skip to Main Content
Menu

Chapitre 30 – Une Autre Avenue Skyfire


Source : Version anglaise

Traduit par : Kayorko
Edité par : Zareik
Checké par : Ptit Lu


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 30


       – Non merci, répliqua Lan Jue. Il n’était pas de bonne humeur et n’était donc pas du tout intéressé par le challenge du Barbier. Il se tourna de nouveau vers la bibliothèque, prêt à reprendre son chemin.

*Whoosh*, une silhouette le dépassa. Le Barbier réapparut devant Lan Jue, lui bloquant le passage.

       – Je ne suis pas d’humeur, lui dit Lan Jue qui s’était arrêté.

Le Barbier, par contraste, sourit.
       – De mon côté, mon humeur est au beau fixe.

Lan Jue lui fit un demi-sourire,
       – Aller, maintenant que nous avons fini de partager nos sentiments, je suppose que nous allons devoir nous occuper de ça.

       – Ça à l’air amusant, je serai la juge ! L’Esthéticienne, qui n’était pas très loin d’eux, les avait entendus et elle s’approcha d’eux.

Ils retournèrent tous les trois au musée, chacun porteur d’un emblème sur leur poitrine. Chaque badge était argenté et incrusté de dix-huit gemmes colorées. Ensemble, elles représentaient l’image d’une flamme qui brillait de manière majestueuse même dans la plus sombre des nuits.

Ils se dirigèrent vers l’ascenseur installé à côté de l’escalier en colimaçon du musée. L’Esthéticienne leva la main et la plaça sur le mur en marbre, à côté de l’ascenseur.

Une lumière brilla instantanément au-dessus de l’ascenseur et les baigna de sa lueur en les inspectant. Elle se mit à scintiller en passant sur leurs badges. Quelques secondes plus tard, un *di di* d’approbation se fit entendre.

Les portes s’ouvrirent alors, et révélèrent un espace de cinq mètres carrés.

Les trois entrèrent et, bien qu’il n’y ait aucun bouton à l’intérieur, les portes se fermèrent automatiquement derrière eux.

Une voix électronique emplit l’habitacle.
       – Bienvenue aux Membres du Conseil, Maître des Joyaux, Esthéticienne et Barbier.

Une légère sensation d’apesanteur les traversa, indiquant la descente rapide de l’ascenseur. La sensation dura une longue minute avant de disparaître puis les portes s’ouvrirent sans bruits. Immédiatement, d’innombrables bruits les entourèrent.

Avant de sortir, les trois retirèrent d’un même mouvement leur badge de leur poitrine. Leur emblème représentait leur appartenance au Conseil. Dans un endroit comme celui-ci, cet emblème avec un grand impact et était un symbole de pouvoir. Aucun d’eux n’avait envie d’attirer une attention indésirable.

En sortant de l’ascenseur, ils posèrent pied dans une rue large et animée, comparable en de nombreux points à l’Avenue Skyfire d’où ils venaient. Des deux côtés de la rue étaient alignés d’innombrables bâtiments. En regardant encore au-dessus, leurs yeux n’auraient vu qu’un ciel bleu parcouru de nuages paresseux. Toutefois, en regardant avec minutie, ils auraient pu s’apercevoir que le ciel et ses nuages contrastaient avec les réels nuages d’un ciel naturel – ceux-là semblaient bouger selon leurs propres règles – et était en réalité le dessous d’un énorme dôme.

En contradiction avec l’Avenue Skyfire qui se trouvait au-dessus, cet endroit était animé et bruissait d’activités et de bruits. De nombreux passants déambulaient dans la rue parmi les magasins.

Cet endroit était aussi considéré comme une Avenue Skyfire, mais une autre Avenue Skyfire, un endroit pour les Adeptes. Tous les Talents de grade trois ou au-dessus, qu’ils soient, Intuitifs, Dérivés ou Transformés, étaient autorisés à entrer tant qu’ils payaient le droit d’entrée.

Ici se trouvait un espace d’entraînement, des produits de haute qualité pour les Adeptes, des articles pour les Méchas spécialisés, une arène de combat, un casino, des échoppes, et un tableau de missions. Si une personne souhaitait quelque chose, elle pouvait le trouver ici. Mais cet endroit avait aussi ses propres règles et interdisait toutes activités criminelles. Cet endroit était, après tout, géré par le Conseil de Skyfire.

Évidemment, cela suffisait comme raison pour que personne n’ose violer ces règles. Il n’y avait en effet personne de suffisamment fou pour souhaiter s’attirer la colère des meilleurs Adeptes que l’Alliance de l’Est pouvait offrir.

Toutes les échoppes de l’Avenue supérieure avaient des ascenseurs menant à l’étage « inférieur », mais seuls les membres de ces échoppes possédaient le badge nécessaire à leur utilisation. Les personnes non propriétaires d’une telle échoppe devaient trouver d’autres moyens pour entrer. Mais les propriétaires d’échoppes ne pouvaient toutefois entrer qu’à travers leur propre ascenseur. Seuls les Membres du Conseil étaient autorisés à utiliser n’importe quel ascenseur.

Après être sortis de l’ascenseur, le Barbier, l’Esthéticienne et Lan Jue se dirigèrent d’un accord tacite vers la droite. Contrairement à l’avenue supérieure, les bâtiments de chaque côté de la rue étaient encore plus élaborés technologiquement, mais avaient gardé une partie du charme du vieux monde. À leur création, les deux avenues avaient été similaires. Il pouvait même être dit que l’Avenue Skyfire située au-dessus venait de celle qui se trouvait en contrebas. C’était l’Utopie des Adeptes, et d’innombrables Talents venaient pour augmenter leur pouvoir, leur argent et réaliser leurs désirs.

Le trio continuait d’avancer et ils se retrouvèrent soudainement face à une silhouette chauve qui venait à contresens. L’homme était massif. Il faisait plus de deux mètres de haut et portait une veste qui révélait son physique puissant. Ses biceps étaient plus larges que la taille de l’Esthéticienne. Un de ses yeux était métallique et brillait d’une lueur rouge effrayante.

La norme était de se placer à droite lorsque l’on marchait dans la rue. Le géant, en contresens, marchait en sens opposé aux personnes et marchait à longues enjambées avec une attitude menaçante. Tous les Talents présents s’écartaient presque inconsciemment de son chemin.

Dans cet endroit, les personnes ne cherchaient pas les ennuis. Skyfire Avenue n’autorisait pas les conflits en public. Si des personnes voulaient se battre, elles devaient aller dans l’arène. Il semblait cependant que le géant chauve n’était pas familier avec cette règle particulière. Quelques secondes plus tard, il se retrouva debout devant le trio.

Lan Jue, le Barbier et l’Esthéticienne, n’avaient, bien sûr, pas pour habitude de s’écarter pour laisser les gens passer. En voyant que les trois face à lui ne comptaient pas bouger, l’œil métallique se durcit et une lueur menaçante apparut. Il se plaça directement face au Barbier.

Le Barbier arrangea un pli sur sa tenue puis tourna la tête vers l’Esthéticienne avant de murmurer,
       – Il y a toujours des personnes qui pensent que les règles ne s’appliquent pas à eux.

*Crash !* Avant même qu’il ait fini sa phrase, le géant chauve avait écrasé son poing sur lui.

Toutefois, lorsque les Adeptes entendirent le bruit et s’arrêtèrent pour regarder, tout ce qu’ils virent fut la silhouette massive de l’homme chauve envoyé dans les airs sur une dizaine de mètres avant qu’elle ne s’écrase lourdement sur le sol.

Lan Jue avait regardé le moment où la vitesse et la puissance étaient entrées en collision. À ce moment-là, le Barbier était devenu une silhouette éthérée et son épaule était entrée dans l’estomac du chauve.

L’Esthéticienne couvrit sa petite bouche d’une main, les yeux écarquillés, emplis d’une fausse surprise.
       – Pourquoi Petite Cisaille ? Espace de brute ! Tu as dû lui faire mal !

Le Barbier leva les yeux au ciel.
       – Tu ne devrais pas t’inquiéter Grande Sœur. Le nombre de cadavres à mon actif pâlit face au tien.

Lan Jue regardait la scène, impassible, mais en entendant les mots du Barbier, il ne put s’empêcher de sentir un frisson le parcourir. Pour qu’un assassin de son calibre dise quelque chose comme ça…

Les yeux de l’Esthéticienne se posèrent sur Lan Jue à temps pour apercevoir sa réaction. Secouant les épaules, elle dit,
       – N’écoute pas ses bêtises, Petit Frère. Une femme faible comme moi, comment pourrais-je avoir tué qui que ce soit ?!

*****

<< Précédent << >> Suivant >>

Cet article comporte 4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top