skip to Main Content
Menu

Chapitre 149 – La Puissance du ver à soie et du Vêtement mystique

Traducteur en Français : Arpakshaad
Editrice & Checkeuse : Miss X

Chapitre 149 - La Puissance du ver à soie et du Vêtement mystique

Le grand cocon de soie rayonnait de pouvoir, et leurs silhouettes finirent par disparaître. Encore plus étrange, il ne semblait pas dégager d’énergie, du moins, aucune que le Docteur ou le Maître des Vins soit capable de distinguer.

Le Docteur regardait aussi l’étrange scène tout en se reposant. Il ne faisait pas de bruit, plongé dans ses pensées. Au début, son regard était plein de dédain. Cependant, au fur et à mesure de la formation du cocon, son expression devenait de plus en plus acceptable, même s’il était encore clairement dubitatif et anxieux. C’était comme s’il avait compris quelque chose, quoique pas tout à fait. Il n’arrivait toujours pas à cerner complètement le problème.

Il n’était pas le seul à ruminer. Le Maître des Vins, aussi, semblait perdu dans ses pensées. Il connaissait la plupart des Disciplines de l’univers. Mais pas celle de cette femme.

L’énergie qu’il avait sentie venir de cette fille était infiniment douce, anormalement pure, et bien au delà de l’Adepte moyen. D’après ses estimations, elle devait être au neuvième niveau de Talent. C’était un grand pouvoir, malgré sa frêle apparence.

Évidemment, un soigneur de neuvième rang avait d’énormes pouvoirs de soin, exactement comme le Docteur. Mais il y avait quelque chose de bizarre, et même s’il ne savait pas pourquoi, il supposait que ses pouvoirs de soin n’étaient pas aussi simples qu’ils le laissaient croire. Elle pouvait même être plus puissante que le Docteur, malgré son entraînement et ses capacités.

Hmmmnnnnnn

Devant eux, le cocon se mit à vibrer. Les filaments de soie commencèrent à se rompre et l’air se brouilla d’une aura blanche.

« Hm ? » Un frisson de gêne parcourut Mo Yu et son équipe en regardant la scène. Chacun d’eux était un Adepte (condition nécessaire pour piloter un mécha), mais aucun n’était aussi puissant que le groupe qu’ils protégeaient. Ils se battraient bec et ongle pour un dixième de la puissance dont ils étaient témoins.

Le ciel s’assombrit soudainement, sans raison compréhensible pour ceux présents. Les armures de Mo Yu et de son équipe s’illuminèrent de leurs lumières artificielles intégrées. Ils étaient choqués, mais pas juste de la soudaine baisse de clarté. Ce n’était pas une pénombre normale, avaient-ils conclu. C’était un noir qui avalait la lumière, qui la dévorait. Les phares puissants fixés aux méchas ne suffisaient pas à repousser l’obscurité, ne devenant que des petits points dans une nuit noire. La seule chose qui la perçait était le cocon blanc.

« Elle change les lois de la nature… » Murmura le Docteur. Il se releva rapidement. Il arriva à voir le visage du Maître des Vins à l’aide de la lumière du cocon. Ce qu’il vit reflétait son propre état de choc et de confusion.

Mais le Maître des Vins leva quand même une main, rassurant silencieusement le Docteur quant au fait que tout allait bien. Après tout, il surveillait encore le Noyau de la jeune femme. Sans leur interruption, la coquille brillait de plus en plus fort, faisant paraître le reste encore plus noir.

Mo Yu resta immobile comme une statue dans son Mammouth III. Il se connecta au satellite au-dessus pour vérifier leur statut par image, pour voir ce qu’ils voyaient. Il ne trouva rien : la scène semblait normale vu de dessus. Comme elle l’avait toujours fait, claire et sans anomalie. L’obscurité pouvait se voir de près, mais pas de loin. Comme une sorte d’illusion.

C’est…

Un pâle brouillard se dégagea du cocon, blanc comme la lumière qui l’entourait. Il était très visible contre le fond noir. À force de fumer, les volutes se matérialisèrent jusqu’à former une autre coquille, identique à celle d’avant.

Des lumières brillaient à l’intérieur, certains rayons sortant des fissures. D’étranges motifs floraux apparurent là où la lumière touchait le cocon.

Une pulsation rapide d’énergie sortit de la coquille. Elle balaya les personnes présentes sans laisser de trace, ni faire de mal. Mais le Docteur et le Maître des Vins, proches comme ils l’étaient, la sentirent clairement quand elle passa sur eux. Ils pouvaient sentir leur esprit l’embrasser, se remplir d’elle. Ils sentirent la pulsation améliorer leur être intérieur.

Le Docteur ravala sa salive. Sa voix étonnée brisa le silence quand il se murmura : « Je crois que je sais ce que c’est… Ça veut dire que les histoires sont vraies, qu’il y a vraiment des gens qui ont la Discipline du Ver à Soie. La vache… Qui aurait cru que nous allions être témoins d’un miracle aujourd’hui ? »

Crack – craaack ! Leur parvint un son clair et cassant. Des fissures apparaissaient à la surface du cocon. Elles commençaient en haut et serpentaient vers le bas formant des lignes dorées. La lumière métallique qui en sortait était faible au début, mais elle grandissait avec les fissures.

La lumière déchirait l’obscurité comme une lance dorée, un pilier venant du ciel. Il s’éleva sans obstacle jusqu’au ciel qu’il sépara en deux. D’en haut, les rayons dorés tombèrent comme ceux du soleil, baignant le cocon de chaleur et de lumière.

La lumière dorée fit fuir l’obscurité, et tout se mit à scintiller sous son étreinte. Même le Maître des Vins, avec ses pouvoirs, fut repoussé par la force de la lumière dorée. Le Docteur fut jeté comme une poupée juste derrière.

Enfin, le cocon argenté s’ouvrit. Une forme dorée sortit des ruines de sa coquille protectrice. Elle ne faisait pas plus d’un mètre de haut, était grosse, et recouverte de lignes dorées. Cependant, sa chaire était aussi blanche que la neige fraîche. Presque immédiatement après s’être échappée du cocon, elle se mit à grandir en hauteur et largeur. Une deuxième série de craquement se fit alors entendre.

La créature se mit à émettre une lumière blanche et apaisante, contrastant avec la lumière dorée qui illuminait tout le reste. Elle continua de se tordre sur elle-même et de changer. Il y eut d’abord les ailes, pures, blanches et puissantes. La silhouette évolua en un humanoïde de jade blanc et doré.

C’était une figure angélique, belle, et recouverte de lumière blanche comme si elle en était faite. Elle était si pure que les spectateurs n’en distinguaient pas les détails. Pourtant, la sensation qu’ils avaient rien qu’en regardant était celle d’une grande pureté et d’une grande beauté.

La lumière argentée disparut des yeux du Maître des Vins. Il en était sûr maintenant, plus de questions. Le petit morceau de pouvoir qu’il avait laissé dans son noyau s’en extirpa, et lui revint. Il n’en avait plus besoin.

Le protomorphisme. En effet, ce n’était pas un pouvoir si différent du sien. Qui qu’elle soit, elle apercevait déjà le monde des Parangons.

Elle paraissait fragile, mais pourtant capable de manipuler le Talent d’un Parangon. C’était presque inconcevable, sauf pour le fait que cela se passait sous ses yeux. Il n’y avait aucune malice dans ses yeux, et le Maître des Vins pouvait sentir que Lan Jue était en meilleure forme que quand elle avait commencé.

« Droiture ! » Tonna la voix pleine d’émotion autour d’eux. Le mot simple prenait tout l’espace sonore comme un refrain. Alors que le mot s’estompait, les ruines du cocon près de la silhouette blanche disparaissaient sans laisser de trace.

Le second cocon cassé disparaissait petit à petit. La silhouette blanche commença par se lever. Puis elle se mit danser. Ses mouvements étaient doux, insouciants, comme une poussière baignée dans la lumière du soleil. La pâle lumière blanche continuait de briller autour d’eux, apaisante.

Alors que la créature dansait, la lumière qu’émettait le cocon prit une teinte plus dorée. Les énergies protomorphiques en jeu commencèrent à se frayer un chemin à l’intérieur.

« Mais c’est quoi ce truc ? » Le Maître des Vins n’arrivait plus à se contenir. Le Docteur tourna la tête pour regarder le vieux Parangon.

« Si je ne me trompe pas, c’est une Discipline légendaire, racontée même avant la grande Migration Stellaire. L’altruisme pure… Régination. »

« Régination ? » Le Maître des Vins retourna son regard surpris sur la forme dansante. « Vous êtes en train de me dire que c’est la Sauveuse, la Reine des Vers à Soie ? »

Le Docteur hocha la tête lentement. « Oui. Le pouvoir du Ver à Soie et du Vêtement Mystique. »

Le pouvoir du Ver à Soie et du Vêtement Mystique ! Dix mots simples, mais suffisants pour faire reculer le Cosmagus d’un pas. Son visage était marqué par l’étonnement.

« J’étais persuadé que ce pouvoir mystique avait été perdu depuis longtemps. Mais le voilà devant nous ! »

Le Docteur expliqua : « La légende raconte que cette Discipline, la Régination, est passée à un seul membre de la famille par génération. En fait, son nom c’est la Discipline du Ver à Soie, mais ils l’appellent la Régination parce que le porteur possède la Discipline la plus pure et la plus altruiste connue dans l’univers. Comme on peut l’imaginer, la Reine des Vers à Soie n’a pas de grande capacité martiale, mais sa vitesse de cultivation est bien plus rapide que celle d’un Adepte moyen. Ce pouvoir vient avec une vie allongée, une plus grande vitalité et un physique presque inhumain, mais c’est tout. Pas d’attaque en force ou de grande capacité de combat qui devient standard. Et pourtant, quand les conditions sont réunies, la Régination peut être la Discipline la plus puissante de l’histoire de l’humanité. »

« Quand les détenteur de la Régination approchent le neuvième niveau de Talent, en général rapidement dû à leur Discipline, ils peuvent se connecter aux autres. Avec ces connections, ils sont capables de transférer leur pouvoir aux autres. Ainsi, tant que quelqu’un est en vie, ils peuvent subir une quantité inhumaine de dégâts, et en revenir. C’est ce qu’on appelle ‘le Pouvoir du Ver à Soie’. »

« En fait, plus l’on a subi de dégâts, plus on reçoit du ‘Vêtement Mystique’ du Ver à Soie, à savoir le cocon. La base des capacités régénératrices est l’alimentation de la moelle et des tendons, mais le soin s’immisce plus profondément jusque dans l’esprit du patient. Même leur Noyau peut être reconstruit, et purifié. Ils adoptent la pureté du Ver à Soie. »

« Mais il y a une limite. L’utilisation du Vêtement Mystique désintègre les pouvoirs de la Reine des Vers à Soie. Après, ils doivent recommencer du début, et cultiver leur pouvoir jusqu’à leur niveau précédent. L’histoire raconte que la Reine ne peut utiliser le Vêtement Mystique que trois fois dans toute sa vie. Après tout, ce genre de capacité protomorphique change complètement le destin d’une personne, change les lois de la nature ! Qui aurait cru qu’aujourd’hui, au moment où en avait besoin, nous le verrions de nos propres yeux ? Pas étonnant qu’elle ait été aussi sûre de pouvoir le guérir. Si même le Vêtement Mystique ne peut pas le guérir, il peut tout aussi bien être mort. On dirait que notre Maître des Joyaux est très chanceux, ou alors il a la bénédiction de Dieu. »

Au fil de leur conversation, la silhouette dansante sembla se fatiguer. Son corps se recroquevilla et ses ailes se drapèrent sur le second cocon comme une couverture. La splendide créature se transforma alors, se liquéfiant. Silencieusement, le pouvoir de la Reine des Vers à Soie fut absorbé par la coquille.

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top