skip to Main Content
Menu

Chapitre 12 – Le Clairvoyant


Source : Version anglaise

Traduit par : Kayorko
Edité par : Zareik


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 12


    Le bâtiment avait été construit en s’inspirant de la fin de la période Baroque. Ses arches, grandes et élégantes, en étaient la preuve. La structure ressemblait à une carapace géante ouverte.

Une enseigne, comportant un soleil avec le mot CAFÉ écrit dessus, était suspendu au bâtiment.

Le soleil représentait le jour, il était donc tout naturel que cette structure, décorée des arts du dix-huitième siècle français, soit appelée… le Café Remontant Journalier.

L’intérieur était décoré de délicats objets asymétriques. Le thème semblait porter autour des conques, des termitières et des arches en forme de S. Afin d’imiter un style naturel, le bâtiment avait été construit en utilisant des matériaux n’allant pas ensemble ce qui avait créé un résultat avec de nombreuses inconsistances. Les murs étaient par exemple peints dans des tons verts vifs, rose et rouge-rose. Les arches étaient quant à elles majoritairement de couleur or.

C’est à cet endroit que se trouvait le Maître des Cafés ; habillé de sa chemise blanche et de son par-dessus marron, une tasse à la main.

Tendrement, il leva sa tasse avant de boire une gorgée.

*Thrummmm !*

Soudain, le son du tonnerre gronda et sa tasse de café trembla, renversant presque son contenu. Une expression choquée apparu sur le visage du Maître des Cafés et il se précipita pour regarder à travers sa fenêtre.

        – Du tonnerre et des éclairs dans un ciel bleu sans nuages. Quelle puissance imposante ! Est-ce son pouvoir ? Je ne pensais pas qu’il pouvait commander une telle force. Je n’ai pas envie de savoir ce qui a bien pu lui faire perdre le contrôle d’une telle manière.

*****

Autre part, au même moment, dans une pièce, vide de tout objet, de la moitié de la taille de la bijouterie de Zeus.

Cette pièce, si ce n’était pour sa porte en bois qui faisait face à Skyfire Avenue, aurait difficilement été désignée comme faisant partie des échoppes de luxe de la rue.

Cette pièce n’était pas ouverte au public, mais seulement aux invités. Dans la pièce se trouvait une simple et longue table carrée portée par quatre pieds droits avec dix sièges autour.

Que ce soit la table ou les chaises, tous partageaient la même texture du vieux bois préservé. Si quelqu’un avait pris la peine de regarder attentivement les grains dans le bois, il aurait vu une multitude de visages étranges ou une collection de points ressemblant à des tâches de léopard. Large, fin, ordonné, en désordre, droit, courbé, tout était présent. Les lignes étaient en majorité noires mais le marron et le rouge étaient aussi visibles. Du bois de rose parfumé de l’Ère Hai’nan.

La table avait plus de cinq mille ans. Le Maître des Vins avait un jour dit qu’il serait prêt à échanger tout ce qu’il possédait – à l’exception du contenu de sa cave à vin – pour cette table, mais l’offre fut refusée.

À côté de la table, faisant face à la fenêtre, le Gourmet regardait le ciel. Les éclairs incessants se reflétaient sur son visage. Il grignotait distraitement un cracker, ses yeux se plissant à chacune des courtes accalmies parmi les éclairs.

*****

L’Antique Vinicole Gothique.

Le Maître des Vins se tenait à côté de la fenêtre, il observait le ciel. Eva était à ses côtés.

Son regard se tourna soudain en direction de l’échoppe marquée d’un éclair puis il se mit à secouer sa tête doucement.

        – Maître, es-est-ce… ? Demanda Eva, timidement.

Il leva la main pour l’arrêter. Une lumière argentée se mit à briller et le danger de la situation sembla diminuer.

Eva se calma et se remit à observer l’échoppe de Zeus.

Les éclairs de lumière traversaient le ciel de Skyfire Avenue et tous les gratte-ciels aux alentours étaient illuminés d’une lumière bleutée.

*****

Encore autre part dans Skyfire Avenue.

Le bâtiment était un palace du style baroque. Son extérieur était baigné d’une lumière dorée. Pareil à une olive, l’intérieur avait une forme arrondit. Sa façade exhibait un fronton séparé du reste et un entablement courbe ainsi que des murs courbés alternativement de manière concave ou convexe. Ces ornements étaient importants et avaient un effet ombré. C’était le bâtiment le plus large de Skyfire Avenue.

Le bâtiment ne comportait pas d’indications mais n’importe qui portant un emblème de Skyfire Avenue savait que c’était le musée de Skyfire. À l’intérieur se trouvait d’innombrables trésors pouvant être observés pour un faible prix par les détenteurs de l’emblème. La seule contrainte était que ce bâtiment n’était ouvert aux visiteurs qu’entre le lever et le coucher du soleil.

À l’intérieur, un vieil homme était débout, silencieux. Il était grand et son âge réel était dur à discerner. Ses yeux étaient d’un bleu profond et ils semblaient capables de refléter l’univers lui-même.

L’homme était vêtu d’une magnifique robe en soie blanche couverte de broderies argentées couplées à des gemmes précieuses. Sur sa tête se trouvait une casquette et sa main droite portait un anneau avec un large rubis.

(NDT : Nous avons écrit « casquette » mais il faut comprendre casquette comme celle de l’époque des années 50. A l’origine, la traduction littérale du mot était « képi »)

Une lumière argentée passa au-dessus de lui et, soudain, une autre personne se trouva à ses côtés ; le Maître des Vins venait d’apparaître.

        – Tu es nerveux, dit le vieil homme d’un sourire. Ses yeux n’avaient pas quitté la fenêtre.

Le Maître des Vins hocha la tête légèrement.
      – J’ai peur qu’il ne change tout. Il y a trois ans, quand il est arrivé, il est presque immédiatement devenu l’un d’entre nous. Il a en tout cas montré un raffinement certain et une noblesse. Durant ces trois ans, il s’est bien intégré, mais son pouvoir… est…

Calmement, le vieil homme l’interrompit.
       – Trop puissant, n’est-ce ?

Le Maître des Vins acquiesça silencieusement.

Le vieil homme se tourna pour faire face au Maître des Vins. Ses yeux bleus étaient brillants et remplis de sagesse.
       – Il est l’un d’entre nous. Quand nous avons accepté sa candidature au conseil de Skyfire, il est devenu une part inséparable de nous. Quels que soient ses problèmes, nous sommes sa famille.

        – Arrives-tu à percevoir son futur ? Demanda le Maître des Vins.

Le vieil homme secoua la tête.
       – Non. Mais je peux sentir l’intégrité de ses éclairs.

Le Maître des Vins reprit,
       – Au vu de sa réaction, clairement furieuse, j’ai peur que nous ne rencontrions quelques problèmes. Devrions-nous l’aider ?

Le vieil homme fit un petit rire.
       – Pas besoin. S’il était quelqu’un qui avait l’habitude d’entraîner les autres dans ses propres problèmes, nous ne l’aurions pas accepté. Laissons la nature suivre son cours.

Finalement, un léger sourire apparu sur le visage du Maître des Vins.
       – Le fait qu’il ait des problèmes à régler n’est pas qu’une mauvaise chose je suppose. Au moins maintenant, ma cave à vin est à l’abri.

Le vieil rigola.
       – La prochaine fois, appelle-moi. Bien que je ne puisse pas boire beaucoup, la saveur du vin me rappelle les vieux jours. Malheureusement, je ne suis pas sûr de pouvoir t’aider à trouver s’il reste des bouteilles.

Une lumière apparue dans les yeux du Maître des Vins mais rapidement, il demanda d’un ton impuissant,
      – Est-ce vraiment bien d’utiliser tes pouvoirs de divination pour trouver du vin, Maître Clairvoyant ?

Avec petit sourire, le Clairvoyant le regarda.
       – Comment cela ne pourrait-il pas l’être ?

 *****

<< Précédent <<    >> Suivant >>

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top