skip to Main Content
Menu

Chapitre 133 – La Décoction Fantastica

Traducteur en Français : Arpakshaad
Editrice & Checkeuse : Miss X

Chapitre 133 - La Décoction Fantastica

Tan Lingyun jeta un oeil au-dessus de son épaule, son front se plissa immédiatement à ce qu’elle vit. « On fait une pause, » dit-elle immédiatement, s’arrêtant enfin.

Les deux professeurs masculins et Jin Yan poussèrent un soupir, on avait enfin pitié d’eux. Ils cherchèrent immédiatement un endroit où s’asseoir pour boire l’air avec de grandes inspirations.

Tan Lingyun sortit sa gourde de son sac et prit une gorgée, prenant le temps de regarder où ils étaient. Ses deux collègues féminines se tenaient de part et d’autres de leur chef impromptue. Elles étaient en formation de couverture, surveillant les cinq professeurs d’électifs : un peu comme des militaires.

Wang Hongyuan s’installa à côté de Jin Yan. « Comment allez-vous, Professeur Jin ? Asseyez-vous un moment, je vous aiderai à vous relever. »

Jin Yan secoua la tête. « Je vais bien. Par contre, on dirait que j’ai vraiment besoin de me remettre en forme. Je suis déjà fatiguée après si peu de temps. »

Wang Hongyuan fronça les sourcils. « Nous sommes tous restés assis dans un vaisseau ces dernières heures. Ce n’est pas un repos. C’est normal que le corps soit fatigué. Chef Tan, on dirait que nous sommes proches d’un campement. Nous sommes là en vacances, on ne devrait pas trop se fatiguer. Vous trois êtes professeurs de mécha, mais nous les professeurs d’électifs, sommes justes des gens normaux. »

Tan Linguyun pouffa. « Professeur Jin je peux comprendre, mais vous autres vous avez aussi du mal ? À ce train là, on avance à peine. Même une personne normale ne serait pas fatiguée à ce train là. Vous êtes tous une bande de faibles au pied léger ? »

« C’est bon, c’est bon. Professeur Wang, je vais bien. » Jin Yan se releva rapidement avec l’aide de Wang Hongyuan, l’empêchant de répondre.

Leur chef de groupe s’approcha tout de même. S’arrêtant devant Jin Yan, ses traits s’adoucirent. « Professeur Jin, vous allez bien ? Sinon, on peut ralentir. »

Jin Yan sourit d’appréciation. « Je vais bien, sérieusement. Mais mon endurance n’est plus ce qu’elle devrait être. Peut-être, si possible, ne devrait-on pas nous précipiter autant le premier jour. »

Tan Lingyun hésita un instant, puis hocha de la tête. « Cinq kilomètres, puis on installe le camp. Vous pouvez tenir, hein ? »

Jin Yan tourna la tête vers Lan Jue. Leur ‘professeur d’étiquette’ se tenait proche, les mains dans les poches de son pantalon. Il semblait imperturbable. Voyant ses yeux viser de son côté, il haussa les épaules : « Je vais bien. »

Les deux messieurs se dépêchèrent d’accepter le nouveau plan de Tan Lingyun.

Finalement, Tan Lingyun passa sa main sur Wang Hongyuan. « Sois un peu plus masculin. Et ne me sors pas de ‘doigts en orchidée.’ »1 Elle lui parla, mais son dégoût général allait certainement à tous les hommes devant elle.

« Vous ! » Wang Hongyuan, en colère, pointa un doigt vers elle, mais il ne put empêcher les mouvements gracieux, venant d’années d’entraînement à la danse, de s’immiscer. Son visage rougit et il baissa la main.

Les deux autres femmes ne purent s’empêcher de glousser.

Dans la forêt, personne ne pouvait savoir que les satellites au-dessus de Taihua détectaient quelque chose de plus intéressant que leur dispute. Plusieurs petits point rouges et sombres apparurent sur leur radar, s’étalant autour de Taihua et la baignant d’une faible lumière.

ζ

« Jin Tao, est-ce que t’es prêt ? » La question de Hua Li était solennelle, sérieuse.

Le jeune homme hocha la tête. Il n’avait qu’un sous-vêtement sur lui, et il était assis dans un module d’alimentation. Il avait peut-être vraiment un problème dans la tête, parce qu’il ne ressentait pas d’inquiétude.

« Professeur, pourquoi portez-vous tout le temps ce masque ? N’est-il pas un peu inconfortable ? » En regardant Hua Li, la curiosité de Jin Tao devint trop forte.

Hua Li leva leva le tube chirurgical particulièrement gros dans sa main. « Ce gamin… T’es vraiment débile ou tu fais juste semblant ? Tu veux vraiment savoir ça maintenant ? »

Jin Tao réprima à peine un rire. « Est-ce que ça ne compte pas comme ma plus grande compétence, de rester calme ? Gros Tang s’est fait complètement démonté, et Professeur Lan a dit que j’allais faire face à un truc encore pire. Je sais ce qui vient, et à quel point ce sera difficile de le surmonter. Mais on doit faire face à nos peurs. Si je suis détendu, les nerfs ne pourront pas m’avoir. »

Hua Li le regarda complètement éberlué. « Pas étonnant qu’A-Jue t’ait choisi. T’as une très bonne compréhension. Très bien, je vais enlever mon masque pour que tu puisse voir. » Sur ce, il utilisa sa main libre pour enlever le masque, révélant son visage.

« Ah ! » Jin Tao poussa un cri de surprise.

Hua Li était fier de la réaction. Il parla doucement, sûr de lui : « Pourquoi tu cries ? Tu me connais, hein ? »

Jin Tao monta et descendit rapidement la tête comme un poulet. « V-v-v-vous êtes Poséidon, non ? La vache, vous êtes vraiment beau. Pas étonnant que vous soyez l’idole de tout le monde. »

Un sourire infiniment suave s’étira sur le visage de Hua Li. « Très bien, il est temps de s’allonger. Commençons. La décoction sera absorbée en trois parties. Là c’est la première. Les deux autres viendront une fois par mois. »

« Oh. » Il s’installa dans le module. « Prof… enfin Poséidon. Hey, en fait, vous n’êtes pas une femme habillée en homme, hein ? Si vous l’étiez vous tomberiez probablement amoureux d’un beau jeune homme comme moi, hein ! »

« Putain ! » Le sourire plaisant de Hua Li avait disparu, la mort sur le visage. Son visage se serra de colère et il releva la tête, montra son cou du doigt : « T’es con ou quoi ?! Tu sais ce que c’est ça ? C’est toi la putain de femme ! » Il claqua le couvercle du module d’alimentation, écrasant Jin Tao en position allongée.

Le module était rempli d’un épais gel transparent. Jin Tao était allongé dedans, les yeux grand ouverts.

Hua Li prit quelques inspirations énervées. Puis, retrouvant un semblant de calme, il injecta le contenu de la seringue dans le module, et enfonça un bouton. Maintenant que tout avait commencé, son visage se calma. Il regarda attentivement le module pour tout changement.

« Jin Tao, détends-toi. Quelque soit le niveau de douleur, tu dois rester conscient. Tu dois absolument rester éveillé durant tout le processus. Tu dois sentir les changements dans ton corps. Ce n’est que comme ça que tu t’assureras que la Fantastica Genetica atteindra son plein potentiel. Ton professeur voulait que je te dises : si tu y tiens, que tu passes, tu deviendras un vrai homme. Fort. Un héros. Sinon… Et bien, tu seras voué à une vie de médiocrité. Une vie où le dédain et l’indifférence des autres te suivront pour le restant de tes jours. Tu comprends ce que je te dis ? »

Le sourire de Jin Tao disparut. Il se força à hocher la tête, déplaçant le gel autour de lui.

Une myriade de couleurs luminescentes se mirent à apparaître dans le gel. L’injection de la décoction n’était pas rapide, mais les lumières spectrales et les couleurs envahirent rapidement l’intérieur de la boîte.

Au début, Jin Tao avait juste l’impression que son corps s’engourdissait un peu, une sensation qui semblait venir de toutes les directions et qui affectait toutes les parties de son corps. Ainsi, il était installé dans le module, cependant, sa respiration ne fut pas affectée.

Soudain, l’instant d’après, il eut l’impression que tous ses pores aspiraient de l’oxygène de l’extérieur. C’était une sensation étrange et merveilleuse.

La sensation de paralysie augmenta, se répandant lentement dans tout son corps. En regardant, étonné, il remarqua que son corps se mettait à trembler et bouger tout seul. C’était petit au début, mais au fil du temps, les spasmes devinrent de plus en plus violents. Avec eux vint la sensation qu’il se faisait déchirer ; sa peau, ses muscles, se faisaient déchirer. De l’intérieur, il avait l’impression d’être écorché vif.

Mais ce n’était pas forcément douloureux. Il avait plutôt l’impression que les forces d’énergie qui composaient son corps étaient en train d’être séparées.

Il grogna, sentant son corps se raidir. Il resta ainsi quelques secondes, le gel nourrissant tremblant à chacun de ses tremblements.

Regardant le spectacle, Hua Li le vit se changer. De faibles poils blancs lui poussaient sur tout le corps, sortant de tous ses pores. Sa bouche mobile révélait des canines allongées qui essayaient de passer les lèvres.

C’était sa capacité innée, ramenée à la surface. Cyanthropie.

À travers les forces externes qui l’assaillaient, la Discipline de Jin Tao réagissait et se manifestait en surface. La question était, avec ses capacités aussi faibles, de savoir si Jin Tao était capable de résister aux dangers du plus grand manipulateur génétique de l’Alliance de l’Ouest.

Hua Li était scotché au module, regardant Jin Tao attentivement, chacun de ses mouvements et de ses spasmes. Il adhérait aux souhaits de Lan Jue, de faire de la sécurité de ce gamin, la principale préoccupation. Il était aussi assez clair quant aux risques et à la souffrance impliqués dans la manipulation de sa génétique. Il était lui-même de l’Alliance de l’Ouest !

Il se souvenait de plusieurs fois où il avait vu la décoction Fantastica Genetica être utilisée. Chaque fois, le destinataire n’était pas inférieur à un Talent de niveau cinq. Jin Tao n’était pas plus haut que le niveau deux. Plus que juste sa Discipline, cela voulait aussi dire que son endurance était bien plus faible que nécessaire. Dans l’Ouest, il n’y avait aucune chance pour qu’on lui permette d’utiliser la décoction. Il n’avait pas la force, et un échec avait de lourdes conséquences.

Mais il était là, grâce à sa bonne étoile, avec la chance d’être quelqu’un de grand. La décoction serait quand même donnée en trois étapes, et celle-ci n’était que la première. En effet, sa souffrance serait grande. Sa volonté serait le facteur décisif entre le succès et l’échec. S’il échouait, il aurait une dépression nerveuse. Toute sa souffrance et ses efforts auraient été gâchés. La précieuse formule serait perdue. Tout ce que Hua Li pouvait faire, c’était de regarder, et de le protéger si le pire était à venir.

Les secousses empirèrent. Sa métamorphose continua, et dans le gel, il ressembla de plus en plus à un chien. Des filets de sang sortirent de ses pores avec des poils de chien.

Cependant, malgré ce qu’il voyait, Hua Li était presque surpris de ce que lui disaient les instruments. Non seulement le gamin était lucide, mais il prenait toute cela assez bien ! Il n’y avait pas de fluctuation dangereuse dans son système nerveux. Au contraire, il n’y avait quasiment aucune fluctuation. C’était bel et bien un rare cas de volonté !

ζ

« Enfin là. » Li Wei était l’un des hommes du groupe de Lan Jue. Il s’effondra au sol avec un soupir défait. Il était fini, même la fin du monde ne le verrait pas debout. Il sortit sa gourde de son sac et avala quelques grosses gorgées. Il semblait prêt à s’effondrer.

Cinq kilomètres dans la forêt tropicale et cinq kilomètres dans le monde normal étaient deux choses bien différentes. Le sol était inégal, parfois haut, parfois bas. Même si Tan Lingyun était devant et ouvrait la marche, ce n’était pas non plus une promenade de santé pour eux. Li Wei était juste un homme normal, et sans préparation physique, il avait l’impression d’avoir épuisé toutes ses réserves d’énergie.

Tan Lingyun et les deux autres instructrices de mécha avaient déjà commencé à monter leurs tentes. Elles avaient choisi de se mettre en périphérie, formant un triangle. Les autres professeurs iraient au centre.

Professeur Tan avait bien choisi. Un petit ruisseau gargouillait à côté, et après un bref regard, il fut déterminé qu’ils pouvaient y boire librement. Pour l’instant, ils établiraient leur campement ici.

Lan Jue était aussi occupé à monter sa tente. Pour lui, c’était une activité assez sympa et relaxante. Il ne prit pas beaucoup de temps à finir, et une fois y avoir jeté son sac de couchage, il était prêt à se reposer.

« Je vais chercher le dîner. Restez tous ici, ne sortez pas du triangle. » Debout devant eux avec sa machette, Tan Lingyun avait un présence assez charismatique.

Mais avant qu’elle ne parte, quelque chose de curieux la traversa. Sans vraiment savoir pourquoi, elle montra de son couteau Lan Jue, qui avait déjà fini sa tente. « Tu viens avec moi. »

  1. NdTEN : les « doigts en orchidée » est un mouvement en danse chinoise traditionnelle où le majeur est pressé contre le pouce, et les autres sont éparpillés, un peu comme une orchidée… ostensiblement.
Cet article comporte 3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top