skip to Main Content
Menu

Chapitre 19 : Recherche et Capture


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Edité par : MissX
Checké par : Kiriate


PANLONG – LIVRE 8 CHAPITRE 19


      Assumer la position de gouverneur dans deux ans ? Qui sait ce qui pourrait arriver pendant ces deux années ? Comment Keane allait-il pouvoir endurer deux ans sous le règne de Madame Wade ?

– Je pense que je possède déjà les capacités suffisantes pour être gouverneur, dit fermement Keane.

Le visage de Madame Wade devint légèrement plus solennel.

– Keane, calme-toi. Tu n’es encore qu’un enfant. Le gouverneur de la ville préfectorale de Cerre est responsable de plusieurs centaines de milliers de citoyens. Pour le moment, tu n’es pas encore capable d’assumer une si lourde responsabilité.

À ce moment, Jenne, qui se trouvait à côté de Keane, s’exprima,

– Tante, les lois impériales ne font aucune mention de restrictions liées à un âge, comme la majorité, avant d’assumer la gouvernance.

Madame Wade posa son regard sur Jenne.

Sans peur, Jenne fixa en retour la Comtesse. Les deux femmes d’âges différents, se regardaient toutes les deux droit dans les yeux.

– C’est vrai. Madame Wade se mit à rire. Les lois impériales ne mentionnent pas ouvertement qu’il est nécessaire d’être majeur pour assumer la gouvernance d’une ville. Cependant…

Madame Wade sembla légèrement triste.

– Il y a peu de temps, après que ton père soit décédé, le clan avait d’abord prévu de laisser ton frère aîné assumer la gouvernance. Mais hélas, mon pauvre enfant…

– Lorsqu’ils apprirent que Keane n’avait que quatorze ans, le clan ordonna que Keane soit majeur avant de pouvoir assumer le poste de gouverneur. Cerre est en effet une ville préfectorale importante de la Province Administrative du Nord-Ouest et est située non loin de la capitale de la province, Basil [Ba’si’er]. Sa gestion est donc quelque chose d’important.

– Le clan ?

Jenne et Keane étaient tous les deux stupéfaits.

En entendant que l’ordre venait du « clan », Keane et Jenne furent pris par surprise. En tant que descendants du clan Jacques [Jia’ke’si], ils savaient tous les deux ce que représentait un ordre du clan.

– Tante, le clan a-t-il réellement donné un tel ordre ? Jenne regarda Madame Wade.

Celle-ci fronça les sourcils avant de la regarder.

– Jenne, penses-tu que j’oserai faire un faux décret au nom du clan ? Mm. Avant que Keane puisse assumer la gouvernance, toutes les affaires de la préfecture, sont sous ma responsabilité.

– En tant que futur gouverneur, je devrais pourtant avoir l’autorité nécessaire pour sélectionner la personne qui gouvernera jusqu’à ma majorité, annonça Keane, mécontent.

Madame Wade jeta froidement un regard vers Keane.

Juste à ce moment, Linley, qui avait été jusque-là silencieux, ouvrit soudainement la bouche.

– Madame Wade. Le clan dont vous parlez n’a pas décrété que ce soit spécifiquement vous le gouverneur délégué jusqu’à la majorité de Keane, n’est-ce pas ?

Madame Wade s’était figée.

Malgré ses manœuvres agressives et ses tentatives d’assassinat sur la personne de Keane, la fabrication d’un décret du clan n’était pas quelque chose qu’elle aurait osé faire.

Jenne et Keane étaient tous deux des membres du clan Jacques par le sang tandis que le clan Jacques était lui-même l’un des clans les plus puissants de l’Empire O’Brien.

La totalité de la Province Administrative du Nord-Ouest, l’une des sept grandes provinces de l’Empire O’Brien, était sous le contrôle et les ordres du clan Jacques.

Le père des deux enfants, Wade Jacques, n’avait été qu’un descendant de la branche secondaire du clan Jacques et non un descendant direct. Si ce n’était grâce au support du clan, comment un faible homme comme Wade Jacques, aurait-il pu sinon devenir gouverneur d’une telle ville ?

Mais maintenant, Wade n’était plus.

Aux yeux du clan, la ville préfectorale de Cerre devait naturellement rester sous l’autorité et le management de leur clan.

Bien qu’elle ait épousé Wade Jacques, elle ne portait elle-même aucune trace du sang des Jacques. Il était donc très improbable que le clan Jacques lui permette d’assumer la position de gouverneur délégué au sein de la ville de Cerre.

– Hmph, si ce n’était pas à cause de ces vieilles reliques du clan… Madame Wade les maudissait intérieurement.

Quels que soient les stratagèmes que Madame Wade pouvaient formuler, il était impossible pour elle de lutter contre le clan. Un simple mot de leur part pouvait la transformer, elle, une femme noble, en mendiante.

– Je ne suis pas encore majeur, mais ma sœur l’est. Je vais envoyer des personnes jusqu’à Basil, la capitale de la province. J’ai confiance dans la décision des sages du clan. Ils permettront à ma sœur d’être la gouvernante déléguée, et non vous ! dit avec force Keane.

Il était impossible que l’inimité entre Jenne, Keane et Madame Wade puisse être résolue.

En juste quelques mots, cela avait été totalement exposé à toutes les personnes présentes au dîner. Après tout, la mère de Keane et Jenne, avait été envoyée à sa mort par Madame Wade. Ils avaient, quant à eux, été victimes de tentatives répétées d’assassinat pendant leur trajet.

Le visage de Keane était rempli d’obstination aussi.

Quatorze ans était en plus un âge de rébellion. Plus Madame Wade était arrogante, plus Keane voulait se venger. Il avait confiance que le clan se rangerait définitivement de son côté. Après tout, c’était un membre du clan, contrairement à elle.

Après le dîner.

Linley, Jenne, Lambert et Keane étaient ensemble. Après avoir posé quelques questions, Linley réalisa finalement à quel point le clan Jacques était énorme et puissant.

La branche directe de leur clan avait un pouvoir énorme. Cela faisait déjà environ mille ans qu’ils contrôlaient la Province Administrative du Nord-Ouest.

– Le clan impérial de l’Empire O’Brien est vraiment confiant, pour laisser un seul clan gouverner une si grande partie de leur territoire depuis mille ans, soupira Linley avec admiration.

Permettre à un clan de contrôler un territoire bien plus grand que ce qu’avait été, par exemple, le Royaume de Fenlai, revenait au même que de permettre à un clan d’accumuler facilement une extraordinaire quantité de pouvoir et de richesse. C’était une raison qui amenait souvent à une éventuelle rébellion et à la chute d’un empire.

Mais le clan impérial de l’Empire O’Brien était extrêmement confiant.

Parce que… ils avaient le Dieu de la Guerre, ainsi qu’un grand nombre de puissants combattants de l’Université du Dieu de la Guerre. Ajouté à cela, les deux plus importantes provinces administratives de l’empire, la Province Administrative Centrale et la Province Administrative O’Brien, étaient toutes les deux sous le contrôle du clan impérial.

– Tant que le Dieu de la Guerre sera présent, pas un seul clan n’osera se rebeller. Même s’il n’intervient pas, ses disciples personnels constituent une force extraordinaire.

Linley comprenait.

Face au pouvoir absolu, les soi-disant armées n’étaient rien de plus qu’une blague. Les armées n’étaient utilisées que pour montrer une démonstration de leur pouvoir aux paysans. Seuls les combattants de niveau Saint déterminaient réellement le destin d’une nation.

– Ce clan Jacques doit être extrêmement puissant pour avoir contrôlé cette province pendant mille ans, dit Linley pour lui-même.

– Hmph, cette femme venimeuse. Je refuse de croire que le clan va lui apporter son soutien, dit Keane avec colère.

Lambert eut seulement un petit rire.

– Jeune maître, ne vous inquiétez pas. S’il était possible que le clan la supporte, elle n’aurait pas agi de la manière dont elle a agi ce soir.

En effet.

À cet instant, Madame Wade était très en colère et très frustrée.

– Comment ces deux campagnards osent-ils être si sauvages et si arrogants ? C’est vraiment dommage que je n’ai pas envoyé quelqu’un les tuer quelques années plus tôt. Si je l’avais fait, je n’aurais pas eu tous ces problèmes aujourd’hui.

Auparavant, Madame Wade était certaine que son propre fils serait le prochain gouverneur de la ville.

Mais elle ne s’était pas attendue à ce que celui-ci meurt si tôt.

– Holmer, cet idiot. Trois cents ans de vie ont été gâchés par cet idiot. Une lumière froide était visible dans les yeux de Madame Wade. D’ailleurs en y pensant, durant ces trois cents années, il avait dû accumuler une certaine quantité de richesse.

Tard dans la nuit, alors que la ville de Cerre était paisible.

La résidence de Holmer était située dans le quartier est de la ville. Elle s’étendait sur un grand espace et comptait de nombreuses magnifiques servantes qui servaient à la lubricité de feu Holmer.

Soudain, de nombreux pas devinrent audibles.

Les deux gardes aux portes de la résidence de Holmer regardèrent avec suspicion vers l’extérieur. Leurs visages pâlirent instantanément. Un grand nombre de gardes en armure de la ville s’étaient rassemblés devant la porte principale.

– Ouvrez la porte, hurla un grand et arrogant chevalier en armure blanche monté sur un bel étalon.

Madame Wade et ses deux frères aînés étaient aussi présents et ils souriaient tout en regardant la scène. Le clan de Holmer n’avait pas beaucoup d’experts. Avec sa mort, son clan était devenu comme un morceau de viande que tout le monde pouvait s’arracher.

La porte principale s’ouvrit lentement.

– Messeigneurs, pourquoi venez-vous si tard dans la nuit ? Un homme d’une cinquantaine d’années à moitié dévêtu accourut. Il venait juste de sortir de son lit.

– Madame la Comtesse. Il vit soudainement que Madame Wade était présente et son cœur eut instantanément un choc.

Madame Wade dit froidement,

– D’après notre enquête, Holmer est suspecté d’avoir tenté d’assassiner Keane, le successeur à la gouvernance de la ville. Tous les membres du clan de Holmer sont en état d’arrestation et toutes les possessions du clan doivent être trouvées et saisies.

En entendant ces mots, les jambes de l’homme ne purent s’empêcher de perdre toute force et il tomba sur ses genoux.

– Non ! Madame la Comtesse, dit précipitamment l’homme. Mon grand-père avait été invité par vos deux frères…

– Tu oses calomnier un noble clan ? Tes crimes viennent d’augmenter d’encore un niveau. Tuez-le. Le visage de Madame Wade devint froid.

Le chevalier de tête lança sa lance vers l’avant, frappant tel un serpent. D’un *swish*, la lance perça la gorge de l’homme à genou.

Le plus âgé des frères de Madame Wade cria alors,

– Tout le monde, dépêchez-vous !

Les gardes de la ville chargèrent immédiatement à l’intérieur du manoir, telle une meute de loups affamés. Les choses qu’aimaient le plus les gardes, étaient le fait de chercher et de saisir les trésors. Parce que lorsqu’ils faisaient cela, ils pouvaient toujours récupérer secrètement une petite partie pour eux.

Mais, bien sûr, ils n’osaient pas en prendre trop, comme beaucoup de personnes étaient présentes et regardaient.

– Que faites-vous ? Que faites-vous ?

Un homme et une femme à moitié dévêtus arrivèrent en criant fortement. Certains des gardes du manoir sortirent aussi leurs armes mais aucun d’entre eux n’osa agir.

Car…ils pouvaient voir que c’était des gardes de la ville qui envahissaient le manoir.

Comment les gardes d’une résidence privée pouvaient-ils oser se battre contre les gardes de la ville ?

– Holmer est suspecté d’avoir tenté de tuer le jeune maître Keane. Tous les membres du clan Holmer sont en état d’arrestation. Ceux qui résistent, tuez-les, annonça froidement le chevalier en chef. Lorsque les membres du clan Holmer entendirent cet ordre, ils furent stupéfaits.

Face à l’assaut furieux des gardes de la ville, de nombreuses personnes furent prises sans même tenter de résister.

Mais il y eut quand même plusieurs personnes qui refusaient de se rendre et qui essayèrent de s’enfuir. Les gardes de la ville les pourchassèrent l’un après l’autre.

– Cette putain de Wade, dit un vieil homme aux cheveux blancs. Elle a demandé à grand-père de l’aider. Et maintenant qu’il est mort, elle est venue vider notre manoir. Si cruelle et venimeuse.

Ce vieil homme quitta une pièce secrète avec trois magycartes en main.

Holmer avait eu trois cents ans. De ses enfants, seuls deux étaient encore en vie ; les autres étaient morts de vieillesse. Ses deux enfants restants, étaient ses plus jeunes. Quant à ses petits-enfants… le plus vieux de ses petits-enfants avait deux cents ans tandis que le plus jeune en avait une trentaine.

– Stop ! Un garde remarqua soudainement le vieil homme.

Ce dernier jeta une poignée de poussière.

– Uhhhh. Le visage du garde devint instantanément bleu. Il attrapa sa gorge avant d’émettre des cris de douleurs. Il mourut quelques secondes plus tard.

Avec un ricanement, le vieil homme courut agilement vers une petite allée.

– Arrêtez-vous ! Un cri puissant retentit non loin.

Le vieil homme ne lui prêta aucune attention et augmenta à la place sa vitesse.

*Swish.* Une flèche perça l’air à une vitesse impressionnante avant de s’enfoncer dans le dos du vieil homme.

Un beau chevalier blond baissa son arc. Avec un sourire froid, il dit,

– Tu pensais pouvoir t’enfuir ? Dans tes rêves. Allez fouiller le corps et voyez s’il a des magycartes sur lui.

– Bien, monseigneur.

Non seulement le manoir en lui-même était rempli de personnes, mais un large encerclement avait été en plus mis en place autour dudit manoir pour empêcher les membres du clan Holmer de fuir. Bien que quelques membres sachent utiliser le poison, ils étaient bien inférieurs à Holmer.

À l’intérieur de la pièce principale du manoir de Holmer.

Madame Wade et ses deux frères avaient les yeux posés sur une pile de trésor et de magycartes.

– L’habilité de ce vieux fou à se faire de l’argent était vraiment impressionnante. Le plus âgé des frères de Madame Wade avait les yeux qui brillaient.

Celle-ci rit calmement,

– Vous deux ne devriez pas admirer une petite quantité comme celle-ci. Lorsque nous aurons pris le contrôle de la gouvernance de la ville, notre richesse sera bien plus grande que ça.

Dans les airs, au-dessus du manoir de Holmer.

Linley avait une paire d’ailes translucides sur le dos. Il volait dans les airs tout en observant les scènes de pillage et de destruction du manoir de Holmer en contrebas.

– Madame Wade est vraiment vicieuse et sans pitié. Ce Holmer est quelque peu malchanceux. Dans les airs, Linley rit calmement tandis qu’il regardait les événements se dérouler.


Cet article comporte 11 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top