skip to Main Content
Menu

Chapitre 114 – Le Pouvoir de Poséidon

Traducteur en Français : Arpakshaad
Checkeuse : Miss X

Chapitre 114 - Le Pouvoir de Poséidon

L’arc de lumière provenant de la Lame Asura s’enfonça dans le Vortex de Hua Li. Ce qui était précédemment un tourbillon bleu foncé devint blanc, mais le siphon demeura en place. L’attaque meurtrière y fut avalée.

« La mer est incommensurable. » Leur rappela Lan Jue de loin.

Les mots résonnèrent dans l’arène. Hua Li était peut-être au même endroit, mais il n’était pas exactement le même. Le léger sourire qu’il avait l’habitude de porter était parti. Son corps pivota, et ses mains firent pleuvoir les coups dans le vide. Comme avant, chaque coup de sa paume fit naître un vortex bleu.

En fonçant, ils dévièrent le coup de la Lame Asura. Le double doré de Lin Guoguo aussi fut repoussé violemment. La puissante force était clairement une accumulation de la puissance de l’océan et de la force mentale de Hua Li. Il n’était pas psychique, comme Guoguo, mais après avoir cultivé son talent au neuvième rang, sa maîtrise était devenue presque parfaite.

Les huit vortex entouraient Hua Li comme une armure mobile. Lentement, ils convergèrent, se fondant en un seul, jusqu’à ce qu’ils avalent Poséidon et ne laissent qu’un énorme siphon à sa place.

Mika balaya vicieusement la Lame Asura, propulsant vague sur vague d’énergie meurtrière contre le vortex. Mais peu importe leur tranchant, elles ne parvinrent pas à briser la défense de l’eau. Chacune fut engloutie dans les profondeurs bouillonnantes.

Pas étonnant qu’il soit appelé Poséidon ! Ses pouvoirs étaient vraiment puissants.

« Mon tour ! » Cria la voix de Ke’er et, ce faisant, un grand rayon de brillante lumière bleue explosa du canon géant qu’elle était devenue. Sa volée allait droit sur le cœur du siphon.

En réponse, une sensation puissante, presque royale sortit des profondeurs de l’océan. Elle fut rapidement suivie par une figure géante bleu-cobalt. Elle commença faiblement, une silhouette bleue foncée sur une mer houleuse. Humanoïde, mais plus grande que Hua Li, se tenant debout majestueusement.

« Destruction ! » La voix grondante roula dans toute l’arène. L’image floue tendit un doigt vers l’obus d’énergie que Ke’er lui avait envoyé. Une fine lumière bleue en sortit. Elle rencontra l’attaque exactement en son centre.

Le rayon de pouvoir s’arrêta à l’impact. La zone autour se mit soudainement à briller comme un soleil, des vagues d’énergie explosant dans toutes les directions. En s’évanouissant, parmi les restes d’énergie et de chaleur, un espace vide demeura à l’endroit où les pouvoirs opposés s’étaient rencontrés. Le rayon avait disparu.

ζ

Planète Skyfire. La Mer Azure.1

Boom- !

Une grande explosion assourdissante emplit l’air. Dans les secondes qui suivirent, une incroyable colonne d’eau fonça vers le ciel, à plusieurs centaines de mètres de haut. Une pulsation énergétique balaya la surface de l’océan. Elle continua dix bonnes secondes avant de disparaître.

ζ

Les Quatre Amazones se figèrent, étonnées qu’une force aussi puissante s’arrête simplement sur demande. Ce fut à ce moment que l’énorme vortex s’agrandit encore plus.

De terrifiantes vagues d’énergie jaillirent comme des marées de mauvais augure, leur roulant dessus. Mika et la Lame Asura dans la main furent balayées. Le siphon continua son expansion à un rythme alarmant.

« Attention. C’est Guoguo qui est visée, » intervint Lan Jue.

Lin Guoguo sursauta, l’or dans ses yeux vacilla. Le double doré était revenu à côté d’elle. Alors que ses yeux brillaient, elle leva la main droite et pointa. La lumière dorée autour d’elle s’enflamma, sous l’assaut des vagues de Poséidon. Aucun ne céda.

« Bien. » La voix claire de Hua Li la complimenta alors que sa silhouette apparaissait. Mais alors que les quatre femmes le regardaient confuses, son corps fondit comme de l’eau. Il disparut dans les vagues.

Lin Guoguo envoya une pulsation psychique, cherchant la présence de son ennemi. Mais comment pouvait-elle trouver de l’eau dans l’océan ?

Sa tête se leva comme si elle avait trouvé sa cible. Elle releva la tête juste au moment où une silhouette bleue lui fonçait dessus : une bulle, qui l’avala bien vite.

Un éclair de lumière bleue et Lin Guoguo disparut. Quand elle réapparut, c’était à plusieurs centaines de mètres de là, dans le ventre d’une bulle tourbillonnante. Ses pouvoirs mentaux ne lui servaient plus à rien.

« Très bien, ça suffit. » Lan Jue appela la fin de l’entraînement. Alors, les vagues se calmèrent, disparaissant. La silhouette royale de Poséidon apparut alors.

Mika reposa la Lame Asura, et Ke’er retourna à sa forme adorable et inoffensive. La bulle autour de Guoguo éclata. L’Amazone trempée les rejoignit en trottant.

Lan Jue passa son regard sur ses guerrières. « Vous avez déjà perdu. Si A-Li l’avait voulu, au moins deux d’entre vous seriez déjà gravement blessées, ou pire. »

« Pour ce qui est du pouvoir individuel, vous êtes toutes désavantagées. Cependant, ensemble, vous n’auriez pas dû perdre aussi rapidement. Guoguo, tu as le problème que j’ai précisément souligné. Tes pouvoirs psychiques n’ont pas atteint le niveau qu’ils auraient pu. Durant tout le combat, ils étaient bien trop gentils. Si tu t’étais poussée, tes pouvoirs de neuvième rang lui auraient posé de sérieux problèmes. »

« Oui, boss. » Le visage de Lin Guoguo vira au rouge, et pleine de honte, elle tira la langue malgré elle.

Lan Jue se tourna vers Mika. « Tu n’as même pas utilisé tes pouvoirs. Même en contrôlant les pouvoirs de ton sang, tu es toujours au niveau neuf. Le Feu et l’eau sont des ennemis mortels, les deux en compétition l’un avec l’autre. Ta manipulation du feu n’était même pas proche du suffisant. Est-ce que tu évites de perturber ses attaques d’eau à cause de ton entraînement de cultivation ? »

« Xiuxiu. Prendre la forme de la Lame Asura était le bon choix. Mais tu as choisi le mauvais moment. Tu dois choisir le meilleur moment pour l’utiliser : et certainement pas quand il n’y a aucune opportunité. Sinon tu révèles ton jeu un peu vite, non ? »

« Enfin, Ke’er. Ke’er, tu ne devrais pas utiliser ta manipulation d’énergie comme tu l’as fait. Que ce soit en terme de force, de densité ou le moment de l’utiliser, aucun n’était suffisant. On a rien vu de ta tempête énergétique. »

« Mais pour vous toutes, votre plus grand échec est votre coopération. Réfléchissez, alors que vous continuez de vous améliorer, comment allez-vous utilisez vos pouvoirs ensemble pour vous entraider ? De cette manière-là, votre résultat final sera meilleur que si vous étiez seules. À l’avenir, je demanderai à A-Li de s’entraîner avec vous tous les jours. Utilisez ce que vous apprenez de lui dans l’arène pour vous améliorer. »

« Oui, boss, » répondirent les quatre femmes à l’unisson.

Hua Li et Lan Jue sortirent de l’arène secrète, laissant les filles derrière eux à poursuivre leur entraînement. Une fois seuls, Lan Jue se tourna vers son ami. « Tu n’avais vraiment aucun scrupule ? »

Hua Li releva la tête et cligna des yeux. « De quoi tu parles ? »

Lan Jue grogna. « Je ne suis pas d’humeur. Utiliser les pouvoirs que t’ont transmis tes ancêtres contre quelques filles. La Marque de Poséidon ! N’es-tu pas simplement le meilleur du monde ? »

Le visage de Hua Li rougit. « Quatre contre un, et tu me demandes encore de me retenir ? Je te laisse faire la prochaine fois ! »

« Si ce n’est pour le fait que je ne peux pas utiliser de Discipline, je n’aurais pas besoin de toi ! Je suis déjà bien plus fort que toi. Tu n’es pas d’accord ? »

Hua Li renifla. « Il y a trois ans, si. Mais je connais certaines personnes qui ont passé les trois dernières années à pantoufler, alors aujourd’hui, qui sait. Qui dit que je ne pourrais pas te faire manger la poussière ? »

« Tu veux essayer ? » Lan Jue le fixa d’un regard de colère.

« Allons-y alors ! Si tu crois que tu peux dans l’état où tu es. »

« Ils ont DreamNet, non ? »

« C’est vrai ! » Le visage de Hua Li fit un sourire sinistre. « DreamNet marchera ? Il n’y a rien à craindre là-bas, pas de restriction. Allons-y, ça fait longtemps. Le perdant doit aboyer comme un chien. »

« Grandis, » cracha Lan Jue, lui jetant un regard du coin de l’œil.

Hua Li ricana. « Ben quoi, il faut bien s’amuser. »

« D’accord. Grogner comme un cochon. Meilleur sur trois manches. Si je perds, je dois grogner comme un cochon devant les demoiselles. Mais si tu perds, tu dois appeler Mo Xiao et lui grogner au téléphone. »

« Oh putain, cruel à ce point-là ? » Rien que la mention de son nom fit frissonner Hua Li.

Lan Jue ricana sombrement. « Alors, t’en dis quoi ? »

Hua Li hésita, mais finit par répondre. « Tenu ! Où sont les machines ? »

« La joaillerie du sous-sol devrait avoir ce qu’il faut. »

« Allons-y ! » Hua Li passa un bras autour des épaules de Lan Jue en marchant. Ils arboraient chacun un sourire présomptueux, et ils restèrent comme cela un moment, ils étaient jeunes et effrontés.

La Joaillerie de Zeus avait une porte métallique à l’arrière. Ouverte, elle révélait un énorme hangar : plus grand que celui qui abritait les trois vaisseaux de Zeus.

En entrant, Hua Li balaya la salle du regard avant que ses yeux ne se posent sur une étincelle vacillante au centre. Une petite équipe de robots travaillait avec une variété d’outils, réparant quelque chose plusieurs fois plus grand qu’eux.

« On dirait que Thor aussi a pris une leçon. » Hua Li s’arrêta pour regarder l’énorme mécha.

Lan Jue hocha. « Michel n’a pas été facile à abattre. Son contrôle du mécha n’est pas aussi bon que nous au sommet de notre forme, mais son Ange de la Guerre fait quand même partie de l’élite après tout. Son attaque, c’est comme une tactique qui tue un millier de ses ennemis pour huit cent des siens. Je n’ai pas assez fait attention et me suis retrouvé coincé. Il a bien failli me transformer en tartine grillée. J’ai eu de la chance de m’en sortir. S’il ne m’avait pas sous-estimé, allant en un contre un contre moi, je ne suis pas certain que j’aurais pu m’en sortir. Aller viens, les simulateurs sont par là. »

Beep beep beep ! Juste à ce moment-là, son communicateur sonna. Il releva la main pour voir, et ne put s’empêcher de sourire. Il lança un bras vers Hua Li pour lui lancer un regard, puis répondit.

« Alors quand ? » Un voix paresseuse sortit de son poignet.

« Quoi quand ? » Répondit Lan Jue en souriant d’un air suffisant.

« Quand est-ce qu’on va à la Ville Sainte ? Appelle le grand et Hua-Li, ça fait longtemps qu’on ne s’est pas montrés tous les quatre ensemble, non ? » Même à travers le communicateur, Lan Jue pouvait sentir l’excitation dans cette voix.

« Il t’a dit, hein ? »

Chu Cheng répondit. « Ouaip. Alors choisis la date. Je suis chaud. Dis-moi, et je le dis à Hua Li. »

« Pfft, pas une once de sincérité, » cria Hua Li au poignet de Lan Jue.

  1. NdTFR : Ce manque d’imagination pour le nom ^^
Cet article comporte 3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top