skip to Main Content
Menu

Chapitre 58 : La Demande de Blumer


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Edité par : MissX
Checké par : Lwienlin


PANLONG – LIVRE 8 CHAPITRE 58


      Le groupe de Linley débarqua au port, et commença à voyager en direction de la capitale impériale. Mais comme le port se trouvait dans la région centrale de la province administrative du Sud-Ouest, il leur restait encore quatre mille kilomètres à parcourir pour atteindre centre de la province administrative O’Brien.

Une distance aussi longue leur prendrait au moins dix jours, si ce n’est quinze, même s’ils chevauchaient à grand galop durant tout le voyage.

Sur la route menant à Channe, de nombreuses personnes parlaient de la nouvelle étoile montante de l’Empire : Blumer Akerlund.

– J’ai entendu dire que quel que soit la personne, si elle devient un disciple personnel du Dieu de la Guerre, elle a la possibilité de devenir un combattant de niveau Saint. Blumer a tellement de chance.

– Qu’est-ce que tu racontes, « il a la possibilité » ? C’est garanti, oui.

Dans beaucoup des restaurants de la capitale, les clients discutaient à voix haute de ce sujet.

– Ce jour-là, lorsqu’il a été annoncé que Blumer deviendrait le nouveau disciple personnel, j’étais présent. Trois des disciples personnels du Dieu de la Guerre sont venus, et c’étaient tous des experts du niveau Saint.

– Tous ses élèves ne sont pas forcément au niveau Saint. Le Dieu de la Guerre a accepté au total vingt-sept disciples, et le premier a même été accepté il y a cinq mille ans. Il doit être mort à l’heure qu’il est. Et il y a aussi les autres disciples qui ont disparus. Qui sait s’ils ont atteint le niveau Saint ou non ? Réfuta quelqu’un d’autre.

– Tu ne crois pas au pouvoir du Dieu de la Guerre ?

– Bien sûr que si, je crois au Dieu de la Guerre, mais est-ce que ses disciples sont nécessairement aussi formidables ? L’homme fit une moue. S’entraîner nécessite un talent naturel. Regarde le Prodige Saint de l’Épée, Olivier. Il s’est entraîné tout seul et pourtant il est devenu extraordinairement puissant. Combien de disciples du Dieu de la Guerre peuvent rivaliser avec lui ?

– Tu n’es pas Olivier. Tu n’es pas qualifié pour parler mal de Blumer. Et en plus, le Seigneur Olivier et le Seigneur Blumer sont frères, tu sais !

Cette année-là, lorsqu’Olivier était entré au niveau Saint, il avait aisément battu l’Épée Stellaire Sainte, Dillon. Ainsi, tout le monde pensait qu’Olivier possédait déjà la puissance d’un combattant au sommet du niveau Saint.

Bien que Dillon lui-même ne soit qu’un expert au milieu du niveau Saint, si Olivier n’était pas au sommet de ce niveau, comment aurait-il pu le battre aussi aisément ?

– J’ai entendu dire que demain, Sa Majesté Impériale allait accorder une audience personnelle à Blumer pour lui conférer un titre de noblesse, dit soudainement un nouveau venu.

– J’ai entendu parler de ça aussi. Demain, il y aura beaucoup de nobles présents au « Palais Martial ».

L’Empire O’Brien était un Empire qui accordait beaucoup d’importance à la force militaire et à son armée. Comme l’Empereur fondateur de l’empire était le Dieu de la Guerre, il était tout naturel que ce soit le cas. Lorsque l’Empereur voulait rencontrer ses ministres, il les convoquait au Palais Martial.

Ce palais avait été nommé par le Dieu de la Guerre lui-même.

Le jour suivant.

De nombreux nobles de la capitale se levèrent tôt ce matin-là. Ils s’habillèrent formellement, puis, les uns après les autres, ils rentrèrent dans leurs carrosses respectifs avant de se diriger vers le palais impérial. Aujourd’hui, l’Empereur allait conférer un titre de noblesse à Blumer. C’était là une affaire majeure.

Tout disciple personnel du Dieu de la Guerre recevait un titre de noblesse de la part de l’Empereur.

Qu’un Empereur ait la chance de le faire, ne serait-ce qu’une seule fois dans sa vie, était déjà assez rare et il pouvait se considérer comme étant chanceux. Après tout, durant les cinq derniers millénaires, il y avait eu plus d’une centaine d’Empereurs, mais seulement vingt-sept disciples personnels.

Le rang du titre était déjà prédéfini. Il n’était jamais aussi important qu’un « Duc » ; habituellement, un titre de « Marquis » était conféré.

– Après être devenu le disciple personnel du Dieu de la Guerre, le rang de noble que recevra Blumer sera même supérieur au mien. Wharton pensait nonchalamment à tout cela tout en attendant dans son carrosse d’arriver au palais.

Les disciples personnels possédaient un statut très glorieux. Après tout, toute personne suffisamment qualifiée pour devenir un disciple personnel était quasiment certaine d’atteindre le niveau Saint.

De plus, cette personne avait l’appui du Dieu de la Guerre lui-même. Naturellement, personne n’osait l’offenser. Et si un seul des disciples personnels était insulté ou malmené, tous les autres disciples apparaissaient pour le soutenir. La solidarité entre tous ces disciples était primordiale et centrale.

En atteignant les portes du palais, Wharton quitta son carrosse avant de s’engager à l’intérieur de palais aux côtés des autres nobles.

Le Palais Martial ne contenait en général qu’une centaine de ministres lors de la cour du matin, mais aujourd’hui était un jour spéciale. De nombreux nobles qui n’avaient d’habitude pas besoin d’assister à la cour matinale étaient présents, et un très grand nombre de personnes était donc présents.

Les nobles ordinaires n’étaient même pas qualifiés pour participer à la cérémonie. Ceux qui participaient étaient tous des personnes avec du pouvoir et de l’autorité. Quant à Wharton, c’était un Comte qui avait reçu son titre de noblesse des mains même de l’Empereur. Il était donc qualifié à assister à l’événement.

Le Palais Martial semblait normalement très grand et vide, mais maintenant qu’il était rempli de plus de huit cents nobles et ministres, il n’avait plus l’air si grand que ça. Les gens étaient partout.

– Félicitation Blumer.

Au centre du palais, de nombreuses personnes entouraient Blumer, le félicitant chaudement. Le grand frère de Blumer était un expert de niveau Saint, tandis que dans le futur, Blumer deviendrait sûrement un expert de niveau Saint à son tour. Même le plus puissant des clans n’étaient pas assez fous pour énerver un expert de niveau Saint.

Blumer hochait silencieusement la tête à l’attention de chacun des nobles.

– Le pouvoir des mots ? Blumer ne se préoccupait pas d’une telle chose.

Dans son cœur, le seul qu’il vénérait véritablement était son grand frère, Olivier. Même les techniques qu’il utilisait avaient été développées et enseignées par son frère, Olivier.

Depuis son enfance, Olivier avait montré un talent absolument stupéfiant, et il avait toujours protégé Blumer. Si quelqu’un osait le maltraiter, Olivier arrivait toujours pour venger son petit frère.

– Grand frère s’entraîne tout seul sur ce sommet montagneux. Je me demande bien le niveau qu’il a atteint maintenant, se demanda silencieusement Blumer en son for intérieur.

Presque neuf ans plus tôt, son grand frère avait atteint le niveau Saint et avait aisément battu l’Épée Stellaire Sainte, Dillon. À ce moment, les personnes imaginaient déjà qu’Olivier possédait la puissance d’un expert au sommet du niveau Saint.

Mais Olivier n’avait accepté aucun cadeau ou titre. Il était juste parti de lui-même, pour continuer son entraînement.

Trois ans plus tôt, Olivier avait commencé à s’entraîner seul sur une montagne à l’extérieur de la capitale impériale. Personne ne savait la puissance qu’avait maintenant Olivier, alors que neuf ans auparavant il possédait déjà le pouvoir d’un expert au sommet du niveau Saint.

– Peut-être qu’un jour, mon grand frère atteindra aussi le niveau Divin. Dans le cœur de Blumer, son grand frère était un génie indiscutable. Il n’y avait rien que son grand frère ne puisse accomplir.

Et effectivement, c’était le cas.

Olivier était un tel génie que même le Dieu de la Guerre avait évoqué son admiration et avait voulu l’accepter en tant que disciple.

– Sa Majesté Impériale est arrivée. De nombreux nobles remarquèrent que l’Empereur était arrivé. Ils retournèrent immédiatement à leurs positions désignées, pour former des lignes bien nettes, puis souhaitèrent la bienvenue à l’Empereur en s’inclinant.

L’Empereur de l’Empire O’Brien, Johann O’Brien, était un Empereur assez juste, si l’on exceptait son petit problème de favoritisme.

Johann était assez grand, faisant 1m90. Même après être devenu Empereur, il avait continué d’entraîner son Dou Qi, afin de rendre son corps robuste et puissant. Vêtu des robes impériales, il s’assit sur le trône. Sa position lui permettait de regarder de haut tout le monde.

– Haha, où se trouve Blumer ? L’Empereur Johann rit tout en regardant ses sujets. Aujourd’hui, il était extrêmement heureux. Ni son père, ni son grand-père n’avaient eu l’opportunité de conférer un titre de noblesse à l’un des disciples personnels du Dieu de la Guerre, mais lui l’avait eu.

Cette sorte d’opportunité n’arrivait qu’une seule fois dans la vie d’un empereur, si ce n’est zéro fois.

Avec près de huit cents personnes se tenant à ses côtés, Johann ne put voir immédiatement où se trouvait Blumer. Celui-ci dut donc s’avancer pour sortir de la foule. Debout au milieu du palais, il s’inclina respectueusement.

– Blumer vous salue, Votre Majesté Impériale.

Johan inspecta attentivement Blumer, puis soupira d’admiration.

– Tu es en effet incroyable. Qui se serait attendu à ce que le clan Akerlund produise soudainement deux génies. Tu n’es en rien inférieur à ton frère aîné.

Un léger sourire apparut sur le visage de Blumer.

À chaque fois que quelqu’un le comparait à son grand frère, Blumer se sentait très fier.

– Nous sommes très heureux que tu aies réussi à devenir le disciple personnel du Dieu de la Guerre. Aujourd’hui, Nous nous devons de vous offrir le noble titre héréditaire de Marquis, un manoir dans la rue de la Roche, cent gardes, cent domestiques, et cent mille pièces d’or, dit Johann avec force.

Tout le monde regarda Blumer avec jalousie.

En règle générale, à chaque génération, le rang de Marquis diminuait d’un rang. Si les descendants futurs étaient incompétents, après quelques générations, ils redevenaient des citoyens ordinaires, et leur titre de noblesse était perdu.

Mais les titres nobles héréditaires étaient différents. Ils ne diminuaient jamais de rang. Un rang héréditaire de Marquis était bien plus important que même les plus ordinaires Duchés. L’Empire possédait de nombreux ducs, plus d’une centaine. Mais très peu d’entre eux étaient héréditaires.

– Merci, votre Impériale Majesté. Blumer s’inclina respectueusement.

Johann hocha la tête avec appréciation. En vérité, ce cadeau était déjà pré-déterminé. Tout disciple personnel du Dieu de la Guerre recevait un Marquisat, et dans chaque cas, il s’agissait d’un titre héréditaire.

Parmi la foule de nobles et de ministres, Wharton regarda Blumer, qui se tenait fièrement au centre.

Précédemment, il avait perdu face à Blumer lorsque l’Université du Dieu de la Guerre avait sélectionné les disciples d’honneur. Les cadeaux qui avaient été conférées à Wharton était un titre héréditaire de Comte, cinquante gardes, cinquante domestiques, et cinquante mille pièces d’or. Clairement, le cadeau de Blumer était d’un niveau supérieur.

Wharton ne se préoccupait pas trop des biens matériels.

Mais dans son cœur, il considérait déjà Blumer comme étant son rival.

– Même s’il a presque dix ans de plus que moi, c’est une personne ordinaire. Je suis un Guerrier Dragonblood. Ces deux s’annulent. Quoi qu’il arrive, je ne dois pas devenir plus faible que lui. Wharton était extrêmement fier et têtu.

Mais il cachait ces sentiments au fond de son cœur.

– Blumer, aujourd’hui, Nous sommes d’excellente humeur. Tu es le premier disciple personnel auquel Nous conférons un titre de noblesse après être monté sur le trône. Haha. Dis-moi, y a-t-il quelque chose que tu désires ? Tant que c’est raisonnable, Nous accepterons définitivement. La voix Johann résonna dans tout le Palais Martial.

Tous les regards se tournèrent vers Blumer.

En fait, les mots de Johann n’étaient qu’une forme de politesse. Dans toute l’histoire de l’Empire, la vaste majorité des disciples personnels répondait par quelque chose comme,

– Je vous remercie pour votre attention, votre Majesté Impériale.

Ils ne demandaient pas réellement quelque chose.

– Votre Majesté Impériale, votre serviteur a en effet une requête dont il voudrait vous faire part, dit Blumer.

Wharton regarda Blumer avec une certaine surprise.

– Parle. Johann agita sa main, magnanime.

Blumer s’inclina avant de parler.

– Votre Majesté Impériale, votre serviteur a vu la Septième Princesse, et dès que je l’ai vue, mon cœur s’est retrouvé prisonnier de son charme. Votre serviteur vous supplie humblement de bien vouloir me donner la main de la Septième Princesse.

Lorsque les derniers mots s’échappèrent de sa bouche, tout le monde dans le palais fut choqué.

Demander à marier une princesse.

Blumer a vraiment demandé à se marier avec une princesse.

En entendant ces mots, Wharton sentit sa tête tourner. Il secoua la tête, et contempla fixement Blumer, au centre du palais.

Blumer regardait seulement silencieusement l’Empereur.

– Votre serviteur vous prie humblement de bien vouloir m’accorder cette requête, Votre Majesté Impériale, dit de nouveau Blumer.

Tous les nobles autour de lui, et les ministres se tournèrent pour regarder Wharton. Qui dans la capitale impériale n’était pas au courant de l’histoire entre Wharton et Nina ? Juste quelques jours auparavant, Caylan, le fils du Premier Ministre de Gauche, avait été personnellement voir Sa Majesté Impériale pour l’informer qu’il arrêtait de poursuivre la Septième Princesse.

De nombreuses personnes croyaient fermement que Wharton et Nina allaient définitivement se marier ensemble.

Même l’Empereur Johann avait prévu de choisir un jour de fête pour le mariage de Wharton et Nina. Mais la requête de Blumer fit reconsidérer Johann.

Il jeta un regard à Wharton, qui se démarquait aisément de la foule. Du haut de ses 2m20, il était le plus grand des nobles et ministres.

En riant doucement, Johann dit,

– Blumer, Nous désirerions vraiment vous accorder ce privilège aussi, mais Nous devons aussi demander à Nina ce qu’elle en pense. Ne sois pas impatient. Haha…

– Bien, Votre Majesté Impériale. Blumer ne dit plus rien d’autre.

Après que la cour fut ajournée, Wharton échangea un rapide regard avec Blumer avant qu’ils ne quittent tous deux le Palais Martial. L’acte soudain de Blumer avait réussi à prendre Wharton par surprise.

L’Empereur, Johann, marchait tranquillement au milieu de son jardin de fleurs. Il était d’excellente humeur.

– Olivier ne se préoccupe absolument pas de renommée ou de titre de noblesse. Il est difficile pour moi de réussir à le recruter. Je me demandais comment me rapprocher du clan Akerlund, mais je ne m’attendais pas…. Je ne m’attendais pas…

Pour Johann, Olivier, qui avait battu l’Épée Stellaire Sainte Dillon dès son entrée au niveau Saint, était en effet une personne digne de bâtir une relation avec lui.

Et son cadet était un disciple personnel du Dieu de la Guerre.

Le clan Akerlund, dans le futur, était quasiment certain de posséder deux puissants combattants de niveau Saint.

– Olivier était déjà si puissant en entrant au niveau Saint. À l’avenir, il sera définitivement encore plus impressionnant. En même temps, je ne peux pas refuser de donner la face à un disciple personnel du Dieu de la Guerre. Johann fronça les sourcils. Mais ce Wharton…

C’était la raison pour laquelle Johann n’avait pas immédiatement accepté la demande dans le Palais Martial.

Wharton et Nina étaient véritablement amoureux l’un de l’autre.

– Wharton ne possède le soutien que du décadent clan des Guerriers Dragonblood, tandis que Blumer possède le soutien du Dieu de la Guerre et d’Olivier.

Johann accordait vraiment beaucoup d’importance à la position de Blumer en tant que disciple personnel du Dieu de la Guerre.

– Je vais continuer de les faire patienter pour l’instant. Ne pressons rien. Johann décida d’utiliser la même stratégie qu’il avait précédemment utilisée avec Wharton et Caylan lorsqu’ils se battaient pour Nina. Seulement, dans son cœur, Johann penchait déjà en faveur de Blumer.

Mais ce que les nobles de la capitale impériale, Channe, ne savaient pas, c’était qu’à ce moment-même, le groupe de Linley avec ses six experts de niveau Saint avançait rapidement vers la capitale.


Cet article comporte 25 commentaires
  1. J’ai pas pus m’empêcher de lire la suite en anglais même si j’ai compris 1/4 du chap je sais qu’il va être génial donc SVP ! si possible un full chap demain si votre emploi du temps le permet merci 🙂
    Merci pour les chaps mais c’est pas lassant de toujours voir les même commentaires  »merci »  »merci »….

    1. C’est toujours plus agréable que pas de commentaires. 😛 Mais c’est sûr qu’on s’attarde un peu plus sur les personnes qui commentent le chap en cours par exemple ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top