skip to Main Content
Menu

Chapitre 154 – Neuvième niveau septième rang !

Traducteur en Français : Arpakshaad
Editrice & Checkeuse : Miss X

Chapitre 154 - Neuvième niveau septième rang !

Lan Jue était assis en tailleur sur son lit, sa poitrine montait et descendait au rythme de sa respiration tandis qu’il méditait. Il concentrait son pouvoir en lui, le suivant alors qu’il emplissait tous les coins de son corps. Il faisait particulièrement attention à tout signe de blessure.

En vérité, c’était sa troisième inspection, et jusqu’ici, il était surpris de ne pas trouver la moindre trace de problème. Aucune blessure, aucun danger caché.

C’était comme s’il venait de renaître ! Sans entraînement ni cultivation, il était retourné au top avec seulement quelques heures de repos. En plus, il avait l’impression d’être encore plus fort.

Une avancée ? Une fois au neuvième niveau, chaque amélioration était accompagnée d’un bond considérable en puissance.

Il avait l’impression que même sa Discipline était devenue plus douce, ce qui en était une forte indication. La foudre et l’éclair étaient connus comme faisant partie des Disciplines les plus explosives. Cependant, quand le pouvoir d’un Adepte grandissait, il devenait capable de le dissoudre sous forme liquide. Cela le stabilisait sans sacrifier de puissance. C’était, en fait, le but qu’il cherchait depuis des années.

Sauter le gouffre entre le sixième rang et le septième rang du neuvième niveau était comme passer un seuil glorieux. Ce n’était pas juste important pour l’effet que cela avait sur le chemin de la perfection d’un Adepte. C’était aussi le fléau d’un grand nombre de Talents qui rêvaient d’être Parangons.

Lan Jue était très content de sa découverte, mais il avait des doutes sur tout cela.

La pierre phylactère enfoncée dans sa main était une gemme de rang S, et pour une bonne raison. Cependant, elle n’améliorait ni n’augmentait les pouvoirs d’un Adepte. Donc si ce n’était pas la gemme, c’était le Docteur. Le jeune homme l’avait ramené du bord de la mort, et avait amélioré ses capacités générales. Mais cela serait incroyable, un miracle en fait. Cela voulait-il dire que le bond en pouvoir venait de lui seul ? Non – non, ce ne pouvait pas être aussi simple. Mais malgré tous ses efforts, ni le Docteur ni le Maître des Vins ne voulaient donner plus de réponses.

Il n’était pas non plus très sage de les interroger plus. Le Maître des Vins seul avait dû consommer un nombre infâme de gemmes de pouvoir pour venir à sa rescousse. C’était la seule manière de marcher d’une planète à une autre comme il le prétendait. La vache, la seule fois où il avait entendu parler d’un truc pareil était dans les vieux contes !

Peu importe le comment, le fait était qu’il était plus fort. Et maintenant, cela voulait dire qu’il pouvait se stabiliser. Encore mieux, sa condition physique n’avait jamais été aussi bonne. Avant, ses méridiens ne brillaient que faiblement en doré, maintenant, ils brillaient de mille feux. C’était une transformation que Lan Jue ne s’attendait à voir qu’au neuvième niveau neuvième rang. Ses os et ses organes n’avaient pas échappé non plus à la transformation. Il avait l’impression non seulement d’avoir survécu, mais d’avoir touché le jackpot.

Trois jours plus tard

Toc toc toc ! Le doux son de quelqu’un frappant à la porte résonna dans la pièce.

L’aura dorée autour de Lan Jue se dissipa lentement. Il se leva et ouvrit la porte.

Le joli visage de Xiuxiu le salua. Quand elle le vit en pyjama, elle prit une expression inquiète. « Boss, vous allez bien ? »

Il lui répondit avec un sourire. « Ne t’en fais pas, je vais bien. En fait, je vais mieux que ça. »

L’incertitude fondit de son visage, laissant place à un sourire. « C’est bien. Le Maître des Vins m’a demandé de vous inviter à le voir. »

Lan Jue hocha la tête. « Très bien, j’irai le voir. »

« Et nous avons fait réparer votre communicateur, » continua-t-elle, le lui tendant.

Lan Jue le boucla à son poignet et lui fit un grand sourire. « Xiuxiu, tu penses toujours à tout. »

Ses yeux tombèrent sur l’écran, où il découvrit un certain nombre de messages ; Chu Cheng, Hua Li, Wu Junyi, Jin Yan, et d’autres.

Le message de Chu Cheng parlait d’aider Hua Li pour son concert, même si Dieu seul savait ce que ce tas comptait faire pour ‘aider’. Wu Junyi lui, s’inquiétait pour sa santé, l’implorant de prendre quelques jours de congé de plus et de bien se remettre avant de retourner en cours.

Le message de Hua Li contenait des détails spécifiques sur le concert. Dans trois jours, d’après le message.

« Laisse-moi me changer, » dit Lan Jue après les avoir lu.

« Bien sûr. Euh, et boss… Vous devriez peut-être prendre une douche aussi, » répondit doucement Xiuxiu.

« Hein ? Je sens quelque chose ? »

Plutôt deux fois qu’une. En fait, il ne s’était pas lavé depuis qu’il était rentré de Taihua. Il s’était concentré sur sa récupération.

Une demi-heure plus tard.

Le tintement familier de la cloche de la porte de la Joaillerie de Zeus sonna à la sortie d’un Lan Jue rafraîchi et remis. Il portait une chemise bleue et un pantalon noir, et descendait l’avenu d’un pas agile. L’air frais était vivifiant. Il s’arrêta le temps de prendre une profonde inspiration, assez longue pour qu’elle le remplisse complètement avant de se diriger vers la Cave Gothique.

Il poussa la porte et entra. Il fut accueilli par Eva, qui lui sourit. « Ah, nous vous attendions, Maître des Joyaux. Le Maître des Vins est dans la salle de dégustation, il vous attend. »

« Très bien. » Il fit un signe de tête puis se mit en route.

Aujourd’hui, le Maître des Vins avait mis un costard marron formel. Il était assis silencieusement à un bout de la table géante de dégustation. Une bouteille de vin rouge était posée devant lui.

Lan Jue s’approcha sans formalités ou cérémonie, tira une chaise et s’assit. Il jeta un regard déçu à son hôte. « Une seule bouteille ? »

Le vieil homme lui renvoya un regard désapprobateur. « Et quand comptez-vous rendre cette bouteille de Conti que vous me devez ? »

Lan Jue cligna des yeux. « Que je vous dois ? Vous étiez sérieux ? »

« Vous croyez quoi ? » Lui vint la réponse du Parangon.

Le jeune homme rit bêtement, révélant une rangée de dents blanches. « Je suppose que je suis tellement endetté que je n’arrive pas à me souvenir de tout. »

Le Maître des Vins sourit à son tour. « Rien ne presse. En fait, vous allez peut-être avoir une opportunité pour tout remboursé. Nous en reparlerons. »

« Qu’est-ce ? »

« Votre punition, bien sûr, » répondit le Maître des Vins.

« Punition? » Lan Jue était honnêtement surpris. « Pourquoi suis-je puni ? »

Le Maître des Vins avait un regard noir pendant toute son explication. « Parce que vos antiquités ont failli coûter cher à Skyfire Avenue. Croyez-vous que cela vaut une punition ? Vous me devez les gemmes de pouvoir que cela m’a coûté pour nous téléporter sur une autre planète, nous dirons que cela fait partie de votre travail, mais votre manque d’attention a failli coûter la perte d’un Conseiller de Skyfire. Vous devez répondre de cela. »

Lan Jue portait un sourire narquois. « J’ai comme l’impression que je vais finir par vous devoir quelque chose d’autre. »

« Vous pensez pouvoir rester indifférent aussi facilement ? » Demanda le Maître des Vins. « Depuis que vous avez décidé d’être Conseiller, vous faîtes partie de l’équipe. Parfois, faire partie de l’équipe consiste à recevoir, mais cela veut aussi dire être à disposition pour soutenir les autres quand ils en ont besoin. Sinon, à quoi sert Skyfire Avenue ? Notre organisation est assez lâche, certes, mais nous aidons et protégeons tous les Adeptes sous notre aile collective. Pour cette affaire récente, si vous nous aviez informés immédiatement de ce qui se passait sur Taihua, je serais venu immédiatement. Vous n’auriez pas eu besoin de prendre la décoction, et tous ces problèmes auraient pu être évités. Et encore plus de vies auraient pu être sauvées. »

Lan Jue écouta en silence, son visage devenant sérieux à l’exposition de la gravité de ses actes.

Le Maître des Vins continua. « À l’avenir, j’espère que vous vous souviendrez de votre rôle. S’il y a un problème que vous n’êtes pas capable de gérer seul, la première chose que vous devez faire, c’est d’appeler l’Avenue. Nous ferons tout notre possible pour aider. »

La figure sérieuse de Lan Jue sourit de reconnaissance. « Je ne m’attendait pas à ce que quelqu’un bouge littéralement l’espace-temps pour gérer la situation. Je ne m’attendais honnêtement pas à ce que l’Avenue réagisse plus vite que les renforts de l’Est. Je pensais que la seule option était pour moi d’y faire face tout seul. Vous avez toujours raison, et à l’avenir, je mettrai certainement l’Avenue au courant en premier, s’il y a un problème que je ne peux pas gérer. J’accepte la punition que vous pensez être juste. »

Le Maître des Vins hocha de la tête en signe d’approbation. « De ce point de vue là au moins, vous avez bonne réputation. Parfois un peu trop impulsif, mais votre capacité à apprendre et à vous diriger est un cran au dessus de celle de nos membres moyens. Il est important de reconnaître nos erreurs, et travailler à les corriger. Quand nous aurons terminé notre petite discussion, nous commencerons par vous retirer votre statut de Conseiller. Vous serez suspendu. De plus, quand l’Avenue vous demandera de l’aide, vous devrez accepter sans condition. Si et quand cela arrivera, vous retrouverez votre siège de Conseiller après avoir accompli votre tâche. »

« Très bien, » accepta Lan Jue sans hésitation. « Au fait, Maître des Vins, comment va le Docteur ? Malheureusement, je n’ai pas de gemme de rang S à lui donner. Cela peut prendre du temps. »

« Ne vous inquiétez pas pour ça pour l’instant. » Répondit le Maître des Vins. « L’Avenue l’indemnisera pour son temps et ses efforts. C’était nécessaire pour ce dont nous avions besoin, et l’Avenue assumera donc les coûts à votre place. Si vous sentez encore le besoin de le rembourser, vous pourrez quand vous aurez un gemme de qualité suffisante à offrir. Ou peut-être pouvez-vous lui donner une partie des revenus de votre magasin. »

Lan Jue y réfléchit un moment. « Laissez-moi m’en occuper. Ce sont essentiellement Mika et les autres filles qui s’occupent du magasin, et elles possèdent soixante pour cent du stock. Je ne peux pas simplement prendre une décision sans prendre leur avis en compte. Et je ne peux pas non plus m’attendre à ce qu’elles paient mes dettes. »

« C’est vous qui voyez, » répondit le Maître des Vins. « Il y a encore quelques petites choses dont nous devons parler vous concernant. Par exemple, l’arrivée imminente des représentants de la Tour Noire et du Château Pontifical. Nos derniers rapports suggèrent que le Pape et Satan viendront. »

« Quoi ? » Les yeux de Lan Jue s’écarquillèrent à la nouvelle, des traces d’éclairs derrière les paupières. Il n’avait pas oublié les péchés du Pape et de ses gens. Après tout, la situation sur Taihua aurait été bien différente s’il n’avait pas été blessé par son combat avec Michel.

Maintenant, ils venaient sur son terrain. Il était temps qu’ils aient une discussion sérieuse.

Le Maître des Vins continua. « Le Gardien est allé en personne parler au Pape de ce qui s’est passé. Et il a un peu chamboulé le Parangon Châtelain. Le Pape est venu nous voir de lui-même exprès pour désamorcer le conflit. En êtes-vous capable ? »

Le front de Lan Jue se plissa en signe de sa pensée. S’il n’avait pas rencontré la crise sur Taihua, il aurait refusé immédiatement. Lan Jue n’était pas du genre à en vouloir aux autres, mais là c’était différent. Ils avaient tendu un piège à quelqu’un de sa famille, et prévu de la tuer. S’il ne demandait pas vengeance pour quelque chose comme ça, il ne méritait pas de s’appeler Zeus.

Mais après tout ce qui s’était passé, après que le Maître des Vins et le Docteur aient tant dépensé pour le sauver, sa manière de penser avait changé. Les besoins de Skyfire Avenue étaient plus importants pour lui maintenant. Il devait désormais envisager les choses d’un autre point de vue. Qu’est-ce qui serait le plus avantageux à l’Avenue ?

De plus, après les événements sur Taihua, il était temps de tout voir d’un œil neuf. Au final, les Adeptes du Château et de la Tour étaient des gens. Il y avait des différences qu’il fallait adresser, certainement, mais face à ce danger qui menaçait toute l’humanité, ce n’était pas grand chose.

« Je suis prêt à le faire pour l’Avenue, et d’accepter la décision du Conseil. » Dit Lan Jue en hochant fermement de la tête et en fixant le Maître des Vins du regard.

Cet article comporte 4 commentaires
  1. Merci pour le chapitre. Y a toujours ce truc indescriptible qu’on ne retrouve pas dans les autres ln. c’est toujours du bon boulot et j’arrive bientôt à rattraper le rythme de publication XD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top