skip to Main Content
Menu

Chapitre 20 – Tu me le dois


Source : Version anglaise

Traduit par : Kayorko
Edité par : Zareik


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 20


       – Où sommes-nous ? Zhou Qianlin fut la première à briser le silence pesant de la pièce.

       – Chez moi, répondit Lan Jue.

Les coins de la bouche de Zhou Qianlin frémirent. Elle avait été éduquée dès son plus jeune âge à être raffinée et réfléchie mais, face à la personne devant elle, elle dut de nouveau combattre l’envie de le maudire à haute voix.

Lan Jue se reprit, conscient de son erreur.
       – Oh. Nous sommes dans Skyfire Avenue.

       – Skyfire Avenue ? Zhou Qianlin connaissait évidemment Skyfire Avenue. En réalité, n’importe qui venant de l’Alliance de l’Est connaissait cet endroit.

C’était un endroit unique, un sanctuaire de la noblesse. Le lieu était indépendant du monde extérieur et était le seul endroit où les machines n’étaient pas autorisées. Une oasis exotique.

Même après de nombreuses années et face aux nombreuses dynasties de l’Alliance de l’Est, personne n’avait été capable de briser les règles de l’Avenue.

       – Ramène-moi chez moi, dit doucement Zhou Qianlin.

       – Bien.

Le ciel était noir, la nuit était tombée plus tôt que d’habitude. Les deux sortirent de la bijouterie et se mirent à marcher le long de Skyfire Avenue. Ils marchaient côte à côte mais en laissant toujours une certaine distance entre eux.

       – Que comptes-tu faire ? Ne put s’empêcher de demander Lan Jue en atteignant la fin des deux mille quarante-huit mètres de l’Avenue.

Il savait bien évidemment qu’après les événements de la journée, elle allait devoir faire face à beaucoup de stress et d’ennuis.

Si elle avait été Héra, ce n’aurait, évidemment, pas été un souci. Il aurait eu une bonne raison pour son action. Mais elle ne l’était pas. C’était donc son erreur, et pas des moindres.

Zhou Qianlin s’arrêta avant de se tourna vers lui avec un regard sombre.
       – Ce n’est pas ton problème.

Lan Jue haussa les épaules.
       – Ce n’est pas le moment pour bouder.

Zhou Qianlin le fixa.
       – Oh, tu sais revenir dans le temps dans ce cas ?

       – Ugh… tu n’as pas besoin de t’inquiéter pour ça. Lan Jue ne possédait pas ce genre de pouvoir. En réalité, c’était exceptionnellement rare de trouver quelqu’un avec ce type de Discipline. Et, au mieux, ils n’étaient capables que de revenir très légèrement dans le temps et que dans un périmètre très restreint.

Certaines choses, ne pouvaient simplement pas être changées.

Les yeux de Zhou Qianlin se refroidirent.
       – Je vais m’en occuper, ce n’était pas ton problème. Elle se mit à avancer rapidement droit devant elle.

       – Je vais te raccompagner. Lan Jue s’avança pour la rattraper. Ils avaient atteint la fin de Skyfire Avenue.

Zhou Qianlin tourna la tête pour le regarder de nouveau.
       – Tu cherches vraiment à être l’ennemi public numéro un de toute l’Alliance de l’Est ?

Lan Jue s’arrêta immédiatement. C’est vrai ! Toute la ville de Skyfire City devait être en émoi à cause de son enlèvement.

       – Je ne suis pas si fragile. Je peux me débrouiller toute seule. Vas-t-en, continua Zhou Qianlin.

Il la regarda, bouche bée. En voyant son obstination, Lan Jue pouvait voir les yeux de l’Héra qu’il connaissait, de l’Héra qui était gentille comme l’eau mais pouvait devenir inflexible l’instant d’après. C’était aussi quelque chose qui lui manquait.

       – Voici mon numéro interstellaire. Il lui mit un papier dans la main. Si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite pas et appelle-moi.

L’ambiguïté de sa phrase fit rougir Zhou Qianlin. Lan Jue reconnu immédiatement son erreur, mais elle n’attendit pas qu’il s’explique plus longuement et se tourna avant de s’éloigner.

       – Ta robe de mariée est toujours chez moi, lui dit-il alors qu’elle s’éloignait.

       – Je n’en veux pas. Tu l’as pollué.

       – Euh, dans ce cas, quand comptes-tu me rendre cette robe, demanda-t-il.

Zhou Qianlin s’arrêta, avant de pivoter et de le fixer d’un regard brûlant.
       – Je n’en ai PAS l’intention ! Elle se tourna de nouveau.

Les coins de la bouche de Lan Jue s’agitèrent. Son tempérament est encore pire que sa sœur, et froid comme la glace. Bon sang ! Qu’ai-je fait ?

La voix de Zhou Qianlin retentit au loin.
       – Tu me dois des excuses et tu auras intérêt à être prêt à me les rendre en actes ! Quand je saurais ce que je veux de toi, tu auras de mes nouvelles.

Elle disparut ensuite dans l’obscurité en même temps que ses mots.

Il resta debout en silence pendant un long moment, les yeux fixés sur l’endroit où sa silhouette avait disparu, interdit.

Graduellement, son visage se durcit et une lueur pâle se mit à vaciller dans ses yeux. La colère commençait à émerger dans tout son corps.

Zeus, enragé !

Cette femme… Perle !

Si ce n’était pour ses informations, je n’aurais jamais été entraîné dans un tel désastre. Pire, j’ai même causé des problèmes à mon second frère. Son précieux bloc de Technétium et c’est ça que je reçois en retour ?

       – Tu ne sembles pas être dans la meilleure des humeurs. Une voix profonde résonna de derrière lui.

Lan Jue se tourna et découvrit le Maître des Vins, habillé dans un impeccable costume soigné. Lan Jue s’approcha de lui.
       – Nouveau costume ?

       – Mm.

       – Belle facture.

       – Un tissage de plus de cent soixante fils différents.

Lan Jue fixa le Maître des Vins.
       – Je n’apporterai pas d’ennuis à Skyfire Avenue. Si quelque chose arrive, j’en assumerai toute la responsabilité.

Le Maître des Vins parla après un court instant.
       – Un verre ?

Les yeux de Lan Jue brillèrent.
       – Qu’avons-nous à boire ?

Le Maître des Vins considéra la question.
       – Dans ta situation… le vin rouge n’est pas approprié. Whisky, je pense.

Les coins de la bouche de Lan Jue se relevèrent.
       – Nous autres, les nobles, sommes certainement capables de nous contrôler.

Les lèvres du Maître des Vins révélèrent l’ombre d’un sourire.
       – L’envie de meurtre qui était présente dans tes yeux quelques instants plus tôt, n’était pas anodine. Il semblerait que tu veuilles faire quelque chose que les nobles ne sont pas supposés faire.

       – Comparé au fait de boire, ce n’est pas urgent, répondit doucement Lan Jue. Un vrai noble doit être responsable. Mais, en même temps, ils ont la responsabilité d’aider les personnes dans le besoin, à supporter leurs propres responsabilités. Cela bénéficie à la société, donc c’est un devoir pour les aristocrates, n’est-ce pas ? Si quelqu’un avait pris ton Romanée-Conti 1990, en rigolerais-tu ?

Le visage du Maître des Vins trembla légèrement, se rappelant manifestement d’un jour particulièrement désagréable.

Lan Jue fit entendre un petit rire.
       – Va pour le Whisky. Talisker, 1985 single malt, qu’en penses-tu ?

[NdE : ça va, c’est pas cher… 650€ la bouteille de 70cl…]

       – Tu es donc dorénavant une personne qui n’est plus la bienvenue dans l’Antique Vinicole. Tu ne me reverras plus. Le Maître des Vins se tourna avant de s’éloigner.

Souriant, Lan Jue se dépêcha de le rattraper.
       – Ne sois pas comme ça, je vais payer.

       – Non ! Répondit le Maître des Vins, indigné.

Lan Jue soupira.
       – Je ne suis vraiment pas dans la meilleure des humeurs. Si tu veux écouter mon histoire, je te la raconterai.

Le Maître des Vins lui jeta un coup d’œil.
       – Je n’ai pas de 1985. J’ai une bouteille de Talisker de 18 ans d’âge, par contre. Tu en veux ou pas ?

       – C’est parti ! Dit Lan Jue, catégorique.

Le Maître des Vins fit un petit rire.
       – Les aristocrates ont une telle moralité.

Lan Jue lui jeta un regard surpris.
       – Bien sûr ! Je ne viens pas juste pour la bouteille. Le jambon Ibérique de la dernière fois a déjà été coupé, et si personne ne le mange, il va se gâter. Le whisky va bien avec le jambon en plus. La méthode de chauffe du Gourmet était vraiment quelque chose. D’ailleurs, appelons-le, sa préparation de la viande mérite des éloges.

Le Maître des Vins hoqueta.
       – Tu n’es pas un noble, tu es un maudit bandit, oui !

*****

<< Précédent <<    >> Suivant >>

Cet article comporte 4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top