skip to Main Content
Menu

Chapitre 147 – Je peux le sauver !

Traducteur en Français : Arpakshaad
Editrice & Checkeuse : Miss X

Chapitre 147 - Je peux le sauver !

« Je dois vous demander de dégager la zone le plus vite possible, ne laissez personne s’approcher. L’un de nous est grièvement blessé. » Dit le Maître des vins, la voix calme et posée.

« Absolument, » répondit Mo Yu. « Avez-vous besoin de plus d’assistance, commandant ? »

« Restreignez l’accès à cet endroit. »

« À vos ordres. »

Mo Yu passa son regard sur le trio mystérieux, les regardant silencieusement un instant avant de retourner à son mécha en courant.

Son bref coup d’œil lui confirma qu’ils étaient bien trois, mais la lumière verte empêchait toute analyse plus poussée. Considérant le rang de l’homme qu’il venait de rencontrer, il n’osait pas demander plus d’informations, encore moins espionner ce qu’ils faisaient. Pour un Adepte moyen, les Parangons étaient comme des dieux vivants. Et les trois Maîtres de l’Alliance de l’Est étaient leurs protecteurs divins. Comment pouvait-il ne serait-ce que rêver de lui désobéir ?

Trois heures plus tard.

« Les fractures aux os sont soignées. Les dégâts à son aorte et à sa veine inférieure ont aussi été réparés. Il faut que je me repose une minute, après, je commencerai à reformer les canaux capillaires. À partir de là, on devrait commencer à voir des signes de rétablissement correctes. Heureusement, les dégâts de la décoction étaient concentrés sur son torse et son noyau. Les blessures ne semblent pas s’étendre à ses membres ou sa tête. Sinon, il faudrait des pouvoirs bien plus puissants que les miens pour le ramener. »

Le visage du Docteur était fatigué et pâle. Il était trempé de sueur, comme si on venait de le repêcher d’un océan. Des volutes de vapeur s’échappaient de lui. Son diagnostique rendu, il s’installa immédiatement pour méditer et récupérer.

Lan Jue resta là où il était, au sol. Sa respiration était plus rauque qu’avant, mais personne n’aurait pu deviner que sa vie était en danger rien qu’en le regardant.

Le Maître des Vins soupira. Après tout, même si les signes semblaient montrer qu’ils parviendraient à tirer Zeus d’un désastre total, une récupération complète de sa santé et de son Talent serait extrêmement compliquée. La puissance destructrice de la décoction Fantastica Genetica l’avait sérieusement amoché, et une remise sur pied complète n’était pas certaine. C’étaient ses méridiens qui avaient été les plus touchés, et ils avaient été brisés et éparpillés. Le Docteur n’avait aucun moyen de tous les réparer, et de les remettre en place. Son énergie était en train de couler dans la phylactère violette fixée à sa paume, et c’était la seule chose qui évitait que sa Discipline de foudre ne réagisse et le détruise complètement.

Pour l’instant, ils espéraient surtout qu’il puisse retrouver une vie normale. Et qu’il ne se réveille pas handicapé.

Le Docteur continua de méditer pendant quelques heures, puis repris ses séances de soin.

« Et vous ? Vous tenez le coup ? » La voix grave du Maître des Vins arriva au Docteur.

Le jeune homme rit amèrement. « Notre Maître des Joyaux nous a fait un sacré numéro avec cette décoction. Mais si je n’arrivais pas à gérer ça, comment pourrais-je espérer être membre du conseil ? Regardez ! » Des filaments de lumière verte sortirent alors de ses dix doigts. Ils s’enfoncèrent dans le corps de son patient.

ζ

« A-Li ! Héhé, ça c’est un frère, qui vient me dire bonjour. Où est ce gamin d’A-Jue ? » On pouvait facilement repérer les cheveux rouge-feu de Chu Cheng alors qu’il se dirigeait vers l’entrée du hangar public. Il poussa un petit rire en voyant Hua Li, saucissonné comme un filet. Il attrapa le joli garçon en un énorme câlin.

Hua Li repoussa le jeune homme impertinent en faisant la grimace. « Oh, tellement bien, il est parti prendre quelques vacances sur Taihua. Il devrait être de retour dans quelques jours. »

« Planète Taihua ? » Le visage de Chu Cheng pâlit.

Hua Li vit le changement d’expression, et lança à son compagnon un regard inquisiteur. « Qu’est-ce qu’il y a ? »

Le sourire jovial de Chu Cheng fondit comme neige au soleil. « D’après les infos que j’ai entendues en venant ici, il s’est passé quelque chose sur Taihua. Mais allez, A-Jue est assez fort pour, même blessé, faire face, ou même s’échapper s’il en a besoin. »

« Quoi ? » Dit- Hua Li alors que ses lunettes tombaient pour révéler ses grands yeux. « Mais il n’a même retrouvé la moitié de son état normal ! »

« Je suis sûr qu’il va bien, » dit Chu Cheng, même si son visage trahissait son inquiétude. « Il ne part jamais sans Thor. »

Hua Li était déjà en train d’enfoncer les numéros de son communicateur. Son visage était devenu maussade et il secoua silencieusement la tête à Chu Cheng avant de se remettre à taper.

« A-Li ! Où es-tu ? Tu sais que t’es supposé être ici en train de répéter et de préparer ta voix. Ton concert est dans une semaine. Il faut que ce soit un succès. » L’instrument au poignet de Hua Li crachait les sons rauques d’une femme en colère.

« Mo Xiao, écoute-moi attentivement. » La voix du chanteur était tendue et crispée, comme un volcan au bord de l’explosion.

Mo Xiao se tut, surprise par son ton. « Quoi ? Qu’est-ce qui ne va pas ? »

« J’ai besoin des dernières infos sur Taihua, » dit-il. « Et aussi, ramène Poséidon 1 aussi vite que possible. Il faut faire ça à tout prix. A-Jue est coincé là-bas. »

« Reçu, » dit-elle sans hésitation.

Hua Li tourna la tête pour regarder Chu Cheng. Les yeux de son compatriote roux s’étaient plissés, et une lumière froide et dure s’y était allumée. « Je viens avec toi. »

ζ

Sept heures. Sept heures tendues durant lesquelles la Mort planait au-dessus. Puis finalement, le Docteur n’en put plus et s’effondra. Le Maître des Vins était à côté de lui, et l’attrapa avant qu’il ne touche le sol. Le jeune homme le regarda en souriant à travers ses yeux mi-clos.

« Il ne mourra pas. Il ne vivra peut-être pas une vie joyeuse et confortable, mais au moins il vivra. » Il respira à courte haleine en se reposant sur la poitrine du Maître des Vins. Le Docteur était maintenant trop faible pour ne serait-ce que bouger le petit orteil.

« Merci. »

Cela fit rire doucement le Docteur. « C’est bien gentil, mais je vais avoir besoin de l’entendre de lui quand il sera réveillé. Mais il y aura toujours des problèmes. Il y avait… Tellement de fractures dans son corps. Je les ai ressoudés quand j’ai pu, les os, les vaisseaux, les méridiens, mais il ne s’en remettra peut-être jamais. J’ai reconnecté des méridiens cassés, mais leurs énergies étaient dévoyées. Je n’ai pas les capacités nécessaires pour l’aider à tout remettre en place. On ne peut qu’attendre, et voir comment se passe son rétablissement, on verra à ce moment-là. »

Cela fit naître une lumière dans les yeux du Maître des Vins. « Êtes-vous en train dire qu’il a une chance de retrouver sa Discipline ? »

Le sourire du Docteur était amer. « Il y a une chance. Un pour cent de chance, mais elle existe. En réalité, on espère un miracle. »

Le Maître des Vins s’apprêtait à continuer de parler quand il fut interrompu. Il avait vu la gemme d’appel d’esprit sur la poitrine de Lan Jue briller. Quelque chose brilla dans les yeux du vieil homme avant que sa tête ne se tourne brutalement vers le ciel.

« Sors de là ! » Sa main fit mine d’attraper quelque chose. Soudain, l’air se fendit avec le son d’un verre qui casse. Un vaisseau de trente mètres de long flotta là où il n’y avait rien quelques minutes auparavant.

« Ne frappez pas s’il vous plaît Cosmagus. Je suis là pour aider Lan Jue. » La voix qui leur parvint était agréable, belle et féminine. Le Maître des Vins, en colère et prêt à se battre, s’arrêta comme demandé.

Mo Yu et son équipe de pilotes d’élites étaient presque instantanément au courant de la brèche. Ils se précipitèrent pour intercepter. Cependant, leur avance fut arrêtée quand le Maître des Vins leur fit un signe de la main.

Le vaisseau récemment arrivé se posa lentement. Les portes s’ouvrirent en sifflant, révélant une jeune femme. Ses traits étaient cachés derrière un masque argenté, mais sa silhouette élégante et élancée était clairement visible. Ses longs cheveux noirs tombaient dans son dos, encadrant une paire d’yeux bleus. De l’anxiété y brillait. Elle ne prêta aucune attention à l’audience autour d’elle. Elle courut ver les Maître des Vins, le Docteur et Lan Jue comme si les autres n’existaient pas.

Le Maître des Vins posa le Docteur affaibli au sol. Ses yeux brillants la regardèrent venir.

Avoir toute l’attention d’un Parangon n’était pas une position confortable. Et pourtant, cette jeune femme ne semblait pas du tout dérangée. Elle s’accroupit à côté du Maître des Joyaux, et chercha le pouls. Puis, ses yeux bleu-ciel montrèrent son soulagement. Elle regarda directement le Parangon.

« Je peux le sauver. »

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top