skip to Main Content
Menu

Chapitre 12 : L’Enquête


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Checké par : Wilden


PANLONG – LIVRE 6 CHAPITRE 12


      Finalement, juste avant de mourir, Patterson comprit.

Il avait, après tout, participé aux funérailles du père de Linley. Il savait que celui-ci était déjà mort.

Jusqu’à maintenant, il avait espéré pouvoir s’échapper avec la vie sauve. Mais à présent, il comprenait parfaitement pourquoi Linley avait fait ce qu’il avait fait. Au plus profond du cœur de Patterson, il était réticent à l’idée de mourir comme ça. Avec son niveau de guerrier du septième rang, il n’aurait pas été dur pour lui de vivre encore deux cents ou trois cents ans.

Sa vie aurait dû encore être longue.

– Je meurs, mais Clayde, ta vie ne sera pas bien mieux. Alors que l’âme de Patterson était entraînée vers le royaume des Ténèbres, elle contenait un filet de haine, une haine envers son frère, Clayde.

……

Après avoir regardé Patterson mourir, Linley retourna à sa forme habituelle.

– Clayde. Ainsi, l’homme derrière ces événements, c’était Clayde. Linley fronça profondément les sourcils.

Clayde était un combattant du neuvième rang. Linley, quant à lui, même dans sa forme de Corps de Dragon, était au mieux un combattant du début du huitième rang.

Clayde était d’un niveau totalement différent comparé à lui. Même si Linley le prenait par surprise, il ne pouvait tout simplement pas blesser un guerrier du neuvième rang. Le fossé les séparant était trop important.

Et Clayde avait un pouvoir colossal à sa disposition aussi.

En tant que souverain révéré de Fenlai, comment ne pouvait-il pas avoir de nombreux guerriers prêts à se battre sous sa bannière ? Et ayant été le régent du royaume de Fenlai, le royaume principal parmi ceux de l’Union Sacrée, pendant de nombreuses années, il avait une relation très solide avec l’Église de Lumière. Ses racines étaient ancrées extrêmement profondément.

À la fois en termes de puissance ainsi qu’en termes de puissance disponible, Linley ne pouvait absolument pas se comparer à Clayde.

– Peut-être que mon seul avantage pour l’instant est le fait que j’opère toujours caché dans l’ombre. Linley réfléchissait aux différentes manières de s’occuper de Clayde.

Doehring Cowart apparut depuis l’intérieur de l’anneau Panlong. Il exhorta immédiatement Linley à s’enfuir.

– Linley, ne perd plus de temps ici. Ce que tu dois faire maintenant, c’est de détruire tout ce qui pourrait révéler ta présence ici. Retourne immédiatement dans ton manoir, autrement, si tu retournes trop tard, lorsqu’ils commenceront à enquêter sur la mort de Patterson, ils pourront te suspecter.

Linley fut brutalement sortit de sa torpeur.

Effectivement !

Son seul avantage était qu’il opérait depuis les ombres. Quoi qu’il arrive, il ne pouvait pas laisser Clayde se méfier de lui.

– Il est temps de réduire en cendre les preuves. Linley généra immédiatement plusieurs douzaines de boules de feu qui entourèrent le corps de Patterson. Avec son énergie spirituelle actuelle, la température de ses boules de feu était assez élevée.

Le corps de Patterson se mit rapidement à brûler, tandis qu’en même temps, une odeur extrêmement affreuse emplit l’air. Après un instant, du Duc Patterson ne restait que des os jaunis et des cendres.

L’odeur nauséabonde fit froncer les sourcils de Linley.

– Linley, tes vêtements, lui rappela son mentor.

Linley regarda ses vêtements. En effet. Après s’être transformé en Corps de Dragon, ses vêtements étaient déchirés de partout. Il récupéra ses affaires, puis retira son veston et son pantalon sans la moindre hésitation. Instantanément, il les réduit aussi en cendre.

Linley activa ensuite le mécanisme de la porte.

*Rumble* *Rumble* La porte en pierre s’ouvrit de nouveau et Linley sortit rapidement de la pièce secrète avant de fermer la porte derrière lui.

Il valait mieux laisser la porte fermée. Autrement, avec la porte ouverte, cette odeur de chair brûlée attirerait rapidement l’attention des personnes.

– Il devrait y avoir des vêtements dans cette pièce. Linley baissa les yeux vers ses sous-vêtements. Clairement, il ne pouvait pas sortir d’ici avec juste ses sous-vêtements déchirés comme cela. S’il faisait ça, cela attirerait forcément la suspicion des gens. Il alla tout de suite dans une autre pièce et ouvrit une commode.

Celle-ci était pleine de vêtements.

Linley choisit un ensemble de vêtements noirs, assez similaires à celui qu’il portait lors de la cérémonie de fiançailles. S’habillant, Linley utilisa une fois de plus ses sorts de magie du vent pour balayer les quelques taches de sang ainsi que l’odeur nauséabonde de chair brûlée.

– Il vaut mieux que je rentre tôt. Je ne peux laisser personne remarquer quoi que ce soit. Se déplaçant à grande vitesse, Linley sauta directement à travers la cour, et arriva en quelques minutes devant l’entrée du manoir.

À ce moment-là, il restait encore quelques nobles qui discutaient nonchalamment.

– Oh, Seigneur Linley. Vous n’êtes pas encore parti ? Le comte Juneau s’en allait aussi. Voyant Linley non loin, il le salua chaleureusement.

Linley sourit.

– En effet. Juste à l’instant, mon estomac ne se sentait pas très bien, donc je suis allé me soulager.

Le comte Juneau marcha côte-à-côte avec Linley.

– Seigneur Linley, je dois vous dire que je suis un grand fan de vos sculptures. Je suis celui qui a acheté les trois premières sculptures que vous avez exposées dans le hall principal de la Galerie Proulx, dit fièrement le comte Juneau à Linley. Il avait été le premier à acheter les trois premières sculptures que Linley avait présentées et c’était quelque chose dont il était très fier.

Ces trois sculptures, juste avec leur aspect extérieur, valaient peut-être six ou sept mille pièces d’or.

Cependant… le statut de Linley était maintenant très différent. Il était le maître sculpteur qui avait produit « l’Éveil du Rêve ». En termes de statut, il n’était pas si loin de Proulx et Hope Jensen. Comment le prix des trois premières sculptures d’une telle personne pouvait-il être faible ?

Selon ses calculs et leur valeur officieuse, ces trois sculptures que le Comte Juneau avait récupérées devaient maintenant valoir chacune au moins une centaine de milliers de pièces d’or.

C’était peut-être la collection dont le Comte Juneau était le plus ravi. Il avait décidé que ces trois objets devaient être gardés dans sa collection. Il croyait… qu’en même temps que les réussites futures de Linley deviendraient de plus en plus grandes, la valeur de ces sculptures grandirait en même temps.

– Seigneur Linley, rentrez bien, dit respectueusement l’intendant du clan Debs, à la porte du manoir.

Linley hocha la tête. Souhaitant bon retour au Comte Juneau, il rentra dans son propre carrosse.

– Rentrons. Linley donna l’ordre calmement en rentrant dans le carrosse.

– Bien, monseigneur.

Le guerrier du septième rang de l’Église de Lumière qui lui servait de chauffeur inclina la tête pour acquiescer, avant de se mettre immédiatement à diriger le carrosse vers le manoir de Linley.

– J’ai probablement passé une quinzaine de minutes avec Patterson. Linley sortit sa montre à gousset et y jeta un regard.

C’était l’un des cadeaux qu’un de ses nombreux supporteurs lui avait offert lors de sa remise du titre de Marquis.

– Une quinzaine de minutes. Le Comte Juneau et le reste étaient parmi le dernier groupe d’invités à partir. S’ils n’enquêtent pas extrêmement attentivement, il ne devrait pas être possible pour eux de me suspecter, se dit Linley. L’autre problème, c’est que Patterson a dit que son intendant savait qu’il allait rencontrer quelqu’un, mais qu’il ne savait pas exactement qui.

Linley avait considéré cette possibilité.

L’intendant de Patterson.

C’était définitivement une faille.

De plus… s’il y avait réellement une enquête, les personnes pourraient découvrir que Linley avait disparu pendant quinze minutes vers la fin. Mais durant cette période, tous les nobles étaient engagés dans des conversations banales et quittaient les lieux à n’importe quel moment. Il serait très probablement extrêmement difficile de suivre les déplacements d’une seule personne dans ces circonstances.

– Au moins, personne ne m’a vu rencontrer Patterson. Le seul qui aurait pu le savoir a été tué par Patterson, se dit intérieurement Linley.

Au mieux, les autres pouvaient le suspecter. Mais il n’y avait aucune preuve concrète contre lui.

– Boss, à quoi penses-tu ? Bébé était allongé sur les jambes de Linley. Levant sa petite tête, il regarda Linley.

– À rien. Linley caressa la petite tête de Bébé, s’étant totalement calmé.

– Monseigneur, nous sommes arrivés.

Linley ouvrit les rideaux du carrosse, puis leva la tête et contempla le ciel infini. À ce moment, le ciel était rempli d’étoiles. Linley ne put s’empêcher de sentir une joie insouciante dans son cœur, tandis qu’en même temps, sa détermination de tuer Clayde devenait de plus en plus ferme.

– Patterson est mort aujourd’hui. Le prochain est Clayde.

.

Patterson avait disparu depuis un jour ou deux. Hormis l’intendant de Patterson, personne n’avait remarqué que quelque chose n’allait pas.

À l’intérieur du manoir du clan Debs, il n’y avait que Bernard et un homme d’âge mûr, aux cheveux de jade.

– Bernard, lors de la nuit des fiançailles de Kalan, est-ce que le Seigneur Duc est parti de votre manoir ? Demanda l’homme aux cheveux de jade. Cet homme était l’intendant du Duc Patterson, appelé Lodi [Luo’di].

Bernard se força à retenir son sentiment de colère et ne répliqua pas : Votre Duc a disparu, et vous me demandez à MOI ? Cette nuit-là, Patterson n’avait même pas dit à Bernard qui il allait rencontrer, ni ne lui avait dit un mot lorsqu’il était parti. Comment pouvait-il savoir quoi que ce soit ?

– Le Seigneur Duc est parti. Le Seigneur Duc n’est pas dans mon manoir, répondit directement Bernard.

Le jour-même de la cérémonie de fiançailles, Bernard avait envoyé quelqu’un disposer du corps du serviteur. Ses serviteurs n’avaient trouvé aucune trace de Patterson à l’intérieur du petit bâtiment.

– Oh. Lodi fronça les sourcils, puis fixa Bernard. Bernard, si vous trouvez une trace de mon Duc, prévenez-moi immédiatement. Cette affaire peut être mineure, mais elle pourrait aussi être d’une importance majeure. Si cela devenait une affaire majeure, même les affaires de contrebande de votre clan Debs pourraient se retrouver exposées.

Le visage de Bernard changea.

– Bien, je vais rentrer maintenant. Lodi partit avec l’esprit lourd.

Voyant le dos de Lodi qui s’éloignait, Bernard fut quelque peu perturbé et prit la décision d’aller visiter immédiatement le bâtiment qu’avait utilisé Patterson.

À l’intérieur de ce bâtiment secret du domaine du clan Debs.

Bernard était entré seul. Le corps du serviteur mort avait, depuis longtemps, été enlevé par les hommes qu’avait envoyé Bernard. Regardant le bâtiment, Bernard fronça les sourcils.

– Le Duc Patterson a dit qu’il allait rencontrer un invité, mais à la fin, il n’est pas rentré chez lui. Se pourrait-il que…

Bernard pensa soudain à une possibilité.

Très peu de personnes, même à l’intérieur du clan Debs, étaient au courant de l’existence de cette pièce secrète souterraine. Naturellement, les personnes qu’il avait envoyées pour disposer du corps n’étaient pas au courant non plus, et n’auraient pas cherchées à enquêter.

Mais Bernard avait informé le Duc Patterson de l’existence de cette pièce secrète souterraine. Il lui avait aussi dit qu’il n’y avait définitivement aucun moyen que quelqu’un espionne les conversations qui se déroulaient à l’intérieur.

– Impossible. Il n’y a pas moyen que quelque chose comme cela soit arrivé. Bernard courut précipitamment dans le hall principal, puis alla directement jusqu’au mécanisme avant de l’activer.

*Rumble* *Rumble*

Cette porte en pierre, semblable à un mur s’ouvrit lentement. Au même moment, une odeur nauséabonde et sanglante de chairs brûlées sortit de la pièce.

L’expression du visage de Bernard se fit sombre.

Entrant rapidement dans la pièce secrète, il vit sur le sol de granite des traces de sang et de griffures. Sur le côté, il y avait une pile d’os humains brûlés ainsi que des cendres.

– Quelqu’un est mort ici. Bernard en était absolument certain.

Et la personne qui était morte avait été ensuite réduite en cendre. Mais il n’y avait aucun moyen pour Bernard d’en être sûr.

– Un anneau ! Bernard vit soudain parmi la pile de cendre un anneau sale, de couleur grisâtre. En voyant l’anneau, Bernard eut l’impression qu’il était extrêmement similaire à celui qu’aimait porter le Duc Patterson.

Instantanément, le visage de Bernard se vida de tout son sang.

– Patterson est très probablement mort. Les pensées de Bernard étaient en plein chaos.

Le clan Debs avait dépensé plus de la moitié de leur fortune et une grande quantité de main d’œuvre pour pouvoir réaliser cette opération de contrebande d’eau de jade avec l’aide du Duc Patterson. C’était une opération commerciale extrêmement importante pour leur clan. Mais si leur activité de contrebande venait à être exposée… cela ne serait pas juste un problème de perte d’argent. Très probablement, tout le clan Debs serait exterminé par la fureur du Roi Clayde !

Tout le clan Debs… était très probablement fini.

– Non, ce n’est pas possible. Le Duc Patterson était un guerrier du septième rang. Comment pourrait-il mourir aussi facilement ? Avec sa personnalité prudente, il n’y a aucune chance qu’il ait rencontré en privé quelqu’un qui était plus puissant que lui. Bernard ne pouvait pas accepter ce qu’il voyait.

C’était véridique. Patterson était un homme extrêmement prudent. Malheureusement, Patterson s’était trompé en pensant connaître l’étendue du pouvoir de Linley.

…….

La ville entière de Fenlai était paisible. Linley continuait de s’entraîner silencieusement dans son manoir tous les jours. Mais, alors que le Duc Patterson avait disparu depuis deux semaines, le Roi Clayde, précédemment calme et posé, commença finalement à donner des ordres. Le premier était de capturer l’intendant du Duc, Lodi. Le suivant était d’enquêter sur les déplacements du Duc sur une grande échelle.

À l’intérieur du hall principal du manoir de Linley.

– Seigneur Linley, par le décret de sa Majesté, je vous invite, Seigneur Linley, à venir lui rendre visite au palais.

Regardant le décret royal amené par le domestique royal, Linley fut un peu déstabilisé. Pourquoi donc le Roi Clayde le convoquait-il ?

– Attendez un instant, je vous prie. Permettez-moi de me changer, et je me rendrais directement au palais après cela, répondit Linley en souriant.


Cet article comporte 24 commentaires
          1. Il est où le Trone de Fer ? je trouve pas mdr (ça doit être à un endroit évident mais j’suis pas doué mdr)

    1. att att cette fin, plus le trailer vous voulez me tuer ou quoi ?!! pourquoi je suis pas arrivé premier pourquoiiiiiiiiiii !!!!!! orz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top