skip to Main Content
Menu

Chapitre 128 – Un Tang Xiao rôti

Traducteur en Français : Arpakshaad
Checkeuse : Miss X

Chapitre 128 - Un Tang Xiao rôti

La carrure massive de Tang Xiao tomba à la renverse, comme si les muscles de son corps avaient disparu. Soudain, il se métamorphosa, se changeant en un large piédestal. La transformation subite n’avait pas seulement servi à éviter le violent assaut de Mika, mais était aussi une opportunité de contre-attaquer. Deux larges barres de fer jaillirent comme des fouets vers la femme qui volait au-dessus.

« Tang Xiao, ne te retiens pas. Donne tout. » Appela la douce voix de Lan Jue non loin. Il était calmement debout sur un côté, les mains jointes dans le dos, et il regardait les deux jeunes gens échanger des coups.

« Qui a besoin qu’il se retienne ? » La voix de Mika était froide et pleine de dédain. Elle le fusilla du regard depuis les airs. Tout d’un coup, deux boules de feu sortirent de ses paumes et se mirent à tourner autour d’elle.

Les barres de fer rencontrèrent les orbes enflammées. Au moment du contact, le fer rougit par la chaleur. Il fondit, un peu comme ce qu’avait fait Tang Xiao il y a un instant.

La colonne qu’était Tang Xiao trembla. D’elle, sortirent de nombreuses barres de métal et débris coupants. Ils filèrent droit sur Mika comme un mur de débris.

En réponse, Mika se tordit aisément en l’air et se dirigea vers le sol. Un demi-cercle de lumière d’un mètre de diamètre prit vie près d’elle, et comme les piques de métal s’écrasaient dessus, ils se ramollirent et tombèrent au sol.

Sa descente continua, et avec chaque centimètre, elle se rapprochait de Tang Xiao et la chaleur et la pression de sa présence de feu augmentaient. La colonne se changea à nouveau, cette fois, se dissolvant en une rivière métallique et s’étalant dans le hangar. La lumière blanche-titane qu’elle émettait s’était adoucie, mais le mouvement lui permit d’éviter la charge de Mika.

La succube enflammée sourit de ridicule. Elle atterrit, le bout de son pied gauche touchant le sol, alors que le reste flottait dans une aura de feu. Elle leva le bras droit, et pointa son index. Elle se tourna sur trois cent soixante degrés, et fut entourée d’un mur de feu. Il ne lui fallut qu’un petit mouvement, et le brasier, vivement, se précipita pour incinérer le métal liquide où qu’il fuit.

« Mademoiselle Mika ! Epargnez-moi ! » Cria Tang Xiao.

Mika s’arrêta, le feu rugissant baissa d’un cheveu, mais cela n’enleva pas la faim insatiable du brasier. Il courut dans le hangar, pourchassant le métal. Cependant, étrangement, au moment du contact, le feu s’étouffa, comme s’il avait été avalé par le sol lui-même.

« Hm ? » Mika regardait confuse. Tang Xiao n’attendit pas qu’elle s’en remette. Prenant parti de sa confusion temporaire, elle ne remarqua pas la main de métal massive qui vint l’attraper de juste en dessous d’elle. Elle l’attrapa vicieusement.

Mika était clouée, et même si sa féroce aura l’empêchait d’être écrasée, la force et la pression de la main l’avaient prise par surprise.

« Mademoiselle Mika, et si je vous racontais une blague ? » La voix affable de Tang Xiao résonna dans le hangar.

Mika eut un joli sourire. « Vas-y ! Je t’écoute. » Sa voix était gentille, accueillante, mais ses jolis yeux brûlaient d’une lumière dangereuse. La terreur familière et insidieuse de son aura se mit à se répandre partout comme un cauchemar.

Tang Xiao ne dit rien de plus, car comme il essayait d’écraser Mika, le corps entier de la jeune fille s’enflamma dans une énorme colonne de flammes. Son pied gauche frappa violemment le sol et elle s’élança dans les airs. Là où son pied avait atterri, et avec sa personne enflammée au centre, un énorme lotus fait de flammes éclot. Les feux du lotus infernal se répandirent dans tous les coins, les flammes léchant le plafond, sur un rayon de cent mètres. Le hangar devint un monde de flammes.

Les pétales atterrirent sur le sol, la lumière rouge-dorée ondulant comme de la lave. Le sol se mit à bouillir. Les murs au loin étaient rougis par la chaleur qui menaçait de faire fondre le bâtiment tout entier.

« Aaahh ! » Se mit à crier Tang Xiao une fois de plus.

Une boule tremblotante de liquide argenté-blanc sortit en ébullition du sol. Sa surface aussi était rougie par l’intense chaleur.1 Une lumière blanche en jaillit pour se diriger droit vers le plafond, une boule de métal fondu suivit.

Mika l’appela : « Encore en train d’essayer de fuir ? » Mika balaya l’air du bras. Cette fois, c’était son tour, alors qu’une main enflammée apparut de nulle part pour attraper l’orbe en fuite. La main se serra.

« Mademoiselle Mika, pitié ! » Implora la voix pitoyable de Tang Xiao. « Je ne tiens plus, Ah, ah, Ah, AH ! »

On pouvait voir la forme circulaire de Tang Xiao se faire compresser. Petit à petit, la chaleur augmenta jusqu’à ce que l’orbe tout entière soit rouge. Les cris de Tang Xiao augmentèrent aussi.

Mika regarda son boss. La réponse de Lan Jue à sa question inaudible lui parvint dans une douce voix : « Ce petit gros est futé. S’il a assez d’énergie pour crier aussi fort, c’est qu’il va bien. »

« Oh. » Le sourire de Mika était démoniaque. Ceux qui la connaissaient bien connaissaient aussi cette expression, et frissonneraient à ce qui allait suivre. Elle était la Succube Stygienne, quelle pitié pouvait-elle avoir ?

Une flamme dorée apparut, et fila se joindre à la main enflammée, se faufilant entre ses doigts pour atteindre la boule chaude dans sa paume. « Tu crois que tu peux m’attraper, hein porcinet ? Mademoiselle Mika va te chauffer, tu vas voir ! »

La totalité de la main devint dorée. Tang Xiao brillait tout rouge, pris au centre du brasier doré.

« Ah ! Non ! » De façon surprenante, Tang Xiao avait encore la capacité de crier malgré les puissantes flammes. Au même moment, une minuscule parcelle se battait contre la lumière dorée alors qu’une goutte de liquide argenté se sépara de l’orbe. La lumière se répandit, se diffusant autour de l’orbe d’argent liquide comme une membrane. Elle essaya vaillamment d’isoler Tang Xiao de la prison enflammée dans laquelle il s’était retrouvé coincé.

Lan Jue regarda et hocha la tête. Telle était la force du noyau d’un adepte. L’énergie pure qu’il contenait. Tang Xiao poussa un ultime cri. Puis il se tut. Tout ce qui resta fut cette féroce lumière blanche, brillant continuellement, et enfouie sous les flammes dorées.

Lan Jue plissa les yeux, les regardant attentivement, jugeant cette lumière blanche et ses changements. Il attendit un instant de plus, puis déclara : « Mika, ça suffit. »

Mika fit un signe de main, et la main élémentaire, fut aspirée dans le creux de sa main et disparut. La boule rouge de métal fumante s’écrasa sur le sol.

Clunk ! La boule se ramollit et se déforma comme si elle était faite de boue.

Au bout d’une minute, les vagues de chaleur provenant du métal s’arrêtèrent, et sa couleur redevint normale. Le hangar autour d’eux était comme avant. Même le bout qui avait été détruit par le lotus de Mika redevint normal petit à petit.

N’importe quel étranger qui aurait vu cela aurait certainement été agréablement surpris. Du métal, qui se réparait tout seul. Une des propriétés du technétium. La structure de métal du hangar en était imbibée. La plus petite quantité possible, mais assez pour étonner. Après tout, même la plus petite quantité valait autant qu’un mécha de top-niveau.

Au fil du temps, la flaque fondue qu’était Tang Xiao se mit à se reformer, une fois de plus, retrouvant sa couleur argentée. Cependant, elle était un peu plus foncée qu’au début de l’échange.

Mika se retourna vers son boss tout sourire : « Je sors en première, boss. »

« Mn, » répondit-il.

Mika s’arrêta assez longtemps pour ricaner devant la flaque, puis partit.

Il fallut quelques minutes de plus avant que le métal reprenne la forme familière de Tang Xiao, bien que terriblement nue.

Sa peau, des pieds à la tête, était rouge comme s’il avait été rôti. Il bavait de la bouche, et sa respiration était inégale. Ses yeux étaient révulsés. Il semblait au bord de la mort.2

Lan Jue se rapprocha du jeune homme abattu et s’agenouilla à côté de lui. Il prit son pouls, puis hocha de la tête.

Le pouvoir que Tang Xiao avait révélé aujourd’hui surpassait tout ce qu’il avait montré à Lan Jue lors de leurs rencontres précédentes. Il semblait aussi que son surpoids avait réellement un effet positif sur sa Discipline de métalmorphose. Pour que son Talent ait évolué naturellement ainsi, cela avait très bien pu être le bon choix.

Quand Tang Xiao revint à lui, il avait l’impression que son corps n’était pas le sien. Il était faible, lâche, et la moitié de son corps ne sentait plus rien.

À ce moment, la première pensée qui lui vint était… gentil. Oui, gentil, et par là, il voulait dire Lan Jue. Ce n’est qu’alors qu’il comprit à quel point son professeur avait été gentil avec lui.

« C’est quoi cette odeur. On dirait du porc… » Une voix étrange lui emplit les oreilles.

Tang Xiao parvint à tourner la tête avec beaucoup d’effort. Il vit Jin Tao rentrer. Il marchait allègrement, le visage souriant comme s’il venait de se faire masser.

« Hein ? C’est Tang Xiao ? Qu’est-ce qui t’est arrivé ? » Jin Tao baissa son regard sur le petit gros tout nu, frotta son nez, puis faillit sauter de surprise. « Cette odeur c’est toi ! Hey le gros, qui a essayé de te transformer en travers de porc ? »

Lan Jue rit de bon cœur. Il se déplaça une nouvelle fois à côté de Tang Xiao et tendit la main. Dans sa main se trouvait une pierre verte vibrante. Un fil d’électricité courait dans la gemme, et soudain, elle émana une douce lumière verte. Elle s’étendit et recouvrit Tang Xiao comme une couverture.

Tang Xiao se mit à sentir des vagues d’énergie rafraîchissante le traverser, commençant dans ses extrémités, puis s’enfonçant lentement. Sa respiration se calma, et pourtant, sa poitrine était serrée : il voulait en mettre une à Jin Tao.

Après ce qui lui semblait être une éternité, Tang Xiao parvint à se relever non sans une faible dose de grognements et de gémissements. Sa peau lui semblait brûlée, et le moindre touché ressemblait à un feu. Il était parcouru de tics et de spasmes. À l’œil nu, pourtant, vous n’auriez pas vu le problème.

Lan Jue tendit la gemme de pouvoir à Hua Li qui était entré avec Jin Tao. Il regarda Jin Tao, une expression étrange sur le visage. « J’espère que tu seras d’aussi bonne humeur demain. » Dit-il.

Un peur soudaine l’emplit, et Jin Tao ne put s’empêcher de bégayer une question : « Prof, ça va faire aussi mal qu’à Gros Tang ? »

Lan Jue secoua la tête. « Bien sûr que non. Ça va être pire. Ce qui lui est arrivé n’est que le début. Et tes regrets arrivent trop tard : ta sœur m’a déjà donné ta charge. À partir de maintenant, tout dépend de toi. Tang Xiao, repose-toi une demi-heure puis rentre. Demain, même heure, même endroit. Mika t’attendra. Ce soir, quand tu rentres, médite au moins deux heures et concentre-toi sur les changements de ton corps. Compris ? »3

« Oui professeur. » Répondit sincèrement Tang Xiao. Entendre que le destin de Jin Tao allait être pire que le sien lui ramena un peu de vitalité. En plus, quoi qu’en disent les gens, se faire tabasser par une femme aussi belle que Mika valait mieux que se faire tabasser par un mec. Et puis, il avait eu le plaisir de voir sa pose de combat. Demain, il devrait faire plus attention.

  1. NdTFR : faudra m’expliquer comment un truc peut être argenté, blanc et rouge x)
  2. NdTEN : On avait dit « aucun risque de décès », hein Lan Jue ? Pfiouu…
  3. NdTEN : Ce qu’il veut dire par la méditation sera expliqué plus en détail dans les chapitres suivants
Cet article comporte 4 commentaires
  1. Merci pour le chapitre ! Y a deux chapitre ont été dans un cours sur les bijoux XD et là c’est dla bonne baston d’entrainement. SA c’est la vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top