skip to Main Content
Menu

Chapitre 17 – Laisse-moi être ton Antidote


Source : Version anglaise

Traduit par : Kayorko
Edité par : Zareik


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 17


     La chose massive était un Mécha de vingt-trois mètres de haut, brillant d’une chatoyante lumière bleue saphir. D’une épaule à l’autre, il faisait huit mètres et était grand et fin. Ses protections d’épaules avaient trois étages ; celui du dessus avait de larges pics pointées vers le ciel, celui du milieu était lisse et légèrement plus petit que le premier et le troisième était, lui, en contact avec l’articulation.

Son revêtement était complètement différent des Méchas habituels. C’était comme s’il avait été créé d’une seule pièce provenant d’un vrai saphir ; presque un travail d’art. Le fuselage des extrémités du Mécha était violet métallique.

L’instant où son plastron se referma, le Mécha émit une intense lumière violette. Elle grossit jusqu’à ressembler à une balle de lumière avant de disparaître parmi la forêt d’éclairs présents dans le ciel.

       – C’est… c’était…

Le Mécha couleur or s’était déjà re-stabilisé dans les airs. La jeune femme blonde aux yeux verts, à l’intérieur du cockpit, avait encore les yeux écarquillés de stupéfaction.

       – Thor. C’était Thor. Je viens de rencontrer Thor. Thor… Zeus ? Était-ce Zeus ? J’ai dit… j’ai dit à Zeus que quelle que soit la force de sa Discipline, je le ferai plier devant moi ? Le Zeus qui, grâce à sa Discipline seule, est capable de vaincre des Méchas personnalisés de grade supérieur !

Les étoiles étincelaient dans ses yeux comme si elle avait tout oublié de l’enlèvement.

Elle resta dans les airs, sans bouger, pendant un certain temps, avant de murmurer.
       – Pourquoi tu ne m’as pas prise, moi ?

*****

Thor s’était envolé à une vitesse impressionnante. Il fendait l’atmosphère tel un poisson fendant les flots. Il flottait dans l’immensité de l’espace silencieux.

Aucun radar n’aurait été capable de localiser Thor. Les composés spéciaux de son armure étaient légendaires dans le monde des pilotes de Méchas.

L’habitacle à l’intérieur de Thor était légèrement plus large que la moyenne mais c’était toutefois serré pour deux personnes.

Zeus retira son masque, révélant son beau visage. Seulement à ce moment, son calme traditionnel se craquela.

À ce moment, il n’était plus Zeus. Il était Lan Jue.

Il mit ses bras autour de la jeune femme avant de la serrer fort dans son étreinte, comme s’il était effrayé qu’elle disparaisse.

       – Jin Yu, nous sommes finalement de nouveau ensemble. Pourquoi… pourquoi ne m’avais-tu pas cherché ? Tu es mon Héra !

       – J’ai tellement chaud. Emprisonnée dans son étreinte, ce fut la première chose que Zhou Qianlin pensa à dire depuis son enlèvement.

       – Huh ? Lan Jue se figea avant de lever une main jusqu’à son front.

Son front était brûlant et ses yeux étaient fermés. Ses sourcils étaient froncés et son corps tremblait légèrement.

Elle avait de la fièvre ?

Le visage de Lan Jue s’assombrit en voyant les points rouges sur son cou. Elle était malade et ces personnes voulaient lui infliger un mariage ?

Lan Jue leva la tête avant de murmurer,
        – Thor, ramène-nous à la maison.

       – Affirmatif, retour à la maison. La gentille voix se réverbéra dans le cockpit. Thor commença alors à se transformer et des ailes s’étendirent sur son dos. Puis, comme un éclair, il fonça dans les ténèbres de l’univers.

*****

La Bijouterie de Zeus.

Ke’re s’ennuyait à mourir. Elle était accoudée au comptoir.

Xiuxiu était assise à ses côtés, une tasse d’eau chaude entre les mains.

En vérité, sur Skyfire Avenue, l’échoppe de bijou avait rarement des visiteurs. Mais, même si ce n’était qu’un ou deux visiteurs, c’était habituellement suffisant pour que la boutique fasse des bénéfices.

       – Hé, Xuixui, où est passé le Boss ? Je ne l’ai pas vu hier et il n’est pas là aujourd’hui non plus, gémit Ke’re qui venait de tourner la tête pour regarder Xiuxiu.

Xiuxiu rigola.
       – Le boss est un homme important. Tu penses qu’il disparaîtrait comme ça ? Ne commence pas à lancer des ragots.

Ke’re gloussa.
        – Moi ? Ne me dis pas que tu n’es pas curieuse de savoir ce qu’il est en train de faire. Tu es arrivée très tôt ce matin sans me demander mon aide. Tu as même nettoyé sa partie de la bijouterie.

Le visage de Xiuxiu rougit, comme si elle s’était fardée, ajoutant encore plus de charme à sa beauté habituelle.

À ce moment, la terre trembla derrière la bijouterie.

Les filles échangèrent un regard.

       – En parlant du loup, s’exclama Ke’re. Le boss doit être de retour, je vais regarder.

Tout en disant ça, elle se précipita vers la pièce privée.

Quand elle voulut ouvrir la porte elle eut toutefois la surprise de découvrir que celle-ci ne bougeait pas.

       – Xiuxiu, Ke’re, je suis un peu fatigué. Je vais me reposer pour quelque temps. La voix de Lan Jue traversa la porte.

       – Eh ? Confuse, Ke’re était restée debout face à la porte tandis que Xiuxiu s’était approchée.

Ke’re se tourna pour regarder Xiuxiu.
        – La voix du boss était bizarre. Peut-être qu’il a ramené une femme à l’intérieur et qu’il a peur qu’on le découvre…

Xiuxiu leva une main avant de mettre un petit coup sur la tête de Ke’re.
        – Qu’est-ce que tu racontes. En trois ans, as-tu, ne serais-ce qu’une fois… elle traîna sur la phrase, de la tristesse visible dans ses yeux. S-s’il a réellement ramené une femme, alors je suis contente pour lui.

Ke’re ferma sa bouche et se tut.

*****

Lan Jue posa délicatement Zhou Qianlin sur son lit. Même dans son état, elle était à couper le souffle.

Réfléchissant, ses sourcils se froncèrent. Cela faisait à peine une heure qu’il avait découvert qu’elle était malade et sa température avait déjà bien augmenté. Il avait utilisé le système de diagnostic interne de Thor pour effectuer un scan, mais il n’avait découvert ni maladie, ni poison. C’était une drogue. Une qui pouvait enclencher le désir chez sa victime.

Pourquoi ? Pourquoi, aujourd’hui, en tant que mariée, avait-elle besoin de ce type de drogue ? Et d’après l’avancement de sa réaction c’était destiné à ne prendre effet qu’à la fin du mariage.

Ces misérables ! Est-ce que ce mariage a été forcé par les Austins ? Ils ont OSÉ utiliser cette drogue sur mon Héra.

Une fine main était posée sur la sienne. Elle était chaude et son doux toucher le calma.

Le corps de Zhou Qianlin était devenu rouge et elle commençait à se tordre de douleur.

C’était une violente et puissante drogue.

Il s’accroupit avant de la prendre gentiment dans ses bras. Il sentit la chaleur qui irradiait d’elle et pouvait sentir l’odeur familière de son corps.

Doucement, il murmura dans son oreille.
       – Mon Héra. Dans cette vie, tu es destinée à devenir ma mariée, mienne seule. Laisse-moi être ton antidote.

 *****

<< Précédent <<    >> Suivant >>

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top