skip to Main Content
Menu

Chapitre 27 – Être un professeur ?


Source : Version anglaise

Traduit par : Kayorko
Edité par : Zareik
Checké par : Ptit Lu


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 27


       – Ta requête… je l’accepte.

En entendant cette phrase, les yeux de Zhou Qianlin s’illuminèrent et ses lèvres formèrent un sourire.
       – Ne sois pas réticent. Je ne t’aurais pas demandé si je ne pensais pas que tu pouvais le faire.

De l’autre côté du communicateur sortit un son similaire à celui d’un grincement de dents.
       – Je ne suis pas réticent !

       – Excellent, dit Zhou Qianlin, ne cherchant pas à le provoquer plus.

Lan Jue ravala l’envie d’écraser le communicateur dans sa main. Il prit une profonde inspiration avant d’exhaler et de continuer,
       – Quand auras-tu besoin de moi et que devrais-je faire exactement ?

       – J’ai d’excellents gardes du corps à la maison, répondit-elle. Tu as juste besoin de me protéger lorsque je serai à l’école durant le semestre. Lorsque ce sera les vacances, ce sera aussi ta responsabilité.

En entendant cela, Lan Jue laissa échapper un soupir de soulagement. Heureusement, ce n’était pas tout le temps et il aurait encore du temps pour lui-même.

       – Quelle est ma couverture pendant que je te protège ? Devrais-je aussi entrer dans l’école et me faire passer pour l’un de tes camarades de classe ? S’enquit Lan Jue.

Le communicateur se fit silencieux pendant quelques secondes.
       – Oncle, aie un peu de dignité. À ton âge, pourrais-tu être un de mes camarades de classe ?

       – O-oncle… Le visage de Lan Jue se fronça avant de répliquer, indigné : Je suis si vieux ?! Il n’avait même pas vingt-sept ans. La durée de vie moyenne de l’Alliance de l’Est était de cent vingt ans, il était donc encore un jeune homme. Qui plus est, il y avait très certainement des étudiants post-bac qui recevaient leur diplôme à son âge !

Zhou Qianlin couvrit sa bouche, étouffant son rire, tâche qu’elle trouva difficile à faire.
       – Si vieux. Ne sois pas un étudiant, ton identité sera trop facilement découverte.

       – J’AI VINGT-SEPT ANS !

       – Bien trop vieux.

*Crunch* C’était le son d’une communication qui venait de couper.

       – Hahaha ! Zhou Qianlin roula sur son lit, riant de manière incontrôlable, savourant sa douce sensation de vengeance.

*Biiip, biiip, biiiiip !* Le communicateur sonna.

Zhou Qianlin se dépêcha de reprendre son calme malgré son estomac qui lui faisait mal. Elle décrocha.

       – Zhou Qianlin ! Je te préviens, si tu m’insultes encore comme ça, je vais —

       – Tu vas quoi ? cracha-t-elle.

Lan Jue devint silencieux. Pour n’importe qui d’autre, il aurait eu de multiples répliques en tête, mais pour elle, il n’avait rien…

       – Un homme bon ne se bat pas avec les femmes. Je te dois quelque chose et je vais payer ma dette. Après ces deux ans, nous n’aurons plus rien à nous dire. Parle, quelle est ma couverture ? Lan Jue essaya vaillamment de garder sa voix sous contrôle afin de ne pas donner plus de satisfaction à Zhou Qianlin. Il ne lui donnerait définitivement pas cette satisfaction !

       – Inscris-toi en tant que professeur, tu as le bon âge. Comment tu te débrouilles, c’est ton problème. Tu peux le faire, n’est-ce pas ? Mr. Zeus ?

Elle raccrocha sans lui laisser le temps de répondre.

*****

       – Un professeur ? Lui, un instructeur ? Comment pouvait-il être un professeur ?

Bien que l’UNE n’ait jamais produit de pilotes de Mécha renommés, c’était une université de pilotage qui n’avait pas à se voiler la face. Lan Jue sentait que pour entrer en tant que professeur, ce ne poserait toutefois pas de problèmes pour lui. Il était un pilote de grade Divin, le plus haut grade atteignable dans les trois Alliances – plus que suffisant pour être un professeur.

Attends ! Il ne pouvait pas laisser cette fille impétueuse avoir tout ce qu’elle voulait. Il lui avait promis de coopérer, mais il n’avait jamais dit comment. Un professeur, c’est ça ? Mais pas un instructeur de Méchas !

Lan Jue venait d’avoir un éclair de génie et se sentit de plus en plus ravi par son idée. Il ne put empêcher sa bouche de commencer à former un sourire machiavélique, sa bonne humeur revenant.

Sa main droite devint soudainement chaude et Lan Jue la leva pour regarder le bracelet doré qui se trouvait à son poignet. Il émettait une douce lumière dorée et la lumière s’étendit pour révéler l’image d’un vieil homme.

C’était un homme grand et mince, âgé, le visage couvert de rides. Son âge réel était dur à deviner, mais il possédait deux yeux bleu clair qui étaient profonds et brillants, comme le reflet de l’univers lui-même. Une casquette reposait sur sa tête et un large rubis brillait sur l’un des doigts de sa main droite

       – Honorables membres du Conseil de Skyfire Avenue, veuillez, s’il vous plaît, venir au Musée de Skyfire dans une heure. Si vous avez des problèmes de disponibilité, merci de nous prévenir au plus vite.

La voix s’effaça en même temps que l’image.

L’heure inhabituelle de la réunion du Conseil de Skyfire mit Lan Jue inconfortable.

Il y avait un total de cent soixante-huit échoppes sur Skyfire Avenue et chacune possédait son propre propriétaire. Le Conseil de Skyfire ne comptait, quant à lui, que dix-huit membres.

Le Conseil se rencontrait bimensuellement pour s’occuper des affaires internes de l’Avenue. C’était seulement lorsque quelque chose de sérieux arrivait, que des réunions d’urgence étaient tenues.

C’était aussi la première fois depuis que Lan Jue était arrivé à l’Avenue qu’une telle réunion était demandée.

Skyfire Avenue n’était pas seulement une rue de nobles. C’était aussi un endroit d’Adeptes. Les personnes entrant dans l’Avenue et voulant être propriétaires d’une échoppe devaient, au moins, posséder un Talent de niveau sept et passer une série de tests. Les dix-huit personnes du conseil étaient les plus puissantes parmi les adeptes présents. Bien que cette organisation soit libre, ses membres faisaient partie des plus célèbres et illustres Talents des trois Alliances.

Si ce n’était grâce à la force combinée de ses membres, Skyfire Avenue n’aurait jamais réussi à garder sa liberté aussi longtemps.

Lan Jue se leva rapidement avant de se changer et de passer un anneau sur son auriculaire.

(NdT : En Chine, porter un anneau sur le petit doigt représente l’indépendance)

Sous le faible éclairage de la pièce, l’anneau semblait laisser derrière lui une trace qui paraissait vivante.

L’anneau en soi était simple, forgé dans un métal argenté. Le dessus était toutefois curieux, un côté était large tandis que l’autre était fin. Cela créait un trapézoïde couvert de diamants et de saphirs, semblable à la peau d’un léopard. En son centre se trouvait une gemme verte triangulaire. La lumière éthérée, pleine de vitalité, provenait de cette gemme.

Avant de sortir, Lan Jue tourna l’anneau pour cacher la gemme vers sa paume.

L’anneau, lui-même, avait un nom : La Promesse de Thor.

*****

<< Précédent << >> Suivant >>

Cet article comporte 7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top