! C’était l’une des facultés les plus puissantes de Lan Jue. Cela amplifiait sa Discipline de foudre. Mais malgré toutes ses connaissances, ce n’était pas pareil. D’habitude, quand il utilisait ses pouvoirs, il se transformait en un fouillis d’éclairs et de lumière électrique, mais pas cette fois. Quand avait-il appris à contrôler sa Discipline aussi bien, pensa Chu Cheng, à la garder sous contrôle ? Pas une once de pouvoir ne lui échappait. Mais n’était-il pas resté à se cacher pendant trois ans, sans s’entraîner ? Ce n’était pas le cas, à en juger par ce qu’il voyait !

Il était surpris, mais Chu Cheng était trop bon, trop professionnel pour se laisser avoir ainsi. Sans s’arrêter, il enchaîna d’un mouvement tranchant vers Lan Jue.

Un mur de flammes rugit en fonçant sur le Maître des Joyaux. Il dégageait tellement de chaleur que l’air tremblait horriblement sur son passage.

Mais Lan Jue ne bougea pas, il ne fit aucun effort pour esquiver. C’était presque comme s’il n’avait pas remarqué le mur de feu qui lui fonçait dessus. Avec les mains pressées contre la poitrine, ses pouvoirs semblaient encore plus retenus.

Boooooooooomm ! L’attaque de feu trouva sa cible, et Lan Jue fut perdu dans les flammes. Des flammes et de la fumée montèrent jusqu’aux cieux comme un volcan. D’étranges orbes rouges s’entrelaçaient dans la colonne enflammée, montant du point d’impact. La chaleur était tellement intense que les Amazones et Tang Xiao pouvaient la sentir de leur plateforme.

Le disciple en surpoids regardait, muet comme un carpe. Il pensait que la Discipline de Mika était terrifiante, mais la différence de pouvoir était évidente en regardant ce jeune maître à l’œuvre. Que ce soit en pouvoir, prestige ou intimidation, il était clairement d’un autre niveau.

Mika elle-même regardait fiévreusement. Le pouvoir et la pureté de sa Discipline étaient ahurissants. Elle en avait senti la puissance explosive quand l’attaque avait touché. Il était au moins au cinquième niveau du neuvième rang, d’après ses estimations, si ce n’est plus. C’était définitivement l’occasion pour elle d’en apprendre plus, pensa-t-elle.

  1. NdTEN : je pense qu’il fait référence à Chu Cheng
Cet article comporte 4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top