skip to Main Content
Menu

Chapitre 125 – Diamants

Traducteur en Français : Arpakshaad
Checkeuse : Miss X

Chapitre 125 - Diamants

Lan Jue ne s’arrêta pas pour saluer les élèves. Il se dirigea droit vers le pupitre, et y plaça le plateau qu’il avait amené avec lui. Puis, il chercha dans son manteau jusqu’à en sortir un petit sac en toile, et vida son contenu. Il le plaça sur le plateau.

Il se retourna pour faire face au tableau, et écrivit sur le tableau : Qui veut gagner un prix ?

Au début, il n’y eut que les élèves de devant qui le remarquèrent, mais le bruit courut rapidement. L’attention se tourna vers Lan Jue et le volume baissa.

Il continua d’écrire : Il y a trop de bruit pour faire une loterie.

La salle se tut soudainement. Wang Hongyang était curieux quant à la promesse d’une loterie. C’était certainement une approche nouvelle. Le silence était maintenant fait, pensa-t-il, mais c’étaient des élèves d’université : des gommettes et des bonbons ne suffiraient pas. Si le prix n’atteignait pas leurs attentes, il allait se retrouver avec une classe pleine d’étudiants pas contents.

Le professeur de danse n’enseignait que depuis quelques années, mais il connaissait plus ou moins l’esprit des élèves des électifs. Il avait lui-même lutté avec le contrôle de la classe au début.

« Bon après-midi tout le monde, » commença Lan Jue. Il fit un pas de derrière le pupitre, et s’inclina devant la salle pleine d’élèves.

Jin Tao fut le premier à se lever : une marque de respect pour son professeur. Tang Xiao était une demi-seconde derrière lui. Mais ce n’est qu’après avoir vu les trois beautés suivre leur exemple que le reste des élèves se joignit à eux. Rapidement, presque toute la classe s’était levée.

« Bonjour, Professeur Lan. » Cria Jin Tao vers le pupitre.1 Les autres élèves répétèrent son appel.

Lan Jue leur fit signe de se rasseoir. « Veuillez-vous asseoir. »

Les élèves firent comme on leur dit. Jin Yan donna un léger coup de pied à l’homme à côté d’elle. « Pourquoi ne vous êtes-vous pas levé Professeur Wang ? Nous sommes là pour suivre son cours, nous ne sommes pas différents des élèves. Plus que cela, nous sommes ses collègues. Si nous ne soutenons pas Professeur Lan, comment pouvons-nous montrer l’exemple aux élèves ? »

Wang Hongyang sourit et grimaça en même temps, haussant les épaules. « Je ne me sentais pas faire ça. »

Jin Yan grimaça, mais ne dit rien de plus.

Lan Jue retourna derrière le pupitre et montra le tableau. « C’est vrai, il y a un prix. Pas de truc. Alors devinez, que pensez-vous que ce sera ? Je suis assez certain que vous ne serez pas déçus. Est-ce que quelqu’un se souvient de ce que j’ai dit sur le sujet d’aujourd’hui ? »

« Les bijoux ! » Une élève articula quelque part dans la foule.

Lan Jue lui fit un pouce en l’air. « Exact. Aujourd’hui, nous allons parler de bijouterie. En ce qui concerne le savoir sur les bijoux, il y a beaucoup d’informations complexes qu’il faut voir. Les bijoux sont de toutes formes, tailles, types et catégories. Je ne pourrai pas tous les couvrir en une seule séance, alors nous nous concentrerons sur un seul type aujourd’hui. Si vous êtes tous intéressés par ce sujet, je continuerai avec d’autres types une autre fois. »

Lan Jue leva le plateau du pupitre et commença sa leçon. La couverture de velours était d’un profond bleu mazarin, identique à celui utilisé pour étaler les produits à la Joaillerie de Zeus. Une pierre précieuse y brillait et attirait le regard. La gemme elle-même était claire comme du cristal, et d’un blanc pur. Scintillant contre le velours, c’était comme une étoile contre le ciel de nuit.

« Qui peut me dire ce que c’est ? »

« Un diamant. » Shui Zhondie à côté de Qianlin fut la première à répondre, sa voix agréable montant vers lui. Elle était presque musicale, et même s’il lui manquait la douceur de celle de Zhou Qinalin, elle était bien plus mélodieuse.

« Exact. » Lan Jue lui hocha la tête. « C’est une pierre précieuse qu’on rencontre souvent en bijouterie. Le diamant. C’est notre sujet du jour. En plus, cette pierre-là est le prix de notre loterie. »

« Ooohh… » Les roucoulements appréciatifs des élèves emplirent la salle. Utiliser un diamant comme prix ? C’était quelque chose de complètement nouveau pour l’université.

Le mépris grimaçant d’un Wang Hongyang sûr de lui se figea sur son visage. De ce qu’il pouvait voir, c’était une gemme d’un carat. Il ne pouvait pas parler de sa valeur, mais il savait qu’au moins, elle ne valait pas rien. Pendant ce temps, Lan Jue montra la deuxième phrase sur le tableau noir.

Le silence revint rapidement, et les élèves se réinstallèrent pour continuer. Ça ne lui prit pas beaucoup de temps pour obtenir de nouveau l’attention de tout le monde.

« Il y a un vieil adage qui dit : les diamants sont éternels. Je suppose que vous l’avez déjà entendu. C’est en fait un slogan, mais il sert aussi à élucider le caractère de la gemme. Principalement, la force et la résistance d’un diamant. »

« Je ne suis ni chimiste, ni physicien. Je ne vais pas vous expliquer comment la pierre est créée, ou ce qui la constitue. Je vous dirai que le diamant est dur. Si l’on ne prend pas en compte les gemmes de pouvoir, alors les diamants sont les pierres précieuses les plus résistantes. Si on devait estimer leur dureté à ‘dix’, alors les autres gemmes comme les rubis ou les saphirs seraient à neuf. La jadéite serait à sept. Spécifiquement ces types de jade là (comme ils étaient mentionnés durant l’ancienne ère) qui avaient une dureté de sept ou plus, étaient nommés jadéite. Sous sept, on les appelle de la néphrite. »

« C’est notre premier cours sur le sujet, et donc, je ne veux pas vous inonder d’informations. Retenez juste que pour les gemmes classiques, les diamants sont les plus durs. En conséquence, ils sont préférés pour la confection de bagues de fiançailles ou de mariage. Ils résistent aux dégâts et à l’usure, et représentent l’endurance et l’éternité de l’amour du couple. »

La voix de Lan Jue était magnétique. Ni trop rapide, ni trop lente. Ses mots étaient simples, son exposé solide. Les étudiants suivaient facilement et il continua.

Lan Jue descendit de l’estrade et passa le plateau à Jin Tao. « Fais tourner, et assure-toi que tout le monde puisse voir. » Il sourit légèrement. « Et si tout le monde veut bien montrer un peu de retenue. En fait, perdre ce diamant ne m’affectera pas, vu qu’il était fait pour être donné de toute façon, mais cela privera vos collègues de cette opportunité. »

Un léger rire passa sur les élèves. L’atmosphère se détendit un peu.

Lan Jue ne se soucia plus de Jin Tao et du diamant, et retourna derrière le pupitre pour continuer son cours. « Alors, voilà pour la dureté du diamant. Aujourd’hui, nous verrons comment estimer la qualité d’un diamant, si vous le voulez bien. D’abord, la taille. En général, la taille d’une gemme est directement proportionnelle à son prix (ce qui est aussi vrai pour les gemmes de pouvoir). Je pense qu’on peut dire sans crainte que plus la pierre est grosse, plus elle vous coûtera cher. Et inversement, plus elle est petite, moins elle sera chère. Cette règle s’applique aussi au diamant. »

« Si vous recherchez un diamant pour utiliser sur un objet après, vous cherchez quelque chose dans les environs d’un carat ou plus. La différence de prix entre un diamant de zéro-quatre-vingt dix neuf et un carat est insignifiante. Celui qui passe en ce moment dans la classe est exactement un carat. La taille du diamant, cependant, n’affecte pas entièrement le prix. Si ce diamant faisait deux carats, le prix ne serait pas forcément doublé. »

« À part la taille, dans un effort pour déterminer la qualité d’un diamant, il y a un certain nombre de critères à considérer. Peut-on supposer que deux diamants d’un carat auraient le même prix ? Ce serait faux, puisque leur qualité pourrait être très différente. Le prix, alors, pourrait être tout aussi volatile. »

Le plateau avait commencé à revenir du fond de la classe. Les élèves étaient tous habitués aux diamants, mais c’était la première fois, pour beaucoup, qu’ils en voyaient un d’aussi près, encore plus avec une explication. Ils l’examinèrent avec intérêt à son passage.

« Il y a trois autres manières pour déterminer la qualité d’une pierre, hormis sa taille. Il y a la couleur, la clarté, et la coupe. Commençons par la couleur. Pour les diamants, c’est simplement, plus il est blanc, mieux c’est. Leur classement en terme de couleur est fait via l’alphabet, les plus bas ayant une couleur inférieure. Le plus haut est D. Cela indique une pureté blanche de cent pour cent. La perfection. Puis vient E, presque parfait. Puis F, approximativement blanc à quatre-vingt dix huit pour cent. Voilà pour le haut de l’échelle de couleur. Les plus basses sont G, H, I, J et L. Plus vous descendez dans la liste, plus la gemme paraît jaune, et le prix en souffre les conséquences. Une gemme de couleur D peut tripler de prix en comparaison à une gemme de couleur I de même taille. Clairement, la couleur a un impact significatif sur la valeur. Bien sûr, quand vous voulez acheter, vous n’avez pas toujours besoin de chercher la perfecion. Les gemmes D, E et F ont une couleur immaculée et sont toutes aussi rares. »

« La gemme devant vous, aujourd’hui, est classé F, presque entièrement blanche. »

Comme la pierre passait de main en main, Lan Jue continua d’expliquer les subtilités de l’identification de diamants. Il continua avec la clarté et la coupe, délivrant l’information avec facilité et de façon abordable.

« Le diamant parfait serait celui dont la couleur, la coupe et la clarté sont chacune les meilleures de leur classe. C’est ce qu’on appelle des Diamants Impeccables. C’est de là que vient la phrase ‘une beauté impeccable’. »

Le temps passa vite à l’avancée du cours, Lan Jue fournissant attentivement le savoir aux élèves présents. Le diamant et son plateau firent le tour, terminant leur voyage sur le pupitre de Lan Jue.

« Et maintenant, voici le moment tant attendu. Vous avez tous été patients et attentifs. C’est l’heure de la loterie. »

Il ramassa le plateau devant lui. « Notre méthode sera simple, pour assurer une égalité pour tous les participants. »

Lan Jue passa des morceaux de papier qu’il avait préparés d’avance. « Veuillez écrire vos noms sur le papier, puis faites-les remonter quand vous avez fini, on placera les noms dans une boite et on choisira au hasard. Celui qui aura son nom sur le papier sera le nouveau propriétaire du diamant. »

Les noms furent rapidement inscrits et les papiers remontés. Lan Jue les plaça dans une boite qu’il avait préparée à l’avance, et la mit sur le pupitre. Il y enfouit sa main, farfouilla un peu dans le contenu, puis en sortit un unique morceau de papier.

« Alors, le gagnant est… Zhou… Zhou Qinalin ! » Lan Jue bégaya légèrement, surpris par le résultat improbable.

Quelle était la probabilité ? Mais c’était là, la gagnante, Zhou Qianlin.

Elle était elle-même surprise, et ses nombreux fans masculins assis derrière elle agitèrent les bras d’excitation. Lan Jue sentait toujours qu’il y avait quelque chose de louche. Un éclair de lumière bleue traversa ses yeux alors qu’il utilisait ses pouvoirs psychiques pour tester l’intérieur de la boite. Dans la centaine de tickets, il en trouva quarante-deux qui portaient le nom de Zhou Qianlin…

  1. NdTEN : En Chine, il est normal (surtout en primaire et jusqu’au lycée) de se lever et de saluer le professeur ainsi au début de la classe. À l’université, ce traitement est surtout réservé aux professeurs très respectés
Cet article comporte 6 commentaires
  1. mdrr la meuf elle a besoin de tout sauf d’un diamant d’un carat (vu ses origines)
    Perso j’aurais écrit mon nom sur plusieurs papiers
    Merci

    1. Sauf que Lan Jue peut ocmpter quasi instantanément le nombre de papiers qu’il y a, donc t’aurais eu du mal à faire passer tous les papiers ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top