skip to Main Content
Menu

Chapitre 44 – Raconter des Histoires


Source : Version anglaise

Traduit par : Kayorko
Edité par : Zareik
Checké par : Ptit Lu


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 44


       – Voilà ce qu’est l’aristocratie ! Ces quatre simples mots résonnaient dans la salle de classe.

Inconsciemment, Jin Tao s’était assis légèrement plus droit et un scintillement, éveillé par le discours excitant, avait envahi ses yeux. C’était un sentiment qui était partagé par quasiment tous les élèves qui étaient présents.

L’expression du visage de Wu Jinyu s’était adoucie et à côté de lui, le souffle de Jin Yan s’était accéléré pour correspondre à son visage rouge.

Les yeux verts jades de Tang Mi brillaient. À côté d’elle, Zhou Qianlin, bien que son expression soit inchangée, avait le cœur qui battait d’excitation.

       – Avant le dix-huitième siècle de l’Ère Précédente, les nobles faisaient partie intégrante de la société. Même aujourd’hui, les plus vieilles familles protègent et passent leurs titres de noblesse à leurs héritiers. Lorsque la noblesse devint des citoyens ordinaires, la bourgeoisie ne s’éleva pas, ne se rangea pas contre leur culture. Au contraire, ils envoyèrent leurs filles et leurs fils dans les écoles dirigées par ces personnes dans l’espoir de devenir eux-mêmes des aristocrates. Ils achetaient des titres, des insignes et des rangs, tout ce qu’ils pouvaient hériter de ce manteau de « noble ». La raison pour laquelle l’institution noble a continué jusqu’à maintenant est parce qu’elle a gagné l’approbation et la reconnaissance des gens. Parce que les personnes croient que cet esprit noble représente un certain honneur… une certaine dignité.

       – Dans les vieux jours, les batailles étaient plus ou moins toutes les mêmes ; sur le champ de bataille se trouvaient les ennemis. De retour à la maison, ils étaient voisins. En étudiant comment ces gens se battaient, les gens voient maintenant ces combats comme des bagarres d’école.

       – Il y a longtemps, dans l’Ère Précédente, un roi est mort. Son petit-fils, Henry et le fils de sa sœur, Stephen, pensaient tous les deux qu’ils étaient le réel héritier du trône d’Angleterre. Stephen était déjà dans le pays au moment où le roi s’était éteint, il fut donc le premier à arriver. Il se précipita pour clamer le trône comme sien. Henry, de son côté, était sur le continent et en entendant ces nouvelles, lui en voulut. Il leva donc une armée de mercenaires pour confronter Stephen. Mais Henry était jeune et inexpérimenté et conduisit ses troupes sans réelle stratégie ou plan. Lorsque son armée de mercenaires arriva sur les rives qui l’avaient vu naître, il avait déjà dépensé tout son argent. Leur nourriture aussi était épuisée. Que pouvait-il faire ? C’est à ce moment qu’il fit quelque chose qu’un citoyen normal n’aurait pas pu faire ; il écrivit à son adversaire Stephen et le supplia d’envoyer de l’aide. Il écrivit qu’il s’était embarqué dans une expédition, mais qu’il avait échoué à apporter le bon nombre de provisions. Il lui demanda une assistance financière afin d’être capable de renvoyer les mercenaires chez eux. Étonnamment, Stephen accepta et envoya à son cousin des fonds. Et en réponse, Henry essaya plus tard une seconde fois d’obtenir le trône.

Tandis qu’il relatait cette histoire, Lan Jue reprit son ton normal égal. Un léger sourire était sur son visage tandis qu’il continuait d’avoir l’attention de toutes les oreilles présentes dans la pièce.

       – Quelqu’un vous offre une assistance financière et vous retournez la faveur en essayant de le tuer. La plupart appelleraient cela au minimum, de l’ingratitude, mais les nobles pensent que donner à ses ennemis une dose de clémence est une question d’honneur. Si la compétition est nécessaire, alors la compétition aura lieu. Et c’est pourquoi quelques années plus tard, Henry mena ses armées contre Stephen pour une deuxième tentative. À ce moment, il était devenu plus âgé et plus sage ce qui en résulta par la défaite de Stephen. Henry avait gagné, mais le résultat fut très intéressant. Les deux signèrent un traité dans lequel ils acceptèrent que Stephen reste sur le trône, mais qu’Henry devienne son successeur. Peu de temps après que Stephen succombe à son âge, Henry devint roi. Pour une personne ordinaire, gagner un titre de successeur après avoir vaincu dans une victoire difficile semble valoir le coup. Mais c’est précisément l’esprit de la noblesse. Henry utilisa le code de l’aristocratie pour repayer Stephen pour sa précédente clémence.

Lan Jue fit une pause, perdu dans ses pensées. La lueur dans ses yeux devint graduellement plus sérieuse.
       – Au regard de la noblesse d’esprit, il y a encore une autre histoire qui me fait frissonner et qui est inoubliable. C’était à l’époque où j’étais encore un étudiant, une histoire que mon propre professeur m’a dite. Aujourd’hui, je vais vous la transmettre à vous.

       – Dans l’Ère Précédente, l’humanité avait construit un vaisseau naval énorme. Ils le nommèrent le Titanic.

      – Le nom Titanic avait été emprunté de la mythologie grecque, il se référait aux géants appelés les Titans. Les Titans souhaitaient entrer en guerre contre le dieu Zeus au nom de mystérieuses forces de la nature. Ils furent finalement vaincus et bannis dans les profondeurs de l’océan Atlantique, enterrés plus profondément que le dix-huitième étage de l’enfer lui-même. C’est pourquoi les personnes dirent que le nom « Titanic » était mal choisi et était une invitation à la catastrophe.

       – Et, comme prédit, le vaisseau coula dans le fond de la mer dans un accident.

À la mention de Zeus, Zhou Qianlin leva sans faire attention la tête. Ses yeux trouvèrent ceux de Lan Jue qui la regardait en retour.

Lan Jue continua.
       – Mais la différence entre ce grand vaisseau et les titans était que la seule chose qui avait coulé était son acier… ses éclairs… ses personnes. Son esprit ne fut jamais conquis. Le Titanic coula avec la vie de mille cinq cents passagers, mais l’esprit invincible de la civilisation humaine resta. Insubmersible.

La voix de Lan Jue augmenta tandis qu’il continuait.

       – Tandis que le vaisseau coula, huit musiciens se tinrent calmement sur le pont et jouèrent de leurs instruments. Ces notes incarnaient la dignité et l’honneur de l’esprit humain, refusant de s’incliner devant les actes impitoyables de la nature. Comme le fameux auteur Hemingway l’écrivait dans son livre Le Vieil Homme et la Mer : l’homme n’est pas fait pour la défaite. L’homme peut être détruit, mais pas vaincu. Les requins suivant le vieil homme peuvent le dévorer jusqu’à ce qu’il ne reste plus que ses os, mais ils ne peuvent dévorer l’esprit courageux des marins. C’était le feu brûlant de l’esprit intérieur, la volonté d’un homme que même l’océan entier ne peut éteindre.

       – Même de nombreuses années après, les personnes louèrent l’action de ces musiciens et de ces marins. Comment pouvaient-ils avoir eu tant de courage face à la noyade ? Comment avaient-ils pu continuer leur travail alors que la mort reposait dans les eaux tumultueuses ? Comment avaient-ils pu garder ce noble sentiment et attendre que toutes les femmes et enfants aient rempli les canots de sauvetage avant de penser à eux-mêmes ? Les statistiques disent que soixante-dix pour cent des marins moururent lors de l’accident, un ratio qui dépassait les passagers de première, seconde et troisième classe combinés – mais ils donnèrent l’opportunité aux autres. Ils prirent la situation désespérée sur eux. Ce n’était pas seulement un ou deux marins qui le firent. Tous les neuf cents employés, incluant les marins, les serveurs, les pompiers, et même le cuisinier, tous choisirent de rester derrière ; tant de personnes prêtes à faire ce qu’ils ont fait. Lorsque nous y pensons aujourd’hui, ce type d’esprit de l’humanité n’est pas contraire à ce qu’ils ont dit à propos du grand vaisseau qui coulait. C’est presque incroyable.

*****

<< Précédent << >> Suivant >>

Cet article comporte 3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top