skip to Main Content
Menu

Chapitre 36 – La Peine Capitale


Source : Version anglaise

Traduit par : Kayorko
Edité par : Zareik
Checké par : Ptit Lu


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 36


       – Deux choses, répéta le Gardien. Dis-moi.

Lan Jue tendit la boîte qu’il avait entre les mains au vieil homme.
       – C’est une Gemme de Pouvoir que j’ai récemment acquis. Elle émet des radiations puissantes et après avoir fait quelques recherches, j’ai découvert que son pouvoir interne de compression est de rang-A. Mais cette gemme n’apparaît dans aucune archive. Comme tu es l’âme la plus sage de Skyfire Avenue, j’espérais que tu puisses m’offrir quelques pistes.

Le Gardien prit la boîte et l’ouvrit sans hésiter. Une légère lumière se mit à pulser de la boîte avant de trembler et de cesser complètement.

Le Gardien sortit alors la gemme de la boîte et l’examina de près. Après quelques minutes, il fronça les sourcils.
       – Si tu n’es pas pressé, je te suggère de la laisser ici. Je vais l’examiner de plus près. Elle ne ressemble à rien que j’ai pu rencontrer dans le passé.

       – Bien, répondit Lan Jue, sans hésitation. Après tout, le Gardien ne vendait pas seulement des livres. Il était aussi un scientifique accompli et cette pierre avait clairement piqué son intérêt.

       – Et la deuxième chose ? s’enquit le Gardien qui venait de replacer la pierre dans la boîte avant de poser celle-ci sur la table à thé.

Lan Jue commença,
       – Je me rappelle que tu as une très bonne relation avec les meilleures écoles des Trois Alliances. Serais-tu par hasard familier avec l’Université Nationale de l’Est ?

Le Gardien lui jeta un coup d’œil.
       – Quoi ? Comptes-tu passer ton doctorat ? Ne t’embête pas, c’est impossible d’apprendre à un vieux singe de nouveaux tours – et ils n’ont rien à t’apprendre de toute manière ! Héhéhé.

Le visage de Lan Jue se rembrunit d’exaspération. Il est juste comme un berger avec son troupeau.

       – Hm, tu n’as pas tort, je suis déjà un vieux. J’espérais entrer à l’Université en tant qu’instructeur.

       – Un instructeur ? Le Gardien cligna des yeux de surprise et un grand sourire apparut sur son visage. Il fixa Lan Jue avec admiration. Tu veux être un professeur ? Est-ce que j’ai bien entendu ? Tu ne vas pas faire ça pour corrompre la jeunesse de notre nation, j’espère !

Lan Jue força un sourire étrange sur son visage.
       – Gardien, est-ce honnêtement ce que tu penses de mon caractère ?

       – Oh, pas du tout, répliqua le Gardien, c’est juste qu’il n’y a pas longtemps, j’ai vu quelque chose à propos d’un homme qui avait volé la femme de quelqu’un d’autre. Une terrible chose.

       – Euh… Le visage de Lan Jue se rigidifia. Il était certain d’avoir bloqué le Réseau Satellite de Skyfire à ce moment. Le Gardien avait-il vu ?

       – J’ai quelques connaissances, continua nonchalamment le Gardien. Te trouver une place en tant qu’instructeur ne devrait pas être trop difficile. Le doyen est juste un vieil homme comme moi qui a passé sa vie à tenter d’éveiller les esprits de ses étudiants. J’espère juste que le professeur que je vais recommander ne finira pas par avoir une mauvaise influence.

Lan Jue fit de nouveau un grand sourire en direction du vieil homme.
       – Pour tout dire, je ne suis pas réellement très bon comme professeur. Je vais en réalité servir de garde du corps donc un poste officiel sans réelles responsabilités serait parfait.

       – Que cherches-tu donc alors ? demanda le Gardien.

Lan Jue, en réponse, s’approcha de l’oreille du vieil homme avant de lui chuchoter quelque chose.

Lorsque Lan Jue eut fini de parler, c’était comme si le visage ridé du Gardien s’était encore plus creusé.
       – Tu es sérieux ?

Lan Jue reprit une contenance sérieuse.
       – C’est un domaine dans lequel je suis compétent et je peux te promettre que je n’aurai pas de mauvaise influence ou que je ne serai pas un mauvais professeur. Les élèves qui apprendront ces compétences ne seront certainement pas désavantagés.

Le Gardien lui rendit un regard étrange.
       – Intéressant, murmura-t-il. Très intéressant. Très bien, alors tu peux y aller et essayer. Mais sois assuré que si tu détériores ma relation avec l’université, je ne te pardonnerai pas.

       – Sois rassuré. Je connais les implications.

Lan Jue n’osait pas offenser l’homme qui était devant lui. Il avait entendu des histoires racontées par le Maître des Vins. Le vieil homme avait apparemment perfectionné la science de la même manière qu’une Discipline et était devenu un Adepte de la science. Il daignait rarement agir, mais lorsqu’il le faisait, le monde tremblait. Un scientifique fou capable de jeter des positrons explosifs de ses mains tout en se tenant dans les airs. Ce n’était probablement pas la meilleure idée que de le mettre en colère. Le Maître des Vins avait une fois dit à Lan Jue que Skyfire Avenue ne contenait que deux Adeptes de dixième grade synthétique. Le Gardien était l’un des deux. Il était aussi considéré comme l’arme ultime de Skyfire Avenue. Son pouvoir était considéré comme « synthétique » parce qu’il ne venait pas de son Talent génétique pur, mais d’un apprentissage intense et de cultivation. Son Talent naturel réel n’excédait pas le sixième grade.

La deuxième personne au dixième grade était naturellement le Clairvoyant. En surface, les deux semblaient incapables de tenir debout pour se battre. Seuls les membres internes du conseil connaissaient la vérité ; ils n’étaient pas mauvais au combat, juste très mauvais pour n’y aller qu’à petite dose. Lorsqu’ils se battaient, ils ne pouvaient s’empêcher de déchirer la terre et les cieux…

       – Rappelle-toi jeune homme, lorsque le temps viendra de montrer ton pouvoir, ne retiens rien. Parfois, le meilleur moyen d’éviter les ennuis est de montrer aux autres de quoi tu es capable.

*****

Trois jours plus tard, une lettre provenant de l’Université Nationale de l’Est arriva à la Bijouterie de Zeus avec une date de rendez-vous.

       – Boss, tu vas être un professeur ? Les yeux brillants de Ke’re regardaient Lan Jue avec attention.

Lan Jue hocha la tête à moitié.
       – Uh-huh.

Ke’re soupira d’envie.
       – Alors tu seras définitivement le plus beau professeur là-bas ! C’est juste… pourquoi ?

Lan Jue fit un grand sourire.
       – Je n’ai rien à faire de mon temps libre.

       – Hein ?! Ke’re sembla s’étouffer avec sa propre salive. Je t’accompagnerai, d’accord ! Oh, et d’ailleurs, le Gourmet m’a dit de te rappeler que le Thon Rouge sera prêt dans deux jours.

       – Mmhm, dit Lan Jue. Ses yeux s’illuminèrent. C’était certainement une très bonne nouvelle. Je vais derrière pour me reposer un moment. Je dois me préparer pour répondre à l’appel du devoir.

       – As-tu besoin que je t’aide à emballer des choses ? s’enquit la gentille voix de Xiuxiu.

Lan Jue secoua la tête.

Après être retourné dans sa chambre, Lan Jue sortit son communicateur interstellaire et composa un numéro.

Après un moment, une voix plaisante résonna dans le haut-parleur.
       – Que fais-tu ?

Doucement, Lan Jue répondit.
       – À ta demande, je vais aller à l’école cet après-midi pour un rendez-vous. As-tu besoin de ma protection ?

La voix calme devient silencieuse à moment.
       – Restons en contact. Cet après-midi, je te ferai visiter le campus. Une fois que tu seras plus familier avec les lieux, nous discuterons un peu plus.

       – Bien, répondit rapidement Lan Jue.

       –  Oh, au fait, quel est ton nom ? demanda Zhou Qianlin.

Lan Jue ne comprenait réellement pas comment cette fille pouvait le mettre si facilement en colère

       – Ne te l’ai-je pas dit ce jour-là ?

       – L’as-tu ? J’ai oublié. J’ai tendance à ne pas m’embêter avec les choses ou les personnes qui ne sont pas importantes.

       – Mon nom est Lan Jue, grogna-t-il à travers le combiné.

Zhou Qianlin continua.
       – Je pensais d’ailleurs que ce serait mieux si nous prétendions que nous ne nous connaissons pas lorsque nous sommes en public. Tu peux me protéger dans l’ombre. Comment faire est de ton ressort, après tout, ce ne devrait pas être mon travail de te dire quoi faire.

Lan Jue était confus.
       – Pourquoi ? Qu’est-ce que c’est que ce soudain changement de décision ?

       – Parce que, dit-elle, si mes camarades de classe découvrent que je te connais, ils en viendraient à questionner mon manque de goût.

       – …

       – D’ailleurs, je voulais te demander une question juridique, dit Zhou Qianlin. On ne peut pas recevoir la peine capitale pour avoir ennuyé quelqu’un à mourir, n’est-ce pas ?

       – Zhou Qianlin, saurais-tu par hasard ce que je vais enseigner à l’université ? demanda Lan Jue. L’indignation qui le dévorait venait d’être soudainement dissoute et remplacée par un sourire farceur. T’ennuyer à mourir ? Haha, tu n’as pas encore vu de quoi je suis capable.

*****

<< Précédent << >> Suivant >>

Cet article comporte 11 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top