skip to Main Content
Menu

Chapitre 1 – La Bijouterie de Zeus

Chapitre Précédent

Source : Version anglaise

Traduit par : Kayorko
Vérifié par : Zareik


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 1


      Une lumière brillante explosa au loin.Ce chapitre a été volé de l’Empire des Novels. Soutenez le traducteur !

 Au départ ce n’était qu’un simple point de lumière. Lentement, le point grandit jusqu’à devenir une ligne. Lorsque le rayon de lumière explosa complètement, la lumière brillante devint trop vive pour être regardée.

 Elle semblait se nourrir du monde entier tout en le détruisant en même temps.

 L’univers. Infini et sans limites. Et cachée derrière cette lumière, l’obscurité est là.

 Les yeux fixés sur cette vision d’apocalypse, un homme laissa échapper un rire.

       – Adieu, Héra.

 Une large ombre apparue à ce moment derrière lui. Il fit un pas gracieux en arrière et disparu à l’intérieur de cette ombre.

 Quelques instants plus tard, l’ombre avait disparu à son tour.

 *****

Sur l’Étoile Skyfire. Skyfire Avenue.

 Cette fameuse rue n’autorisait ni les véhicules ni les robots et encore moins les méchas. Même les patrouilles de police devaient faire leurs rondes à pied, de la plus archaïque des manières. C’était une rue pour les piétons, un espace pour les nobles caché de la technologie de pointe du monde.

 Des pavés uniformes couvraient les 2048 mètres de long de la rue. Les bâtiments de chaque côté de cette avenue étaient tous différents et chacun d’entre eux avait son propre aspect et sa propre histoire. Certains étaient construits selon le style français gothique, d’autres avec la majesté et l’étendue des anciens bâtiments de la Chine antique, et certains étaient même construits selon le style Romain.

 Cette rue, qui ne semblait pas connaître la technologie, était aussi l’endroit le plus central et le plus développé de la ville Skyfire City. Selon les légendes, ici, chaque mètre carré de terre valait autant que le plus récent des véhicules de transport en haute atmosphère, le Michaely P-12.

 Au centre de Skyfire Avenue se trouvait un « petit » magasin étonnamment ordinaire. La raison pour laquelle l’échoppe était décrite comme « petite » était due aux énormes bâtiments l’entourant. La devanture ne faisait que dix-sept mètres de large et avait été décorée en combinant le luxe avec la simplicité du style néo-classique. Les larges murs réfléchissants bleus foncés et les étalages exposaient plusieurs éblouissants bijoux étincelants. Au centre de la devanture, quatre lettres éclairées d’une lumière saphir étaient visibles et formaient le nom du magasin.

 

   « Z.E.U.S »

 

 La porte était faite d’une sorte de métal inconnu bleu foncé. Elle ne portait pas de décoration, à l’exception d’un éclair stylisé, gravé.

 Zeus, le Roi des Dieux de l’ancienne Grèce. Le maître incontesté de la foudre.

 D’où le nom : la Bijouterie de Zeus.

 L’intérieur de l’échoppe était comme un monde de saphir bleu. Des tapis bleu saphir, du velours bleu saphir sur les murs… même les poignées des portes étaient en saphir.

 Derrière le comptoir de la bijouterie, se trouvaient deux jeunes demoiselles. Habillées de deux identiques courtes robes blanches. Elles étaient toutes deux très jolies, bien que de manières différentes.

 L’une était grande et fine avec de grands sourcils, un visage de rose et de longs cheveux bruns qui lui tombaient sur les épaules. De loin comme de près, elle ressemblait à une belle peinture.

L’autre était mignonne et avait des cheveux courts, bleus clairs. Sa courte robe révélait ses jambes spectaculaires. Toutefois son regard, visible dans ses profonds yeux bleus, changeait constamment. Elle semblait… un peu bizarre.

       – Patron, j’ai envie de manger une glace, annonça la fille aux cheveux courts. Sa voix était si douce qu’elle aurait pu rendre n’importe quel homme fou de désir.

 Une voix paresseuse se fit entendre.

       – Vas-tu manger la mienne ou vais-je manger la tienne ?

 La voix provenait de derrière l’étalage. Il y avait donc une troisième personne présente dans l’échoppe. Il semblait avoir dans les vingt ans et était assis sur une chaise pivotante en cuir. Ses mains étaient derrière sa tête et il semblait confortablement installé. Il avait des cheveux foncés, courts, un vêtement noir, un pantalon noir, ainsi qu’une veste blanche ayant le symbole d’un ancien temple grecque dessus.

       – Les deux cas me vont, gloussa la fille aux cheveux courts.

       – Ke’er, arrête tes bêtises, dit la fille aux cheveux longs. Elle semblait résignée.

 Le jeune homme se redressa sur son siège d’un mouvement souple et gracieux. Bien que ses cheveux soient en bataille et son visage ne soit pas rasé, il ne donnait pas l’impression d’être débraillé.

 Ses yeux étaient très clairs et il avait une certaine indolence visible sur ses lèvres. Tous ses mouvements étaient toutefois très gracieux et plaisants à observer. D’un regard, on pouvait voir que c’était quelqu’un qui avait reçu les plus fines leçons d’étiquette pendant de nombreuses années et avait ainsi prit ces habitudes.

 De sa poche située au niveau de son cœur, il sortit une montre à gousset couverte de petites gemmes formant un ciel étoilé.

       – Cela va être l’heure. Je vais me rafraîchir un peu puis je sortirai boire un verre. Xiu Xiu, Ke’re, il va être temps pour vous aussi de rentrer.

 La fille aux longs cheveux, Xiu Xiu, sourit gentiment en le regardant.
       – Patron, va faire ce que tu dois faire. Nous nous occupons du magasin.

 Le jeune homme fit un large sourire.
       – Xiu Xiu est toujours aussi bien élevée.

La fille aux cheveux courts fit immédiatement une moue et le jeune homme dû aussitôt ajouter,
       – Uhm, Ke’er est très bien élevée aussi.

 *Ding ding ding*

 Un son de carillon se fit entendre et la porte de la bijouterie s’ouvrit. Une femme entra à l’intérieur.

 À la vue de cette femme, les yeux du jeune homme se mirent à briller.

 C’était une très jolie femme. Son maquillage était un peu lourd et il était dur de déterminer son âge exact. Elle faisait 1.7m, avait un corps fin et portait à ses pieds des chaussures à talons d’argent et de cristal de chez VanCleed & Arpels qui mettaient en valeur ses tendres mollets. Elle portait une jupe blanche descendant sous ses genoux. Ses longs cheveux étaient coiffés. Elle paraissait très soignée.

 La couleur de ses yeux était très spéciale. Ils avaient la couleur d’un vert jade couplé à la couleur d’une émeraude. Si quelqu’un regardait de plus près, il aurait pu se retrouver ensorcelé.

 Après être entrée dans le magasin, ses pas s’arrêtèrent le temps qu’elle visite du regard les différentes vitrines d’exposition.

 Xiu Xiu s’approcha pour l’accueillir puis sourit et dit,
       – Bienvenue chez Zeus. Puis-je vous aider avec quelque chose ?

 La femme ne la regarda pas, ses yeux se fixèrent directement sur le jeune homme.
       – Je veux acheter un collier de saphirs bleu étoile royal qui fait au moins cinquante carats voire plus. En avez-vous ?

 Le jeune homme s’approcha. Avec un sourire, il dit,
       – Évidemment. Xiu Xiu, montre le chemin de la pièce privée à cette dame.

 Xiu Xiu fit un geste d’invitation en direction de la femme tandis que, sur le côté, Ke’er ouvrait la porte donnant sur la pièce privée.

 La pièce privée n’était pas très grande. Elle faisait une dizaine de mètres carrés. Elle avait aussi des tapis bleus et des murs bleus. Ajouté à cela, la pièce possédait une table et trois chaises.

 C’était l’endroit où toutes les vraies affaires étaient conclues. Les plus précieux bijoux n’étaient jamais exposés dans la salle de vente.

 Le jeune homme invita la femme à s’asseoir. Xiu Xiu amena une tasse de thé qu’elle donna au jeune homme qui la posa ensuite directement face à la femme qui venait de s’asseoir. Le fait que ce soit le propriétaire et non l’employée qui donne le thé avait naturellement plus de poids. Un petit détail certes, mais ce sont souvent ces détails qui déterminaient le succès ou l’échec de tels transactions.

 Xiu Xiu ferma silencieusement la porte de la salle privée. La bijouterie avait une règle tacite. Si le patron était là, il s’occupait alors personnellement de tous les visiteurs qui venaient dans la pièce privée.

 Le jeune homme s’approcha de la femme.
       – Je vous en prie, prenez un peu de thé.

 La femme accepta la tasse de thé puis leva sa tête pour le regarder.
       – Zeus !

 Le visage du jeune homme avait toujours ce gracieux sourire indolent sur lui.
       – Vous me confondez avec quelqu’un d’autre. Mon nom est Lan Jue, et non Zeus. Ou peut-être que vous m’appelez par le nom de mon échoppe ?

 La femme ne sembla pas l’avoir entendu tandis qu’elle le fixait d’un regard brûlant.
       – Zeus, j’aimerai que vous fassiez quelque chose pour moi.

 Le sourire disparu du visage de Lan Jue et il prit la tasse des mains de la femme.

 La tasse s’éclaira et le thé à l’intérieur se transforma soudain en un lac bleu d’innombrables petits éclairs.

Lan Jue la regarda calmement. Le corps de la jeune femme sursauta légèrement, comme si elle venait d’être affectée par quelque sort de paralysie. Elle s’immobilisa.

Après avoir bu d’une longue gorgée la tasse d’eau bleu électrique, Lan Jue ouvrit la porte de la pièce privée et sortit.

       – Elle n’était pas là pour acheter quoi que ce soit. S’il vous plaît, pouvez-vous l’escorter dehors. Je vais boire un verre.

 *****

<< Précédent <<    >> Suivant >>

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top