skip to Main Content
Menu

Chapitre 153 – La Peine de l’Est

Traducteur en Français : Arpakshaad
Editrice & Checkeuse : Miss X

Chapitre 153 - La Peine de l'Est

La verti-car haute altitude descendait lentement vers la parking Sud de Skyfire Avenue. Les deux portes s’ouvrirent comme des ailes mécaniques, et quatre belles femmes en sortirent.

« Arrête de faire semblant boss, on est rentré. » Appela Mika à un Lan Jue qui restait assis, les yeux fermés. Elle n’avait toujours pas l’air contente.

« Hein…oh, on est rentrés ! Je suis tellement fatigué, je vais filer dans ma chambre. Tellement fatigué. » Lan Jue s’extirpa de la voiture et piétina en direction de l’Avenue.

Les amazones se mirent naturellement en formation autour de lui, plaçant leur boss au centre et avançant vers le magasin.

Intérieurement, Lan Jue réprimait un sourire. Renvoyer les demoiselles cette fois allait être extrêmement difficile.

La porte de la joaillerie s’ouvrit, et à nouveau, il se retrouva dans un monde de saphir. Lan Jue s’arrêta et leva les mains en signe de capitulation. « D’accord, mesdemoiselles. C’est de ma faute. Votre parole sera actée, et j’accepterai ma punition sans poser de questions. D’accord ? »

Les yeux de Xiuxiu étaient devenus rouges à cause de ses larmes. « Comment peux-tu être comme ça, boss ? Même blessé, tu sors quand même en douce ? Et il se passe ça, t’es là-bas tout seul, qu’est-ce qu’on est sensée faire ? »

« Ne pleure pas Xiuxiu, ne pleure pas. » Lan Jue se dépêcha de la réconforter.

Ke’er suivit, et fit une moue de ses lèvres rouges. « C’est toi qui as parlé de punition. On veut juste parler de ce qui s’est passé et de tout mettre au clair. »

« Ouais, » intervint la voix stricte de Mika.

Lan Jue se tourna vers Guoguo dans l’espoir qu’elle le sauve de ces femmes en colère, mais il ne vit que son expression de douleur.

« Qu’est-ce que vous voulez que je fasse ? » Demanda-t-il, vaincu.

Ke’er s’approcha de lui, tirant un tabouret derrière elle. Elle força Lan Jue à s’asseoir. Mika se planta devant lui. « Trois règles. Accepte, et on oubliera tout ce qui s’est passé aujourd’hui, refuse… Refuse et on part. Après tout, si tu ne prends même pas soin de ta propre sécurité, comment peux-tu prétendre t’occuper de nous ? Si c’est le cas, qu’est-ce qu’on fait encore là ? N’est-ce pas les filles ? »

« Oui ! » Répondirent-elles.

« Qu’est-ce qui se passe, une mutinerie ?! » Lan Jue les fusilla du regard avant de se lever. Mais il ne partit pas bien loin avant que les quatre femmes ne lui tombent dessus. Quatre paires d’yeux tristes et en colère le clouèrent sur place. Sous l’assaut commun, son indignation était inutile. Il se rassit.

« Très bien. Donnez vos conditions. » Marmonna-t-il.

Mika continua. « D’abord, nous devons toujours être au courant de vos environs. »

« Ensuite, où que vous alliez, au moins l’une d’entre-nous doit être avec vous à tout instant. » Ajouta Xiuxiu.

Ke’er poursuivit. « Nous gardons la troisième en réserve. S’il se passe autre chose que nous avons besoin de gérer, nous utiliserons cette règle. »

Lin Guoguo parla en dernière. « Pour finir, j’espère que tu comprends que ta vie ne t’appartient pas. Ce qu’il t’arrive nous affecte toutes. Tu ne dois absolument plus jamais nous laisser tomber pour partir dans ton coin. Si tu veux nous voir pleurer, alors vas-y. Mais c’est à ce moment-là que nous partirons pour toujours. Nous sommes là pour toi de la même manière que tu es là pour nous, donc s’il y a vraiment un problème auquel tu dois faire face, nous serons là pour toi. Comme on l’avait dit face aux Archanges, on vit et on meurt ensemble. »

« Ouais ! »

« Elle a raison ! »

« Mmhm. »

Il faudrait bien plus que ce que n’importe quel homme possède pour résister à la pression que les quatre Amazones mettaient sur Lan Jue. Il se sentit presque transpirer de peur. « D’accord, d’accord. J’accepte tout, ça vous va ? »

Mika le regarda de haut. « C’est sérieux ! »

Lan Jue hocha vivement de la tête sans dire mot. Puis enfin, un petit sourire apparut sur son visage.

« Vive les amazones de Zeus ! » Ke’er leva le poing en l’air, puis frappa dans la main de Lin Guoguo. Les larmes de Xiuxiu séchèrent instantanément. Mika était debout, les mains sur les hanches, fière d’elle. « Rappelez-vous boss, un vrai homme tient parole ! »

Lan Jue n’avait aucune chance, et il resta simplement assis à regarder les demoiselles victorieuses. Mais malgré sa figure dépressive, au fond de son cœur, il était fier et content.

Ah, chez-soi. Il était bien chez-lui. Et ces femmes n’étaient ni ses bonnes ni ses serviteurs, elles étaient plus comme des sœurs. Avec elles à côté, il était chez lui.

Ke’er sautilla à côté de Lan Jue. « Vous semblez fatigué, boss, laissez-moi vous masser le dos. »

Lin Guoguo suivit. Elle prit la main gauche de Lan Jue. « Je m’occupe de vos mains. »

Xiuxiu se déplaça sans un mot sur sa droite, se concentrant sur son bras droit.

Mika s’agenouilla devant lui en lui lançant un sourire charmeur. « Massage de pieds ? »

Lan Jue leur adressa la parole d’une voix sérieuse. « Je ne me ferai pas avoir par vos balles mielleuses ! »

Une minute plus tard.

Le bruit d’un ronflement profond emplit le magasin.

« Il était vraiment fatigué le boss. » Les doigts de Ke’er dansèrent de ses épaules à sa tête. Elle massa doucement son crâne.

Xiuxiu répondit, la voix laconique. « Ces bêtes sur Taihua devaient être extrêmement dangereuses, et on ne sait toujours pas ce qui s’est passé. Il n’a évidemment pas envie d’en parler. De ce qu’en disent les infos, ça a dû être horrible. »

Lin Guoguo, agitée, inspira bruyamment d’un coup sec, même si le regard qu’elle lança à Lan Jue était doux. « Il est resté pour aider les autres, comment aurait-il pu récupérer sinon ? S’il n’avait pas été blessé, ces monstres n’auraient eu aucune chance. »

« Pas comme si ça me concernait, » dit Mika, durement. « C’est mon boss, je veux qu’il soit en sécurité et apaisé. S’il était mort, je me serais probablement enterrée avec lui. » Ses mains augmentèrent inconsciemment la pression.

Lan Jue bougea dans son sommeil. La Succube Stygienne reprit rapidement le contrôle sur sa colère, et sa poigne s’adoucit.

ζ

Un rugissement à glacer le sang traversa la forêt dense.

« Ici unité Gamma. Unité Gamma au rapport. Nous avons rencontré une sorte de monstre -rangoutan. Il est rapide, et très fort. Nos fusils lasers ne servent à rien. Nous avons besoin de support, envoyez des renforts immédiatement. »

« Attends, fais gaffe. Ah ! Ch- »

Des cris se firent entendre. C’était le chaos complet.

Une brillante silhouette bleue apparut alors. En un clin d’œil, la bête violette fut carbonisée. Elle n’avait même pas eu le temps de crier.

« Ah ! Mais c’était quoi ce truc ?! Un mécha ! Et gigantesque. On est sauvé, sauvé ! Putain ! Ça doit être les renforts. »

ζ

« Putain ! Là-haut, c’est quoi ce truc ? Faites gaffe, il vient droit sur notre vaisseau. »

« Pas bon. Regarde, ce vaisseau s’est déjà fait avoir. Il vient sur nous. Droit devant, plein gaz. Plein gaz ! »

« Trop tard ! »

Soudain, un énorme flash doré les balaya. Une brillante silhouette bleue les dépassa à grands fracas, suivie par les cris de douleur du monstre.

ζ

Le mécha bordeau se déplaçait à très grande vitesse. Il disparut en une étincelle couleur sang, réapparaissant à un autre endroit. Le monstre qui lui faisait face fut découpé en morceaux. La machine continua sans hésitation, comme si elle faisait son devoir.

Un groupe d’enfants tremblants étaient en dessous, aucun ne devait avoir plus de dix ans. Un autre groupe d’adultes n’était pas loin, baignant dans une marre de sang. Ils semblaient être morts en protégeant les enfants de quelque chose.

Le monstre violet s’écrasa à grand fracas sur le sol.

Le mécha rouge devint de plus en plus visible à la disparition de la brume. Il tendit sa grande main mécanique pour rassembler les enfants.

« Maman- ! »

« Papa !! »

Leurs cris et appels au secours résonnaient dans la forêt. Malheureusement, leurs parents ne pouvaient plus les protéger.

ζ

Les images brillaient dans tous les yeux, tri-dimensionnelles et vibrantes. Au visionnage des images d’info sur les émetteurs holographiques, le cœur de tous ceux qui regardaient était lourd de terreur.

Encore et encore, les méchas bleu et rouge apparaissaient devant eux, combattant les monstres, et protégeant les touristes. Celui qui revenait le plus souvent était le saphir, mais il était trop rapide pour que les satellites puissent en avoir une image nette. Pourtant, ses éclairs brillants parlaient d’eux-même, et à chaque explosion d’énergie, un autre monstre mourrait, et un autre groupe était sauvé d’une mort certaine.

Les nouvelles montraient aussi une jeune femme couverte de lumière verte, qui se battait contre les monstres, armée seulement d’une machette.

Puis l’homme en or, avec des lames de lumière dans les mains qui détruisaient toutes les créatures qui se mettaient en travers de son chemin.

Plus étonnant, cependant, étaient les quelques dernières images. Elles montraient un énorme colosse, bien plus gros que les autres. Il se tordait de douleur alors qu’une lumière argentée le taillait lentement en pièces.

Les téléspectateurs regardaient les yeux grand ouverts et la bouche ouverte les images défiler devant eux. Ils luttaient contre leurs yeux brumeux et les sanglots pour continuer de regarder.

Les images et vidéos continuèrent pendant trente minutes avant de finir par s’arrêter. Elles furent remplacées par le joli visage de la présentatrice.

« Ce que vous venez de voir est un désastre sans précédent, qui nous attriste tous profondément. Cependant, cette tragédie nous a aussi montré la puissance de l’esprit humain. Plusieurs grands héros se sont levés quand nous avons eu besoin d’eux. Ils ont chargé les rangs ennemis, sans peur malgré le peu de chance qu’ils avaient. Ils ont continué sans relâche pour sauver leurs frères humains. Ce qui comprend tous les hommes et femmes qui se sont battus sur Taihua qui méritent notre respect et notre admiration. Malheureusement, les derniers rapports nous ont appris que soixante-dix pour cent des soldats en garnisons sur Taihua ont perdu la vie. Soixante-dix pour cent de nos protecteurs sont tombés, ayant donné leurs vies pour leurs frères et sœurs de l’Alliance de l’Est, et pour défendre la souveraineté de notre territoire. »

« À part ces courageux soldats, il y a eu d’autres héros qui ont décidé de rester en arrière et de combattre les envahisseurs, et qui ont apporté un grand pouvoir contre nos ennemis. À la lumière de ces informations, notre chaîne déploie ses efforts pour découvrir l’identité des ces courageux individus. Comme nous l’avons vu, certains de ces courageux sauveurs n’ont pu s’échapper de Taihua en vie, mais il est de notre devoir de trouver ceux qui l’ont fait et de les remercier. Ils devraient au moins être couverts de fleurs et d’applaudissements. Je suis sûre que ceux qui ont été sauvés veulent les remercier personnellement. À nos héros, vos actions vous glorifient à travers les trois alliances ! »1

Sa voix monta en puissance et en émotion, les images des méchas et des soldats défilant sur un grand écran derrière elle.

« À l’approche de la fin de cette émission, je voudrais dire : je suis encore célibataire. Si l’un de ces vaillants jeunes hommes m’entend, j’aimerais vous inviter prendre un verre. » En parlant, elle montra directement du doigt le rayon de lumière bleue qui traversait l’écran derrière elle !

  1. NdTEN : ce genre de manière de donner l’info peut paraître étrange, et j’ai essayé de le modifier un peu, mais en Chine, ça ressemble vraiment à ça
Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top