skip to Main Content
Menu

Chapitre 11 – La Tempête sans nuages


Source : Version anglaise

Traduit par : Kayorko
Edité par : Zareik


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 11


     Planète Skyfire. Skyfire Avenue. La Bijouterie de Zeus.

 Lan Jue était assis sur le canapé et regardait la boîte cryptée posée en face de lui. À côté de lui se trouvait la note avec le mot de passe donné par Chu Cheng.

 Trois ans plus tôt, Lan Jue, dans son arrogance, n’aurait jamais ouvert la boîte. Il l’aurait présentée à son employeur, sans poser de questions.

 Mais là, il se devait de voir ce que la boîte contenait. Il se devait de savoir ce qu’il devait à son frère.

 Il plaça une main au-dessus de la boîte et un rayon de lumière en émergea créant avec ses rayons un clavier flottant dans les airs. Au même moment, un compteur de soixante secondes se mit en marche.

 Lan Jue ne rentra pas immédiatement le code. C’était comme s’il n’était pas conscient que les trois lignes de codes devaient être entrées en moins d’une minute.

 Ses yeux fixés sur le clavier rouge holographique trahissaient sa profonde concentration.

 Une minute passe rapidement et, bientôt, il ne resta que les dix secondes finales.

 Dix…

 Lan Jue fit un mouvement et ses doigts bougèrent. Ils n’étaient pas très épais et ses mains étaient plus douces et plus claires que la plupart des femmes mais d’une certaine manière, plus larges.

 Ses dix doigts commencèrent à s’agiter, comme s’ils étaient en train de caresser la peau d’une amante. L’œil aurait été incapable de discerner les touches que ses doigts pressèrent. Les trois lignes de codes, complétées en une action, apparurent sur l’écran de la boîte cryptée.

 *Biiip !*

 Une sonnerie électronique retentit, le clavier holographique se dispersa et les deux côtés de la boîte en métal s’ouvrirent. Ils s’ouvrirent rapidement, couches après couches tandis que l’intérieur révélait les biens qu’il contenait.

 Sur Skyfire Avenue, Lan Jue était connu comme le Maître des Joyaux – il n’était pas étranger à l’exquis et le travail d’art. Mais, quand il vit le contenu de la boîte, les coins de sa bouche ne purent s’empêcher de tressaillir légèrement. D’un murmure, il dit,
       – A-Cheng, comment est-ce que je vais pouvoir te rembourser cette faveur ?

 Dans la boîte se trouvait une pièce en or pâle. Elle faisait vingt centimètres de long, quinze centimètres de large et dix centimètres d’épaisseur. Bien que l’objet soit en or, il émettait un halo bleu pâle.

 L’observateur moyen aurait probablement pensé que c’était joli mais Lan Jue savait précisément ce que c’était. Pas étonnant que cela ait été protégé par un mot de passe et un convoi. Pas étonnant qu’ils aient engagé un Pilote de Mécha de grade Commandeur et Adepte de niveau 6. Car ils transportaient…

 Du Technétium raffiné !

 Le Technétium était le produit de la fission de l’uranium d’un réacteur nucléaire. C’était un métal qui n’existait pas dans la nature et pouvait être aussi créé en chauffant du pertechnétate d’ammonium (NH4TcO4) et du sulfate d’ammonium dans de l’hydrogène à 500-600 degrés Celsius puis en utilisant une électrolyse dans une solution d’acide sulfurique pour en extraire le métal. Son point de fusion était à 2157°C, d’ébullition à 4265°C et sa densité était de 11.5 g/cm3. Ses caractéristiques étaient similaires à celles du ruthénium, les deux venant de la même famille chimique. À haute température, le technétium s’oxyde et forme du Technétium Heptoxide (Tc2O7). Il a une demi-vie de 2.13 x 10 ans. Le Technétium, tout comme le Molybdium était aussi un matériau supraconducteur. Il ne pouvait être produit qu’en petite quantité, avec des prix excédant les 2,800 Dollars Nouvelle Ere par gramme.

 (NDT : Sur ce paragraphe Zareik a quasiment modifié toutes les infos (T° de fusion, d’ébullition, formule chimique du pertechnétate d’ammonium, etc) qui étaient à l’origine fausses dans la trad us donc vous pouvez le remercier pour avoir perdu 1h de sa vie afin de vérifier un paragraphe que la plupart d’entre vous survoleront sans le lire ou n’y comprendront rien ^^ d’ailleurs je vous mets son dernier commentaire « il y a tellement d’isotopes de Technétium que sans son nombre atomique, c’est impossible de lui donner une demi-vie précise, ça va entre 4,2 Ma à moins de 110ns… donc là, c’est juste « random tralala ! », et puis pour le prix, faut pas abuser… à notre époque, c’est à 83$/g, mais bon, il est vrai que j’ai trouvé qqpart qu’avant 1960, c’était bien à 2.800$/g. »)

 Le Technétium raffiné pouvait être utilisé comme un émetteur standard de rayons béta. Une petite quantité (environ 50 mol) de sulfate de technétium d’ammonium, lorsqu’utilisé en surcouche d’un alliage, suffisait à réduire grandement la corrosion dudit alliage.

 Son prix était aussi dû à son raffinage. Le Technétium raffiné était en effet créé par compression intergalactique. Un kilo de technétium brut produisait donc entre dix et vingt grammes de matière raffinée.

 Le Technétium raffiné pouvait être intégré dans n’importe quel type d’alliage et ainsi valoriser ses deux caractéristiques uniques : auto-réparateur et amplificateur d’énergie.

 Grâce à ses propriétés spéciales ou peut-être grâce à sa capacité de morphologie, le Technétium était capable de produire et d’amplifier l’état de supraconductivité et d’augmenter l’énergie disponible par un facteur trois à cinq. Plus le Technétium raffiné était pur, plus le processus de compression était important et plus le pouvoir résultant ainsi que l’amplification était grande. Ajouté à cela, un simple gramme de Technétium raffinée pouvait permettre à dix kilos de métal de s’auto-réparer. Une fois fondu et mélangé, seuls des forces destructives très spécifiques étaient capables de le rendre inutile – mais rien ne pouvait lui faire perdre sa forme. Le morceau de Technétium dans les mains de Lan Jue ne semblait pas très lourd, mais il pesait au moins vingt kilos.

 En résumé, en appliquant cet élément au corps d’un Mécha, cela lui permettrait de s’auto-réparer et d’augmenter simultanément sa survie et son pouvoir exponentiellement.

 Lan Jue ne pouvait deviner le coût d’un tel élément raffiné. Sur le marché noir, un gramme atteignait dix mille Dollars Nouvelle Ère. Mais il n’y avait pas de marché pour ça. Les trois Alliances de la Nouvelle Ère produisaient ensemble moins de cent kilos par ans. Ce qu’il avait entre les mains était donc équivalent à deux cinquièmes de la production de cette année-là.

 En général, le Technétium raffiné était rarement utilisé sur les Méchas. Du fait de leur masse importante d’alliages, il n’y avait jamais suffisamment de Technétium raffiné pour que cela produise les effets attendus. La grande partie de cet élément rare était donc utilisée sur les armes de combat personnelles et les équipements.

 Ce n’était pas surprenant qu’ils veuillent le vendre. Posséder une pièce de cette taille-là revenait à chercher les ennuis.

 Cette pièce de Technétium raffiné était certainement destinée à A-Cheng. De toute la planète Luo, il est le seul qualifié pour l’utiliser.

 Il referma la boîte et le précieux matériau disparu de nouveau à l’intérieur. Les yeux de Lan Jue furent humides d’émotion quelques instants puis son visage retrouva son stoïcisme plat habituel.

 Lan Jue agita sa main gauche et l’écran face au canapé s’alluma avant de révéler un menu en quatre dimensions. Ses doigts fins et agiles se déplacèrent avec précision et entrèrent une série de chiffres. L’image sur l’écran se mit alors à changer.

 Perle apparue et sourit en voyant Lan Jue.
       – Si Zeus s’en occupe, ce sera magnifiquement bien fait. Le ton de Perle était plaisant mais en la regardant à travers l’écran, Lan Jue ne voyait que son expression glacée.

       – Dis-moi où se trouve Héra.

       – L’objet ? Les yeux de Perle tombèrent sur la boîte placée devant Lan Jue.

 Lan Jue répondit.
       – Donne-moi l’endroit et tu le recevras par courrier Interstellaire. Une fois que j’aurai confirmé ton information sur Héra, je te donnerai le mot de passe.

        – Bien, répondit-elle, sans hésitations.

       – Où est Héra ? Les yeux de Lan Jue brillèrent, des arcs électriques présents dans leurs profondeurs. Son impatience était claire, un état dans lequel il n’avait pas été depuis longtemps. Un état qu’il ne pouvait contrôler.

 *****

 Skyfire Avenue était riche en échoppes mais même au plus fort de la nuit, il n’y avait que peu de personnes. Occasionnellement, un client se baladait, habillé de manière chic, mais personne ne brisait la paix relative de la rue, ni encore moins se disputait ou faisait quelque chose de rustre. La personne qui s’y risquait, pouvait perdre instantanément son badge.

 *****

 *Thrummm* Vint le son du tonnerre et l’avenue fut soudain illuminée par la foudre. Il n’y avait pas un seul nuage dans le ciel et pourtant, la foudre tomba. Le rugissement du tonnerre résonna dans les cieux.

 Cela commença par un simple éclair avant que d’innombrables éclairs ne se croisent dans le ciel. Le ciel était une mer ondulante bleue d’électricité, couplée à une forêt d’éclairs qui grondaient jusqu’à recouvrir de leur ombre la totalité de la ville de Skyfire City.

 Un orage sans nuages. La foudre d’un ciel bleu ! La colère d’un Dieu !

 *****

<< Précédent <<    >> Suivant >>

Cet article comporte 7 commentaires
  1. J’aimerais avoir votre avis. Je mets pas mal de commentaires (vu que c’est un LN qui en a besoin) et je les mets tous dans le corps du texte. Est-ce que ça dérange du monde ? Préféreriez-vous que je les mette à la fin, en note ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top