skip to Main Content
Menu

Chapitre 18 : La ville Préfectorale de Cerre


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Edité par : MissX
Checké par : Wilden


PANLONG – LIVRE 8 CHAPITRE 18


            L’étendue sauvage. Sur la route poussiéreuse conduisant à Cerre.

La dizaine de personnes qui escortait le carrosse était morte. Le sang noir qui sortait de leur corps rendait la scène encore plus sinistre. Holmer avait, quant à lui, été pulvérisé par un seul coup de Haeru. Jenne et Keane qui avait vu tout ce carnage, étaient complètement abasourdis.

– Grand frère Ley, appela Keane avec une pointe d’inquiétude dans la voix. Le visage de Jenne était aussi légèrement pâle.

Au moment où Linley s’apprêtait à répondre, le vieux serviteur, Lambert, qui conduisait le carrosse, s’écria de surprise en fixant le corps de Holmer,

– Lui ! C’est l’assassin le plus meurtrier de la ville de Cerre, Holmer. Un vieux malade qui se considère apothicaire.

– Holmer ? Papy Lambert, de qui parles-tu ? Keane regarda Lambert.

Lambert prit une profonde inspiration.

– Jeune maître, jeune miss, cet Holmer était un individu extrêmement dangereux de la ville de Cerre. Dans le passé, lorsque je servais encore votre mère, je l’ai rencontré quelques fois. Je me souviens aussi d’une fois où le Comte Wade l’avait mentionné à votre mère. Cet Holmer est extrêmement fort dans l’utilisation des poisons. Bien qu’il ne soit qu’un guerrier du sixième rang, il a déjà tué un combattant du neuvième rang.

Ce n’est qu’à ce moment que Jenne et Keane comprirent.

Linley, qui écoutait sur le côté, hocha aussi la tête.

– Cet Holmer aime l’argent. Il est très probable que ses actions aient aussi été commandités par Madame Wade. Le visage de Lambert était très solennel. Il semblerait qu’elle soit réellement prête à tout pour vous tuer !

– Avec grand frère Ley, il n’y a rien qui puisse nous faire peur ! Keane était très confiant. Jenne regardait aussi Linley avec confiance.

– Assez. Allons-y immédiatement afin d’arriver le plus rapidement possible à Cerre, dit directement Linley. Son groupe se mit immédiatement en marche vers la ville préfectorale, laissant derrière eux un nuage de poussière sur la route vide.

La ville préfectorale de Cerre. C’était une ville qui comptait environ deux à trois cent mille personnes. Ses murs rouges s’élevaient si haut qu’ils étaient visibles de loin. En termes d’architecture, les bâtiments de Cerre avaient tendance à être très décorés.

Keane ouvrit la porte du carrosse. En voyant la belle et majestueuse ville devant lui, son cœur se remplit d’une ambition infinie. Ses yeux s’illuminèrent et il dit,

– À partir d’aujourd’hui, je serai le maître de cette ville préfectorale.

À l’extérieur des portes de la ville.

– Une panthère noire ? Lorsque les gardes à la porte virent au loin la monture de Linley, ils appelèrent immédiatement un garde qui se trouvait non loin d’eux : Vite, envoie quelqu’un prévenir Madame. La personne dont elle parlait arrive.

– Je m’en occupe.

Le garde partit immédiatement de lui-même vers l’hôtel le plus proche des portes avant de se précipiter au deuxième étage. À cet instant, il y avait un guerrier qui était stationné en haut des escaliers. En voyant que c’était un garde qui courait dans sa direction, il le laissa passer.

– Madame la Comtesse. Le garde mit respectueusement un genou à terre.

– Madame la Comtesse, l’expert chevauchant la panthère noire dont vous parliez est arrivé. Il y a un carrosse derrière lui.

– Quoi ? Avant que Madame Wade ait le temps de réagir, ses deux frères s’étaient déjà écriés, alarmés.

Madame Wade fronça les sourcils.

– Partez maintenant.

– Bien. Le garde se retira respectueusement.

À ce moment, les deux frères de Madame Wade commençaient à devenir frénétiques. Son frère aîné dit précipitamment,

– Sœur, ils ont survécu jusqu’ici. Se pourrait-il que Holmer, ce vieux monstre, ait échoué ?

– Difficile à dire.

Le visage de Madame Wade s’était assombri.

– Peut-être que l’expert avec la panthère noire qui escorte les deux campagnards de frère et sœur, n’est pas passé par la route principale venant de la ville de Sable-Rouge. Peut-être qu’ils ont intentionnellement pris un détour qui a fait que Holmer et les autres les ont manqués.

En entendant ces mots, les deux frères ne purent s’empêcher d’acquiescer.

C’était en effet très possible que leurs opposants aient choisi de ruser et de prendre un détour pour assurer leur arrivée à Cerre.

– Donc, que devrions-nous faire maintenant ? Les deux frères de Madame Wade la regardaient.

– Descendez et allez les accueillir. Une pointe de sourire était visible sur le visage de Madame Wade. Mes deux enfants chéris sont revenus après avoir souffert pendant tant d’années. Ils sont finalement de retour. En tant que tante qui les aime de tout mon cœur, comment ne pourrais-je pas aller les accueillir ?

Tandis qu’elle parlait, Madame Wade descendit les escaliers.

Au moment où ils sortaient de l’hôtel, Madame Wade vit un grand et puissant homme avec une épée lourde dans le dos qui chevauchait une magnifique panthère noire accompagné du visage familier de Lambert.

– Oh, Lambert, ça fait bien longtemps que nous ne nous étions pas vu, appela immédiatement Madame Wade d’une voix aiguë.

Linley, Jenne, Keane et Lambert tournèrent tous la tête pour regarder en direction de la voix. Lambert la fixa avant de dire respectueusement,

– Madame Wade.

Cette dernière se mit à rire chaleureusement.

– Ces deux enfants doivent être Jenne et Keane. Jenne est encore plus jolie que dans le passé et elle ressemble encore plus à sa mère maintenant. Keane n’est plus l’enfant qu’il était non plus. Il est même bien plus beau maintenant.

Jenne et Keane reconnaissaient tous les deux Madame Wade.

Bien que presque huit ans aient passés, l’apparence de Madame Wade n’avait que peu changé, si ce n’est pour quelques légères rides aux coins de ses yeux.

– Madame Wade. Jenne et Keane présentèrent leur respect.

– Seigneur Ley ? Les cils de Madame Wade papillonnèrent, puis elle se mit à rire. Oh, M. Ley. J’imagine que ça doit être vous qui les avait protégés et qui les avait escortés jusqu’ici. Je dois absolument vous remercier au nom de Jenne et Keane. Venez, allons tous dans le château. Ce soir, je vais arranger un magnifique banquet pour mes deux pauvres petits enfants.

…..

Le château du gouverneur était un bloc carré à l’air imposant.

– Quel inutile. Après avoir entendu le message que le chevalier venait de lui transmettre, Madame Wade était encore plus furieuse.

Holmer avait été l’une des pièces en qui elle avait le plus confiance.

Mais maintenant qu’il avait échoué, elle se sentait extrêmement frustrée.

– Avec ce M. Ley présent, ce sera vraiment dur pour moi de tuer Keane. Madame Wade était extrêmement en colère. Du poison ? Le poison utilisé par des experts ordinaires ne sera pas capable d’éviter la détection. Des assassins ? Comment pourraient-ils passer ce Ley ?

Les yeux de Madame Wade s’étrécirent lentement.

– Il semblerait qu’il ne me reste plus qu’une seule méthode. L’inquiétude disparut des yeux de Madame Wade. Il n’y restait plus que la confiance et la dureté.

…..

À l’intérieur de l’énorme salle à manger du château, le chandelier central en verre avait été allumé, projetant sa resplendissante lumière sur toute la pièce. Tous les nobles de la ville de Cerre avaient été invités et étaient présents.

– J’ai entendu que le fils du Comte Wade est revenu. Je me demande comment Madame Wade va réagir face à cette situation.

– Qui sait ? Mais elle n’abandonnera définitivement pas son autorité.

– Elle est extrêmement vicieuse. Malheureusement pour elle, son fils est mort dans les bras d’une femme. Quelle blague. Les différents nobles discutaient à voix basse.

Qui parmi eux ne savaient pas que Madame Wade était une femme tyrannique et dominatrice ? Mais puisqu’ils vivaient à l’intérieur de la ville, ils ne se permettaient de se moquer d’elle qu’en privé. Ils n’osaient pas l’offenser publiquement.

– Madame Wade est arrivée.

Instantanément, toutes les discussions se turent. Ils se tournèrent pour regarder Madame Wade qui venait juste de descendre des escaliers. Son visage reflétait toujours autant sa confiance et son arrogance.

Elle appréciait d’être le centre de l’attention de toutes les personnes présentes. Elle secoua légèrement la tête tout en s’approchant.

– Tout le monde. Madame Wade eut un grand sourire. Aujourd’hui est une occasion joyeuse. Ces deux pauvres enfants, qui ont souffert pendant huit ans, sont finalement de retour aujourd’hui.

À ce moment, deux personnes de plus apparurent en haut des escaliers.

L’un d’eux était un jeune homme portant un costume de gentleman tandis que l’autre était une jeune femme blonde portant une longue robe blanche. Ils arrivaient ensemble et les yeux de tous les nobles s’illuminèrent.

Bien que Jenne soit habillée de manière très simple, son habit simple couplé à son apparence, son visage, et son attitude aimable et innocente faisait d’elle une vision éblouissante. Nombre de nobles présents décidèrent qu’après le repas ils iraient la voir pour lui demander qui elle était.

– Jenne, Keane, venez, les appela chaleureusement Madame Wade.

Les deux frères et sœurs descendirent les escaliers ensembles avant de se positionner à côté de Madame Wade. Celle-ci les annonça avec chaleur.

– Voici Jenne. Admirez la magnifique femme qu’elle est. Et ce beau jeune homme est Keane. Madame Wade soupira d’émotion. Tous les deux viennent finalement d’échapper à leur vie amère. Mais leur mère, ma chère sœur… Les yeux de Madame Wade devinrent rouges, comme si elle s’apprêtait à pleurer.

– Madame, si votre sœur savait à quel point vous teniez à elle, elle aurait sans aucun doute été très touchée. Une voix ancienne résonna dans la pièce tandis que Lambert, accompagné de Linley, apparaissait à l’une des portes.

Madame Wade tourna son regard pour le poser sur Lambert.

Lambert avait été dans le passé, le serviteur le plus loyal de sa sœur. Même après que celle-ci ait perdu sa position et ait été bannie, il avait continué de la suivre, sans se plaindre.

Jenne et Keane se sentaient extrêmement mécontents aussi.

Ils connaissaient la raison de la mort de leur mère et savaient que les huit années de misère qu’ils avaient subies, avaient été causées par Madame Wade, qui se trouvait actuellement devant eux. Jenne savait comment cacher ses pensées, mais ce n’était pas le cas de Keane et de ses quatorze ans. Il dit avec colère,

– Madame, pourquoi ne nous avez-vous jamais rendu visite pendant ces huit années ? Vous nous avez manqué terriblement.

L’expression faciale de Madame Wade ne changea aucunement. Elle soupira,

– Toutes ces années, j’ai travaillé pour la ville de Cerre et je n’ai jamais eu le temps nécessaire. À chaque fois que j’y pensais, je me sentais misérable pour la manière dont vous aviez été maltraités.

Linley se mit soudainement à rire et dit directement,

– Madame Wade, le Comte Wade est maintenant décédé et Keane est son successeur. La raison pour laquelle il est revenu est évidemment pour assumer la position de gouverneur qui lui revient de droit. Je me demande si vous avez déjà décidé d’une date pour la passation des pouvoirs de gouverneur à Keane ?

Toutes les personnes présentes dans la salle à manger se turent en entendant ces mots.

Les nobles avaient compris que l’acte principal venait de débuter.

En parallèle, tous les nobles regardaient Linley avec incompréhension. Ils ne savaient pas d’où venait ce jeune et qui il était pour oser si imprudemment prononcer directement ces mots.

– M. Ley. Le visage de Madame Wade se durcit et elle dit froidement : En tant que leur tante, je me dois de vous remercier pour avoir escorté Jenne et Keane jusqu’ici. Mais la question de prise de la position de gouverneur est une affaire interne de notre clan. Il n’est pas approprié qu’un étranger comme vous ait voix au sujet, n’est-ce pas ?

Keane réfuta immédiatement,

– Qui a dit que grand frère Ley est un étranger de notre clan ?

– S’il n’en est pas un, qu’est-il ? Le visage de Madame Wade était très froid.

Keane ne répondit pas immédiatement puis il regarda Linley et dit,

– Grand frère Ley est…est…le fiancé de ma sœur. Comment pourrait-il être un étranger ?

– Fiancé ? Madame Wade était stupéfaite.

Jenne était sans voix.

Linley n’eut pas de réaction visible mais intérieurement, il se demandait ce que faisait Keane.

– Fiancé ? Linley regarda Keane. Celui-ci lui fit un clin d’œil et Linley comprit ce qu’il voulait dire.

À ce moment, le visage de Jenne devint rouge.

– Que dites-vous de ça ? Keane leva la tête avec arrogance. Mon beau-frère est qualifié pour discuter de cela, n’est-ce pas ? Ma tante, mon père est mort, comme mon frère aîné. Je suis maintenant le successeur principal.

Madame Wade était silencieuse.

Toutes les personnes la regardaient. La position de Keane, de successeur principal, était indiscutable et protégée par la loi impériale. Ils voulaient voir comme elle allait s’occuper de l’affaire.

– Haha, Keane, pourquoi se presser ? Madame Wade rit. Ton père n’est plus et tu es son dernier enfant en vie. Tu es naturellement son successeur principal. La gouvernance est tienne, bien sûr. Personne ne te la prendra.

Linley regardait avec suspicion Madame Wade.

Il n’était pas le seul. Les cœurs de tous étaient remplis de suspicions. Elle n’était pas le type de personne à abandonner facilement.

– Merci ma tante. Keane sourit. Dans ce cas, quand puis-je commencer à assumer la position de gouverneur ?

Madame Wade gloussa,

– Il n’y a pas besoin de se presser, vraiment pas besoin. Pour le moment, tu n’as pas encore l’âge nécessaire. Que dis-tu de ça. Dans deux ans, lorsque tu seras majeur, tu pourras assumer la position de gouverneur.

– Dans deux ans ? Keane répéta ce que venait de dire Madame Wade.

Madame Wade brillait.

– Keane, soit un bon garçon. Tu n’as pas encore l’âge nécessaire. Tu n’as pas encore les capacités nécessaires pour réussir à gérer une ville. Ne t’inquiète pas. D’ici deux ans, tu seras définitivement le gouverneur de la ville préfectorale de Cerre.


Cet article comporte 16 commentaires

Répondre à daphnir Annuler la réponse au commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top