skip to Main Content
Menu

Rebirth of the Thief, chapitre 103


Traducteur : NemesisFR, Mithestral


Chapitre 103 : Acompte

 »Oh, donc voici la personne dont tu parlais ? Il a une carrure pas très musclée, il est loin d’avoir le charme de P’tit Rui. En plus… nous ne savons pas s’il est aussi doué en tant que joueur que tu nous l’as affirmé, » dit froidement Feiyun après avoir jeté un coup d’œil indifférent à Nie Yan.

Nie Yan fronça les sourcils devant ce manque flagrant de politesse.

“Feiyun ! » Moon Child réprimanda son amie immédiatement puis s’excusa auprès de Nie Yan, gênée. “Je suis vraiment désolé, ne fais pas attention à sa remarque, elle a un bon fond je t’assure ! »

Nie Yan sourit et hochant la tête. Même s’il avait été froissé, il n’avait rien à gagner à commencer à se quereller avec une fille pareille.

[Nie Yan, je suis vraiment désolée… Feiyun est une camarade de classe et voulait venir avec nous. Pour être honnête, je ne l’apprécie pas vraiment, mais comme Moon Child ne voulait pas la blesser, nous l’avons laissée se joindre a nous. Moon Child est une bonne amie par contre, même si l’un de ses défauts est qu’elle veut s’entendre avec tout le monde. S‘il n’y avait que moi, j’aurais laissé tomber Feiyun depuis longtemps] lui envoya Yao Yao par messagerie privée, visiblement furieuse.

[Haha, le plus simple est d’ignorer ce genre de personnes] répondit Nie Yan.

À partir de là, il ne porta plus aucune attention à Feiyun, s’entretenant plutôt avec Yao Yao et Moon Child. “J’ai quelques objets à vendre, on discutera après. »

“Ouais, pas de souci,” lui répondit d’un sourire Moon Child, qui était décidément de meilleure compagnie que Feiyun.

Nie Yan s’assit auprès d’elles et commença à se concentrer sur la vente de ses objets. Quand Feiyun remarqua qu’il l’ignorait volontairement, elle devint furieuse et grinça des dents.

Pendant ce temps Yao Yao et Moon Child chuchotait en gloussant occasionnellement. De temps en temps, Feiyun prenait également la parole, surtout pour les flatter sur leurs physiques. Quand Feiyun se trouvait avec ces deux-là, elle ne servait qu’à accentuer encore plus leur beauté.

 »C’est la vérité! Il est véritablement un expert !  » Yao Yao tourna la tête et donna un coup de coude à Nie Yan.  »Allez, avoue-le ! »

“C’est vrai ?” demanda Moon Child, apparemment peu convaincue. Elle n’arrivait pas à se faire à cette idée.

Nie Yan hocha doucement la tête en répondant modestement “Je ne suis pas trop mauvais.”

“Tu crois être aussi doué que notre P’tit Rui ? S’il te plaît, reviens sur terre. P’tit Rui aime Yao Yao depuis toujours, n’espère pas avoir la moindre chance avec elle. Tu es loin d’être à la hauteur,” vociféra Feiyun d’un ton sévère en le regardant de travers. C’était comme s’il était indigne d’elle de le regarder trop longtemps.

Nie Yan se moquait complètement de ce que cette fille aux propos clichés pouvait bien penser. Il prit dans son inventaire trois bourses de Poussière Aveuglante, deux parchemins de Métamorphose ainsi que deux parchemins de Toile et les mis aux enchères. Les Poussières Aveuglantes étaient listées à une pièce d’argent, alors que les parchemins à quatre pièces d’argent unité. Même si son stock plutôt maigre n’aurait pas grand effet sur l’hôtel des ventes, il espérait faire un bénéfice conséquent en les vendant à un prix élevé. Certes, les ventes prendraient du temps, mais au moins il éviterait ainsi d’attirer sur lui la suspicion des autres joueurs. Ce n’était pas très discret de remplir soudainement l’hôtel de vente avec ces objets rares.

Le manque de réponse de Nie Yan agaça Feiyun qui se moqua de lui avant de tourner son regard sur la foule et les alentours.

La raison pour mettre en vente ces objets était de jauger la réaction du marché. Il n’y avait que peu de consommables qui pouvaient se vendre à un prix aussi élevé. En outre, seuls des joueurs riches pouvaient se les offrir ; en d’autres termes cette vente lui permettrait de savoir si ces joueurs aisés étaient prêts à les acheter aussi cher.

Quelques instants seulement après le lancement des enchères, un joueur commença à enchérir sur l’un de ces objets. En fait… une frénésie d’enchères éclata pour les trois types de consommable ! Toutefois, ce n’était pas tout à fait surprenant. En effet, à ce stade du jeu il n’y avait pas beaucoup de Mages capables de créer des parchemins. Sans mentionner que la majorité des Mages choisissaient de ne pas apprendre la compétence Calligraphie, donc la majorité des parchemins en vente provenaient que des magasins de PNJ. Malheureusement, ceux-ci ne contenaient que des sorts de bas niveau comme  »Boule de Feu » tout en coûtant un bras. Les sorts comme Métamorphose et Toile étaient extrêmement rares sous forme de parchemins. Ces sorts pouvaient garantir la victoire en JcJ pour peu que l’on sache les utiliser, raison pour laquelle ils étaient considérés comme tellement utiles. Outre cela, les parchemins pouvaient véritablement sauver la vie d’un joueur qui les utiliserait pour fuir une situation très périlleuse. En plus, pour ces joueurs extrêmement aisés, quelques pièces d’argent étaient tout au plus de l’argent de poche, ce qui expliquait pourquoi les enchères s’envolaient.

À la fin de cette véritable guerre à l’enchère, chaque bourse de Poussière Aveuglante lui rapporta 2 pièces d’argent, les parchemins environ 5 pièces d’argent chacun. Il était incroyable de pouvoir vendre des consommables à ce prix aussi tôt dans le jeu, et Nie Yan fit un bénéfice très important. Il semblerait bien que toutes ses connaissances provenant de sa vie antérieure représentaient également un potentiel extraordinaire de richesses.

Au vu des bénéfices de ces ventes, il continua à vider son inventaire. Si des joueurs achetaient pourquoi s’arrêter de vendre ?

“Yao Yao, regarde ce Bâton d’Érosion de Feu que P’tit Rui m’a offert ! C’est une arme de qualité Argent qui augmente l’Intelligence de six points et les dommages magiques de sept! Qu’est-ce que tu en penses ?” Feiyun sortit le bâton en question avec l’intention de le faire admirer.

Comme Conviction n’était ouvert que depuis 2 semaines, une arme de rareté Argent pouvait être considérée comme une arme incroyable, encore plus s’il augmentait à la fois Intelligence et les dégâts magiques.

“Mon bâton est également de qualité Argent, mais ses propriétés ne sont pas aussi bonnes que celles du tien,” répondit Yao Yao de manière franche, sans exprimer de jalousie particulière.

“Tu sais, si tu en demandais un à P’tit Rui, il n’y a aucun doute qu’il t’en donnerait un meilleur. Il a un faible pour toi depuis tellement longtemps, tu ne penses pas qu’après tout ce temps tu devrais accepter ses sentiments ?” lui demanda Feiyun en la regardant.

Nie Yan entendit cette conversation. Il semblerait que Feiyun avait été soudoyée pour forcer un peu la main de Yao Yao.

Même si l’affection de Nie Yan pour Yao Yao ne pouvait être comparée à son amour pour Xie Yao, qui était la personne qui comptait le plus pour lui, elle restait une amie très importante pour lui.

Feiyun l’avait traité de manière très malpolie alors qu’il était l’ami de sa camarade de classe. Et en même temps, elle essayait devant lui de pousser Yao Yao à se mettre en couple avec un autre homme… Même Bouddha avait des limites à sa tolérance !

Quand il vit l’expression agacée de Yao Yao, il comprit soudainement que cette discussion avait déjà eu lieu plusieurs fois.

 » Yao Yao, j’ai un bâton dans mon inventaire qui ne me sert à rien. C’est un peu dommage de ne pas s’en servir, donc si tu le veux, je te l’offre en cadeau, » s’empressa de dire Nie Yan quand il s’aperçut que Feiyun se préparait à une nouvelle tentative.

 »Hé, sale mioche ! Tu sais pas qu’interrompre des gens au milieu de leur conversation est incroyablement malpoli ? Ça serait mieux que tu laisses ton ordure à sa place au lieu de l’offrir en cadeau, ça t’évitera de te ridiculiser ! » cracha Feiyun avec dédain.

 » Eh bien, est-ce que tu réalises que lorsque des gens se fichent de ce que tu dis, c’est incroyablement malpoli de continuer à monopoliser la parole comme un perroquet ? » répondit Nie Yan sans la moindre once de respect.

 » Toi …!  »

 » Quel genre de bâton? Montre-le-moi! » Yao Yao ignorait consciemment les palabres de Feiyun.

Nie Yan sortit le Bâton du Poursuivant Lunaire et le donna à Yao Yao. « C’est un cadeau pour toi. Pas besoin de faire ta timide. »

 » Ah~! C’est un bâton de qualité Or! » s’exclama Yao Yao. Elle connaissait parfaitement la valeur d’un bâton de grade Or à l’heure actuelle.

 » Yao Yao, laisse-moi voir. Quel bâton rareté Or? » demanda Moon Child d’une voix douteuse.

Yao Yao partagea les propriétés du Bâton avec deux jeunes femmes. Moon Child regardait Nie Yan d’un air choqué. Elle n’arrivait pas à croire que Nie Yan avait réellement donné un bâton de cette rareté. Toutefois, la réaction de Feiyun fut encore plus amusante à voir. Elle pâlit, et son expression devint incroyablement laide. Si ce Bâton était vraiment bon à jeter à la poubelle, que pouvait-on dire du bâton qu’elle avait dans les mains ?

 » Nie Yan, je suis vraiment en colère contre toi! Qu’est-ce que tu veux dire par, «  C’est un peu dommage de ne pas s’en servir, donc si tu le veux, je te l’offre en cadeau » ? On dirait que tu t’en sépares comme s’il n’avait aucune valeur ! En fait… J’aime vraiment ce cadeau! Merci!  » Yao Yao dit avec un petit sourire. Elle lui envoya un message privé dans la foulée : [Je sais que tu fais ce cinéma uniquement pour faire taire Feiyun, mais j’aime vraiment ce bâton. Est-ce possible de le garder ? Je suis prête à te faire un acompte.]

[Pas besoin. Je t’en fais vraiment cadeau. C’est juste un bâton, après tout.] Du point de vue de Nie Yan, ce bâton rareté Or ne valait pas grand-chose. Sa valeur était encore plus négligeable comparée à leur amitié.

[Nie Yan, tu crois vraiment être une sorte de jeune maître riche ? C’est un bâton de rareté Or! C’est bien trop cher pour l’offrir comme cadeau]

Nie Yan rit. Il connaissait parfaitement sa personnalité et savait très bien à quel point elle pouvait être tête de mule.

[D’accord, t‘as gagné. Tu peux payer en plusieurs fois si tu veux. Donne-moi juste une pièce d’argent chaque mois jusqu’à avoir payer le tout. Ça te semble juste ?]

[Bien! C’est donc réglé. Seul un idiot s’en voudrait de refuser alors que tu es si riche !]

Après l’avoir fait céder, le visage de Yao Yao s’illumina d’une expression triomphante avant de finalement laisser place à un charmant sourire.


Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top