skip to Main Content
Menu

Chapitre 111 – Gobi Entertainment

Traducteur en Français : Arpakshaad
Checkeuse : Miss X

Chapitre 111 - Gobi Entertainment

« On avait déjà un prof qui commandait la foudre. Pourquoi en avoir un autre qui commande la pluie ? »

-Mémoires du Renard Métallique, Général des Armées Tang Xiao

« Plus cruel de battre quelqu’un au bord de la mort, soignez-le ensuite et recommencez à le battre. Un poing pour dire bonjour, un autre pour dire au revoir, encore et encore. »

-Mémoires du Mastiff Lion Effréné, Général des Armées Jin Tao

Lan Jue et Hua Li se baladaient tranquillement le long de la grande avenue qui traversait le campus. Le sourire sur le visage de Lan Jue était sinistre, et l’expression dans les yeux de Hua Li était celle de la joie et de la satisfaction.

« Assez cruel, » dit Lan Jue. « Comment peut-on battre quelqu’un aussi fort, le soigner et le battre encore comme ça ? »

Hua Li se redressa et parla comme s’il récitait un texte par cœur. « N’importe quoi, c’était clairement ton idée. Un professeur comme toi, qui tabasse ses élèves ? Quoiqu’il en soit j’essayais juste de leur donner plus de temps pour qu’ils puissent entraîner leurs compétences au combat, et je les ai remis sur pied avant de partir. Rien de plus qu’une légère stimulation mentale. Un peu de repos et ils seront en pleine forme ! »

Lan Jue pouffa. « On prend un raccourci. À leur âge et avec leurs capacités, si on ne fait pas ça, comment vont-ils s’améliorer ? Maintenant qu’ils m’appellent professeur, ils sont sous ma responsabilité ! »

« Tsk, arrête avec tes conneries. Qui croit à tes âneries de toute façon ? »

ζ

« Qianlin ! Qianlin ! » Tang Mi bondissait à côté de son amie toute excitée.

« Qu’est-ce qui se passe ? » Qianlin lança un regard curieux à son amie. Le visage de Tang Mi était rouge, la faisant paraître vibrante et mignonne. Ses grands yeux étaient grands ouverts et excités, et un peu brumeux.

« Qianlin ! Aujourd’hui, je suis allée au cours d’Étiquette dont on a parlé. Hyper intéressant. Tu dois venir avec moi la prochaine fois. » Tang Mi roucoulait artistiquement à l’oreille de son amie dans une tentative de manipulation.

Zhou Qianlin baissa légèrement les yeux. « Pas intéressée. »

« Oh, mais Professeur Lan est tellement bel homme ! » Continua Tang Mi, imperturbable. « Oh oui, j’ai entendu parler de sa rencontre avec cette… Comment c’était, déesse de la violence ? Elle l’a traîné au bureau de l’enseignement. C’est vrai ? »

« Ouaip, » répondit-elle, court, concis.

Tang Mi soupira. « Il est bon dans d’autres domaines, juste un peu faible. Mais c’est bon, derrière chaque femme forte il y a un homme faible. »

Zhou Qianlin la regarda comme si elle voyait un alien. « Qu’est-ce que t’as ? T’es fêlée ? »

Tang Mi grimaça à l’accusation. « Jamais. Tu ne me connais pas encore ? Je suis juste en train de parler, et puis, dans mon cœur, il y a déjà un Prince Charmant. »

« Et on peut savoir qui c’est ? » Demanda Qianlin.

« Zeus ! Le Grand et Puissant Zeus, bien sûr ! » Les yeux de Tang Mi brillèrent rêveusement.

Zhou Qianlin renifla sa critique. « Hmph. Et ça se prétend être une amie ! C’est celui qui m’a kidnappée ! »

« Mais ça n’avait rien à voir avec toi, » répondit-elle. « Ce serait mieux s’il voulait me kidnapper moi ! »

« On n’est plus amies ! »

« Attends, attends, ok, j’ai tort, t’en vas pas. Je t’invite à manger quelque chose de bon. Qu’est-ce que tu dis de calebasse sucré1 ? »

« Très bien ! »

ζ

La gemme d’appel d’esprit se réchauffa.

As-tu besoin que je te raccompagne ce soir ?

Non. Tang Mi me raccompagne. Si elle ne t’intéresse pas, tu ne devrais pas lui donner des idées.

Quand est-ce que j’ai fait ça, moi ?

Silence

ζ

Maintenant que le cours était fini, il n’y avait rien à faire. Zhou Qianlin ne voulant pas de sa compagnie, il raccompagna simplement Hua Li sur le dos de sa bicyclette.

« T’es lourd ! La prochaine fois, j’y vais tout seul. T’as déjà essayé le vélo, en plus, » marmonna amèrement Lan Jue.

« N’as-tu aucune humanité ? Je suis là pour te protéger. » Hua Li ne semblait pas gêné.

« Alors tu ne devrais certainement pas me laisser gaspiller mes forces ! »

« Pfft… On fait quoi maintenant de toute façon ? Est-ce que celui d’hier va nous refaire du bon manger ? »

« Tu peux toujours rêver. Les talents culinaires du Gourmet ne sont surpassés que par sa flemmardise. Continue de me déranger et tu te verras rapidement blacklisté. On va se poser au magasin. Ah oui, j’ai aussi dit aux filles que j’allais les entraîner au combat, qu’est-ce que t’en penses ? » Demanda Lan Jue à son pote.

« Comme les deux jeunes messieurs de cet aprem ? » Demanda-t-il.

Lan Jue secoua la tête. « Presse-les un petit peu. Ça ne devrait pas être long. Après, on ira chez le Maître des Vins. On lui demandera pour le problème du Château et de la Tour. »

En faisant leurs plans, ils arrivaient déjà à Skyfire Avenue. Ils allèrent directement à la Joaillerie de Zeus.

Ding ding !

« Boss, vous êtes rentré. » Xiuxiu regarda vers Lan Jue et lui sourit immédiatement. Ce n’est qu’alors qu’elle remarqua l’homme derrière lui.

Hua Li enleva son masque et lui lança un sourire triomphant. « Xiuxiu. Ça fait longtemps. »

« Vous êtes … ? » Xiuxiu fronça les sourcils et rapprocha ses yeux en l’examinant.

Il répondit en levant la main et en enlevant sa perruque.

« Poséidon ! » Xiuxiu faillit sauter de surprise, et recula de quelques pas.

Hua Li accompagna sa retraite d’une avance de quelques pas, tendant les bras comme pour lui faire un câlin. « Je parie qu’après aussi longtemps, je t’ai manqué, hein ? »

Lan Jue attrapa le bras de son ami et le tira en arrière. « Arrête de faire n’importe quoi. Venir ici et tout foutre ne l’air. On n’est pas si proches. »

« Tout macho, mais pas humain. Tout le temps la même chose ! »

Pendant ce temps, Xiuxiu s’en était remise, et elle s’inclina devant lui pour le saluer. « C’est bon de vous revoir Poséidon, » dit-elle avec un sourire.

Lan Jue se tourna ensuite vers elle. « Xiuxiu, va dire à Mika et Guoguo que nous descendrons bientôt pour un petit entraînement. Ke’er, si tu pouvais avoir l’obligeance d’inviter le Maître des Vins à nous rejoindre dans l’arène. »

« Oui boss. » Ke’er, s’avançant de derrière le comptoir, et Xiuxiu répondirent à l’unisson.

Lan Jue les laissa alors pour son appartement afin de se changer, Hua Li sur les talons.

« Hey, sœurette, c’était qui ce beau gosse avec le boss ? » Ke’er les regarda partir avec curiosité.

Xiuxiu regarda sa collègue avec surprise. « Tu ne l’as pas reconnu ? »

Ke’er haussa les épaules. « Je devrais ? »

« C’est pas n’importe qui, » répondit Xiuxiu. « Il s’appelle Hua Li, son surnom est Poséidon. »

« Poséidon… Ça sonne familier. »

« T’es sérieuse ? Les Quatre Divins Monarques ? Tu ne vois toujours pas ? »

La compréhension naquit soudainement sur son visage. « C’est ce Poséidon ? »

Xiuxiu hocha. « Les Quatre Divins Monarques sont : Le Dieu de la Sagesse, Prométhée. Roi des Enfers, Hadès. Seigneur de la Foudre, Zeus. Et Roi des Mers, Poséidon. Notre boss est Zeus, évidemment. Juste là, c’était Poséidon. Avec les blessures du boss, il est probablement là pour l’aider à récupérer. Prométhée, qui est venu l’autre jour, est le frère du boss, mais ces deux là ont une relation bien différente. Avant, quand ils se battaient encore côte à côte, il a apparemment pris une blessure grave pour sauver le boss. »

« Je vois. Je n’avais aucune idée que c’était Poséidon ! Il est vraiment pas mal ! Mais je pense toujours que notre boss est le meilleur. Plus masculin ! » Dit Ke’er en hochant la tête résolument.

Xiuxiu couvrit sa bouche pour empêcher un gloussement. « C’est supposé être un compliment ? Tu ne dis pas qu’il est beau, juste ‘masculin’. Je doute que le boss apprécie le choix. »

« Je… Je vais aller voir le Maître des Vins, » bégaya Ke’er, se dépêchant de partir.

Quand Ke’er partit, le sourire sur le visage de Xiuxiu disparut. Un regard étrange arriva dans ses yeux. « Poséidon. » Murmura-t-elle.

ζ

Lan Jue alla se changer, alors que Hua Li se posait dans le canapé. Il avala quelques fruits secs en regardant la télé.

« Nous interrompons notre programme pour un nouvelle urgente. Gobi Entertainment souhaite annoncer la nouvelle sortie de Poséidon ! Poséidon, les Sons de la Nature, fera sa grande sortie sur la Planète Skyfire de l’Alliance de l’Est ! Ce produit de Gobi Entertainment, qui a pris deux ans à produire, a été supervisé personnellement par Poséidon à chaque étape. Qui aurait cru qu’ils allaient choisir Skyfire pour leur début ? La seule question qu’il vous reste à répondre est : êtes-vous prêts ?! »

« Putain ! » Hua Li se leva de son canapé comme si quelqu’un avait allumé un feu sous ses fesses. Plein d’indignation, il se mit à crier à l’écran de télévision. « Je m’enfuis jusqu’ici à Skyfire et ils trouvent ENCORE le moyen d’espionner tous mes mouvements ! Je suis sûr que c’est cette officier l’autre jour. Mo Xiao, tu n’as pas de pitié ! »

Lan Jue sourit, se complaisant dans la mésaventure de son ami. « Tu le mérites. Telles sont les épreuves des gens riches et connus ! »

Hua Li cria pitoyablement vers le plafond. « Pourquoi est-ce un péché d’être beau ? »

À ce moment-là, Lan Jue avait fini de se changer. « Avec autant de narcissisme, je me demande si tu auras besoin de te marier un jour. Tu devrais avoir peur d’être le seul à être capable de t’aimer. »

Hua Li fixa son ami d’un regard pénétrant. « Non. J’ai aussi ton amour. »

« N’importe quoi ! » Lan Jue envoya un coup de pied vers Hua Li, mais son rusé ami glissa habilement hors du chemin. Il resta juste hors de portée dans une pose triomphale.

« Allons-y, » marmonna Lan Jue sombrement.

Ils prirent l’ascenseur vers les Sous-Sols de Skyfire directement depuis la Joaillerie. Mika et Lin Guoguo attendaient déjà selon les instructions de Xiuxiu.

« Oh, vous êtes Poséidon ? Vous êtes vraiment beau ! » Lin Guoguo battit des cils, de l’engouement plein les yeux.

Hua Li lança un regard plein de fierté à Lan Jue. Son message était clair : tu vois ? Toutes les femmes aiment ce que j’ai.

Cependant, l’instant d’après, ce grand sourire se figea, non, il serait plus adéquat de dire qu’il se serra.

Littéralement, puisque Lin Guoguo lui pinçait le visage entre ses doigts. « Poséidon, vous êtes allé voir quel chirurgien plastique ? Même le teint est parfait ! J’ai toujours voulu vous demander. J’ai entendu un journaliste interviewer une armée de chirurgiens. Jusqu’ici, dix-huit ont admis avoir travaillé sur vous. Alors, lequel était-ce en vrai ? »

La figure de Hua Li disparut en un éclair, libre des viles griffes de Lin Guoguo. Il lui siffla, les dents serrées. « Je suis naturel ! Tout ce que tu as entendu n’est que pure calomnie ! »

Lin Guoguo cligna des yeux. « Mais… C’est ce que tout le monde dit. »

  1. NdTFR : Apparemment c’est une sorte de courge https://fr.wikipedia.org/wiki/Lagenaria_siceraria, merci Lwienlin 😉
Cet article comporte 9 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top