skip to Main Content
Menu

Prologue partie 4

Prologue

Partie 4

« …aaah, assez…..vais dormir. »

« Attends ! C’est toi qui es chargée du support et du heal de l’équipe, et si tu te déco— »

« …Si c’est toi, Nii, tu seras capable de le faire. »

« Théoriquement, c’est possible ! Si j’utilise mes deux persos avec mes deux mains et en même temps les deux tiens en utilisant mes pieds— »

« …Fi…ght ! »

«Non attends ! S’il te plaît juste un petit moment, sœurette ! Si tu vas dormir je vais sûrement mourir——Uooooooo, tu vois, je suis foutu et mort ! »

La pile de gobelets de nouilles était déjà devenue une tour de cinq gobelets. Ce qui signifie donc que ces deux frères et sœurs étaient actuellement à cinq nuits blanches d’affilée à jouer à des jeux.

Même en sachant que son frère était dans une situation pénible, Shiro alla quand même dormir en utilisant une console comme oreiller.

Sonne—

Soudainement une notification d’un nouveau mail retentit dans la pièce.

« …Nii, un e-mail. »

« Comment veux-tu que ton frère, qui est en train de jouer en utilisant quatre perso différents sur quatre écrans différents, fasse quelque chose ? Tu veux que je le fasse, mais je n’ai pas vraiment de super-pouvoir ! »

Il maniait habilement les souris avec ses deux mains et ses deux pieds. Il contrôlait furieusement un groupe de quatre tout seul et répondait en même temps.

« Je suis sûr qu’il s’agit juste d’une autre pub, de toute façon ignore le tout simplement— »

« …Quoi et si….et si ça vient d’un ami ? »

« Quel ami ? »

« …de Nii »

« Haha, comme c’est bizarre, d’une certaine façon je peux te sentir me poignarder en plein cœur avec cette déclaration pleine d’ironie, ma sœur adorée. »

« Je ne…tu voudrais que ce soit…le mien……… »

« Et bien c’est une pub après tout. Ou devrais-je dire, si tu veux dormir, juste dors ! Si tu ne vas pas dormir, s’il te plaît aide-moi un peu ici—Noooon, mort, je suis mort ! »

Laissez-moi le dire encore. Dix-huit ans. Puceau. Impopulaire. Trouble de la communication. Obsédé des jeux. Ce n’est pas très glorieux mais ce n’est pas tout, il n’a jamais eu de petite amie, où même ne serait-ce que quelqu’un qu’il aurait pu appeler [Ami]. Il en allait de même pour sa petite sœur.

« …Uu….quelle poisse. »

Shiro essaya de se réveiller de sa torpeur et de rassembler toutes ses forces pour se lever. Ça n’aurait pas vraiment été un problème s’il s’agissait juste d’une simple pub. Mais une chose qui ne pouvait être ignorée c’était bien une pub pour un nouveau jeu.

« …Nii, où est la tablette… ? »

« À trois heures, dans la deuxième pile de eroge[1] depuis la gauche, et placée vers le troisième et quatrième carton—Uooooo, mes pieds ont des crampes ! »

Ignorant son frère en plein tourment, Shiro la trouva facilement où Sora lui avait dit. Peut-être que quelqu’un se demande pourquoi une hikikomori et un NEET auraient besoin d’une tablette. Mais c’est, bien sûr, une question ridicule, puisque la réponse est évidente. Elle est utilisée pour jouer. Néanmoins, ce n’est pas son usage principal. Pour d’innombrables jeux il faut aussi d’innombrables adresses e-mail, mais même sans les adresses qui ne sont pas utilisées pour les jeux, il y avait tout de même plus de 30 comptes d’e-mails. Tous synchronisés. Voilà ce qu’est la vraie efficacité.

« …Le son est— donc ça vient de…..la troisième adresse du compte principal……c’est celui-là ? »

La fille aux cheveux blancs dont la mémoire était extraordinaire en comparaison à une personne ordinaire, trouva facilement le message. Et alors—la personne derrière qui menait une croisade avec succès contre d’autres joueurs en temps réel en utilisant quatre personnages seul, poussa un cri de triomphe, juste avant qu’elle ne voit l’e-mail.

Nouveau message—objet : À vous deux『』.

« … ? »

Shiro pencha légèrement la tête.

Les e-mails qui étaient adressés à 『 』n’était pas rare.

Requêtes de guerres, invitations, défis—ceci, etc étaient ce qu’ils recevaient communément, mais—

« …Nii. »

« Qu’est-ce que c’est, ma cruelle petite sœur qui dit qu’elle veut dormir et abandonne son frère seul en pleine partie, et qui finalement ne dort pas et laisse quand même son frère trop fatigué pour jouer ? »

« …Ça. »

Faisant comme si elle n’avait pas entendu le sarcasme de son frère qui n’avait pas l’air à l’écoute, Shiro montra le mail à son frère.

« Humm—c’est quoi ? »

Le grand frère remarqua que le mail avait l’air particulier.

« Sauvegarde. Okay, c’est fait. Checker les items dropés, fait aussi. »

Après avoir vérifié que tout était bon, Sora ferma la fenêtre du jeu qui tournait depuis cinq jours et changea de fenêtre pour afficher sa boîte de réception afin de regarder de plus près l’e-mail qu’ils venaient de recevoir.

« …Comment cette personne sait que『 』sont en fait un frère et sa sœur ? »

Il y avait de nombreuses personnes qui supposaient que『 』était un groupe de personnes, le principal problème ne venait pas de ce qui était écrit dans l’objet du mail, mais plutôt de son contenu qui disait :

Vous, frère et sœur, avez-vous toujours eu ce sentiment d’être nés dans le mauvais monde ?

« Quoi…..qu’est-ce que ? »

« …………. »

C’était un message quelque peu, non, vraiment très étrange. Il y avait une URL qu’ils n’avaient jamais vue avant. À la fin de l’URL, il n’y avait pas de [.jp] pour montrer le nom du domaine du pays. Cette URL menait à une page spécifique—et il semblait qu’elle soit liée à un jeu.

« …Qu’est-ce qu’on fait ? »

Shiro qui ne semblait pas très intéressée, retourna à son oreiller-console pour dormir. Ce qui signifiait qu’elle laissait la décision à son frère.

« Hmm, donc ‘tu’ prévois de me faire prendre un risque dessus, huh. Et bien, même si à la fin ça s’avère être du bluff, prenons juste ça comme une autre distraction. »

Il prit sa décision et cliqua sur le lien. Il était en pleine alerte au cas où il s’agirait d’un virus, bien que le software de sécurité tournait à plein régime. Ce qui apparut à l’écran fut juste un jeu d’échecs en ligne.

« …*bâille*…bonne nuit… »

« Hé, attends, attends ! C’est un défi adressé『 』tu sais. Si l’autre camp possède un programme avancé d’échec, moi tout seul serai incapable de gagner ! »

Sora essayait d’empêcher sa sœur de dormir. « …Qui joue bien aux échecs… de nos jours…. »

« Ummm, je sais comment tu te sens, mais…. »

Un programme qui est capable de battre même les plus grands maîtres d’échecs. Même avec ça, la petite sœur avait perdu tout intérêt à jouer aux échecs après avoir battu ce programme vingt fois consécutives.

« Ce serait impardonnable si『 』perd. S’il te plaît, reste réveillée au moins jusqu’à ce que l’on connaisse l’étendue des compétences de l’adversaire. »

« …Uuuu……on n’y peut rien. »

C’est là que Sora débuta le jeu. Après avoir vu son frère effectuer un mouvement, deux mouvements, Shiro commença à somnoler à cause du temps depuis lequel elle n’avait plus dormi. Cinq mouvements, dix mouvements, et avant qu’il ne le sache, la moitié du plateau était déjà remplie de pièces. Shiro ouvrit soudainement ses yeux et dévisagea l’écran.

« …Huh ? Ce type est…. »

Tandis que Sora était dans une situation inconfortable, Shiro se redressa et dit alors :

« …Nii, changement de joueur… »

Sans aucune objection, Sora obéit et se leva de la chaise. Shiro savait que son grand frère ne pourrait pas faire plus à partir de ce moment. En d’autres termes, Shiro reconnaissait que l’adversaire était un opposant de valeur. La petite sœur qui venait juste de changer de place avec son frère commença à planifier ses mouvements.

Les échecs sont un [Jeu à somme nulle à décision limitée]. Dans ce jeu-là [Chance] n’existe pas et parfois c’est un jeu aux points. En théorie, il existe une méthode infaillible pour gagner, mais ce n’est qu’en théorie. Elle est basée sur la maîtrise et la capacité à voir chacune des 10^120 possibilités présentes sur le plateau. Une personne capable d’une telle chose ne devait sûrement pas exister.

Mais il y a quelqu’un qui peut faire valoir cette [Existence], et c’est Shiro. Elle maîtrise et peut comprendre la grande—non, l’énorme—quantité de mouvement possible aux échecs. Si vous choisissez les meilleurs mouvements, alors vous aurez l’avantage et vous gagnerez si vous avez joué en premier. SI vous jouez en deuxième, la seule issue possible est au mieux une égalité. Ce n’est que la théorie. Qu’en est-il contre un adversaire qui pourrait prévoir deux cents millions mouvements à la seconde ? Même le programme le plus fort du monde, avait été prouvé imparfait face à sa petite sœur après qu’elle ait gagné vingt fois consécutives contre lui.

« …Pas possible. »

Et ce genre d’excellent joueur venait juste d’être surpris par ce qu’elle avait en face d’elle.

« Calme-toi. Ça, je suis sûr l’autre joueur est humain. »

« Pourquoi ? »

« Si c’était un programme, il choisirait toujours le meilleur mouvement à jouer. Dans un sens c’est une bonne chose, mais dans un autre cela signifie qu’il ne peut utiliser que les tactiques qui sont dans son programme. C’est pourquoi tu peux gagner contre lui facilement. Mais ce type— »

Sora pointa l’écran.

« Mais là, l’adversaire veut t’attirer dans un piège et te faire faire un mauvais mouvement, et si tu penses que c’est naturel pour un programme de faire ça, alors tu as tort. »

« …Uuu. »

La petite sœur fut incapable de contredire les mots de son frère.

—Bien sûr, au vu de leurs habilités aux échecs, non, en fait dans tous les jeux Shiro et Sora sont extrêmement forts. Peut-être que les appeler des « génies des jeux » ne serait pas exagéré. Dans le cas de Shiro, elle peut seulement agir en se basant sur sa logique. C’est pourquoi elle peut aisément vaincre même le meilleur programme d’échecs. Cependant, sa capacité à deviner les [Intentions] des autres est faible. C’est pourquoi, dans des moments comme ça, Shiro avait besoin de laisser ça à Sora. Bien que peu habille à la communication, sa capacité à appréhender les [Intentions] des gens est, de façon inattendue, exceptionnelle.

« Calme-toi, si l’adversaire est un programme, c’est une raison de plus pour laquelle il n’y a pas moyen que tu perdes. Ne te fais pas avoir par ses provocations. Je vais déceler chacune de ces provocations et tactiques pour que tu puisses le vaincre. »

« …Compris…Shiro fera de son mieux… »

Voilà la raison derrière leurs succès, à être devenu ‘le’ meilleur joueur du monde.

La partie durait déjà depuis plus de six heures. L’adrénaline et la dopamine sécrétées par leur cerveau les firent oublier la fatigue accumulée au cours des cinq nuits blanches consécutives, les aidant à se concentrer à leur extrême limite. Six heures—mais c’était comme si le jeu durait depuis plusieurs jours.

Finalement, le moment décisif arriva. Et alors une voix platonique signalant la fin du jeu sorti depuis les haut-parleurs.

‘Échec et mat’

C’est la victoire du frère et de la sœur. « « … » »

Après un long silence— « « Fuaaaaaaaaah. »

Ils prirent une longue inspiration. C’est comme si le jeu leur avait fait oublier de respirer.

« Incroyable…..ça faisait un moment….depuis la dernière fois où j’ai joué une partie aussi rude. »

« Haha, c’est quand même la première fois où j’entends que tu as passé un moment difficile avec un simple jeu, j’ai raison non ? »

« …Nii, était-il….Vraiment humain ? »

« Oui j’en suis sûr. Il a pris longtemps à se décider à te provoquer dans un piège pour te faire jouer un mauvais mouvement, et quand ça n’a pas marché j’ai pu sentir un sentiment de trouble émanant de lui. Je suis sûr qu’il était humain—où peut être un ‘monstre’. »

« …J’imagine quel genre de personne il peut être. »

La petite sœur qui était capable de battre un programme d’échecs de niveau Grand Maître semblait intéressée.

« Peut-être un Grand Maître ? Les programmes sont exacts, mais l’humain est complexe après tout. »

« …Je vois…la prochaine fois….Je veux jouer….Au shogi contre le Roi Dragon[2]. »

« Est-ce que le Roi Dragon accepterait ton défi ? Pourquoi ne pas le chercher ! »

Après le jeu, tous deux se sentaient extrêmement heureux et souriaient joyeusement pendant qu’ils parlaient.

Sonne—

Soudainement le son d’une notification mail retentit.

« Hey, peut-être que cet e-mail vient de notre adversaire. Essaie de l’ouvrir. »

« …Yep. »

Mais l’e-mail ne contenait qu’une seule phrase.

Bien joué. Avec ce genre de talent, je suis sûr que vous trouvez que vivre est un vrai calvaire, n’est-ce pas ?

Avec seulement cette phrase, c’est comme ci leur état d’esprit tombait à zéro. Un silence envahit la pièce, seul le son des PC pouvait être entendu. De nombreux fils jonchaient le sol aux côtés d’ordures et d’habits. Le temps semblait s’être arrêté dans cette pièce où les rideaux obstruaient la lumière du jour, et un sentiment d’oppression flottait dans l’air. Isolés dans cette étroite pièce de seize tatamis. C’est le monde dans lequel sont nos protagonistes—dans son entièreté.

—De déplaisants souvenirs leur revenaient à l’esprit.

Le grand frère, qui d’ordinaire excellait à lire les véritables intentions des gens juste en entendant leurs mots. La petite sœur aux cheveux blancs et aux yeux rouges, qui de nature a une grande intelligence—mais était une personne incomprise par les autres. Tous deux ont fermé leurs cœurs depuis la mort de leurs parents. Peu importe combien ils essayaient de se souvenir du passé avec optimisme— Non, encore maintenant c’est toujours la même chose.

La petite sœur baissa la tête en silence.

Pas longtemps après avoir pensé à tout ça, le grand frère, énervé, commença à écrire une réponse.

Ce ne sont pas tes affaires ! Et qui es-tu à la fin ?

Une réponse vint presque aussitôt après qu’il eut envoyé son message. Non, le fait qu’il soit vraiment possible d’appeler ça une réponse peut être mis en doute car le contenu de ce mail était—

Vous deux, que pensez-vous de ce monde ? Est-il intéressant ? Est-ce un endroit où vous pouvez vous sentir bien ? À cause de ces mots, le grand frère oublia sa colère et échangea un regard avec sa petite sœur. Il n’y avait pas besoin de le reconfirmer, la réponse était depuis longtemps claire, depuis le début.

« C’est un jeu de merde[3]. »

…Sans objectifs et règles claires, un jeu stupide. Pas moins de 7 milliards de joueurs qui agissent comme ils leur plaisent.

Ceux qui ont plus que les autres sont pénalisés. La petite sœur qui est isolée, l’est parce qu’elle est plus intelligente que les autres de son âge— personne ne pouvait la comprendre et elle fut donc brutalisée, malmenée.

Même ceux qui ont moins que les autres sont pénalisés. Le grand frère, qui échouait sans cesse, le frère toujours souriant, même lorsqu’il était réprimandé par ses parents ou ses professeurs.

Aucun droit de passer son tour.

—Ne pas parler fait de vous une cible vouée à être malmenée par les autres.

—Parler trop vous fait devenir une personne détestée des autres.

Être capable de lire un peu trop les vraies intentions des personnes vous fait aussi devenir une personne détestée par les autres. Pas d’objectifs clairs, pas de paramètres, même le genre du jeu est inconnu.

Ceux qui jouent selon les règles sont punis, pourtant ceux ignorants les règles ne sont pas punis mais regarde vers le bas depuis leur position connue comme l’élite. Aucun jeu ne peut être comparé à celui-ci, le pire des jeux.

« Fais chier ! »

Sora grinçait des dents et caressait la tête de sa petite sœur.

Le sentiment que ces deux-là avaient ressenti, comme s’ils se tenaient dans le royaume des dieux, au terme de cette partie excitante s’était évanoui. Il ne restait plus que deux frères et sœurs isolés de la société. Ils étaient seuls, abattus, de fragiles humains.

Sonne— subitement ce son put être entendu.

Le grand frère n’y prêta pas attention et déplaça le curseur pour éteindre l’ordinateur. Mais sa sœur prit sa main pour l’en empêcher.

Et que se passerait-il si un monde où tout est décidé par de simples jeux existait—

Sora, qui avait essayé d’éteindre le PC juste avant, fut incapable de faire quoi que ce soit d’autre que lire après avoir vu de tels mots.

Un monde où les objectifs et règles sont clairs, un monde sur un plateau de jeu, qu’en pensez-vous ?

Les deux échangèrent un regard, rirent, et tous deux hochèrent la tête. Puis le grand frère commença à taper sur le clavier.

Si ce genre de monde existe vraiment, alors ça signifie que nous sommes vraiment nés dans le mauvais monde. C’est ce qu’il répondit après avoir lu le message précédent.

Soudain—

-shhaaaaa.

L’écran du PC émit un faible bruit puis un son comme celui d’un disjoncteur qui saute. Après ce bruit, plus rien, pas un bruit c’est comme si tout c’était arrêté : seul l’écran avec le mail était en mouvement.

« Qu’est-ce que— »

« … ! »

Le bruit pouvait s’entendre seulement dans la pièce. C’était un son comme si la maison craquait, avec en même temps le son d’une décharge électrique. Le frère paniqua et regarda rapidement dans la pièce, pendant que la petite sœur restait abasourdie. Après ça, le bruit devint de plus en plus intense et finalement se changea en bruit proche de celui d’un canal de télé vide. C’est alors que depuis les haut-parleurs—non pas de l’écran, une [Voix] se fit entendre.

[Je pense la même chose. Vous deux êtes nés dans le mauvais monde.] Brusquement deux mains blanches sortirent de l’écran.

« Wha— ! »

« …Hiii ! »

Les mains les tiraient tous les deux par le poignet vers l’écran.

[Je vais vous permettre frères et sœurs de renaître, dans le monde qui vous était destiné !] Ils furent éblouis par une lumière blanche aveuglante, et fermèrent leurs yeux.

Lorsqu’ils ouvrirent leurs yeux à nouveau, la première chose qu’ils notèrent fut la lumière et la chaleur du soleil, ainsi que la sensation de leurs rétines brûlées par la lumière. Cela faisait un moment qu’ils n’avaient pas ressenti ça. Le frère qui revint à lui en premier, après que ses yeux furent habitués, nota qu’ils étaient très haut dans le ciel.

« Uooooooooooo ! »

Le décor était soudainement passé d’une pièce étroite à une vaste étendue.

Ils étaient—dans les airs.

Soudainement apparut, dans un vaste ciel, Sora, qui venait de saisir la situation hurla.

« C’est quoi ce truuuuuuuuuuuuuuuc ! »

Peu importe comment il voyait ça, peu importe combien de fois il regardait, il était sûr que toute l’île en dessous de lui—ainsi que les autres bien sûr— flottaient. Il y avait aussi une certaine créature qui volait d’elle-même dans le ciel, un dragon. Au loin, il pouvait voir d’immenses pièces d’échecs aux côtés de chaînes de montagnes, qui pourraient faire perdre aux gens leurs sens de la distance.

« Qu’est-ce que c’est que ce genre d’entrée à la sauce fantasy ? » c’est ce qui traversa l’esprit de Sora. Le paysage, peu importe combien de fois il essayait de le comparer, il était très différent de celui de la [Terre] qu’il connaissait. Mais il réalisa rapidement que le vrai problème maintenant n’était pas ça. Ils étaient tous les deux actuellement en train de faire du parachutisme sans aucun parachute—une chute libre.

« Je vais mouriiiiir ! »

Cela lui prit trois secondes pour se convaincre de ça.

Mais comme pour briser cette triste vérité, une clameur retentit à côté de lui.

« Bienvenue dans mon monde ! »

Le [Garçon] chutant à ses côtés ouvrit ses bras et rit.

« C’est l’utopie dont vous rêviez, le monde sur un plateau de jeu, [Disboard]—tout ici est décidé par des jeux, même sa propre vie et les frontières des pays ! »

Sora comprit probablement dix secondes plus tard.

Shiro, qui ne comprenait rien à la situation depuis qu’elle avait ouvert les yeux, agrippa son frère en criant.

« …Qui es-tu— ? »

Shiro fit de son mieux pour crier tandis qu’ils chutaient à une vitesse vertigineuse, mais finit seulement par murmurer sa question. Le garçon lui répondit tout en souriant comme à son habitude.

« Moi ? À propos de moi~ Je….vis ici. »

Il dit ceci tout en pointant dans la direction d’une pièce d’échecs géante visible à l’horizon, celle que Sora avait vue pour la première fois seulement quelques secondes auparavant.

« Hmm, dans votre monde vous pourriez m’appeler ‘Dieu’, non ? »

Il plaça son index sur sa joue, l’autoproclamé Dieu parlait avec gentillesse et convivialité.

—Enfin, personne ne savait s’il disait la vérité.

« Ce n’est pas le moment pour ça ! Nous tombons vers le sol à une vitesse vraiment très grande—whoaaaah ! Shiro ! »

« …………………….! »

Ne sachant que faire, Sora prit Shiro dans ses bras et tourna son corps pour se mettre sous Shiro. Après ça, Shiro qui était dans les bras de Sora poussa un cri silencieux.

Voyant ça, le garçon autoproclamé Dieu leur dit sur un ton joyeux. « Je me réjouis d’avance de vous revoir. Oui, sans aucun doute, ça ne sera pas long. » Et ils perdirent alors conscience.


[1]Un eroge c’est en gros un jeu H.

[2]Le Roi Dragon est le champion national de Shogi au Japon, on peut dire qu’il est le meilleur joueur de Shogi du monde.

[3]« Jeu de merde », « shit game » en anglais ou « kusoge » dans la version japonaise est un type de jeu terrible par de nombreux aspects. Pour quelques raisons, certaines personnes aiment jouer à ces jeux, qui sont parfois amusants tellement ils semblent difficiles. C’est aussi considéré comme une prouesse de réussir un jeu aussi pénible.

<Précédent<     >Suivant>

Cet article comporte 8 commentaires
  1. Merci la team , jvous connaissais pas y’a quelques jours mais chui déjà fan ^^ je pense que vous faites un superbe boulot … continuez comme ça ! :p

  2. Perso j’adore l’anime de No game No life donc un grand merci pour la traduction du novel et bien sur comme toujours un grand bravo pour le travail sur Panlong Merci!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top