skip to Main Content
Menu

Chapitre 138 – Une Armée de deux

Traducteur en Français : Arpakshaad
Editrice & Checkeuse : Miss X

Chapitre 138 - Une Armée de deux

« Vous nous avez caché bien des choses, Professeur Wang ! On avait un pilote de mécha de rang empereur qui enseignait la danse dans notre école, juste sous nos nez. Qui l’eut cru ? » Le visage tranquille et léger de Lan Jue apparut dans le cockpit d’Idoloclaste.

La réponse de Wang Hongyuan fut moins amicale. « Parce que t’étais complètement transparent, peut-être ? Moi au moins, j’enseigne quelque chose d’utile, on peut pas en dire autant du cours « d’étiquette ». Et ce mécha, quoi, rang dieu ? »

Lan Jue laissa échapper un petit rire. « Tu fais tout pour qu’on t’aime pas, mais quoi qu’il en soit, si on arrive à rétablir la situation ici, je te considérerai comme ami. Allons-y ! » Sur ces mots, une lumière bleue sortit de la tête de Thor et se perdit au loin.

« Acquisition de données de radar. » Une voix métallique appela Wang Hongyuan une nouvelle fois. Il téléchargea les données immédiatement.

L’écran principal s’alluma, montrant une grande zone avec des points rouge. La situation telle qu’elle était, Wang Hongyuan n’avait pas le temps de s’émerveiller devant les fonctions de Thor, même s’il ne les perdait pas de vue. Il se concentra sur les nombreux points magentas à l’écran. Combien y en avait-il ? Au moins un millier, d’après les scanners à longue portée de Thor.

« Ne t’éloigne pas plus d’un kilomètre. Si on veut aider les autres, on doit s’assurer de nous protéger nous d’abord. » La voix légère de Lan Jue était devenue sérieuse. Soudain, Thor était en route, comme un éclair, vers la cible la plus proche.

« Bien reçu. » Idoloclaste n’était pas loin de Thor. Son mécha avait été construit de manière à rassembler ses pouvoirs, la vitesse était donc son point fort. En un instant, il filait dans le ciel vers un autre ennemi non loin.

ζ

Un petite équipe de touristes courait à travers la forêt, et au milieu d’eux se trouvaient des soldats armés de fusils qui tiraient entre les arbres. Un monstre de sept mètres de long duquel émanait cette brume caustique leur courait après.

Cette bête-ci pouvait être comparée à un crapaud. Un crapaud géant et meurtrier. De nombreuses épines violettes couvraient son dos, et le chemin était jonché de cadavres de soldats empalés par les pics, qu’il pouvait projeter. Leurs corps resteraient là, cloués au sol de la forêt.

« Go, go ! » cria le sous-lieutenant aux autres, les sommant de se dépêcher. De ses huit soldats restants, trois portaient des civils sur leurs dos, ce qui les ralentissait. Un enfant et deux femmes.

« Laosan, Qianzi, venez avec moi on couvre l’arrière. Tous les autres, restez en mouvement. » Le commandant fusilla du regard la bête qui se rapprochait. Il serra les dents.

« Monsieur, laissez moi rester derrière. » Un jeune homme, tout juste sorti de la puberté, se porta volontaire.

« Arrête de dire n’importe-quoi. Bouge. C’est un ordre. » Le lieutenant le poussa avec la crosse de son fusil, faisant trébucher le jeune homme en avant qui se rattrapa. Puis, il lui sourit, montrant des dents blanches.

Sur ce , il se retourna, et monta sur un arbre. Il arriva sur les branches du bas et enleva son fusil laser de son épaule. Lentement, calmement, il visa la bête en approche.

Juste à ce moment-là, un éclair bleu très lumineux vint s’écraser au sol, suivi de près par un tonnerre violet. Le monstre-crapaud le sentit, et se retourna pour regarder. Il fit quelques bonds, ouvrit la bouche et vomit. Une sphère violette fila vers la lumière.

Un grognement placide vint de la lumière, puis elle se dissolut. Pendant un moment, c’était comme si le temps s’était arrêté. Puis, de non loin, survint un hurlement comme celui d’un train en approche.

Boooom !

Un colonne de lumière bleue traversa la forêt et dévora le crapaud. L’onde de choc faillit faire tomber le lieutenant de sa branche.

Il grimaça face à l’explosion, puis regarda à nouveau . Un gigantesque mécha rutilant se tenait debout devant lui là où avant il n’y avait rien. Les arbres verts bruissaient autour de l’imposante figure azure. C’était une image qui serait gravée à jamais dans le cœur du soldat.

« Un mécha ? Que fait un mécha ici ? » Les deux autres soldats à l’arrière garde ne purent s’empêcher de crier leur surprise.

Le lieutenant prit un moment pour retrouver un semblant de stabilité. Ses propres yeux voyaient la nouvelle situation avec joie et excitation. Il s’en fichait de savoir d’où il venait, parce qu’il était venu juste à temps pour leur sauver la vie. Qui qu’ils soient, il savait qu’ils étaient là pour aider, parce qu’il n’y avait que les humains qui savaient piloter un mécha. Il savait que la machine majestueuse les aiderait à en sortir en vie.

La végétation environnante avait été pulvérisée, comme frappée par un bulldozer. La destruction s’arrêtait juste devant les trois soldats.

« Lieutenant, quel est la situation actuelle de Taihua ? J’ai besoin d’informations. » Ordonna la voix sortant du mécha.

« Heureusement que vous êtes là, pilote ! » Le chef d’équipe se leva sur sa branche faisant un salut militaire.

« D’après les dernières images satellites, une nuée de créatures non-identifiées s’est posée sur Taihua. Elles sont hostiles, et dégagent une sorte de nuée corrosive qui tue tout ce qu’elle touche. Plante ou animale, rien n’y survit. L’endroit où nous sommes a une concentration plus élevée. Si vous pouvez, aidez à défendre le camp le plus proche. On a besoin de leurs vaisseaux pour évacuer les survivants. »

« Très bien, bien reçu. Vous trois, faites-vous évacuer. » Le mécha repartit, comme un éclair dans le ciel, à la recherche de son prochain objectif.

Si vous étiez capable de regarder d’au-dessus, vous auriez pu voir deux silhouettes dansant dans le ciel : un joyau bleu, et une ombre rouge sombre. Ils couraient dans la forêt, et là où ils se posaient un monstre mourait.

« Ces choses sont fortes, mais rien qu’on ne puisse pas gérer, Professeur Lan. Mais on dirait qu’il y en a de plus en plus. À cette vitesse, le campement va bientôt se faire encercler. »

« Vous avez raison, ils n’arrêtent pas de venir. Comment vont vos niveaux d’énergie ? »

« Soixante et un pour cent. Pas de problème pour l’instant. »

« Très bien, alors on continue de se battre. Assurez-vous de ne pas rentrer dans la brume avec votre machine. »

« Bien reçu. »

« Roooooooaagh ! » Leur échange fut interrompu par un hurlement à faire trembler la terre. Ils se retournèrent vers la source du bruit. Ce que Lan Jue vit lui fit contracter les pupilles.

Un autre monstre se tenait au milieu des arbres. Ou, plus exactement, loin au-dessus d’eux, parce que celui-là faisait une centaine de mètres de haut. Il paraissait presque préhistorique, un Tyrannosaure. Mais avec quelques différences, comme une douzaine d’yeux hideux sur sa tête. Son corps semblait rapiécé de morceaux de chaire pourris. Comme les autres, il dégageait une épaisse brume violette. Avec son rugissement à fendre les cieux, il s’était mis à dégager encore plus de fumée. En un clin d’œil, tout ce qui se trouvait à moins de cinq cent mètres du monstre était devenu sombre et avait pourri.

Wang Hongyuan frappa du poing sur son panneau de contrôle. « Je viens à peine de dire qu’il n’y avait pas de problème, et ce machin apparaît ! »

« Laisse-le moi, » répondit Lan Jue. « Protège le campement. » Sur ce, Thor s’élança haut dans les airs.

De craquants éclairs entouraient Thor, illuminant le ciel de flashs bleus successifs. Même les yeux de Lan Jue brillaient d’une puissance électrique. Les combats précédents n’avaient compté que sur les forces de Thor, mais les niveaux d’énergie qu’il sentait de cette monstruosité dépassaient celles des autres de très loin. Lan Jue savait qu’il était temps d’utiliser sa propre Discipline, et l’infusa dans le mécha. Ainsi, Thor serait au meilleur de ses capacités.

Une douleur sourde traversa Lan Jue, mais rien qu’il ne pouvait supporter. Le bras droit de Thor se leva.

De la lumière blanche et de la lumière bleue se matérialisèrent une forme familière. Une lance en forme de foudre apparut dans la main du mécha. Thor la pointa sur sa cible, et le mécha de vingt-deux mètres initia sa décente. En fendant les airs, gagnant de la vitesse, il laissa derrière lui des traînées de lumière.

Le béhémoth remarqua l’approche de Thor. Il rugit au point bleu, et la douzaine d’yeux sur sa tête s’illuminèrent de pouvoir. Douze rayons d’énergie magenta en sortirent, percutant le rayon saphir.

Une violente explosion secoua la cime des arbres à la rencontre des deux pouvoirs. Une couronne de lumière et de vent s’étendit au-dessus. La silhouette de Thor apparut hors de portée de l’explosion. Le corps du béhémoth se mit à trembler.

Lan Jue avait vu le monstre dans sa globalité, et l’énorme queue qu’il traînait derrière lui. Six jambes soutenaient sa carrure massive, et quatre bras griffus sortaient de son torse. De son dos, se déployèrent des ailes de cent mètres de long. Elle battirent l’air furieusement, tirant le monstre vers le haut.

Thor resta immobile, volant dans les airs. Alors que le béhémoth s’envolait, une lumière bleue apparut du plus profond du mécha. Des filaments de lumière bleue en sortirent et se glissèrent tout autour.

Le corps de Lan Jue émettait une puissante lumière électrique. C’était son premier combat depuis l’Archange Michel. Heureusement, avec l’aide de Hua Li, il avait déjà récupéré cinquante pour cent de ses capacités. Sinon, il doutait de sa faculté à piloter son mécha, encore moins à ce niveau de puissance.

Il ne fallut pas longtemps au mécha pour être entièrement recouvert de lumière électrique. De loin, il semblait entièrement fait de saphir. Sur son dos brillait une foudre dorée. Au-dessus, le ciel s’assombrit de gros nuages, remplis d’éclairs rugissants.

« Ugh ! » Toussa Lan Jue soudainement, mettant plein de sang sur le cockpit. Contrôler Thor à ce niveau de puissance, et manipuler les phénomènes météorologiques… en condition normale, ce n’était pas chose aisée, mais c’était encore plus dangereux blessé comme il l’était.

Éclair après éclair tombèrent sur Thor depuis les nuages. Le mécha était comme un poteau de métal, avalant la puissance électrique qui lui tombait dessus.

« Bordel ! Il est complètement malade ! » Wang Hogyuan regardait, incrédule, la scène qui se déroulait dans le ciel au-dessus de lui. La fierté qu’il avait ressentie auparavant d’Idoloclaste était fortement réduite à présent.

Cet article comporte 5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top