skip to Main Content
Menu

Chapitre 30 : Le Protecteur de Délia


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Edité par : MissX et Strike
Checké par : Lwienlin et MissZareik


PANLONG – LIVRE 9 CHAPITRE 30


        Maître Longhaus pouvait clairement voir que son disciple tenait tant à Linley qu’elle en avait perdu sa clarté et sa vivacité d’esprit.

– Délia, c’est bon. Ne t’inquiète pas ! Linley rit. Il se sentait touché par l’inquiétude manifeste de Délia.

– D’accord, acquiesça Délia .

Elle était cependant toujours inquiète. La personne avec qui il allait se battre était après tout réputée comme étant l’expert de niveau Saint le plus puissant en vie : l’Épée Monolithique Sainte, Haydson.

Longhaus regarda Linley puis Délia. En riant, il dit :

– Cela fait longtemps que vous ne vous êtes pas vu. Je ne vais pas vous déranger plus longtemps. Je vais me promener un peu, pour vous laisser discuter. J’imagine qu’après dix ans, vous avez beaucoup de choses à vous dire.

Délia jeta un regard reconnaissant à son Maître.

Maître Longhaus lui laissait clairement une chance d’être seule avec Linley pour discuter.

Tout en parlant, Maître Longhaus conduisit son Ours Monde hors de la cour, laissant seulement Linley, Délia, Bébé et Haeru derrière lui.

Délia baissa la tête, tout en continuant de caresser la fourrure de Bébé. Elle attendait que Linley prenne la parole.

Une magnifique jeune femme caressant un adorable petit animal. C’était une image extrêmement émouvante et belle… mais Linley ne ressentait que du malaise. S’il s’était retrouvé face à un expert de niveau Saint, Linley n’aurait ressenti aucune peur, mais devant Délia, Linley n’avait plus aucune en confiance en lui.

Parmi les filles de son âge avec qui il était le plus familier, Délia était définitivement la première.

Ils avaient, après tout, grandi ensemble.

Linley n’était pas idiot. Il savait ce que Délia ressentait pour lui… et c’était la raison pour laquelle il se sentait si mal à l’aise. Encore plus maintenant qu’il était seul avec elle.

– Ces dernières années, comment as-tu été ? Après un long silence, Linley réussi finalement à sortir cette phrase malhabile.

Délia leva la tête et le regarda. Elle laissa ensuite échapper un petit rire.

– Linley, tu es déjà un expert de niveau Saint. Depuis quand es-tu devenu si timide ? Je me suis plutôt bien porté ces dernières années. Avec mon clan et mon Maître derrière moi, qui aurait osé me maltraiter ?

En entendant les mots de Délia, Linley se sentait légèrement plus à l’aise.

– Et toi, qu’as-tu fait toutes ces dernières années ? demanda Délia d’une voix douce .

– Peu de choses. Linley sembla de nouveau retomber dans ses souvenirs de tout ce qu’il s’était passé ces dix dernières années. Dix ans plus tôt, après avoir appris la mort de son père, il avait tout abandonné et décidé de le venger.

Il avait marché encore et encore le long de la voie de la vengeance et avait fini par tuer Clayde. Mais à cause de son entêtement, il s’était fait plus tard encercler lors de son combat contre six Exécuteurs Spéciaux de l’Église de Lumière, et Doehring Cowart avait fini par sacrifier son âme pour lui…

Trois années de douloureuses épreuves dans la Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques, puis six ans de paisibles méditations au sein de l’Empire O’Brien.

Son combat contre Stehle, son combat contre les six Anges, son court combat contre McKenzie… une scène après l’autre défilait dans son esprit. Tandis qu’il les revivait, Linley commença à raconter à Délia tout ce qu’il s’était passé, sans rien lui cacher.

Délia s’arrêta de caresser Bébé et se mit à écouter intensément chacun des mots de Linley.

Ce dernier narrait toutes ses aventures d’une manière calme et simple, comme s’il était très détendu. Mais Délia pouvait tout à fait s’imaginer comment les dix dernières années de Linley s’étaient passées. Une fois qu’il eut fini de parler, Linley ne put s’empêcher de soupirer plusieurs fois.

– Linley. Délia tendit soudainement la main pour attraper celle de Linley avant de la serrer doucement !

Linley leva la tête et fixa Délia avec surprise. Celle-ci le regardait en retour.

– Linley, ne soupire pas tant. Tu as déjà accompli énormément de choses.

La main de Délia était plutôt froide.

Mais Linley pouvait sentir les battements de son cœur à travers sa poigne. Son battement était très doux. Il sentit une montée de chaleur se répandre dans son cœur, faisant fondre une petite partie de son cœur gelé.

– Merci, dit Linley, doucement .

– Ne me remercie pas. Délia secoua la tête, son regard brûlant toujours posé sur le visage de Linley.

L’ambiance commençait à se réchauffer.. Pour une certaine raison, Linley se sentait de plus en plus étourdi. Des scènes de lui et d’Alice repassaient dans son esprit avant d’être remplacées par le baiser qu’il avait partagé avec Délia. Les battements de son cœur se mirent à accélérer aussi. Linley commençait à devenir légèrement excité.

– Bébé. Linley regarda Bébé avant de reposer son regard sur Délia. Délia, sais-tu à quel point Bébé est devenu puissant ? Avec ce genre d’atmosphère, la seule chose qu’avait trouvé Linley pour calmer les battements paniqués de son cœur, était de changer de sujet.

Il ne savait pas ce qui aurait pu se passer si cette ambiance avait perduré.

C’était la raison pour laquelle, il avait tout simplement préféré changer de sujet.

Délia soupira intérieurement. Elle était douée en négociations et était aussi une fine psychologue, capable de lire sur le visage de ses interlocuteurs pour mener à bien les négociations.

Délia comprenait plutôt bien Linley.

Elle savait qu’après son vécu avec Alice, bien qu’il donne l’impression d’avoir tout oublié d’elle, en réalité… l’histoire qu’il avait eu avec elle n’était pas quelque chose que Linley pouvait oublier aussi facilement que cela.

Le premier amour était toujours le plus fragile.

Encore plus dans le cas de quelqu’un comme Linley. Lorsqu’il se mettait à aimer réellement quelqu’un, il plaçait alors cette personne sur un piédestal encore plus haut que les personnes normales. La conséquence de son premier amour raté avait inconsciemment causé à Linley une certaine phobie  envers tout ce qui avait trait à l’amour.

Même si d’autres filles l’approchaient, Linley ferait naturellement marche arrière .

Délia comprenait qu’une couche de glace avait déjà recouvert le cœur de Linley. Si quelqu’un souhaitait la faire fondre, cette personne ne pouvait se permettre de se précipiter. Elle se devait de la faire fondre étape par étape, délicatement.

En plus, Délia aimait profondément Linley et dans son cœur, elle ressentait de la peine pour lui.

Linley avait tant souffert. Un être cher après l’autre l’avait quitté. C’était la raison pour laquelle il avait tant accompli et était devenu un combattant de niveau Saint à l’âge de vingt-sept ans. Mais combien de misère, de souffrance et d’amertume avait-il dû traverser pour en arriver là ?

Délia ne souhaitait réellement pas que Linley continue à ce rythme-là. S’il continuait ainsi, il mourrait tôt ou s’épuiserait prématurément. Pour le bien de Linley, Délia avait déjà décidé de passer autant de temps à ses côtés qu’il le faudrait. Tant qu’elle pourrait aider Linley à être plus détendu et plus heureux, elle serait satisfaite.

– Délia, à quoi penses-tu ? Linley avait remarqué que Délia semblait être perdue dans ses pensées.

Délia se reprit immédiatement et rit.

– À quoi je pensais ? Je pensais à toi. Linley ne put s’empêcher de se figer à ces mots. En voyant l’expression de Linley, Délia se mit à rire.

– Je plaisantais.

Linley se mit aussi à rire.

– Que voulais-tu me dire sur Bébé, plus tôt ? rit Délia.

– Bébé, veux-tu dire quelques mots à Délia ? Linley rit tout en regardant Bébé.

– Dire quelques mots ? Délia regarda Bébé avec surprise. Cette ordinaire petite Souris Fantôme de l’institut peut parler ? Seules les créatures magiques de niveau Saint peuvent parler pourtant…

Bébé se remit sur ses petites pattes avant de sauter sur la table en pierre. Il se leva sur ses deux pattes arrières et leva fièrement la tête avant de dire d’une voix forte,

– Miss Délia, laisse-moi te dire un secret. Lorsque le Boss et moi étions dans la Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques, il me parlait souvent de toi. Il m’a même dit que tu l’avais embrassé de force une fois !

*Slap !* Linley voulut immédiatement aplatir Bébé, mais sa main passa au travers de son corps. Il ne restait de Bébé plus que l’image résiduelle de sa position précédente !

Bébé se tenait dans les airs et se moquait de Linley, ravi.

– Bébé, espèce de petit malin. Linley ne savait pas s’il devait en rire ou en pleurer.

De plus, il n’avait jamais dit une telle chose. Bébé avait tout inventé.

– Bébé, sois gentil, viens me voir. Délia tendit la main et Bébé se blottit de nouveau contre la poitrine de Délia. Dans son étreinte, il se sentait à l’aise et fit même un clin d’œil à Linley.

Grâce aux taquineries intentionnelles de Bébé, Linley et Délia riaient maintenant sans retenue. Le temps passa rapidement et le ciel commença à s’assombrir.

En voyant le jour tomber, Délia se rappela soudainement que l’Empereur Johann avait préparé le soir-même un énorme banquet à son attention.

– Linley, il se fait tard. Je dois partir maintenant. L’Empereur Johann a préparé un banquet pour moi ce soir et je me dois d’y aller, dit Délia, en s’excusant.

Linley hocha légèrement la tête.

– Alors, je ne te retiendrai pas plus longtemps.

– Viendras-tu ce soir ? demanda soudainement Délia.

– Moi ? Linley rit. L’Empereur Johann ne m’a pas invité et je n’aime pas les banquets. Non merci.

Délia acquiesça légèrement.

En réalité, comment l’Empereur pourrait ne pas l’avoir invité ? Wharton avait toutefois déjà refusé au nom de son frère. Il savait que Linley n’aimait pas les banquets et qu’il n’aimait pas non plus devoir discuter avec les nobles.

– À bientôt, dit légèrement Délia.

– À bientôt. Linley regarda Délia.

Délia se tint debout un moment avant de quitter lentement la cour. Tandis qu’elle sortait, elle se retourna une dernière fois pour regarder Linley. Il commençait déjà à faire bien noir et il y avait très peu de lumière. Lorsque Délia se tourna pour regarder Linley, ses cheveux furent soulevés par le vent de la nuit.

Un sourire éblouissant, puis elle partit.

Linley regardait sa beauté disparaître dans la nuit, immobile, en pensant à des choses diverses.

– Grand frère, que regardes-tu ? Wharton s’approcha en riant. C’est l’heure de manger.

– Ton grand frère ressent les vibrations du printemps ! La petite tête de Bébé sortit de derrière Linley.

..

La nuit tombait mais les rues de la Capitale Impériale étaient toutes illuminées, comme déconnectées du temps. À cet instant, le palais impérial vibrait des bruits de l’énorme banquet et des musiciens du palais qui jouaient. Les hommes et les femmes du palais se déplaçaient gracieusement au milieu de l’immense pièce.

Délia se tenait assise à côté d’un mur de la grande salle. À côté d’elle se trouvait le Faucon Mésocyclonique. Elle était l’invitée d’honneur de ce banquet qui avait été préparé, après tout, pour lui souhaiter la bienvenue.

Mais hormis quelques mots polis qu’elle avait échangés avec l’Empereur Johann, et quelques vers qu’elle avait déclamés d’une chanson, Délia avait rapidement déclaré qu’elle ne se sentait pas bien et s’était mise à l’écart de l’agitation de la salle.

Un beau jeune homme marcha jusqu’à Délia avec un sourire qu’il devait sûrement imaginer amical. En s’inclinant légèrement, il dit,

– Belle Demoiselle Délia, pourrais-je avoir l’honneur de vous demander une danse ?

– Je suis désolée, je ne me sens pas très bien. Délia secoua la tête.

Le jeune noble repartit, déçu. Elle ne se sent pas bien ? Qui aurait pu la croire ? De nombreuses filles qui ne souhaitaient pas accepter une offre à danser disaient ces mots. Qui plus est, Délia était une mage du septième rang. Comment aurait-elle pu si facilement tomber malade ?

À une certaine distance, plusieurs nobles fixaient Délia.

– Le combientième ? Scott rit en direction d’un autre noble.

– Le huitième, rit l’autre noble.

– Le huitième quoi ? Le Marquis Jeff, qui venait juste de finir une danse, rit aussi en s’approchant. À cet instant, le Marquis était d’excellente humeur.

Son statut lui garantissait de contrôler plus tard la Province Administrative du Sud-Est ! Il était donc normal que cela, en plus de son statut de prince, le rende attractif auprès de nombreuses jeunes nobles.

Malheureusement, bien que nombre de ces jeunes nobles aient déjà été invitées dans le lit du Marquis Jeff, aucune n’en avait jamais obtenu plus.

– Je parlais de Mademoiselle Délia. C’est déjà la huitième personne à lui avoir demandé une danse et à se l’être fait refuser. Il semblerait que les autres n’osent plus maintenant, rit le jeune noble.

Scott regarda le Marquis Jeff tout en riant.

– Quoi, cousin Jeff, tu souhaites aussi tenter ta chance ?

Le Marquis Jeff hocha la tête avec confiance.

– C’est seulement une danse, n’est-ce pas ? Admirez. Jeff sourit d’un sourire lumineux tout en s’approchant de Délia.

– Mademoiselle Délia. Le Marquis se plaça devant elle. Pourrais-je avoir l’honneur de vous demander une danse ?

– Je suis désolée. Je ne me sens pas bien. Délia donna la même réponse.

Le Marquis Jeff s’assit très naturellement à côté d’elle tout en faisant attention à garder une certaine distance entre eux. Bien qu’ils ne soient pas très éloignés, il n’était pas assez proche pour représenter une menace.

– Si vous ne vous sentez pas bien, vous devriez aller vous reposer. Le Marquis Jeff, avec toute son expérience, savait exactement comment il devait approcher ce type de situation. Une fois qu’une personne était capable d’avoir un contact physique même infime avec une fille, il était ensuite beaucoup plus facile pour que les deux se sentent plus rapprochés et en confiance.

Quant à faire en sorte qu’ils se touchent…

– Oh, Mademoiselle Délia, votre épaule a une… Tout en parlant, le Marquis Jeff tendit la main vers l’épaule de Délia.

Mais avant qu’il ait pu sortir le mot « poussière » de sa bouche…

– Ah !!! Le Marquis Jeff laissa échapper un cri d’agonie. Ce cri stupéfia la grande salle et tout le monde se tourna vers son origine. Même l’Empereur Johann qui se trouvait assez loin tourna son attention vers lui.

– Que vient-il de se passer ? L’Empereur Johann s’approcha immédiatement.

– Ma main ! Ma main ! Le Marquis Jeff pleurait quasiment. Une large blessure était apparue sur sa main et un gros morceau de chair avait disparu. Le sang coulait en continu, tâchant le sol.

Délia se leva précipitamment.

– Empereur Johann, mes excuses. Mon tuteur avait ordonné à son Faucon Mésocyclonique de me protéger. C’est la raison pour laquelle, il l’a attaqué avant même que j’ai eu le temps de réagir. Il est prêt à réagir au moindre contact qui semble menaçant à mon encontre.

Tous les yeux se tournèrent vers le Faucon Mésocyclonique.

Ce dernier jouait avec un morceau de chair, le bec sanglant. Il l’avala ensuite d’un rapide mouvement sec du cou avant de regarder avec un regard mortel le Marquis Jeff, de ses yeux dorés de prédateur.


Cet article comporte 21 commentaires
  1. Merci pour ces chapitres, que j’attends toujours avec impatience, merci pour la qualité de la traduction du texte qui ne souffre d’aucuns défauts, Continuez, ne lâchez rien et je continuerai à vous lire avec beaucoup de plaisir.

    A très bientôt 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top