skip to Main Content
Menu

Chapitre 100 – Apprentis ?


Source : Version anglaise

Traduit par : Arpakshaad
Checké par : Miss X


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 100


« C’est un enseignant ? » Tan Lingyun, comme le Directeur, regardait Lan Jue éberluée.

Le Directeur se retourna vers sa collègue en colère. « Lingyun ! Encore votre tempérament ! Vous avez clairement encore agi sans réfléchir et traîné le pauvre professeur jusqu’ici. Lâchez-le immédiatement ! Et que se passerait-il si vous blessiez le Professeur Lan avec votre poigne de fer ? »

« Je, eh… Je ne savais pas. » Tan Lingyun relâcha sa prise et Lan Jue s’effondra sur le sol comme un sac de pommes de terre. Sans sa Discipline pour le protéger, la douleur était intense.

« Oh, je suis vraiment désolée. » Elle se pencha immédiatement pour aider le Roi des Mercenaires à se relever.

Le mot triste ne s’approchait même pas d’un début de description pour l’expression sur son visage.

« Pourquoi n’avez-vous pas dit que vous étiez enseignant ? » Les yeux de Tan Lingyun s’écarquillèrent, son ton accusateur.

« Et quelle opportunité m’avez-vous laissée pour le faire ? » Répondit Lan Jue indigné.

Le choc de Tan Lingyun ne fit qu’augmenter. Elle regarda bien ce Professeur Lan. Ces cheveux peignés méticuleusement, corps fin, joli visage, beau costume blanc à nœud papillon. Seulement, le costume avait maintenant une couche de saleté et était irrémédiablement froissé.

Elle couvrit sa honte avec de la colère, plissant les yeux et le fusillant du regard. « Quel genre d’homme êtes-vous de toutes façons ? Vous êtes instructeur à l’Université Nationale de l’Est, et vous n’utilisez pas de Discipline pour vous défendre ? »

Lan Jue faillit s’étouffer, mais au final, sa réponse fut basse et déprimée. « Très bien… vous avez gagné. »

Elle renifla de façon méprisante, puis se retourna. « Directeur Wu, je vous laisse vous en occuper. Occupez-vous de ce jeune pilote, parce que si je le retrouve une nouvelle fois à rôder autour de ma salle de classe, je ne répondrai plus de mes actes. »

La grimace de Richard était profonde et ébahie. « Je n’étais là que pour voir ma femme ! Quel mal y a-t-il à ça ?! »

Tan Lingyun roula des épaules et ses yeux lui lancèrent des éclairs qui coururent le long de son nez, pleins d’une arrogance dominatrice. « Primo, ce n’est pas ta maison. C’est une université. La seule relation que nous tolérons entre étudiants au sein de ces murs est la camaraderie. Si tu veux voir ta femme, fais-le chez toi. Deuzio, Qianlin ne t’a jamais accepté comme mari. Ce mariage que tu as concocté n’est qu’illusion, sans aucun document légal pour le prouver. Par conséquent, si jamais je revois ta face, je formulerai une requête officielle pour te faire expulser de cette école. »1

« Vous ! » Enfin, le tempérament de Richard lui échappa. La faible aura de sa Discipline se mit à émaner de lui.

« SUFFIT ! » La voix grondante de Wu Junyi résonna dans le bureau, froide et autoritaire. Richard sentit une pression dévastatrice lui tomber dessus. La peur soudaine qui l’envahit l’aida à contrôler son tempérament.

« Professeur Tan, vous pouvez y aller. Je vais m’en occuper. »

« Au revoir, Directeur Wu. » Tan Lingyun lui fit un poli signe de tête, se retourna et partit. En sortant d’un pas lourd, elle marmonna assez haut pour que ce soit audible.

« Donc pas un homme. »

Lan Jue et Richard se tendirent tous les deux à l’insulte. Ils se regardèrent rapidement, ne sachant pas qui était visé.

Directeur Wu regarda la ‘Déesse Sauvage’ partir, impuissant. « Professeur Lan, c’est un malentendu. Je vous présente des excuses de la part de Lingyun. Et vous… » Wu Junyi passa son regard rapidement sur Richard. « Je m’occuperai de vous dans un instant. Mettez-vous sur le côté. »

Lan Jue quitta le bureau de l’enseignement pour le bâtiment des enseignements dont il avait été jeté si cruellement. Chemin faisant, un vent froid le suivait. Il frémit et se recroquevilla dans son costume, accablé et découragé. Mais plus que le vent glacé, il y avait un sentiment ineffable qui restait accroché à son cœur. C’était la vie ! À la fin, au moins, ce n’était pas ennuyant. Un rire lui échappa des lèvres. Serais-je une sorte de masochiste ?

« Donc, je vais supposer que tout va bien, puisque tu te souris à toi-même comme ça. » La voix sensuelle était proche. Il tourna la tête, et évidemment, elle était là. Zhou Qianlin se tenait derrière lui, non loin. L’expression sur son visage était plus interrogatrice qu’accusatrice.

« Ouaip, tout va bien ! Pourquoi ça n’irait pas ? » Lan Jue bomba le torse dans un élan de virilité primaire.

Zhou Qianlin se rapprocha, un sourire de connivence mesquin sur le visage. Elle passa une main dans ses longs cheveux soyeux. « Tes habits sont sales. »

« Oh, ça… » Dit-il à travers un rictus.

« Allons-y, » dit-elle, laissant tomber le sujet.

Les deux marchèrent côte à côte, et comme prévu, il n’y avait pas de manque de personnes qui leur lançaient de curieux regards. Le titre de Plus Belle Fille de l’École n’était pas donné à la légère, après tout.

« Tu l’as reconnu ? » La voix de Zhou Qianlin était basse en serpentant dans les couloirs de l’université.

« Mm. Ton fiancé, » répondit-il.

Zhou Qianlin leva les yeux pour le regarder. Elle trouva un visage tranquille et calme comme la surface d’un étang. « Exact, et il est là pour moi. Tu penses que je devrais faire quoi ? »

Lan Jue cligna des yeux. « Ça dépend de toi, comment pourrais-je savoir ? »

Son visage se raidit, mais une bouffée de rire suivit rapidement. « C’est vrai ! Ça dépend de moi. Même si je suis une ‘femme souillée’ je pense qu’il veut encore de moi. Pas de problème alors, tu peux y aller ! »

Elle accéléra et le devança. Lan Jue s’arrêta, ne faisant aucun effort pour la suivre. Il la regarda disparaître lentement au loin. Ses traits ne changèrent jamais, aucune expression ne parut, sauf l’ombre qui revint. Il se tourna vers la direction opposée et se mit en marche.

Bâtiment des Électifs.

« T’es sérieux ? Écoute gamin, si tu te fous de ma gueule, tu sais ce qui va se passer. » Tang Xiao fit craquer ses doigts, baissant le regard sur un Stupide Cabot devant lui.

Il y avait de la véritable peur dans les yeux de Jin Tao alors qu’il se balançait nerveusement d’un pied à l’autre. « Écoute, mec, pourquoi je me foutrais de ta gueule ici ? Tu ne devrais plus me traiter comme avant. Je veux dire, on est pareil maintenant, on est tous les deux apprentis du même maître ! »

Le gras sur le visage de Tang Xiao bougeait à vue d’œil. « Camarades apprentis ? Je n’ai vraiment aucune idée de ce à quoi pensait Professeur Lan. Quelqu’un d’aussi insignifiant que toi, travaillant avec lui ? Je veux dire, il peut osciller ! »

« Osciller ? » Les yeux de Jin Tao faillirent sortir de ses orbites en salivant à l’idée.

Tang Xiao poussa un rire condescendant. « Exactement, osciller ! Sinon, comment pourrais-je être sûr de ses qualités en tant que maître instructeur ? Juste… c’est clairement un dur. Je peux encore sentir les coups qu’il m’a donnés. »

« Est-ce que ta Discipline… » Chuchota Jin Tao sur un ton conspirateur.

Les yeux de son homologue se durcirent. « C’est un secret. Pourquoi le partagerais-je avec un chien galeux ? »

« Tang Xiao, » grogna Jin Tao. « J’ai toléré tes insultes pendant longtemps. Si tu continues comme ça, je vais – »

Tang Xiao répondit en bombant son énorme torse. « Qu’est-ce que tu vas faire ? Cette phrase est ce qui te décrit le mieux. Sans compter que tu ressemble à un chien galeux. Pour les autres, un grand front est synonyme d’intelligence2, mais tu es l’exception qui confirme la règle. Qu’est-ce que tu vas faire, me mordre ? »

Jin Tao eut un reniflement de ridicule. « Et parce que t’es mieux ? Tu grandis dans la mauvaise direction. Quand t’es né, le truc monstrueux qui t’a créé a dû demander pardon pour son erreur ! »

« Tu cherches VRAIMENT la m**** ! » La main de Tang Xiao jaillit, cherchant à attraper le cou de son adversaire.

« Professeur ! » Le cri de Jin Tao arrêta Tang Xiao, mais seulement pour un instant. Il attrapa Stupide Cabot par le col et lui sourit horriblement au visage.

« Ne me sors pas ces conneries. Même un gamin de trois ans ne tomberait pas dans le piège. Il n’est pas encore temps, et le professeur n’est pas là. Je pourrais insulter sa mère et il ne se passerait rien. »

« Ah oui ? » Une voix plate lui parvint en réponse.

Tang Xiao se raidit comme un piquet, le gras mobile de son visage avalant son sourire malicieux. Lentement, son énorme carrure se retourna, et il s’adressa à l’homme derrière lui en parfaite civilité. « Oh, professeur. Vous êtes là. Je, je … je ne faisais que m’amuser. »

Les mains de Lan Jue étaient fourrées dans les poches de son pantalon. Il le regarda, puis Jin Tao, et hocha. « Hm, pas mal. Vos deux Disciplines se sont améliorées. Mais ce n’est pas suffisant. J’étais en voyage d’affaires, et je viens de rentrer. Êtes-vous tous deux déterminés à apprendre de moi ? »

Avant même que Tang Xiao ne puisse ouvrir la bouche, Jin Tao bondit en avant, s’agenouillant devant Lan Jue. Flop.3

« Maître, je suis absolument sérieux. Je vous supplie de m’accepter comme élève ! » Son assurance prenant le pas alors qu’il se penchait aux pieds de Lan Jue, si bas qu’il se cogna la tête contre le sol.

La soudaineté et l’intensité des actions de Jin Tao choquèrent et Tang Xiao et Lan Jue. Un élève se prosternant comme cela devant un professeur, dans quelle année était-on ?

Tang Xiao serra les dents et se pencha aussi bas qu’il le put. « Monsieur, je suis aussi déterminé. »

Lan Jue releva Jin Tao et secoua la tête. « Bien. Puisque c’est le cas, à partir de maintenant, je vais sincèrement vous considérer comme mes disciples. Cependant, si à n’importe quel moment dans le futur, vous ne suivez pas mes ordres, toute relation d’élève à professeur que nous pourrons avoir sera immédiatement dissoute. »

Jin Tao débordait de joie. Il se mit presque à crier à son nouveau maître. « Professeur, quoi que ce soit, vous n’aurez qu’à nous dire quoi faire. » Malgré son apparence constamment arrogante, il était évident que le garçon n’était pas bête. Tang Xiao et lui étaient différents, c’est sûr. Le premier avait du talent, un des meilleurs élèves. Mais celui-là ? On pouvait dire sans crainte qu’il n’était rien. Si ce n’était pour la position de professeur ici qu’avait sa sœur, il n’aurait jamais pu rentrer dans cette école.

L’état naturel de Jin Tao était indifférent, distant, voire méprisant. Cependant, dans son cœur, il aspirait à plus de dignité. Ce qui avait été accru pendant le discours de Lan Jue l’autre jour en classe. Ce jour-là, il devint encore plus déterminé. Il voulait être un prince parmi les Hommes, être un vrai noble. À ses yeux, cela voulait d’abord dire devenir fort. Avec de la force, les critères de base pour la grandeur seraient atteints. C’est pourquoi, sans hésitation, il se jeta au sol devant son maître. Il devait prouver sa sincérité.

« Vas-y… attaque-le ! » Lan Jue pointa un doigt à Tang Xiao, il regarda son professeur désespéré. « Tu peux répliquer, mais aucun n’a le droit d’utiliser sa Discipline. »

« Heh ! » Une lumière démoniaque brilla dans les yeux de Jin Tao, en se rapprochant lentement de son gros adversaire, son sourire avait quelque chose de prédateur.

ζ

« Jin Tao n’est qu’un chien galeux. Malade, et personne ne veut avoir affaire avec lui. Non, plus exactement. C’est un chien galeux qui suit son maître aveuglément. Je suis persuadé qu’il fait semblant d’être fou la plupart du temps ! Il ne devrait pas être appelé le Mastiff Lion Effréné. On devrait l’appeler l’Idiot Comploteur ! »

Mémoires du Renard Métallique, Général des Armées Tang Xiao

ζ

« Ce gros cul de Tang Xiao ne mérite pas d’être appelé un humain. Une cervelle pleine d’ordures et d’obscénités. Quiconque devient son ennemi n’ose pas lui donner une chance d’ouvrir la bouche, de peur que même en en sortant vainqueur, ils lui auraient quand même donné ce qu’il voulait. La meilleure manière reste de le tabasser. De le laisser à un cheveu de la mort. Jusqu’à ce qu’il ne puisse plus ouvrir la bouche. Si on me demandait de lui trouver un surnom, ce serait ça : le Seau de Porc à Grosse tête. C’est ce qui lui va le mieux ! »

Mémoires du Mastiff Lion Effréné, Général des Armées Jin Tao


<< Précédent <<    >> Suivant >>

  1. NdTEN : Avec un tempérament pareil, elle a intérêt à être une sacrée prof !
  2. NdTEN : c’est ce qu’ils disent en Chine. Heureusement, les chauves l’utilisent à leur avantage
  3. NdTFR : je sais pas pourquoi, mais ce flop me fait mourir de rire xD
Cet article comporte 6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top