skip to Main Content
Menu

Chapitre 17 : Le Gaz flottant dans le Vent


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Edité par : MissX
Checké par : Wilden


PANLONG – LIVRE 8 CHAPITRE 17


     La ville de Sable-Rouge était une petite ville qui comptait seulement une dizaine de milliers de personnes.

Lorsque le groupe de Linley quitta le bateau, ils se dirigèrent directement vers la ville préfectorale de Cerre. Ils ne firent que s’arrêter brièvement en cours de chemin dans la ville de Sable-Rouge pour prendre un rapide déjeuner.

Dans une pièce privée au deuxième étage d’un hôtel de la ville de Sable-Rouge. Jenne et Keane avaient un sourire excité sur leurs visages.

– Haha, d’ici ce soir, nous atteindrons Cerre. Après cela, nous ne devrions plus avoir trop de problèmes, gloussa Keane.

Jenne hocha aussi la tête.

– Une fois que nous aurons atteint Cerre, notre tante n’osera probablement plus s’attaquer publiquement à nous, n’est-ce pas ?

– Jenne, Keane, les choses ne seront pas aussi simples que vous le pensez, sourit calmement Linley. Une fois que nous aurons atteint Cerre, ce sera en réalité encore plus dangereux. Votre soi-disant tante, n’est pas aussi timide et effrayée que vous semblez le croire.

Lorsque les femmes décident d’être venimeuses, elles peuvent être extrêmement dangereuses.

Durant ses trois années dans la Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques, Linley avait rencontré toutes sortes de personnes cruelles et vicieuses et il connaissait donc leur manière de penser. La tante de Jenne était probablement tout aussi capable de tuer Keane au sein de la ville de Cerre qu’autre part et d’une manière qui ne l’impliquerait pas.

– Réellement ? Keane était devenu quelque peu effrayé maintenant. Il n’était après tout qu’un garçon de quatorze ans.

Linley rit.

– Ne t’inquiète pas trop. Il n’y a pas besoin pour nous de se dépêcher d’arriver sur Cerre dès cet après-midi. Reposons-nous d’abord bien ici, à Sable-Rouge. Nous n’y irons que demain matin.

– Demain matin ? Jenne et Keane regardèrent tous les deux Linley.

– Si mes prédictions sont correctes, les personnes que votre tante avait dû posté près de la rivière, ont déjà découvert où nous avons débarqué plus tôt. Ils devraient être capables de calculer que nous devrions arriver à Cerre aux alentours de minuit. C’est pourquoi… il y a 80 % à 90 % de chance qu’ils nous attendent cette nuit.

Linley pouvait facilement déduire quelque chose d’aussi simple.

À partir du moment où une personne était capable de se mettre à la place de l’autre, il était facile de la mener par le bout du nez.

– Reposons-nous et récupérons notre force. Demain matin, nous partirons, rit bruyamment Linley. Il n’y a pas besoin de se presser pour le moment. Prenons un bon repas.

Jenne et Keane révélèrent aussi une pointe de sourire sur leur visage.

En effet, comme Linley l’avait prédit, l’Apothicaire Holmer et son groupe se dirigèrent directement vers la ville de Cerre. Les personnes de Madame Wade présentes au sein de la ville avaient aussi reçu la nouvelle et se tinrent prêtes à recevoir le groupe de Linley.

Sur les murs de la ville de Cerre.

Madame Wade était accoudée au parapet et regardait l’extérieur de la ville. Derrière elle se trouvait ses deux frères ainsi que l’Apothicaire. Quant aux gardes de la ville, ils avaient tous été répartis le long des murailles à sa demande.

– M. Holmer, je vais devoir vous embêter et vous demander de rester ici cette nuit si cela ne vous dérange pas. Madame Wade tourna la tête vers Holmer tout en souriant.

L’Apothicaire Holmer connaissait ses propres limites.

Il n’était personnellement pas si puissant que ça. Son arme la plus puissante était ses poisons. Il ne voulait donc naturellement pas offenser la personne malicieuse qui se trouvait devant lui et qui incarnait le réel pouvoir de la ville.

– Madame Wade, ne vous inquiétez pas. Ces deux enfants ne vivront définitivement pas assez longtemps pour atteindre la ville de Cerre en vie.

Holmer était très confiant.

– Même s’ils ont une personne du neuvième rang qui les escorte, hmph. Tant qu’il n’a pas atteint le niveau Saint, j’ai confiance dans ma capacité à m’occuper de lui. Mais, bien sûr… il ne peut pas savoir qui je suis.

Si un combattant du neuvième rang le reconnaissait et activait son Dou Qi, celui-ci serait suffisant pour repousser facilement le poison.

– M. Holmer, pendant toutes ces années, vous avez résidé dans la ville de Cerre. Vous n’êtes pas une personne qui aime se montrer. Combien de personnes ont pu possiblement vous voir ? Qui plus est, j’ai entendu dire que vous, M. Holmer, possédiez la capacité de changer votre apparence. Madame Wade se mit à rire tout en regardant Holmer.

Holmer rit joyeusement. En caressant sa barbe, il dit,

– Haha. Madame Wade, changer mon apparence ? Vous me surestimez. Tout ce que je fais, c’est utiliser quelques concoctions médicinales pour changer la couleur de ma peau et de mes cheveux. Et ensuite, avec un peu de maquillage… même les personnes qui me connaissent, tant qu’elles ne m’inspectent pas de près, ne sont pas capables de me reconnaître.

Madame Wade sourit tout en hochant la tête.

– Alors, je vous laisse vous occuper de tout, M. Holmer. Ce soir, je vais rester dans un hôtel proche et attendre vos bonnes nouvelles.

Holmer sourit avec confiance.

Mais, tandis que l’heure continuait d’avancer, Madame Wade, qui se trouvait dans un hôtel non loin, commença à s’inquiéter. En effet, les portes de la ville allaient bientôt se fermer pour la nuit.

La règle de la ville était qu’à dix heures précises, les portes se fermaient.

Mais le groupe de Jenne et Keane n’était toujours pas arrivé. D’après les informations de Madame Wade, leur groupe était arrivé dans la ville de Sable-Rouge au moment du déjeuner. Même s’ils avaient voyagé lentement, ils auraient déjà dû arriver maintenant.

Dix heures sonna.

Les énormes portes de la ville se fermèrent lentement tandis qu’un grand nombre de gardes les poussaient. L’Apothicaire Holmer, qui s’était méticuleusement préparé pour le combat, descendit des murs, le ventre rempli de colère. Madame Wade sortit aussi de son hôtel.

– Madame Wade, qu’est-ce que c’est que ça ? Holmer était réellement furieux maintenant.

Depuis qu’il avait reçu l’information, il avait dû revenir avec frénésie du port jusqu’à la ville de Cerre. Ce long trajet cabossé avait été assez misérable pour l’homme de trois cents ans qu’était Holmer.

Puis, il s’était tenu sur les murs de la ville durant la moitié de la nuit tandis que le vent glacial le frappait.

Et maintenant, les portes de la ville s’étaient fermées. Mais personne n’était venu.

– Qui sait ce qu’il se passe avec ce groupe de personnes. J’ai peur qu’ils aient décidé de se reposer dans la ville de Sable-Rouge. M. Holmer, pourquoi ne vous reposeriez-vous pas dans mon hôtel cette nuit ? Nous verrons ce que demain nous réserve. Madame Wade n’était pas de très bonne humeur non plus.

– C’est la seule option que nous ayons maintenant. Holmer était extrêmement mécontent.

À l’aube le lendemain, lorsque les portes s’ouvrirent, Holmer se mit à attendre silencieusement qu’ils arrivent. Mais à 9 heures du matin, il commença à devenir vraiment furieux.

Il se précipita en bas des murs de la ville et chargea directement jusqu’au second étage de l’hôtel.

– Madame Wade. S’ils ne viennent pas à nous, j’irai à eux, dit directement Holmer. Donnez-moi quelques hommes, au moins un qui reconnaissent ces deux frères et sœurs.

Madame Wade approuva l’idée.

– Bonne idée. Désolée de vous embêter avec ce trajet M. Holmer.

– Cette fois, je vais vraiment leur faire goûter à mes pouvoirs, dit froidement Holmer, les yeux remplis d’une lueur meurtrière.

Après avoir acheté un carrosse dans la ville de Sable-Rouge, Jenne et Keane entrèrent dedans, tandis que Lambert prit le rôle du conducteur. Quant à Linley, il monta sur le dos de sa Panthère Ténébreuse, Haeru.

Haeru faisait plus de deux mètres de haut et avait donc largement assez de place sur son dos pour lui. Ajouté à cela, sa fourrure était très douce et agréable, ce qu’appréciait particulièrement Linley.

En chevauchant la Panthère Ténébreuse, Linley évitait aussi les à-coups de la route. Sa monture était bien plus confortable qu’un cheval ou qu’un carrosse et pouvait courir à flanc de montagne aussi facilement que sur la plaine.

– Grand-frère Ley. Quelle heure est-il maintenant ? Keane sortit la tête du carrosse avant de demander à Linley l’heure.

Linley le regarda.

– Ne sois pas impatient. Il n’est que dix heures. Nous arriverons probablement dans la ville vers onze heures.

La panthère noire montée par Linley donnait une vision impressionnante. En voyant Linley, toutes les personnes le long de la route s’écartaient pour lui laisser la place.

*Cataclop, cataclop.*

Au loin, le son de sabots put se faire entendre. Peu de temps après, trois chevaliers montés apparurent, mais dès qu’ils virent Linley, les trois furent terrifiés et ils s’arrêtèrent.

– Quelle panthère massive, soupira l’un des chevaliers qui fixait la panthère que Linley montait.

– Arrête de fixer. Avançons, dit un autre chevalier.

Juste à ce moment, un autre étalon les dépassa en trottant. Cet étalon était chevauché par un frêle vieil homme bossu aux cheveux blancs. La vitesse de la monture de ce vieil homme était assez lente et le claquement de ses sabots sur le sol avançait tranquillement.

– Haha, regarde-le. Il est si vieux, mais il chevauche encore un étalon. Haha… l’un des chevaliers se mit à rire fortement.

– Allons-y. Nous avons des choses à faire.

Les trois chevaliers rirent calmement avant de continuer leur trajet. Juste à ce moment, le vieil homme bossu leva la tête pour jeter un coup d’œil au groupe de Linley. Le bossu comprit immédiatement.

D’après leur arrangement préalable, s’ils rencontraient les cibles, les chevaliers diraient, « Haha, regarde-le. Il est si vieux, mais il chevauche encore un étalon. » De plus, Holmer savait aussi que l’expert mystérieux avait une panthère noire comme animal de compagnie.

– Ces trois chevaliers n’avaient pas une once de chevalerie, dit Keane, qui avait tout vu par la fenêtre, lorsque les trois chevaliers s’éloignèrent.

Mais Linley fronça les sourcils en observant le bossu.

Celui-ci chevauchait un étalon d’une manière inquiétante. D’un seul regard, il était facile de voir qu’il était extrêmement vieux. Et bien que sa monture ne soit pas très rapide, le bossu se faisait balancer d’avant en arrière sur le dos de l’étalon, comme s’il pouvait tomber à n’importe quel moment. Ses jambes ne semblaient pas être bien fermement serrées contre les flancs de l’étalon non plus.

Juste à ce moment, un carrosse apparut derrière le vieil homme aussi.

– Casse-toi, vieux fou, le maudit furieusement un chevalier. Le bossu donna immédiatement un coup de talon à son cheval pour s’écarter.

– Ahhh !

Lorsque l’étalon ne fut plus qu’à une dizaine de mètres du groupe de Linley, le vieux bossu fut balancé de nouveau et il tomba alors de sa monture.

– Le vieux grand-père est tombé ! En voyant cela par la fenêtre, Keane poussa immédiatement la porte de son carrosse pour aller l’aider.

Mais juste au moment où le vieil homme tomba, un nuage de gaz bleu émana de son corps. Ce nuage de gaz bleu était extrêmement fin et léger, tant que si l’on n’y prêtait pas particulièrement attention, il aurait été très dur de le discerner.

Le vent soufflait à ce moment en plus de l’est et il transporta le gaz dans la direction de Linley. Mais évidemment, les premières personnes qui furent impactées par le gaz, furent les personnes qui étaient dans le carrosse qui venait juste de le dépasser.

*S’effrondre.*

Un chevalier après l’autre s’effondra de sa monture, du sang frais leur coulant du nez.

– Hrm ? Linley sentit aussi que quelque chose dans son corps était bizarre et qu’il commençait à être légèrement pris de vertige.

– Pas bon. Poison. Porté par le vent, Linley pouvait clairement sentir que le poison bleu arrivait dans sa direction. À ce moment, il avait déjà pris deux inspirations du poison.

Le Dou Qi Dragonblood présent dans le corps de Linley s’agita immédiatement, et absorba tout le gaz toxique de son corps, l’empêchant de le blesser.

Ce gaz avait été spécialement conçu par Holmer pour être utilisé contre les humains et se basait sur la physiologie humaine.

Mais Holmer n’aurait jamais pu imaginer que, biologiquement parlant, Linley était différent des personnes ordinaires. Dans ses veines coulaient les dracocytes des Guerriers Dragonblood, une ancienne lignée qui était plusieurs fois plus glorieuse que même celle des créatures magiques. Dans le passé, même le core magique du Wyrm Cuirassé avait été absorbé et consumé par la petite quantité de dracocytes que Linley avait dans ses veines à ce moment.

Les personnes normales ne pouvaient tout simplement pas imaginer ou comprendre les capacités spéciales et les attributs de chacun des Quatre Guerriers Suprêmes.

Ce type de poison était complètement incapable de blesser un Guerrier Dragonblood.

– Vent.

En utilisant sa maîtrise du vent, Linley contrôla immédiatement l’air autour de lui pour renvoyer le gaz dans l’autre sens. Le gaz toxique se mit à repartir vers l’est. À ce moment, toute la troupe de chevaliers, qui avait été entre le « bossu » Holmer et Linley, était morte.

Le gaz revint vers Holmer, mais il ne l’évita pas. Il n’était pas effrayé par ses propres poisons. Mais ce qui l’effrayait… était Linley.

*Hip hip !* Holmer devint soudainement très agile. Il bondit sur sa monture avant de se mettre à galoper vers l’est aussi vite que possible.

– Haeru, dit Linley d’une voix froide.

*Swoooosh.*

La vitesse de la Panthère Ténébreuse était terriblement rapide, bien plus rapide qu’un étalon ordinaire.

En un clin d’œil, il traversa plusieurs centaines de mètres et dépassa Holmer avant de s’arrêter devant lui. Durant tout son déplacement, seule une ombre floue noire avait été visible.

En voyant Linley apparaître soudainement devant lui, Holmer devint immédiatement frénétique.

– Mon ami, j’ai été payé par d’autre pour faire ça. Si tu acceptes de m’épargner, je suis prêt à te donner autant d’or que tu le souhaites. Bien que Holmer ait plus de trois cents ans, il n’était pas encore prêt à mourir.

En repensant à ce qu’il venait juste de se passer, Linley était encore effrayé.

Heureusement qu’il avait réagi à temps et renvoyé le gaz avant qu’il ne soit entré dans le carrosse.

– Gaz toxique ? Es-tu un nécromancien ? Linley regarda Holmer.

– Nécromancien ? Holmer était stupéfait. Non, je suis un apothicaire. Mon ami, je suis plutôt riche. Dix mille pièces d’or ? Vingt ? Ou peut-être cent mille ? Même dans un moment comme celui-ci, Holmer essayait encore de sauver son argent.

Mais Linley n’avait même pas besoin de s’embêter à discuter avec lui.

– Haeru, occupe-toi de lui.

Linley bondit de la panthère noire avant de retourner vers le carrosse. Quant à la Panthère Ténébreuse, elle révéla ses crocs avant de charger vers Holmer.

– Ah ! Un million ! Dix millions ! Ah !!!!! Avant que Holmer ait fini de parler, il s’était fait aplatir d’un seul coup des massives pattes de la panthère noire.


Cet article comporte 22 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top