skip to Main Content
Menu

Chapitre 51 : Wharton


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Edité par : MissX
Checké par : Lwienlin


PANLONG – LIVRE 8 CHAPITRE 51


    La capitale impériale de l’Empire O’Brien. Channe [Chi’yan]. De tout le continent Yulan, il n’y avait peut-être que la capitale de l’Empire Yulan qui pouvait rivaliser avec Channe en taille.

Le nom de « Channe » avait été choisi par le Dieu de la Guerre O’Brien lui-même.

La capitale impériale contenait des millions de citoyens qui vivaient en son sein.

Channe était la capitale depuis cinq mille ans et possédait donc de nombreux clans très anciens. Dans un endroit comme celui-ci, même des experts du neuvième rang étaient assez courant. Personne n’osait agir impunément, car il y avait bien trop de puissants clans qui pouvaient être croisés par inadvertance.

Mais bien sûr, la puissance numéro une de la capitale impériale était, sans aucun doute possible, l’Université du Dieu de la Guerre.

Bien que les disciples personnels du Dieu de la Guerre ne montrent quasiment jamais leurs têtes, même les plus faibles des disciples honorifiques étaient au minimum des guerriers du huitième rang, tandis que la plupart étaient au moins des guerriers du neuvième rang. Ce fait à lui seul permettait de se rendre compte pour n’importe qui de la puissance de l’Université. Et bien sûr, il y avait le maître de l’Université. Le Dieu de la Guerre lui-même.

Il devait être compris que dans l’empire O’Brien, toutes les autres religions étaient bannies. Même les plébéiens priaient le Dieu de la Guerre. Il était devenu l’objet de leur foi !

Ainsi, on pouvait aisément deviner l’importance qu’avait le Dieu de la Guerre dans le cœur des citoyens de l’Empire O’Brien.

La partie Est de la capitale impériale était couverte de palais et de résidences de nobles, en plus du palais impérial qui était aussi situé dans cette partie de la ville. Dans ce quartier, se trouvait une rue particulièrement connue, la rue Roche, qui était encadrée de nombreux manoirs méticuleusement construits. Ils avaient tous été construits sur les ordres du clan impérial de l’Empire, et étaient donnés en récompense aux nobles et aux fonctionnaires qui avaient rendus de grands services à l’Empire.

L’un de ces manoirs de la rue Roche était justement la résidence de la nouvelle star montante de l’Empire, le Comte Wharton. Deux robustes chevaliers tenaient la garde de chaque côté de la porte de la résidence. Et à ce moment, à l’intérieur du hall principal du manoir, se trouvaient quatre personnes.

Ils se tenaient tous debout, mais l’un d’entre eux faisait les cents pas, les sourcils légèrement froncés.

Il semblait n’avoir que vingt-et-un ou vingt-deux ans. Il ne portait qu’un simple habit de guerrier, avec un haut sans manche qui révélait entièrement ses muscles saillants. Il avait un nez droit, d’épais sourcils broussailleux, et un visage anguleux, lui donnant un air très courageux et féroce.

Mais la chose la plus impressionnante restait sa stature.

Il faisait l’impressionnante taille de 2.2m. Il avait des massives épaules larges, une taille fine en comparaison, et deux puissantes jambes bronzées.

– En ne jugeant que par l’apparence, Wharton semble vraiment plus impressionnant que Linley, se dit intérieurement Hillman.

Par rapport à Wharton, Linley semblait plus réservé et discret.

– Jeune maître Wharton, tu t’inquiètes encore à propos de la Septième Princesse ? L’intendant Hiri, le nez rouge d’avoir bu du vin se mit à glousser. Wharton se tourna pour le regarder, impuissant.

– Papy Hiri, tu sais qui sont les personnes qui poursuivent Nina [Ni’na].

L’autre jeune homme présent dans le groupe de quatre se mit à rire.

– Jeune maître Wharton, pourquoi un homme aussi droit et courageux que vous devient aussi nerveux et sensible quand il s’agit des affaires de cœur ? Pourquoi n’allez-vous pas juste avec elle voir Sa Majesté Impériale ? Ne serait-ce pas plus simple ?

– Y aller directement ? Wharton leva un sourcil interrogateur.

Hillman l’encouragea à son tour,

– Nader [Na’de] a raison. Tu es déjà un guerrier du huitième rang, et un héritier du clan des Guerriers Dragonblood. Sa Majesté Impériale sait sûrement que si un héritier du clan des Guerriers Dragonblood atteint le huitième rang, c’est qu’il est capable de manier son Dou Qi, et qu’il possède donc la possibilité de se transformer.

D’après ce qu’Hillman savait, il était impossible pour quiconque d’atteindre le huitième rang sans s’entraîner avec son Dou Qi.

Mais Hillman n’avait aucune idée qu’à cet instant même, aux côtés de Linley se trouvaient cinq frères qui avaient justement atteint le huitième rang juste avec un entraînement physique.

– Wharton, en tant que Guerrier Dragonblood, tu es un partenaire qualifié pour te marier avec la Septième Princesse. Je suis sûr que Sa Majesté Impériale va accepter, dit l’intendant Hiri tout en riant. Mais pour que tu lui demandes sa main, je pense qu’il vaudrait mieux que tu laisses la Septième Princesse le sonder tout d’abord. De cette façon, tu auras une meilleure idée de son avis.

L’intendant Hiri et Hillman se regardèrent, puis se mirent tous deux à rire.

Durant ces deux dernières années, la nature de la relation entre Wharton et la Septième Princesse de l’Empire avait commencé à se répandre à travers toute la capitale impériale. Beaucoup spéculaient. Seulement, les autres nobles de la capitale avaient refusé de capituler. De plus, deux d’entre eux étaient particulièrement compétitifs.

– Ça suffit avec ça pour l’instant. Wharton secoua la tête.

Il avait confiance dans la Septième Princesse. Elle lui avait déjà dit il y a bien longtemps que mis à part lui, elle ne se marierait avec personne d’autre. Mais Wharton savait aussi que le mariage d’une princesse impériale n’était pas uniquement décidé par cette dernière. De plus, Wharton ne voulait pas qu’elle soit trop frustrée ou malheureuse. S’il pouvait se marier avec elle avec l’accord de son père, cela serait pour le mieux.

– Oh, au fait. Papy Hiri, as-tu des nouvelles de mon grand frère ? Demanda Wharton.

L’intendant Hiri hocha la tête,

– Le Conglomérat Dawson a envoyé une lettre pour dire que ton grand frère reste caché, et qu’il continue de s’entraîner. Mais pas de nouvelles particulières sinon.

– Grand frère est toujours en train de s’entraîner aussi durement dis donc. Dans son cœur, Wharton admirait énormément Linley.

Bon nombre des lourdes responsabilités du clan des Guerriers Dragonblood, comme le fait de récupérer l’héritage ancestral, ou le fait de venger la mort de leurs parents, avaient été endossées uniquement par Linley. Quant à lui, Wharton, il pouvait restait ici, dans la capitale impériale et s’entraîner tranquillement.

Même au loin, Linley continuait de le protéger contre vents et marées.

– Grand frère… Wharton se rappelait encore de la fois, lorsqu’ils étaient plus jeunes, où ces deux combattants de niveau Saint s’étaient combattus au-dessus de leur village, et que des rochers s’étaient abattus des cieux. Son grand frère avait ignoré sa propre sécurité pour le couvrir de son propre corps.

Wharton revoyait très nettement ce dangereux moment…

– Couche-toi ! Linley avait vociféré cela à Wharton, tout en chargeant vers lui, sans considérer un seul instant sa sécurité. Linley avait utilisé son propre corps frêle pour le protéger.

Après avoir quitté la maison à l’âge de six ans, Wharton avait maintenant vingt-deux ans. Dans un mois, il en aurait vingt-trois.

Cela faisait presque dix-sept ans.

Il n’avait pas vu son frère depuis dix-sept ans.

– Jeune maître Wharton, ne t’inquiète pas trop. Le jeune maître Linley viendra te chercher lorsque son niveau atteindra un niveau suffisant. Après tout, il sait exactement où tu vis, dit Hiri pour le réconforter.

Wharton hocha la tête, puis gloussa.

– Lorsque grand frère me verra, je me demande s’il arrivera toujours à me reconnaître.

– Le gamin de six ans a pas mal changé effectivement. Haha… c’est vrai que ton grand frère pourrait ne pas te reconnaître. Hillman se mit à rire.

Nader hocha aussi la tête.

– Lorsque je suis arrivé avec mon père depuis l’Union Sacrée, je ne vous ai pas reconnu non plus, jeune maître Wharton. C’est seulement après avoir vu l’intendant Hiri que j’ai réalisé que ce grand garçon qui était déjà plus grand que moi était en réalité le petit gamin que je connaissais.

– Nader, espèce de punk. Wharton lui jeta un regard.

Nader était le fils de Hillman. Cependant, Nader n’avait pas beaucoup de talent en tant que guerrier. Bien qu’il ait déjà vingt-cinq ans, il n’était toujours qu’un guerrier du quatrième rang. Mais il était cependant extrêmement discret et attentif, et ainsi, aux côtés de son père, Hillman, il gérait et supervisait le travail de chacun des gardes du manoir.

– Whoa, il commence à se faire tard. Wharton sortit une montre à gousset, et y jeta un œil. Papy Hiri, Oncle Hillman, je dois y aller.

– Il doit encore aller retrouver la Septième Princesse, ricana Nader, un sourire intentionnel sur les lèvres.

Wharton se moqua de Nader.

– Naturellement. Quoi, tu es jaloux ? Tout en disant cela, Wharton s’éloigna du manoir.

Voyant Wharton partir, Hiri se sentit très touché.

– Lorsque nous sommes arrivés ici, le jeune maître Wharton n’était qu’un enfant. Mais maintenant, il est grand. J’ai rempli la tâche que m’avait donnée le Seigneur Hogg. En pensant à Hogg, Hiri ne put s’empêcher de soupirer.

– Le clan Baruch a sommeillé pendant de nombreuses années. Mais maintenant, il a finalement commencé à s’éveiller. Dans dix ans, il sera très probable que tout le continent Yulan soit de nouveau rempli de personnes discutant des légendaires Guerriers Dragonblood, annonça Hillman avec confiance.

Wharton, l’épée de guerre « Massacreur » au dos, chevauchait un Tigre à Dents de Sabres dans les rues. Les Tigres à Dents de Sabre étaient des créatures du huitième rang, et leur aura terrifiait donc les créatures magiques plus ordinaires. De plus, Wharton était lui-même très imposant physiquement. À eux deux, ils composaient un tableau qui effrayait toutes les personnes qui les apercevaient.

Aussi, les piétons présents dans les rues s’écartaient tous devant lui.

– C’est l’étudiant de génie de l’Académie O’Brien, Wharton. Regarde. Il chevauche une créature magique du huitième rang.

– Un Tigre à Dents de Sabre. Quelle férocité ! Si j’avais une créature magique moi aussi, qu’est-ce que ce serait bien.

De nombreuses personnes présentes dans les rues discutaient de Wharton en le voyant passer. Par le passé, lorsque Linley avait vu ce Vélocidragon pour la première fois, il avait aussi rêvé d’avoir une puissante créature magique comme un Vélocidragon en tant que compagnon. Aux yeux de nombreux jeunes, Wharton représentait leur modèle à atteindre.

Les Tigres à Dents de Sabre étaient extrêmement rapides. Même lorsqu’il naviguait entre les rues, il avançait très rapidement et très souplement.

– Nous y voilà. Wharton se trouvait devant un magnifique hôtel. C’était l’endroit de rendez-vous qu’ils s’étaient fixés avec la Septième Princesse. Le réceptionniste de l’hôtel reconnut Wharton, et ouvrit immédiatement la porte pour lui permettre d’entrer.

Menant le Tigre à Dents de Sabre derrière lui, Wharton entra dans l’hôtel.

Il regarda un peu partout autour de lui, avant que son regard ne se pose finalement sur la personne à laquelle il tenait le plus. Il appela immédiatement avec joie.

– Nina.

Mais juste à ce moment, Wharton fronça soudainement les sourcils… car il venait de voir qu’elle n’était pas seule et que la personne avec elle était quelqu’un qui l’irritait profondément.

– Wharton.

Nina avait la tête couverte de magnifiques cheveux blonds, et son visage pâle était charmant. Pas la moindre once d’impureté n’était visible dans ses yeux brillants.

Nina courut joyeusement vers Wharton, qui s’avança immédiatement, et prit Nina par la main.

– Ce gars m’embête encore, chuchota Nina à Wharton.

Ce dernier jeta un regard à l’homme au loin, et dit à voix basse,

– Nina, ne lui prête pas attention. Mais juste à ce moment, le magnifique jeune homme s’avança vers eux. Avec un rire calme, il dit,

– Wharton, je ne m’attendais vraiment pas à ce que tu sois là. Comment se fait-il que tu apparaisses toujours où que soit Nina ?

– Ferme ta bouche, Lamonte [La’mo]. Wharton fronça les sourcils. Rappelle-toi. Le nom de Nina n’est pas digne d’être prononcé par ceux de ton genre. Et au fait. La question que tu viens de me poser, ce devrait plutôt être à moi de te la poser. Comment se fait-il que tu apparaisses toujours où que soit Nina ?

Lamonte jeta un regard à Wharton, un sourire qui n’en était pas un plaqué sur le visage.

Bien qu’en surface, il ne semblait pas trop s’en préoccuper, intérieurement, Lamonte détestait vraiment ce Wharton. Après tout, c’était lui qui lui avait enlevé Nina des bras.

– Oh. Un Tigre à Dents de Sabre. Lamonte regarda la créature magique de Wharton. Riant, il dit,

– Wharton, serais-tu intéressé par laisser mon Tigre Mastiff aux Yeux Bleus se battre contre ton Tigre à Dents de Sabre ? Je te parie que mon mastiff gagnera haut la main.

Les Tigres Mastiffs aux Yeux Bleus et les Tigres à Dents de Sabre étaient tous deux des créatures magiques du huitième rang.

Cependant, il existait des différences notables de pouvoir entre différentes créatures magiques du huitième rang. Par exemple, les Mastiffs à Crinière Dorée et les Tigres Mastiffs aux Yeux Bleus étaient considérés comme faisant partie des meilleurs types de créature magique du huitième rang. Les Tigres Mastiffs aux Yeux Bleus étaient particulièrement efficaces contre les autres types de tigre.

– Pas intéressé. Wharton ne prêta aucune attention à la proposition de Lamonte. Le regardant froidement, Wharton dit,

– Lamonte, si tu veux vraiment faire une compétition, je ne dirais pas non à un match amical contre toi. Quant à laisser des créatures magiques se battre entre elles ? Hrmph.

– Une compétition entre hommes ?

Lamonte gloussa, puis se tut.

Lui, Lamonte, était un disciple honorifique de l’Université du Dieu de la Guerre, et était un guerrier du neuvième rang. Il possédait en effet toutes les qualités pour se permettre d’être arrogant. Mais à ce moment-là, quasiment tous les anciens clans de la cité savaient que Wharton faisait partie du clan Baruch, qui se trouvait être le clan des Guerriers Dragonblood. Et Wharton était clairement capable d’utiliser du Dou Qi.

Un héritier du clan des Guerriers Dragonblood qui pouvait utiliser du Dou Qi était définitivement capable de recourir à la forme de Corps de Dragon à n’importe quel moment.

Lamonte savait très bien que même si Wharton ne semblait être qu’un guerrier du huitième rang, lorsqu’il utilisait son unique et spéciale lame de guerre pour attaquer, il pouvait se mesurer aux guerriers ordinaires du neuvième rang. Mais une fois que Wharton se transformait, lui, Lamonte, ne serait plus du tout capable de se mesurer à lui.

– Allons-y. Tapotant gentiment la tête de son Tigre Mastiff aux Yeux Bleus, Lamonte gloussa doucement.

Et finalement, Lamonte partit avec sa créature magique, juste comme cela.

Nina et Wharton se dirigèrent directement vers une suite privée au deuxième étage de l’hôtel. La domestique de Nina resta à l’extérieur de la pièce.

– Eh, grand dadais, dis-moi, que devrions-nous faire à propos de Lamonte ? Il est si agaçant, lui demanda Nina à voix basse en se lovant dans les bras de Wharton.

« Grand dadais ». C’était comme cela que Nina avait appelé Wharton la première fois qu’ils s’étaient rencontrés. À chaque fois qu’ils se retrouvaient en privé, c’était ainsi que Nina l’appelait donc.

– C’est à cause de ton charme, Nina, dit Wharton en souriant et en pinçant le nez de Nina. En fait, je m’en fiche un peu de ce Lamonte. Celui qui m’inquiète, c’est Caylan [Kai’lan].

– Grand frère Caylan ? Nina dit ensuite avec résignation, – Je ne pense à lui que comme un grand frère, mais il… pfff.

Caylan avait vingt-trois ans, mais était déjà un mage du septième rang.

Il y avait un certain nombre de guerriers de vingt-trois ans qui étaient au septième rang, mais il existait très peu de mage de vingt-trois ans qui étaient au septième rang. De plus, Caylan avait atteint le septième rang de mage lorsqu’il avait vingt-et-un ans.

Si Linley n’avait pas sculpté l’« Éveil du Rêve », cela lui aurait probablement pris jusqu’à ses vingt ans pour atteindre le septième rang.

Dans la capitale impériale, Caylan était considéré comme un mage de génie. Il était ami d’enfance avec Nina. Et plus important, le père de Caylan était le Premier Ministre de Gauche de l’Empire, un homme extrêmement puissant. Caylan lui-même était, tout simplement, une personne très bien à tous les égards. Il pouvait même être dit que c’était une personne parfaite.


Cet article comporte 20 commentaires
  1. CEST DEGUEULASSE !! JUSTE AU MOMENT OU BEBE COMMENCE A PARLER, ON CHANGE DE POINT DE VUE ? RAAAAAAAAAHHHHHHHHH !!!!!! ET A QUAND LA RENCONTRE ENTRE LINLEY ET WHARTON ??!!

    Sinon merci pour le chapitre xD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top