skip to Main Content
Menu

Chapitre 61 – Éthique professionnelle


Source : Version anglaise

Traduit par : Arpakshaad
Checké par : Ptit Lu


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 61


    

« Tenez. » Lan Jue tendit un morceau d’étoffe dorée à An Liu.

La femme argentée ouvrit doucement l’étoffe pour y découvrir sept doigts et un chèque à l’intérieur.

« Avez-vous payé aussi ? » An Liu regarda fixement Lan Jue.

« Je peux, mais vous devrez me rembourser, » répondit-il, lui souriant à pleines dents.

« D’accord. » Grogna An Liu, son regard se radoucissant quelque peu.

Lan Jue continua. « Escortez ces messieurs hors de Skyfire Avenue. Assurez-vous qu’ils n’y remettent plus les pieds. »

Elle hocha à nouveau la tête, rajusta sa posture, avant de s’incliner formellement. « Je vais soumettre un rapport sur cette déréliction de devoir, et attendrait ma punition. »

Lan Jue leva la main, voulant lui tapoter l’épaule. Mais sa main s’arrêta en l’air quand il vit ses yeux. « C’est bon, ne soyez pas si grave. Allez-y, vous êtes occupée. » Il laissa sa main retomber, se retourna et prit le chemin de joaillerie.

Ting ting ting !

« Re-bienvenue, boss, » salua plaisamment Lin Guoguo.

« Lin Guoguo. Où est Mika ? » Demanda-t-il.

« Mm, » grogna Lin Guoguo. « Elle boude là-bas. »

Lan Jue eut un petit rire et se dirigea derrière le comptoir pour espionner Mika. Il lui sourit. « Si tu continues à te mettre en colère pendant les heures de travail, je vais devoir réduire ta paie ! »

Mika leva la tête pour fusiller Lan Jue du regard. « Quand nous as-tu seulement donné un salaire ? »

« Eh… » Lan Jue se frotta le nez en défense. « Je ne sais même pas combien gagne la boutique. Mais ce qui est à moi est à toi ! »

Les yeux de Mika prirent une couleur malicieuse. « Est-ce que c’est aussi vrai pour les gens ? »

« Certainement pas ! » Lan Jue se tint droit d’indignation. « Je suis un homme de haute intégrité morale ! »

« Pfft ! » Le son ne vint pas que de Mika.

Lan Jue se frotta le visage. « D’accord, ne t’énerve pas. Tu sais pourquoi je ne t’ai pas laissé t’en mêler. »

Mika fronça les sourcils, sa voix portant des traces de moue. « Pour me charrier. »

Lan Jue lui sourit amèrement. « Ton pouvoir est juste trop dangereux. Pense à ce que ça ferait à l’Avenue si tu perdais le contrôle. Tu n’aimes pas cet endroit ? »

Mika se leva brusquement. « Qu’est-ce que tu crois ? Tiens ! » Elle lança une clé USB à Lan Jue.

« La localisation du dépôt de la pierre de pouvoir ? »

« Mm. » Mika hocha la tête.

« Vous ne devriez pas être aussi cachottiers ! Je vais devenir jalouse ! » Lin Guoguo se rapprocha, sa lèvre rose en avant.

Mika gloussa, passant son bras autour de Lin Guoguo, lui faisant un petit bisou sur la bouche. Le visage de Lin Guoguo devint rouge, ses yeux s’écarquillant de surprise. Elle lança un regard plein de reproches à Mika.

« Je n’ai rien vu. Je m’en vais. » Lan Jue couvrit ses yeux d’une main et pinça son nez de l’autre de peur qu’il ne se mette à saigner*. Il se retourna rapidement et partit.

« Peureux, » marmonna Mika.

« Mikaaa ! » La voix furieuse de Lin Guoguo résonna à travers la boutique, faisant sursauter Mika.

« D’accord, d’accord ! Je ne te ferai pas réciproquer. » Elle disparut rapidement derrière un coin, loin de la portée de Guoguo.

« Tu as volé mon premier baiser ! »

« N’importe quoi. Tu n’avais pas profité de lui quand il dormait, l’embrassant après qu’il t’ait sauvé la vie cette fois-là ? »

« Comment le sais-tu ? »

« Je faisais semblant de dormir ! » dit Mika d’un sourire démoniaque.

« Mika ! Je vais te tuer ! »

ζ

Tôt le matin, après s’être lavé le visage et les dents, Zhou Qianlin commença son jogging matinal.

La plupart des gens étaient encore dans les bras de Morphée à cette heure-là. Elle adorait ses joggings matinaux ; ils enlevaient le sommeil de son corps, faisaient circuler son sang, et la mettaient en forme pour la journée.

Cependant, contrairement à son caractère habituel, son esprit courrait plus vite que son corps.

Il enseignait un cours électif, il n’avait donc pas besoin de venir à l’école tous les jours. Elle avait oublié hier de lui demander son emploi du temps.

Elle ne s’était pas attendue à ce qu’il l’aide aussi volontiers à s’occuper de ses vieux amis.

En s’en souvenant, elle ne put empêcher un sourire de s’afficher sur son joli visage.

« À quoi penses-tu, qu’est-ce qui te fait sourire comme un petit renard. » La voix survint de derrière elle, la faisant sursauter. Elle tourna la tête et aperçut quelqu’un pas loin, les bras croisés sur sa poitrine.

« Toi, que fais-tu là ? » La montagne était lieu de résidence d’un grand nombre de riches et notables. La sécurité était réputée inviolable.

Lan Jue parla. « Tu sais, c’est si difficile de venir sur cette montagne, comment suis-je sensé te protéger ? » Il passa ses yeux sur sa silhouette en parlant.

Elle portait un simple pull blanc, et un mouchoir similaire tirant ses beaux cheveux noirs en arrière en une queue-de-cheval. Elle ne portait pas de maquillage, laissant sa beauté naturelle prendre le dessus.

Zhou Qianlin fronça le sourcil. « Tu sais que cet ego surdimensionné est particulièrement peu attrayant. Tu ne penses pas que je vais appeler la sécurité ? »

Lan Jue parut choqué. « Tu ne ferais pas ça. Je t’amène à dîner ce soir, j’ai le droit à un peu de mou. »

« Hmph ! » Zhou Qianlin était très amusée par son apparente agitation. Mais elle récupéra rapidement. « Vas-y. Pourquoi es-tu venu jusqu’ici aussi tôt dans la matinée. »

Lan Jue eut un petit rire. « Je suis garde du corps, non ? Je suis évidemment là pour t’amener à l’école. »

Zhou Qianlin répondit. « J’ai du mal à le croire. »

« C’est vrai, » dit-il. « Je ne donne pas de cours alors je n’irai pas sur le campus. J’ai autre chose qui requiert mon attention. Mais je me suis dit que je viendrais plus tôt pour t’amener. Je reviendrai ce soir pour t’amener au dîner. On pourra le faire à vélo comme hier. »

Zhou Qianlin le regarda la bouche ouverte. « Regardez-le, il est tout responsable ! »

Lan Jue releva le menton fièrement. « On appelle ça ‘l’éthique professionnelle’ ! »

« Et bien, attends un petit moment. Laisse-moi me changer, et l’on pourra y aller. »

« Rien ne presse. J’imagine que tu n’as pas encore pris de petit-déjeuner. Mange, on partira après. Je t’attendrai ici. » Lan Jue lui sourit.

« Très bien, » répondit-elle, elle se retourna ensuite et courut chez elle.

Bai Xiao regarda sa fille sauter dans la salle. C’était étrange pensa-t-elle. « Qu’est-ce qui te met de si bonne humeur, Linlin ? »

« Je suis heureuse ? » Répondit Zhou Qianlin.

« Cela fait un moment que je n’avais pas vu ce sourire sur ma fille, comme mille lys en fleurs, » vint sa réponse.

Son visage vira au rouge, et elle tira la langue à sa mère. « Ah oui vraiment ? »

Bai Xiao hocha la tête sincèrement.

« Est-ce que le petit-déjeuner est prêt maman ? » Zhou Qianlin essaya rapidement de changer le sujet.

« Ouaip. Tu es rentrée tôt ce matin. Ton père vient juste de se réveiller. »

Zhou Qianlin ria. « Très bien, je vais commencer par manger alors ! »

« Bien sûr. Qianlin, veux-tu que la voiture te dépose ce matin ? »

Zhou Qianlin lança un regard désespéré à sa mère. « Maman, pourquoi poses-tu la même question tous les jours ? Notre maison et notre voiture appartiennent toutes à l’Alliance de l’Est. Ils ne sont pas à nous pour usage personnel ! Je m’amènerai toute seule à l’école. » Elle parla au-dessus de son épaule en se dirigeant vers la salle à manger.

Bai Xiao ne put s’empêcher de sourire en regardant la silhouette de sa fille s’éloigner. « Petite coquine, tu es si jolie ! Ta mère ne se sent pas en sécurité ! Même si… peu importe. Du moment que tu es heureuse. Peut-être qu’avoir rompu ce contrat de mariage était une bonne chose.

——————————————————–
*NDT : Une scène courante dans les animes, voir quelqu’un de sexy ou d’excitant fait saigner du nez le personnage observateur.

 

 

 

<< Précédent << >> Suivant >>

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top