skip to Main Content
Menu

Chapitre 48 – Nooblet, le Tableau Blanc


Source : Version anglaise

Traduit par : Arpakshaad
Checké par : Ptit Lu


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 48


    

Gilet blanc et short long. C’est ce que Lan Jue avait choisi de porter. Du moins, ainsi était-ce dans DreamNet où il avait gagné le nouveau surnom de Tableau Blanc.*

Lan Jue avait huit ans la première fois qu’il s’était connecté à DreamNet, et n’avait plus vraiment été un noob depuis. Couplé avec son choix de s’appeler Nooblet, il ne pouvait pas paraitre plus virginal.

Regardant ses vêtements ridicules, Lan Jue ne put s’empêcher de rire. “Définitivement le mythe du ‘Blanc Bec.’”

Les meilleures écoles avaient la possibilité de demander leur ‘espace’ privé dans DreamNet. C’était là que Lan Jue était actuellement, le centre étudiant de la zone de l’Université Nationale de l’Est dans DreamNet. Il n’y avait aucun magasin public ou de décoration ici, uniquement des terrains d’entraînement pour des cours de mécha.

Que ferait un nouveau ? pensa-t-il. Lan Jue se tapota le front, comme il n’en avait aucune idée. Après tout, il n’avait pas été nouveau depuis de nombreuses années.

“Hey gamin, stop !”

Comme Lan Jue se remémorait ses comiques premiers quand il avait débuté, la voix l’arrêta net.

Trois grandes silhouettes surgirent devant lui, chacune en tenue de vol.

Ah oui, je devrais probablement commencer par acheter une combinaison. Elles devraient être gratuites vu que c’est une école. Puis me trouver un mécha de base. Ouais, c’est ce que je devrais faire.

Il fut ramené au présent par les trois silhouettes devant lui.

“Hey, j’te parle. T’es sourd ?” Un des gars, un gosse, tout juste la vingtaine, envoya un coup de pied à Lan Jue qui le fit trébucher.

“Ach,” Lan Jue grogna de douleur, ça avait fait un peu mal. DreamNet avait été conçu ici avec une simulation de la douleur pour rendre le combat plus authentique. Dans le marché civil, la douleur pouvait être ajustée entre un et trente pour cent, mais à l’école ils étaient fixés constamment à cinquante pour cent.

“Newbie, eh. Sors ton bonus,” menaça le jeune homme. Il s’approcha et attrapa Lan Jue par le col.

Ahh, c’est vrai. Les nouveaux ont le droit à un bonus – ça devrait être cinquante DreamBits pour s’acheter le minimum. Les DreamBits étaient en fait la monnaie virtuelle, mais pouvaient être échangés pour de la monnaie courante sur un coup de tête. En fait, elle était acceptée comme une quatrième monnaie universelle dans les trois Alliances.

“Non,” Lan Jue répondit misérablement.

Le jeune homme le poussa, le faisant tomber par terre. “Écoute gamin, tu ne comprends clairement pas la situation. Alors je suppose que je vais devoir te la faire comprendre de force. Les niveaux de douleurs sont fixés ici. Et dans DreamNet, personne ne sait qui l’on est – un secret bien gardé dans les serveurs de DreamNet.”

Lan Jue se releva. Il n’avait certainement pas l’intention de venir ici pour taper sur les gens, mais il n’était pas non plus enclin au masochisme. Malheureusement, DreamNet n’avait pas d’Adeptes ni de Disciplines. Il n’était qu’un citoyen moyen et en forme, ne possédant que le niveau un basique de talent nécessaire pour piloter les méchas de bas niveau. S’il ne s’adaptait pas aux circonstances, il pouvait s’attendre à se faire taper.

Les deux autres le contournèrent, Lan Jue était maintenant encerclé. Visiblement, ce n’était pas la première fois qu’ils avaient fait cela.

Lan Jue soupira, et fixa des yeux chacun des trois jeunes, ils étaient pleins de pitié. Il commença à bouger son avatar virtuel.

Soudain, une jolie voix sonna dans son dos. “Encore vous trois !”

Suivant l’appel, une silhouette voltigea comme un éclair.

Bang ! pow ! Crack ! Thwap ! En moins d’une seconde, les trois types se mirent à voler dans toutes les directions comme des feuilles mortes. Ils tombèrent, en criant, une douzaine de mètres plus loin.

Une figure héroïque apparut alors debout devant Lan Jue.

Lan Jue la regarda stupéfait. Ses longs cheveux blonds, ses yeux bleus-ciel, et ses jambes exceptionnellement longues. N’était-ce pas l’amie de Zhou Qianlin ? Celle qui l’avait accompagné en classe ?

Tang Mi n’avait rien changé de son avatar dans DreamNet.

Les trois garçons se ramassèrent tant bien que mal, et partirent en courant sans se retourner. Visiblement, ce n’était pas la première fois qu’ils rencontraient Tang Mi.

Tang Mi fulmina. “Si je savais dans quelle classe sont ces dégénérés, je les tabasserais jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus essuyer leur derrière. Hey, Tableau Blanc, ça va ?”

“Je vais bien, merci,” Lan Jue dit sincèrement.

Tang Mi pointa un grand bâtiment devant eux. “Les noobs vont là-bas pour s’enregistrer et avoir un mécha. Prends-en un, puis va à l’aire de combat pour l’entraînement. Si tu rencontres ces punks une nouvelle fois, appelle. La sécurité sera là en un rien de temps. Et tu n’as pas besoin de t’inquiéter à leur propos, ils font peur à tous les nouveaux, mais ils ne sont pas dangereux.

“Ah.” répondit Lan Jue.

Tang Mi se retourna et partit, sa vaillante silhouette marchant dans le soleil couchant virtuel.

Un certain sens de la justice chez cette fille, apprécia Lan Jue silencieusement.

Il y avait une pancarte sur le grand bâtiment, ‘Bâtiment d’Instruction’. Cinq minutes plus tard, Lan Jue sorti, tout juste enregistré et avec une combinaison toute neuve. Il regrettait quand même le ‘Nooblet’ inscrit sur le dos.

Il lui fallait ensuite choisir un mécha. Le développement des méchas s’assurait qu’ils avaient une apparence humanoïde, mais il y avait différents types de méchas à des fins différentes.

Et donc, une ardoise vierge comme Lan Jue avait le choix entre deux types ; longue distance ou corps à corps. Il choisit le corps à corps sans aucune hésitation.

“Voulez-vous choisir ce modèle et entrer dans l’aire d’entraînement ?”

“Oui.”

Une lueur emplit ses yeux et en un instant Nooblet était installé dans le cockpit de son mécha tout neuf.

Sabre-Mech, c’était le nom de l’appareil que Lan Jue avait choisi. Dix mètres de haut, pesant dans les trente tonnes, le mécha léger était équipé d’un bouclier et d’une épée en alliage de titane.

Ses dix doigts volèrent sur les contrôles du cockpit, et en retour, le Sabre-Mech se leva. Il se mit à avancer d’un pas stable et lourd.

Les méchas modernes se contrôlaient par une combinaison de manipulation physique et de lecture d’ondes cérébrales. Les pilotes avec des Talents particulièrement avancés étaient capables de fusionner avec leurs méchas, façon de parler, amplifiant leur pouvoir. Mais cela nécessitait des appareils de haut niveau.

Le contrôle par la pensée seule était instable, et influencé par l’état du corps. Le contrôle manuel, en revanche, ne permettait pas un temps de réaction assez rapide. Ensemble, en revanche, ils permettaient un contrôle complet et parfait.

L’aire d’entraînement avait été séparée en trois régions ; pour les pilotes débutants, intermédiaires et avancés. Dix victoires dans la région élémentaire vous amenaient au niveau intermédiaire. Cent victoires vous obtenaient une place au niveau avancé. Une fois mille victoires obtenues, des niveaux encore plus élevés étaient disponibles. Cependant, en général, seuls les Étudiants Nationaux atteignaient ce niveau de réussite. En fait, obtenir mille victoires dans les simulations DreamNet était une condition pour être diplômé en tant qu’Étudiant National. Les étudiants en licence n’en avaient besoin que de cent.

En conséquence, tous les étudiants en méchas de combat étaient tenus d’y entrer. Leur cours requérait une maitrise basique du contrôle, et cela voulait dire qu’un minimum de dix victoires était nécessaire pour obtenir les crédits du cours.

——————————————————————————————————–

* »Tableau Blanc » est ici l’équivalent d’une ‘ardoise vierge’, jamais testé.

 

<< Précédent << >> Suivant >>

Cet article comporte 3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top