skip to Main Content
Menu

Chapitre 145 – Traitement

Traducteur en Français : Arpakshaad
Editrice & Checkeuse : Miss X

Chapitre 145 - Traitement

Toute gemme de rang S est, par nature, mystérieuse. Seuls ceux ayant un talent pour les comprendre ont jamais réussi à entrevoir leurs capacités. Lan Jue était allongé par terre, et même s’il était capable de bouger, resta immobile et écouta les explications du Docteur.

Alors que son sang coulait depuis la plaie ouverte, il sentit son corps se détendre. Les pulsations énergétiques de la pierre phylactère étaient douces et apaisantes, et tout le processus se passa sans encombre.

Petit à petit, la lumière interne de la pierre devint dorée. Elle avait commencé par laisser apparaître des grains d’or, qui se fondirent les uns dans les autres tandis que la pierre buvait la marée d’énergie de Lan Jue.

« Bon, très bien. Maintenant, concentre ta discipline dans la pierre. Imprègne-la de tout ce que tu peux. Elle finira par devenir une partie de ton corps. Quand tu sera remis, tu commenceras à réabsorber ces énergies. » Dit le Docteur à son patient tandis que le processus continuait.

Lan Jue hocha de la tête. Il concentra ses efforts sur le déplacement des énergies instables dans la phylactère.

Au début, il hésitait à trop relâcher trop vite, de peur qu’elle ne le supporte pas. Mais il se rendit vite compte qu’il avait sous-estimé les capacités énergétiques de la pierre. Quelle que soit la quantité d’énergie qui y entrait, elle disparaissait comme du sel dans de l’eau. La gemme avalait tout ce qu’il lui donnait, insatiable. Il la comparait au vide spatial.

Lan Jue en poussa un soupir de soulagement. Il relâcha la pression, détendit son contrôle, et laissa son pouvoir s’écouler à son propre rythme. Son corps se mit à briller d’une forte lumière dorée à l’embrasement de ses pouvoirs.

Le Maître des Vins semblait quelque peu inquiet en parlant au Docteur. « Comment saurez-vous que ses pouvoirs seront suffisamment absorbés ? Quelle expérience avez-vous en la matière ? »

Le Docteur secoua la tête. « Je ne sais que comment l’empêcher de mourir. Quel effet cela aura-t-il sur son corps ? Nous ne saurons qu’une fois le processus terminé. On va devoir refaire un examen à ce moment-là pour mesurer la pleine étendue des dégâts. Un Talent de niveau neuf, la Génética, un catapultage au Parangon, sans compter ses blessures antérieures… Ça ne dit rien qui vaille. Les Disciplines de foudre font partie des plus terrifiantes. Il vaut mieux se préparer mentalement au pire. »

Le Cosmagus poussa un soupir. « Faîtes ce que vous pouvez. Le Maître des Joyaux a subi tout ceci en sauvant Taihua et ses touristes. C’était héroïque. On fera tout ce qu’il faudra. »

Le Docteur poussa, à son tour, un soupir. « Je dois avouer qu’il a gagné mon admiration. Je ne pourrais pas assurer que j’aurais fait la même chose si nos rôles avaient été inversés. Je suppose que ma force est l’auto-préservation et non pas un courage aveugle. Je n’aurais certainement pas eu le courage, ou la stupidité, pour me suicider en prenant la Génética pour y arriver. »

La voix faible de Lan Jue leur parvint : « Même vos compliments ressemblent à des injures. »

Le visage du Docteur se tordit en une grimace qui ressemblait à un sourire. « Personne n’a parlé de compliments. Dites-moi les yeux dans les yeux que vous n’êtes pas complètement débile. N’avez-vous même pas pensé aux conséquences ? »

Lan Jue rit doucement. « En fait, si nos rôles avaient été inversés, je ne suis pas sûr que vous vous seriez enfui comme vous dites. Si vous aviez été là pour voir le monstre abattre les vaisseaux, à voir nos compatriotes se faire massacrer, à servir de nourriture pour ces créatures, vous auriez pensé différemment. Ce genre de choses vous ouvre vraiment les yeux ! »

Le Docteur leva son pouce au visage de Lan Jue. « Vous avez gagné. Maintenant taisez-vous et concentrez-vous. Vous ne rirez plus autant plus tard. »

L’expression de Lan Jue changea alors que les mots du Docteur se confirmaient. Son corps étendu commença à rapetisser tandis que la puissance qui circulait en lui se vidait.

Le corps du Maître des Vins trembla. Il savait que cela voulait dire que Lan Jue n’avait plus assez de pouvoir pour maintenir son statut de Parangon. Mais il ne pouvait pas s’arrêter maintenant, il devait continuer à absorber sa puissance explosive sous peine qu’elle ne le détruise.

« Reculez un tout petit peu, » ordonna le Docteur. Il s’agenouilla à nouveau à côté de Lan Jue et le maintint allongé des deux mains. Une fois de plus, cette douce lumière verte le traversa pour finir par faire briller Lan Jue aussi.

À chaque instant où ses pouvoirs se faisaient absorber, Lan Jue sentait le danger reculer. Il avait l’impression de reculer devant un précipice. Il n’y avait plus de douleur, seulement du vide… Comme s’il n’était qu’une coquille, qu’il n’existait pas.

Le sourire de Lan Jue était forcé, car la situation à laquelle il faisait face était pire que ce qu’il avait anticipé. Parfois, ce n’était pas la douleur qui faisait peur. Parfois, c’est l’absence de douleur qui fait le plus peur.

La phylactère continuait de briller, même si aucune étincelle électrique n’était visible à sa surface. Lan Jue sentit son contrôle sur ses pouvoirs lui échapper au même rythme que sa puissance diminuait. Il avait de plus en plus de mal à diriger le flux hors de lui. Mais le processus continua, au bout d’une demi-heure, son corps retrouva sa taille normale. La teinte dorée qu’avait prise sa peau avait disparu un peu avant.

La vitalité de Lan Jue s’amenuisait. Il pouvait le sentir, allongé sur le sol. Son visage était pâle. Pas comme celui d’un homme, mais comme du givre sur une statue. Ses yeux se fermèrent quand il perdit la force de les garder ouverts.

Mais la Pierre Phylactère ne faiblissait pas. Au contraire, elle brillait encore plus fort. La pierre s’était enfoncée presque entièrement dans sa paume. Seule un petit morceau restait émergé et brillait furieusement. Avec tout l’énergie qu’elle buvait de Lan Jue, leur connexion était devenue puissante.

Le Docteur observait, le visage sombre. Les énergies purificatrices et réparatrices qu’il envoyait avaient changé. Ce n’était plus un simple rayon vert, mais maintenant de la jadéite exubérante. De la vapeur d’eau sortait de son front, et il était trempé de sueur. Lui-même ne semblait pas être dans un très bon état.

Le Maître des Vins était simplement debout à côté du Docteur. Il ne pouvait pas aider dans cette situation. Il ne pouvait qu’attendre et regarder. Seules les Disciplines semblables pouvaient s’aider mutuellement.

Le visage du Docteur était dur, la personnification même de la concentration. « Sa condition est pire que ce que je pensais. La Génética a déclenché le cœur de ses facultés, et elles sont plus puissantes que ce que j’ai jamais vu. Elles faisaient s’évaporer son corps. Un peu plus et j’ai peur qu’il ne se serait fait bouillir de l’intérieur. On n’est pas sorti de l’auberge non plus. Ses organes peuvent encore se faire brûler et déchiqueter. Ses méridiens sont au bord du déchirement. Il n’y a que ses os qui tiennent le coup, avec environ cent soixante-trois qui n’ont rien. Les dégâts qu’il a subis sont incroyables ! »

« Peut-on faire quelque chose ? » Demanda le Maître des Vins.

« Tout ce que je peux faire, c’est utiliser mes plus grandes facultés de soin. Peut-être qu’elles seront suffisantes pour empêcher ses organes et ses méridiens d’être complètement annihilés. En même temps, je peux lancer des fonctions hématopoïétiques et essayer de le ramener à une homéostasie.1 Les fractures aux os seront les plus faciles à réparer. Mais les méridiens… Il y en a juste trop dans le corps2et en se brisant, ils deviennent comme un bol de nouilles. Essayer de les reconnecter est beaucoup trop compliqué. Tout ce que je peux faire c’est de m’assurer que les principaux restent intactes. Même s’il survit, il va probablement devenir handicapé… »

Le Maître des Vins connaissait bien les capacités de soin du Docteur. Entendant son pronostic, son visage blanchit.

Ah Clairvoyant… Ça ne veut sûrement pas dire que vos Visions étaient fausses ? Ou peut-être que quelqu’un a changé de destin. On a passé le point de « ça semble problématique ». Si le Docteur n’arrive vraiment pas à le soigner, alors il…

Deux gemmes bleu-ciel étaient apparues dans les mains du Docteur. Il en mit une au centre de la poitrine de Lan Jue, et l’autre dans sa propre bouche. Les gemmes se mirent à briller presque immédiatement.

Un heure passa. Le Docteur était assis à côté de son patient, en tailleur, récupérant ses propres pouvoirs en méditant. Lan Jue restait où il était, la peau pâle comme de la neige. La gemme sur sa poitrine battait au rythme de son cœur.

Après une heure de repos, le Docteur se réveilla et reprit le traitement. Pour lui, l’homme allongé sur le sol devant lui était comme un puzzle. C’était comme si tout en lui était cassé. Il allait devoir le reconstruire presque entièrement. C’était un processus très compliqué et, s’il n’avait pas utilisé immédiatement une énorme quantité de bioénergie pour soutenir le Maître des Joyaux, il serait probablement déjà mort.

Alors qu’il travaillait, les cieux au-dessus de Taihua s’éclaircissaient petit à petit. Le brouillard gris qui les cachait s’évaporait au soleil.

ζ

Avec un grognement, un énorme vaisseau entra dans l’atmosphère de Taihua et se précipita vers le sol. Le premier contingent de troupes de l’Est arrivait.

Le vaisseau descendit jusqu’à être à un kilomètre du sol, puis il s’arrêta et commença un vol stationnaire. Les portes s’ouvrirent et quelques silhouettes en sortirent. Elles tombèrent comme des pétales. Ou, peut-être plus précisément, comme un filet.

C’étaient des méchas, et ils étaient terrifiants du haut de leur cinquante mètres. Chacun rayonnait d’une puissante énergie. Il y avait beaucoup de types de méchas différents, avec différents systèmes. Il y avait dix méchas dans une unité, et leur manière de tomber en formation parfaite faisait montre de leur prouesse au combat. À l’instant où ils touchèrent le sol, ils se déployèrent et se mirent au travail.

Des cris stridents et des explosions de fumée violette parcouraient Taihua. Une fois que la créature marine avait été battue, les monstres avaient cessé de se multiplier. Ils se faisaient éradiquer. Leur destin était scellé une fois leur nid détruit.

Mo Yu pilotait son propre mécha, l’armure Mammouth 444, et courait devant son unité. Le Mammouth 444 était le système mécanisé de Défense Nationale de l’Alliance de l’Est, et toutes les unités en avaient une au cœur de leur équipe.

C’était l’unité de défense principale, ce que l’Est avait de mieux. C’était le summum de la recherche en mécha et avait toutes les armes qu’ils pouvaient y attacher. Des dreadnoughts d’infanterie, et tout ce qui se trouvait sur son chemin se faisait annihiler.

  1. NdTFR : si quelqu’un sait ce que ça veut dire ces deux termes médicaux, je suis pas contre ^^
  2. NdTEN : pas vraiment. Il y a douze méridiens normaux, huit méridiens extra, et quelques méridiens divergents. Le Docteur devrait réviser sa médecine traditionnelle chinoise ! (NdTFR : à moins que SA utilise un système de méridiens différent de celui de la médecine traditionnelle chinoise ^^)
Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top